Web TV Mélenchon : l’étonnant modèle économique

Le média, la web TV des insoumis, les amis de Mélenchon, promet un journalisme « citoyen et collaboratif », sans cotisation pour ses adhérents. Vraiment ? Petit focus sur un modèle économique « provisoire » qui joue sur les mots…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent chantent l'Internationale By: Rémi Noyon - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Web TV Mélenchon : l’étonnant modèle économique

Publié le 13 décembre 2017
- A +

Par Guillaume Nicoulaud.

Pour devenir socio de Le Média, la future web-TV des amis de M. Mélenchon, vous devez (i) acquérir un ou plusieurs titres de propriété de Le Média (5 euros l’unité) et (ii) régler une contribution destinée à « financer Le Média » (en fonction de vos revenus de 50, 80, 120 ou 200 euros). C’est le paiement de ces deux sommes, appelé droit d’entrée, qui fait de vous un socio. Les conditions générales stipulent très clairement qu’aucune cotisation n’est demandée.

En contrepartie, vous promettent-ils, vous deviendrez propriétaire du nouveau média (selon la homepage) ou, du moins, d’une partie de celui-ci via l’association « Le Media » (selon la page socios, j’y reviens) et vous bénéficierez d’un certain nombre de « services exclusifs » comme, par exemple, le droit de publier un avis et de commenter les programmes ou, plus prosaïquement, celui d’avoir votre nom au générique d’un programme de votre choix.

À l’heure où j’écris ces lignes, Le Média revendique 9 421 socios pour 1 117 972 euros récoltés. À vue de nez, ça fait plus de 9 000 gogos qui se sont fait avoir. Explications.

Pas de cotisation ?

Chez Le Média, il n’y a pas de cotisation — promis, juré — mais il y a une contribution mensuelle. C’est celle qu’on vous demande au titre des droits d’entrée pour « financer le Média », celle que vous pouvez régler en une fois (les 50, 80, 120 ou 200 euros) ou en 10 fois1 (soit 5, 8, 12 ou 20 euros). Il n’y a donc pas de cotisation mais une contribution au titre de l’année 2018. Je vous laisse apprécier la portée de cette subtile distinction sémantique.

Et après ? Eh bien il semble qu’aucune cotisation ne sera effectivement réclamée aux socios pour l’année 2019. En revanche, et les conditions générales sont tout à fait claires sur ce point :

Le droit d’accès à ces services exclusifs fera l’objet, à compter de 2019, d’une participation financière dont les modalités seront plus tard déterminées par l’association. 

Toujours pas de cotisation, donc, mais une participation financière.

Bref, de toute évidence, Le Média joue sur les mots. Non seulement les socios devront bel et bien s’acquitter d’une cotisation tous les ans pour continuer à bénéficier de leurs « services exclusifs » mais la liste de ces derniers est modifiable à volonté et le montant des cotisations à partir de 2019 et parfaitement inconnu. Mais, me direz-vous, ils restent quand même propriétaires de Le Média.

Propriétaires ?

Eh bien non, au risque de décevoir ceux de nos amis insoumis qui ont souscrit à cette offre alléchante, ils ne sont propriétaires de rien du tout. Ces multiples de 5 euros qu’ils ont versé à l’association « Le Média » ne sont qu’un droit d’entrée qui, contrairement à ce qu’affirment les conditions générales, n’ont aucun rapport avec un titre de propriété.

De fait, si Le Média réalise des bénéfices, ils ne toucheront pas un centime — ce qui devrait les ravir — mais ils ne peuvent non plus vendre leurs titres2 et surtout, ces derniers ne leur donnent absolument aucun pouvoir de décision.

C’est absolument limpide dans les statuts de l’association : l’Assemblée Générale n’est constituée que des membres fondateurs — Sophia Chikirou et Gérard Miller — et des socios cooptés par ces derniers (les membres correspondants). Le fait d’être socio, en soit, ne donne absolument aucun pouvoir : votre seul droit consiste à pouvoir « soumettre des demandes au bureau » ; lequel n’est naturellement pas tenu d’y donner suite.

En d’autres termes, les heureux socios de Le Média ne sont propriétaires de rien du tout. Au mieux, s’ils sont cooptés par le bureau des fondateurs, pourront-ils donner leur avis lors des Assemblées Générales à venir. Et encore, vu le niveau de verrouillage du machin, je crains fort que les délibérations aient une fâcheuse tendance à donner systématiquement raison aux fondateurs.

De la nature de Le Média

Le grand mystère, c’est la nature exacte de Le Média. Je l’ai dit plus haut, la page socios affirme qu’en devenant socio « une partie du Média m’appartient via l’association « Le Média ». » J’ai déjà expliqué que pas du tout : verser un droit d’entrée à une association — fût-il nommé « action » — ne donne aucun droit de propriété mais ce qui est intéressant ici c’est ce que cette simple phrase suggère des relations entre l’association « Le Média » et Le Média lui-même.

De fait, comme on ne peut pas être propriétaire d’une association, cette histoire de « partie » suggère que l’association « Le Média » va être propriétaire d’une partie de Le Média et donc, qu’il y aura d’autres propriétaires. Si j’ai raison, ça signifie que l’argent des socios, via l’association sur laquelle ils n’ont aucun contrôle, va servir à capitaliser une autre entité3. Or, si c’est bien le cas, on est en droit de se demander qui sont les autres propriétaires et surtout à hauteur de combien ils comptent capitaliser Le Média.

À ce stade, une prudence de chat s’impose et je n’irai pas plus loin.

Sur le web

  1. En 10 fois parce que vous bénéficiez de 2 mois gratuits pour toute souscription avant la fin de l’année 2017.
  2. Sauf si l’association décide de les racheter.
  3. Le propriétaire actuel de lemediatv.fr n’est autre que la société de Mme Chikirou qui jure que c’est provisoire. Dont acte.
Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Rien que le nom, « Le Média », me rappelle les racines soviétiques et totalitaires des insoumis, « Le Parti » …

  • et alors ? ils font leur truc comme ils le sentent… ils sont libres de se planter, et nous serons libres de rigoler.

    • C’est quand même désopilant, et symptomatique de la pensée de l’extrême gauche, de se plaindre de l’absence de neutralité dans les médias… pour créer tout le contraire un média neutre.

    • mais peut être pas d’escroquer des camarades un peu embrigadés……..

  • Mélanchon est le chef politique Français le plus capitalise qui soit : il exploite à fond la naïveté crasse de son électorat pour se constituer une véritable fortune.

  • Un des thème favorit de Mélanchon est la fraude et l’ évasion fiscale, il a même critiqué Johnny Hallyday sur ce point pécis. Parlons clair, parlons argent, combien aura rapporté Johnny au fisc au final de sa vie???? Des centaines de millions ‘ euros………..Et Mélanchon le donneur de leçon il aura rapporté combien lui ????? Rien, au contraire il vit comme un parasite au dépend de ceux qui mettent l’ argent dans la caisse.

  • C’est une structure de type léniniste…

  • Les deux débiles économiques que le lamentable échec économique de tous les pays socialistes n’a rien fait comprendre à leur manque de cerveau!

  • Ah ah ah !!!
    Ils ont le droit de faire semblant de participer et en échange le Média fera semblant de la informer… Un magnifique deal où les pigeons ne font que perdre !

  • Guillaume,

    vous voyez le mal partout …

  • Cela montre bien leur definition de la propriété : donne moi ton argent pour que je fasse fonctionner mon bouzin. En contrepartie tu n’a droit à rien et je n’ai aucun compte à te rendre…

    un petit signalement à la repression des fraudes ? certains ont pris des amendes pour moins que ça

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
nupes
0
Sauvegarder cet article

Le régime est-il enfin en voie de reparlementarisation ? Avec une Assemblée élue au scrutin majoritaire mais qui donne l’image d’une élection à la proportionnelle, l’absence de majorité absolue du parti présidentiel a sonné comme un coup de tonnerre. Le Rassemblement national sort en position de force en parvenant à faire entrer un nombre de députés inimaginable pour une élection au scrutin majoritaire. Pourtant, c’est désormais vers Les Républicains que tous les regards se tournent. Après 10 ans dans l’opposition, la droite républicaine se r... Poursuivre la lecture

Info du 22 juin 20 h 08 : Emmanuel Macron écarte pour l’instant l’idée d’un gouvernement d’union nationale, pense trouver une « majorité plus large » pour gouverner et s’accroche à un échange positif entre l’exécutif et le législatif pour avancer au service des Français. Hormis l’immense progrès d’avoir bouclé l’affaire en moins de huit minutes, une allocution type soir d’élection qui n’apporte pas grand-chose. 

Emmanuel Macron devrait être content. Le « en même temps » qui a fondé son accession initiale au pouvoir, ce mode d’action qu... Poursuivre la lecture

La première leçon de ces législatives françaises est l’échec patent, cuisant et retentissant de Jean-Luc Mélenchon. Tout de hargne et de fulgurances haineuses, cet étrange apparatchik ajoute un nouvel échec à sa riche collection chamarrée. La gauche façon Mélenchon obtient 24 % des sièges à l’Assemblée nationale, soit l’un de ses pires scores historiques. Le nombre de sièges guignés par l’improbable attelage mélenchonien est risible en comparaison cette majorité absolue dont il professait l’ambition.

Deuxième leçon, l’échec de la press... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles