La politique immobilière, une politique migratoire masquée

Le renchérissement de l’immobilier – principalement dû à la réglementation foncière – écarte la main-d’œuvre peu qualifiée des régions productives et participe à la pauvreté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La politique immobilière, une politique migratoire masquée

Publié le 14 décembre 2017
- A +

Par Ferghane Azihari.

Conformément à son idéologie totalitaire, la Chine maoïste a longtemps restreint les migrations internes, des campagnes vers les villes, au nom du respect de la division du travail prévue par les planificateurs centraux.

Elle usait notamment de deux dispositifs pour cela. Le premier est le système de passeport intérieur, le Hukou, toujours en vigueur, quoiqu’assoupli. Le second, plus intéressant, consistait à établir un monopole étatique quant à la fourniture de logements urbains.

En s’auto-proclamant l’unique bailleur urbain du pays, le régime communiste s’est doté d’une plus grande capacité à contrôler les flux de populations.

Les résultats de cette politique ont été désastreux. En empêchant les Chinois des champs de migrer vers les villes (qui concentraient les activités industrielles à plus haute valeur ajoutée), le régime maoïste a maintenu des centaines de millions de personnes dans la misère en amputant la croissance économique du pays.

Si le totalitarisme chinois n’est évidemment pas comparable avec les social-démocraties occidentales, l’analogie concernant les relations entre immigration, immobilier et pauvreté présente tout de même un certain intérêt.

La stagnation des salaires est surtout due à la hausse de l’immobilier

Dans un article paru le 30 août dans le magazine américain Foreign Affairs, Sahil Mahtani, analyste pour la Deutsche Bank, et Chris Miller, professeur d’histoire internationale à l’Université Tufts à Boston, imputent une partie de la stagnation des salaires aux États-Unis à l’explosion des prix de l’immobilier, notamment dans les grandes métropoles, en raison des restrictions foncières mises en place dans le cadre de la planification urbaine.

Rien à voir donc avec les épouvantails de la robotisation ou encore de la concurrence étrangère, comme le dit Donald Trump dans ses discours mercantilistes à l’étranger.

L’accent est ici mis sur le rôle de l’immobilier, ses effets sur la mobilité géographique des travailleurs et l’évolution de leur pouvoir d’achat. Les auteurs de l’article citent notamment une étude publiée en 2015 par deux économistes américains, Peter Ganong et Daniel Shoag, respectivement affiliés à la Harvard University et à la Harvard Kennedy School.

Chasser les pauvres par l’immobilier

Les deux économistes soutiennent l’idée qu’en faisant exploser les prix de l’immobilier dans les grandes métropoles, la réglementation foncière maintient de fait les travailleurs peu qualifiés en dehors des régions les plus productives.

Ils font le constat d’une mobilité spatiale plus faible aux États-Unis, où les travailleurs peu qualifiés, en raison des prix de l’immobilier, osent de moins en moins se déplacer vers les zones les plus riches, comparé aux décennies passées.

Non seulement ce phénomène entrave la mobilité sociale des populations les plus pauvres, mais il conduit en plus à une spécialisation sous optimale des industries qui ralentit la croissance économique. La réglementation foncière agit donc comme une politique migratoire qui ne dit pas son nom, engendrant une ségrégation de fait.

Voilà des conclusions susceptibles d’inspirer tous ceux qui, en France, déplorent la ségrégation croissante qui caractériserait un certain nombre de quartiers populaires. Seulement, la classe politique ne semble pas disposée à faire sauter tous les freins politiques à la mobilité géographique des populations.

À défaut d’engager une véritable déréglementation du marché de l’immobilier ou du travail, la politique de la ville, officiellement destinée à favoriser le développement des quartiers pauvres, se contentera donc de continuer à faire ce que l’on fait de mieux en France : acheter la paix sociale à coups de subventions plutôt que de mettre en place les institutions qui favoriseraient l’enrichissement des populations enclavées.

Pour plus d’informations, c’est ici

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Bien d’accord sur le rôle de l’immobilier dans la plupart des pays, et en premier lieu en Chine. Mais la dictature avant tout, et on se débrouillera pour avoir quand même de bons chiffres (officiels) de croissance : https://yvesmontenay.fr/2017/09/18/la-chine-sacrifie-une-croissance-durable-au-joug-du-politique/

  • Tout le monde connaît la gentrification.

  • « Le renchérissement de l’immobilier – principalement dû à la réglementation foncière –  »
    Deuxième fois que je lis cette ânerie ici… « Principalement », c’est faux. Loi de l’offre et de la demande, avant tout.
    Seconde « idée » : il s’agirait d’un complot visant à éloigner les ploucs des lieux où vivent les bobos, pour le dire crûment.
    Pfff !…

    • @ J.R.D.C.
      + 1 000!
      No comment!

      • Merci, l’ami ! Voilà ce qui me désole sur ce site, c’est que l’idéologie – dans le cas présent, l’hostilité congénitale envers l’Etat et ses dérives réglementaires – en arrivent à déformer totalement l’argumentation des intervenants.
        On peut critiquer, et moi-même je ne m’en prive pas, la réglementite aigüe de l’Etat français, mais par pitié, soyons sérieux dans l’analyse des causes d’une situation donnée.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

La liberté est le sujet fondamental au centre des préoccupations de Contrepoints, à travers articles, analyses, réflexions, discussions. Au-delà de l’actualité, de l’Histoire, des perspectives d’avenir, qu’en est-il de ce sujet dans la littérature, en particulier lorsqu’on pense à son opposé le plus extrême : le totalitarisme ?

J’ai déjà eu l’occasion, ici-même, de commenter quelques grands romans d’Ayn Rand, qui trouveraient toute leur place dans cette série. Je vais donc prolonger avec d’autres réalisation... Poursuivre la lecture

Chers lecteurs, chers citoyens, vous tous qui me lisez par choix ou par hasard, n’attendons pas sagement que la future Assemblée législative s’installe au palais Bourbon. N’attendons pas sagement que le gouvernement dicte le tempo et le contenu des débats. Exigeons dès maintenant la levée de toutes les mesures d’urgence sanitaire qui perdurent sous la forme d’une loi de transition autorisant le rétablissement de l’état d’urgence sanitaire, pass vaccinal compris, jusqu’au 31 juillet 2022.

Compte tenu de l’imminence de la date butoir, le... Poursuivre la lecture

En janvier 2022 j’attirais l’attention sur la posture pour le moins surprenante adoptée par quelques sénateurs français vis-à-vis des approches du gouvernement chinois durant la crise que nous avons traversée (traversons). Dans un rapport prospectif ils se montraient ostensiblement admiratifs du solutionnisme technologique chinois.

Dans ce même rapport, ils ne manquaient pas de vanter - sans ambages - tous les mérites des méthodes de l’empire du Milieu, sans omettre de valoriser certaines de ses approches les plus coercitives…

S... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles