5 astuces du gouvernement pour augmenter vos prélèvements

Pour éviter les levées de boucliers populaires ou médiatiques, mieux vaut s’abstenir d’annoncer la création au l’augmentation d’un « impôt », notre ministre de l’Économie l’a parfaitement compris !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

5 astuces du gouvernement pour augmenter vos prélèvements

Publié le 13 février 2018
- A +

Une analyse de l’Institut Fiscal Vauban

Taxer davantage les contribuables sans que ces derniers ne s’en aperçoivent et ne se fâchent : c’est possible ! Voici les 5 principales astuces utilisées par notre gouvernement (et les précédents !) pour augmenter discrètement vos prélèvements…

Ne surtout pas créer ou augmenter un impôt

Pour éviter les levées de boucliers populaires ou médiatiques, mieux vaut pour le gouvernement s’abstenir d’annoncer la création au l’augmentation d’un « impôt » ; ce terme fiscal étant maudit et donc voué aux gémonies. Notre ministre de l’Économie l’a parfaitement compris puisqu’il a répété à l’envi qu’il n’y aurait ni nouvel impôt ni hausse d’un impôt existant pendant ce quinquennat.

Créer à la place des taxes, contributions ou cotisations

Attention ! S’abstenir de créer un impôt ne signifie pas pour autant que le gouvernement s’interdise de créer une taxe, une contribution ou encore une cotisation ; car après tout, un impôt est un impôt et une taxe est une taxe (les mots ont un sens !). Et c’est bien ce que notre gouvernement s’est employé à faire depuis son arrivée ; celui-ci ayant créé 7 nouvelles contributions et taxes en 7 mois.

Pour rappel, il s’agit :

  • des deux contributions exceptionnelles sur l’impôt sur les sociétés aux taux de 15% qui peuvent se cumuler et donc atteindre 30% ;
  • de la taxe sur l’exploration d’hydrocarbures ;
  • de la taxe sur l’exploration de gîtes géothermiques à haute température ;
  • de la taxe pour le développement des industries de fabrication du papier, du carton et de la pâte de cellulose ;
  • de la taxe additionnelle à la taxe sur les certificats d’immatriculation des véhicules de tourisme ;
  • de la taxe sur les plus-values réalisées à l’occasion des cessions de logements par les organismes d’habitations à loyer modéré et par les sociétés d’économie mixte agréées.

Certes, c’est seulement moitié moins que le précédent gouvernement qui, l’année de son arrivée, avait créé 15 prélèvements ; mais cela reste somme toute honorable.

Augmenter les taxes, contributions ou cotisations existantes

Un autre levier efficace pour augmenter discrètement les prélèvements est celui consistant à augmenter les taxes, contributions et cotisations déjà existantes. C’est également ce à quoi s’est attelé le gouvernement depuis son arrivée ; ce dernier ayant augmenté non seulement la Cotisation Sociale Généralisée (CSG) de 1,7 point, ce qui représente une hausse d’environ 20% ; mais aussi la taxe carbone à hauteur de 46%.

Au reste, il a augmenté le taux de la taxe sur les métaux précieux (or, platine, etc.) de 10% à 11%, le tarif de la taxe sur les véhicules les plus polluants ainsi que les tarifs des droits sur le tabac.

Confier aux collectivités le soin de créer des taxes

Cette pratique que l’on pourrait nommer « décentralisation fiscale » consiste pour l’État à transférer de nouvelles compétences aux collectivités territoriales, sans ressources supplémentaires et à charge pour elles d’instaurer des taxes locales associées.

À titre d’exemple, l’État a transféré aux EPCI à fiscalité propre la compétence sur la Gestion des Milieux Aquatiques et la Prévention des Inondations (GEMAPI) et la faculté d’instaurer une nouvelle taxe locale associée : la taxe GEMAPI, rebaptisée depuis lors « taxe inondation ».

Retenir des hypothèses fiscales arrangeantes

Enfin, le gouvernement peut dissimuler en début d’année la hausse des prélèvements en retenant des hypothèses fiscales ubuesques… mais arrangeantes ; il sera bien temps en fin d’année de se rendre compte qu’elles étaient incorrectes ; et tant pis (ou plutôt tant mieux !) si entretemps les prélèvements ont augmenté !

Le gouvernement a ainsi justifié la hausse massive des droits sur le tabac en indiquant que comme celle-ci allait conduire les contribuables à arrêter de fumer, elle serait financièrement neutre pour ces derniers… Mieux encore, s’agissant de la hausse de la TICPE pesant sur l’essence et le gazole, le gouvernement a indiqué que cette hausse allait être financièrement neutre pour les contribuables dans la mesure où elle allait les inciter à laisser leur voiture au parking…

Or, il devrait de toute évidence y avoir autant de fumeurs et de conducteurs au début qu’à la fin de l’année 2018 ; car contrairement à ce que prétend le gouvernement, n’arrête pas de fumer et ne va pas au travail à vélo qui veut…

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • concernant les hausses du tabac , le gouvernement n’a pas crié sur les toits qu’il allait débloquer 100 millions d’euros sur cinq ans pour aider les buralistes ; le macronisme nous a inventé  » le ruissellement inversé  » ; lequel ruissellement part d’en bas pour être éjecté vers le haut ;

  • pour une fois que l’on est champion du monde de quelque chose vous vous critiquez !mauvais français !!

  • Qui se laisse prendre à ces astuces de langage ? Dès lors qu’une taxe est obligatoire c’est un impôt. Même sil y a un service en échange mais que le prestataire de ce service ne peut pas être mis en concurrence avec un autre, c’est un impôt déguisé.

  • Que voulez-vous… Ces gens sont des cons.tructifs.
    Ils veulent nous reconstruire à l’image de ce qu’ils veulent : des moutons bons à tondre.

  • quand on cherche du pognon, et il en faut, la créativité du business politique n’a pas de limite.
    payez Français; vous avez votez depuis 4 décennies, avec vos pieds.

  • On peut aussi ajouter que depuis 2 ans la taxe sur les bureaux n’est plus déductible des frais ce qui augmente la base taxable.
    On vient aussi d’ajouter à compter du 1er janvier 2018 l’obligation d’avoir un LEI (legal Entity identifier) pour permettre à une société d’effectuer des transactions financières, celle-ci est accordée par l’INSEE qui dépend du Ministère des Finances. le coût est seulement de 100€ d’inscription + 50 € chaque année mais multipliée par le nombre de sociétés cela représente une somme conséquente.

  • Et au 1er juillet de cette année, si le gouvernement maintient son funeste projet de limitation à 80 km/h, les amendes devraient voir leur montant global multiplié par 2 ou 3. C’est un des enseignements, peut-être le principal pour le gouvernement, de l’expérimentation menée pendant 2 ans.
    Ce qui prouve que le discours sur les « taxes comportementales », c’est du pipeau ! Le gouvernement n’a aucune envie de voir les recettes liées à ces taxes baisser, ce qui est une des raisons pour lesquelles il les maintient à un niveau acceptable pour le consommateur (cf courbe de Laffer – La vie humaine n’a pas de prix).

  • Quelqu’un peut m’expliquer la différence entre taxe et impôt ? Parce que très franchement, je ne vois pas : dans les deux cas, c’est de l’argent pris obligatoirement dans ma poche suivant des règles ubuesques.

    Remarquez, c’est peut-être comme pour les esquimaux qui ont des dizaines de mots pour désigner la neige, chez nous on a plein de mots pour désigner les impôts. Chacun sa spécialité.

  • Et surtout augmentation de la taxe sur les carburants et le fuel domestique.

  • Un parasite commence toujours par anesthésier sa victime, pour éviter de se faire écraser.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand vient le temps de trouver de nouvelles sources de revenus, les politiciens ne manquent jamais d’idées. Après tout, il est plus populaire de demander aux « riches » de payer leur « juste » part – jamais définie objectivement – que de couper dans les dépenses excessives, comme celles de la Défense. Ou de comprendre l’importance capitale des incitations dans les actions des agents économiques.

Il semble que, malgré son âge avancé, Elizabeth Warren ne comprendra jamais ce dernier point. À l’instar de son défunt programme présidentiel... Poursuivre la lecture

Quels sont les candidats qui augmenteront le plus les impôts ? Telle est la question que tout électeur français devrait se poser, faute de ne plus avoir eu l’occasion, depuis longtemps hélas, de pouvoir se poser la question inverse : quels sont les candidats qui les baisseront le plus ?

Si l’on considère la situation économique et sociale de notre pays, c’est pourtant cette seconde question qui devrait nous obséder. Quoi qu’il en soit, détecter les candidats les plus dangereux en matière de pression fiscale représente un véritable espo... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Il n’est pas simple de nager à contre-courant. Cela demande des efforts particuliers qui, bien souvent, ne reçoivent en retour que méfiance et hostilité. C’est déjà ce que remarquait Jacques Rueff en 1934 alors qu’il s’adressait à ses camarades polytechniciens dont il observait que les travaux économiques ne se développaient guère « dans un sens purement libéral » :

Je me sens donc parmi vous en état de singularité, et je vous prie de croire que je n’en éprouve nul plaisir, car ce n’est pas un mol oreiller que l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles