Réforme de l’apprentissage : enfin des avancées ?

Muriel Pénicaud vient de proposer une réforme de l’apprentissage qui, sans être la révolution qu’on attendait apporte des avancées importantes dans le sens d’une « politique de l’offre ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Task distribution by clement127(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réforme de l’apprentissage : enfin des avancées ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 11 février 2018
- A +

Par Eric Verhaeghe.

Muriel Pénicaud vient de proposer une réforme de l’apprentissage qui, sans être la révolution qu’on attendait (fusionnant l’apprentissage et la professionnalisation, par exemple), apporte des avancées importantes dans le sens d’une « politique de l’offre ». Ces avancées méritent donc d’être soulignées (et décryptées) dans un pays où l’apprentissage est, depuis le passage de la gauche au pouvoir, une zone sinistrée.

La France de 2018 compte à peine plus de 400.000 apprentis, soit moins qu’en 2008. Ce chiffre en dit long sur la régression que le quinquennat Hollande a produit sur cette filière qui contribue efficacement à la lutte contre le chômage. En Allemagne, les apprentis sont près de quatre fois plus nombreux qu’en France. On mesure bien ici la différence dans les modèles d’éducation de chaque pays.

Baisse de l’apprentissage : les régions en cause

Il faudra un jour prendre le temps d’analyser les différentes raisons pour lesquelles l’apprentissage est devenu, en France, un tel désastre. En particulier, il faudrait documenter la corrélation entre l’offre d’enseignants et la décision d’ouvrir des centres d’apprentissage (prise par les régions).

Tout laisse à penser aujourd’hui que la régionalisation de l’alternance a conduit à organiser les filières, non d’après les besoins de l’économie ou d’après le marché de l’emploi, mais d’après le stock d’enseignants disponibles. C’est d’ailleurs pour cette raison que la ministre Pénicaud supprime le monopole d’ouverture des centres d’apprentissage, et autorise les branches à ouvrir les leurs de façon libre.

Une fois de plus, les méfaits de la décentralisation, peu visibles ou peu mis en avant, ont des impacts profonds sur le marché de l’emploi en France.

La fin des réglementations tâtillonnes

Comble du paradoxe, selon un tropisme typiquement français, une réglementation « protectrice » a singulièrement compliqué le développement de l’apprentissage. Le ministère du Travail et le législateur ont largement répandu le mythe selon lequel il fallait protéger les apprentis contre les employeurs qui les formaient. D’où une multitude de règles idiotes interdisant aux apprentis d’assurer les mêmes postes de travail que leurs maîtres d’apprentissage (limites au temps de travail, aux postes de travail, etc.)

Muriel Pénicaud consent à revenir sur ces absurdités, dont l’une empêchait notamment l’employeur de rompre le contrat d’un apprenti. Désormais, le droit applicable aux apprentis se rapprochera de celui applicable aux salariés. Cette évolution paraît de bon sens.

En particulier, le recours aux prudhommes ne sera plus nécessaire pour rompre le contrat d’un apprenti après la fin de la période d’essai.

Un premier doigt dans la question du financement

Pour le grand public, ces questions sont mystérieuses. Mais on retiendra que, sans régler les questions de l’opacité liées au financement de l’apprentissage, les propositions de Muriel Pénicaud apportent un peu d’ordre dans le dispositif.

En particulier, le projet Pénicaud permettrait de transformer l’incompréhensible taxe d’apprentissage en contribution alternance équivalant à 0,85% de la masse salariale. Cette contribution reviendrait intégralement aux centres de formations alors que l’actuelle taxe perd au moins la moitié de son produit dans des chemins buissonniers.

Pour le coup, l’initiative mérite d’être saluée. Elle est ambitieuse, elle est bienvenue, elle est nécessaire.

La complexité pas encore vaincue

Cela dit, la ministre a pris de bonnes mesures, mais elle n’a pas encore entamé la révolution qui règlera la difficulté systémique de l’alternance en France. Celle-ci reste obscurément divisée entre professionnalisation et apprentissage.

Peu de gens, et en particulier peu d’employeurs, seraient en capacité d’expliquer les différences entre les deux dispositifs. D’emblée, la ministre avait expliqué qu’elle ne toucherait pas à ce sujet. Il n’est pas impossible que ce choix initial lui ait permis de mieux réformer le reste.

Il n’en reste pas moins que l’alternance en France demeure un sujet compliqué et que le grand coup de pied de l’âne dans la fourmilière bureaucratique n’est pas encore arrivé.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Ce sont les monopoles publics qui font de la marche arrière. Dans l’apprentissage le responsable qui l’éducation nationale qui veut comme tout monopole public gérer ce qu’elle ne connait pas

  • A priori, les contrats de professionnalisation sont destinés au « formations tertiaires » (BTS MUC, AM, NRC, TPL, CI etc…par exemple), tandis que l’apprentissage vise plutôt les filières dites « techniques ».
    Le « mélange des genres » a créé une confusion chez les employeurs qui voient surtout l’aspect financier : L’apprentissage coûte »moins cher », ce qui n’est que partiellement vrai si on rapporte le coût au temps de présence effectif en entreprise durant la formation et il est (était ?) réservé aux CFA donc au bon-vouloir des régions. Un « fromage », en quelque sorte, et on sait de quoi on parle en matière de fromages en France !

  • Bonjour,
    Je ne connais pas en détail les modifications prévues par la ministre.
    Il est vrai, que là comme ailleurs, il y a matière à réformer.
    Mais , là encore, je pense qu’on oublie l’essentiel, c’est à dire d’impliquer les parents dans cette filière.
    C’est à dire de les informer, très tôt, ( en 4émé / Troisième) sur les différentes formations ainsi que sur les débouchés professionnels
    Cela permettrait sans doute de donner envie à leurs enfants de se préparer en toute connaissance de cause et de commencer un apprentissage avec un bac minimum.
    Et non pas , un choix par défaut dans la majorité des cas.
    Je rappelle une chose que l’on ne lit pas , allez savoir pourquoi, que cette filière propose des diplômes qui vont du CAP au diplôme d’ingénieur.
    J’ai d’excellents exemples pour illustrer mon propos.

  • C’est qui « les branches » qui vont pouvoir ouvrir des filières d’apprentissage?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand un thermomètre persiste à ne pas indiquer la bonne température, le technocrate choisit de le casser.

Le souci du CAPES ? Il ne permet plus d'assurer correctement le recrutement des enseignants. Dans certaines disciplines (lettres, maths notamment), le niveau des candidats est de plus en plus faible. Le concours a donc été réformé, il est devenu de moins en moins exigeant sur la maîtrise des connaissances. Mais ça n'a pas suffi : les candidats sont toujours aussi désespérément mauvais.

Donc finalement, soit des candidats ay... Poursuivre la lecture

En France, il faut davantage d'enseignants, il faut davantage de juges, il faut davantage de policiers, il faut davantage d’informaticiens, davantage de plombiers et on pourrait allonger la liste…

Et cela pour d’excellentes raisons que nous allons rappeler, car des problèmes à résoudre sont très importants. Mais ces revendications se terminent par des demandes de moyens financiers… alors que la question n’est pas là.

Les raisons de recruter sont excellentes

Il n’y a pas assez de profs ? C’est vrai, il y a encore des classes surc... Poursuivre la lecture

Par André Heitz.

On peut cauchemarder quand on entend une Léonore Moncond'huy, maire de Poitiers, déclarer que « l’aérien ne doit plus faire partie des rêves d’enfants » et, implicitement, préconiser un formatage, voire une police des rêves.

On cauchemarde également quand le responsable éditorial de Regards.fr tweete  que « les rêves sont aussi les fruits de constructions sociales et il est tout à fait légitime que le politique s’attache à construire et déconstruire les imaginaires. C’est même le cœur de nombreuses batailles cul... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles