Créations d’entreprises : l’État se trompe encore

L’État continue à vouloir aider les entrepreneurs, mais encore une fois il n’identifie pas la bonne solution.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Keys by Erik Jaeger(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Créations d’entreprises : l’État se trompe encore

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 janvier 2018
- A +

Par Valérie Pascale.

À partir du 1er janvier 2019, tous les créateurs et repreneurs d’entreprises seront éligibles à l’Accre, aide à la création ou reprise d’entreprise, qui pour le moment concerne principalement les demandeurs d’emploi. Mais ce ne sont pas l’Accre ni les autres aides de l’État qui vont relancer les créations d’entreprises et résoudre le chômage…

L’aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise (Accre) consiste en une exonération partielle de charges sociales pendant les douze premiers mois d’activité.

Actuellement certains créateurs et repreneurs d’entreprise (essentiellement les demandeurs d’emploi et bénéficiaires des minima sociaux) dont les revenus d’activité sont inférieurs au plafond annuel de la Sécurité sociale, soit 39 732 euros en 2018, peuvent bénéficier, sous certaines conditions, de l’exonération de cotisations sociales « Accre » pendant les douze premiers mois d’activité (ou trois ans pour les micro-entrepreneurs).

La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018 prévoit qu’à compter du 1er janvier 2019, tous les créateurs et repreneurs bénéficieront de cette exonération (renommée « exonération de début d’activité ») qui sera, comme actuellement, totale en cas de revenu annuel inférieur aux trois quarts du plafond de la Sécurité sociale, et dégressive entre les trois quarts du plafond et le plafond.

Ainsi, l’État continue de montrer son désir d’aider les entrepreneurs et de relancer les créations d’entreprises en France pour résoudre le chômage. Mais, encore une fois, la solution n’est pas bonne. Si la mesure n’est pas mauvaise en soi, il est naïf de croire que l’Accre et les autres aides de petits montants fournies par l’État aux créateurs et repreneurs d’entreprises, puissent avoir un effet visible sur le chômage.

Seule la création et le développement d’une multitude de jeunes entreprises à forte croissance pourront en avoir un. Et pour les faire émerger, leurs besoins de financement et d’accompagnement sont bien plus considérables.

Ce sont les business angels et non l’État qui sont les mieux placés pour les leur fournir. Au vu du caractère risqué de l’investissement dans des jeunes entreprises, de nouvelles incitations fiscales sont cependant nécessaires.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Je ne comprends pas l’argumentation de cet article car les 2 systèmes (exo de début d’activité et levée de fonds) sont complémentaires, ne recouvrent pas les mêmes activités ni la même ambition de développement (plutôt petit commerce artisanat et service pour l’auto entrepreneur).

    • Pourquoi exonérer en début d’activité, si ce n’est pour permettre d’essayer de se lancer avec pas tout à fait les ressources nécessaires ? Il me semble qu’il vaudrait mieux diminuer les charges, même moins, à tous les stades de l’activité et favoriser la constitution de ressources de départ plus abondantes.

  • Ce ne sont pas ces imbéciles d’énarques et de politiciens qui comprendront un jour comment cela marche. De plus avec la mentalité communiste française et la jalousie des riches!

  • « l’Etat se trompe encore »
    = pléonasme.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par  Ghyzlane Andaloussi[1.Enseignante chercheuse à l’ISGA-Rabat. Docteur en sciences de gestion (Université Ibn Tofail – Kénitra – Maroc)].

Aujourd’hui, la réalité économique et la crise sanitaire présentent un cadre aussi stressant qu’épuisant pour tous les employés, qui sont contraints malgré le rythme et les exigences du travail, de garantir la compétitivité de l’entreprise qui les emploie. En effet, les ressources humaines sont la force majeure de la pérennité d’une entreprise. C’est pourquoi la fonction des ressources humaines ne... Poursuivre la lecture

Depuis quelques semaines les scandales alimentaires pleuvent comme à Gravelotte : le scandale du sésame, les alcaloïdes de l’ergot dans les baguettes de pain, les salmonelles dans les jambons, les pizzas de Buitoni, les chocolats de Ferrero…

Pour ce dernier, l’AFSCA (Agence fédérale belge pour la sécurité alimentaire) qui affirme :

« Les infos fournies par Ferrero sont incomplètes et se résument à  reconnaitre des défaillances internes, provoquant des retards dans la récupération et le partage d’informations dans les délais imp... Poursuivre la lecture

Par Jean-Baptiste Louvet.

États et entreprises ont un point commun : ils peuvent faire l’objet d’attaques informationnelles destinées à les déstabiliser. En tant qu’État, la France s’est dotée en 2021 d’une agence anti-fake news baptisée Viginum, dont la vocation est de « contrer les ingérences numériques étrangères », notamment dans le cadre des processus électoraux. En revanche, toutes les entreprises n’ont pas les capacités de faire face quand elles sont attaquées sur le terrain de l’information économique. Tous les secteurs d’activ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles