USA : une croissance à 5,4% ?

D’excellentes nouvelles pour la croissance américaine selon la la Federal Reserve Bank d’Atlanta.

Par Philippe Lacoude. 

Une croissance en hausse

Aujourd’hui, la Federal Reserve Bank d’Atlanta a publié une nouvelle estimation de la croissance du PIB au premier trimestre de 2018. Selon la Fed, la croissance du PIB pourrait atteindre le taux annualisé considérable de 5,4%.

Bien qu’il s’agisse encore d’une estimation dans l’art très incertain de la prévision économique, ceci n’est pas rare après des réductions d’impôts massives.

Un précédent historique

Alors que le président Ronald Reagan entamait – avec le soutien de parlementaires des deux partis – la première phase d’une série de réductions d’impôt (connue sous le nom d’Economic Recovery Tax Act ou ERTA) en 1981, la plupart de ces réductions d’impôt ne prirent effet que le 1er janvier 1983.

Fait intéressant, alors qu’un taux de croissance négatif a été enregistré au second semestre de 1982, un taux de croissance annualisé de 5,0% a été enregistré au premier trimestre de 1983 et près de 10% au deuxième trimestre de cette année-là. Une théorie plausible explique ce phénomène par le fait que des impôts élevés pourraient en réalité nuire à l’activité économique (offre de main-d’œuvre, emploi, investissement, consommation) et que les entrepreneurs attendirent que les réductions d’impôt prennent effet avant d’investir.

Un chiffre parmi d’autres

Cette excellente prévision fait suite à un rapport de l’entreprise de traitement de la paie ADP qui a calculé qu’en janvier, l’économie américaine aurait créé 234000 emplois également répartis dans toutes les tailles d’entreprises et dans tous les secteurs à l’exception de l’informatique.

Dans la même veine, l’indice de production manufacturière PMI de l’ISM est en très léger retrait à 59,1% par rapport à son niveau de 59,3% de décembre 2017.  Au plus haut niveau et en hausse depuis 17 mois, un tel chiffre correspond à une augmentation de 4,9% du produit intérieur brut (PIB) réel sur une base annualisée si l’on se fie à la relation passée entre le PMI et l’économie américaine.

Ce sont d’excellentes nouvelles car l’Amérique a besoin de chaque dollar de croissance réelle pour justifier les niveaux actuels de Wall Street dans un contexte de hausse des taux d’intérêt.