Balkis, de Chloé Falcy

L’histoire d’une jeune Irakienne venue étudier en Suisse dans les années 1950.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Balkis, de Chloé Falcy

Publié le 17 janvier 2018
- A +

Par Francis Richard.

– Tu m’as bien dit que « Balkis » était le nom de la reine de Saba ? me demande David à l’oreille.

– Oui.

– Te voici donc flanquée du roi Salomon.

Balkis est irakienne. À l’automne 1955, elle quitte son pays pour étudier la couture à Genève, choisie parmi tant d’autres parce qu’elle est la meilleure de sa classe… Mais, à la fin de l’année préparatoire, on ne veut pas d’elle. Par manque de place.

À la place… elle est envoyée aux Beaux-Arts de Lausanne :

J’aime la précision de la couture, la patience qu’elle exige, les heures à suivre les chemins tracés par les fils.

[…]

Je ne comprends ni le dessin ni l’art en général, je ne suis pas en mesure de comprendre ces traits que l’esprit impose à une feuille de papier.

De Genève à Lausanne

Pour elle c’est donc un désastre.

Peu de temps après, sa petite soeur Badiya, la fille préférée de son père, la retrouve à Genève. Baba lui a obtenu une bourse. Quelques semaines plus tard, Balkis déménage à Lausanne et trouve une colocation avec Ruth, une jeune étudiante de la même école.

Une année encore plus tard Ruth obtient son diplôme et commence à travailler, tandis que Balkis ne sait toujours pas tenir un crayon et s’imagine devoir rentrer au pays, après avoir échoué honteusement. C’est alors que Ruth lui présente David.

Moyennant finance David fera les croquis à la place de… Balkis. Ce qui sera un bon début pour faire connaissance…  Mais connaissons-nous vraiment ceux que nous connaissons ?

L’honneur de la famille

Avant de partir, mon père m’a dit : « Ma fille, j’aimerais que tu regardes ta main, que tu la regardes attentivement. Tu portes l’honneur de la famille à l’intérieur. Je t’en prie, prends-en soin, ne le salis pas. Je te fais confiance pour ne pas laisser l’Occident te faire oublier qui tu es, d’où tu viens. »

Pendant les décennies qui suivent, Balkis gardera ces paroles en mémoire. L’Occident refuge ne lui fera jamais oublier ni ce qu’elle est ni d’où elle vient, malgré qu’elle en ait…

Et, comme dans le récit biblique, après une douloureuse traversée du désert, le palais de Salomon sera son horizon, mais lui semblera toujours bien loin…

Chloé Falcy, Balkis, 240 pages, Pearlbooksedition

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
ur
3
Sauvegarder cet article

Notre cinquième Centre du progrès est la ville mésopotamienne d'Ur pendant ce qu'on appelle la Renaissance sumérienne, au XXIe siècle avant J.-C.

Ur était alors la capitale d'un roi nommé Ur-Nammu. Sous sa direction, la ville a publié le plus ancien code juridique existant au monde, le code d'Ur-Nammu, qui précède de trois siècles le code d'Hammurabi, plus connu. Le code de lois d'Ur-Nammu, gravé sur des tablettes de terre cuite et distribué dans tout son royaume, a représenté une avancée significative dans l'histoire de la civilisatio... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Imaginez. Victime d’un accident de bus, vous vous réveillez dans un monde où l’idéologie woke, c’est-à-dire progressiste et socialiste, a totalement triomphé.

C’est ce qui arrive à Michelangelo, le héros du premier roman de Michel Kelly-Gagnon, Base Type Null. Pour les amis de la liberté et les défenseurs des droits individuels, le nom de Michel Kelly-Gagnon n’est pas inconnu : avocat de formation, ancien chef du Conseil du Patronat du Québec, il est le dynamique président de l’Institut économique de Montréal, le plus important think t... Poursuivre la lecture

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles