Les emplois aidés deviennent des… « parcours emploi compétence »

Comme d’habitude en France, des années de politique inefficace ne prouvent pas qu’il faut changer de politique mais bien plutôt qu’il faut l’amplifier !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
magicien magie credits eva peris (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les emplois aidés deviennent des… « parcours emploi compétence »

Publié le 3 février 2018
- A +

Par Jean-Baptiste Boone.
Un article de l’Iref-Europe

Jugés par le ministre lui-même coûteux et peu efficaces, les contrats aidés avaient été courageusement critiqués et leur nombre réduit. Mais par la grâce d’un rapport ministériel, établi par Jacques Borello, ils ont mué, et nouvellement baptisés « parcours emploi compétence » (PEC), ils vont maintenant sauver l’emploi en France. Le gouvernement y a ajouté quelques obligations. Encore une fois, rien n’a changé. 457 000 emplois aidés avaient été créés en 2016 pour un coût de 4,3 Mds € selon la Cour des comptes et bien peu de résultats.

Un rapport pour justifier que rien ne change

Pourquoi avoir demandé ce travail à Jean-Marc Borello ? Il est intéressant de retracer son parcours. Il a commencé sa vie politique en 1981, à 24 ans. Il était déjà chargé de la question des formations en 1984 sous le gouvernement de Laurent Fabius.

C’est dire qu’il a une grande expérience de la question mais probablement peu de nouvelles idées à apporter. C’est au titre de directeur du groupe SOS qu’il a été choisi, outre le fait qu’il est membre du parti présidentiel. Ce groupe associatif comprend jusqu’à 450 structures.

La page Wikipédia consacrée à Jacques Borello ne relève aucun passage dans l’activité marchande et très peu dans le privé. Dès lors, on peut s’interroger sur le bien-fondé de lui confier une « mission relative à l’Innovation sociale au service de la lutte contre les exclusions du marché du travail ». Sauf à penser que le marché du travail se résume à l’emploi non marchand, le reste étant probablement malsain ou peu recommandable.

Effets d’aubaine

De fait, le nouveau PEC est réservé aux structures non marchandes, de peur de créer des « effets d’aubaine ». On reconnait là cette permanente méfiance, presque religieuse, à l’égard du secteur privé, qui n’a d’égale que l’adoration du secteur public ou non marchand. On ne voit pas bien pourquoi les associations ne saisiraient pas non plus l’aubaine d’embaucher à moindre coût ?

Ainsi le rapport débute par un banal commentaire du « retour de la croissance » rapidement nuancé par un commentaire à la méfiance convenue :

Notre système capitaliste, dont la légitimité est de créer des richesses, ne permet pas à 10% de la population de participer à l’activité productive de notre nation.

Pourtant d’autres pays partageant le même « système capitaliste » ne pâtissent pas d’un tel taux de chômage. De plus, ceux qui ne parviennent pas à s’insérer dans « l’activité productive » ne réussiront pas mieux parce qu’on leur aura réservé des emplois dans le secteur non marchand. Mais ça, on n’en parle pas. Pourtant, le retour à l’emploi à la suite des emplois aidés non marchands a été inférieur au cours de ces dernières années à celui suivant les emplois aidés en secteur marchand (41% contre 67% selon une étude de la DARES en 2014).

Taux de chômage

Total Jeunes
Allemagne 3,60% 6,70%
Royaume-Uni 4,20% 10,90%
France 9,20% 11,80%
Moyenne UE 7,30% 11,50%
Source : Eurostat – Chômage total : nov 2017 sauf pour RU : sept 2017 et jeunes : 2016

Ces emplois aidés ne sont que des emplois précaires bon marché. La bonne nouvelle dans ce triste tableau est qu’il est prévu d’en créer moins que précédemment (200 000 en 2018 contre 310 000 l’année dernière). Pour l’heure en tout cas puisqu’on sait bien qu’en France les promesses de moindres dépenses s’évanouissent aussi vite que les promesses de faibles prélèvements.

Libérer la formation

Pourtant le rapport souligne des faits intéressants :

Subventionner un contrat quelques mois, sans organiser de formation ni d’accompagnement, revient presque à retirer d’une main ce qu’on donne de l’autre, dans une certaine forme de précarité.

Comment en vient-il alors à légitimer ces emplois aidés ? En y intégrant une exigence forte (sur le papier) de formation. C’était déjà le cas auparavant mais cette obligation était peu observée. La formation est par ailleurs un aspect très décrié en France de par son inefficacité. Aussi cette exigence de formation restera-t-elle probablement plus formelle que réelle.

Cela pose la question de la formation en France. Elle risque malheureusement de demeurer la chasse gardée des syndicats (à travers les branches) et des Régions, le meilleur gage de leur inefficacité ! Muriel Pénicaud affirmait au début de sa mission que les contrats aidés étaient « le dispositif le moins efficace de toutes les politiques de l’emploi ». Mais, largement utilisé par les associations et de nombreuses succursales publiques, il a bien fallu les réinventer.

Comme d’habitude en France, des années de politique inefficace ne prouvent pas qu’il faut changer de politique mais bien plutôt qu’il faut l’amplifier ! Après les TUC, les CES (contrats emploi/solidarité), les CEC (emploi consolidé), les CEV (emploi ville), les CA (contrats d’avenir), les EA (emplois d’avenir), et les CUI-CAE (contrats uniques d’insertion) voici donc les PEC (Parcours emplois compétences) et des promesses de lendemains qui chantent.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Ce pays est foutu !

  • Article bien techno qui ignore tout de la réalité des contrats aidés. L’objectif des contrats aidés n’est pas d’insérer des gens sur le marché du travail classique. C’est une politique sociale, qui existe aussi en Allemagne. Aux USA ou au Japon, ces contrats sont mêmes obligatoires pour avoir droit aux aides sociales.
    Pour la plupart d’entre eux, ce sont des seniors en fin de carrière, d’autre en santé physique ou mentale faible, ou des femmes isolées ou des jeunes paumés qui seraient de toute façon incapable de trouver emploi dans les exigences du marché du travail classique.
    Ils ne coûtent pas beaucoup plus cher que la batterie d’aide sociale d’un assisté classique (700€ pour 25h de travail), mais au moins ça rend dignité au gens et assure de précieux services à la collectivité, aux personnes dépendantes…
    Bien sûre qu’il y a des effets d’aubaine dans les collectivités, vous n’allez quand même pas vous plaindre d’en réduire les coûts, puisqu’ils sont collectifs et d’intérêt général !

    • D’intérêt général? Ce sont des postes inutiles qui coûtent cher aux contribuables! Ils n’existent que parce que l’Etat imbécile et incompétent empêchant l’économie de créer les emplois qu’elle pourraient générer s’il s’occupait de ses oignons est contraint à cette solution désespérée pour maquiller les statistiques du chômage! Ainsi ils ne sont pas comptabilisés!
      Ce ne sont PAS des seniors mais des jeunes incapables de s’insérer dans le milieu du travail à cause de l’éducation nationale qui ne leur a pas enseigné les bases indispensables pour évoluer dans une société numérique!
      Lorsque on fait tout pour saboter l’économie d’un pays, on recours à des palliatifs qui aggravent encore plus la situation. Car l’argent ainsi gaspillé est d’autant moins consacré à la création de nouveaux emplois. La gauche fait systématiquement le contraire de ce qu’il faut faire avec pour résultat 7 millions de gens sans emploi et 10 million de pauvres. Jolie politique sociale!

      • Des emplois inutiles ? Qu’en savez vous au juste ? Et ils ne coûtent pas plus cher au contribuable que de laisser des gens glander avec le RSA, pour acheter la paix sociale.
        C’est Inutile d’aller distribuer des repas à des pauvres vieux dépendants qui coûteraient encore bien plus cher en ehpad ? Dans votre petite bulle de préjugés éloignée des réalités, supprimez les contrats aidés, et vous viendrez ensuite pleurer sur l’assistanat.
        Quant aux contrats aidés des jeunes de banlieues, ça vaut peut-être mieux que les traffics passages répétés en prison, qui avec les frais de justice presente un coût plus élevé encore.

        • Ce qui faut aux jeunes de banlieue c’est de vrais emplois qui leur permettent, pour certains, de progresser et de gagner leur vie et non de leur donner une simple occupation pour « soulager » des fonctionnaires forcément « surmenés ».

  • Comme d’habitude avec Macron, il dit une chose et fait le contraire. Il a bien retenu la leçon de son mentor Hollande!

  • ex:la presse reçoit des sudventions jusqu’preuve du contraire en majorité détenus pas des groupe privé et niche fiscal sur le salaire conséquente. …
    une manière de museler l’information…de réduire les journalistes à la soumission de L’état qu’il soit de droite et de gauche…
    c’est-à-dire bien pourquoi que les gens se détourne vers le net ou chacun donne une information plus juste ….
    combien les sudventions dans l’ensemble des entreprises annuel ????
    combien de niche fiscal pour les impôts. ..direct….economie du pays sous perfusion, imaginer,demain supprimer tout çà..bonjour les dégâts. ..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Claude Goudron.

Elle sera certainement la réforme qui prendra le plus de temps. L'éducation française est en effet totalement inadaptée aux besoins d’une économie moderne et présente  deux problématiques : l’Éducation nationale et la formation professionnelle.

L'Éducation nationale

Faible niveau

Le dernier classement Pisa publié fin 2019 n’est pas bon. Il place la France entre le vingtième et le vingt-sixième rang des 79 pays présents aux enquêtes et ce malgré des sommes colossales englouties. Le pays est par ailleu... Poursuivre la lecture

Par Didier Cozin.

Toujours en quête de gadgets sociaux, souhaitant baisser les charges tout en maintenant les coûts, les pouvoirs publics auraient trouvé la solution pour dégager un consensus en France : tout offrir, ne plus rien faire payer, subventionner tous les secteurs, toutes les entreprises, toutes les activités, quoi qu’il en coûte, en attendant de se refaire, que la reprise fasse le travail et rembourse.

Payer pour des services devient en France incongru, grotesque souvent inaudible. La décence voudrait que tout devien... Poursuivre la lecture

formation
0
Sauvegarder cet article

Par Didier Cozin.

Jamais depuis 1870 (défaite de Sedan) ou 1940 notre pays ne s’était trouvé devant de tels défis économiques, sociaux et éducatifs à relever : reconstruire un pays dont toutes les infrastructures sont intactes à la différence des guerres classiques, restaurer une éducation ravagée par l’immobilisme et les idéologies, reformuler un modèle social usé dans un pays surendetté, divisé et désormais en partie disqualifié par la mondialisation et la technologie, la numérisation, la globalisation, l’automation et intelligence ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles