COP23 : échec conjoncturel ou structurel ?

Allocution faite à l’occasion de la Journée de conférences/débats sur la question climatique organisée par l’Association des Climato-Réalistes le jeudi 7 décembre 2017 à Paris.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
3D green planet earth by Chris Potter(CC BY 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

COP23 : échec conjoncturel ou structurel ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 11 décembre 2017
- A +

Par Drieu Godefridi.

Allocution faite à l’occasion de la Journée de conférences/débats sur la question climatique organisée par l’Association des Climato-Réalistes le jeudi 7 décembre 2017 à Paris (Musée Social, 5 rue Las Cases).

Monsieur le Président Václav Klaus,

Mesdames et Messieurs,

De l’avis général, la COP23 est un échec. Est-ce réellement le cas ? Pour s’en assurer, je vous propose d’analyser la résolution adoptée au terme de cette réunion « Conférence des parties » (COP) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques qui vient de se tenir à Bonn, en Allemagne.

Le communiqué final de la COP23 débute par cette phrase :

Les pays se sont mis d’accord aujourd’hui pour mettre en œuvre les prochaines étapes en vue d’une plus grande ambition en matière d’action climatique avant 2020.

Une phrase qui ne veut, bien entendu, strictement rien dire, puisqu’il s’agissait par hypothèse de faire le bilan (passé) de la réunion qui venait de se tenir et non d’annoncer de futures réunions. Le ton est donné.

Il est ensuite rappelé que

L’objectif central de l’Accord de Paris est de contenir l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2°C et la plus proche possible de 1,5°C – la limite inférieure est jugée cruciale pour la survie de nombreuses petites îles et de pays vulnérables

La survie ! C’est de la survie de pays entiers qu’il est donc question ! Une affirmation qui, d’un strict point de vue scientifique, est sans fondement.

Est ensuite annoncée l’adoption d’un « Plan d’action pour l’égalité des sexes », dont la mention dans la résolution finale d’une réunion sur le climat n’étonnera que ceux qui ne sont pas familiers de la glorieuse littérature onusienne.

La COP23 se réjouit de l’adoption d’ « un rapport scientifique spécial, réalisé pour la Conférence par Future Earth et Earth League« , deux ONG environnementalistes qui n’ont bien sûr rien de scientifique.

La COP23 à Bonn, poursuit le communiqué, s’est déroulée dans un contexte de catastrophes naturelles sans précédent qui ont détruit logements, familles et économies d’Asie, des Caraïbes et des Amériques.

Ce qui est doublement erroné : d’une part, la science n’indique en aucune façon une aggravation des occurrences ou intensité des catastrophes naturelles (mensonge n°1), d’autre part le lien entre catastrophes naturelles et réchauffement climatique n’a jamais été établi (mensonge n°2).

Bonn a mis en évidence que le soutien à l’Accord de Paris est fort et que ce voyage que le monde a entrepris est un mouvement irrépressible, soutenu par toutes les sphères de la société, partout dans le monde.

« Irrépressible », soutenu par « toutes » les sphères de la société, « partout » : même Ceaușescu n’aurait pas osé. Surtout après le retrait américain.

Est ensuite annoncée une série d’initiatives locales visant à promouvoir les énergies renouvelables. Des initiatives qui ont en commun d’être très « locales » en effet, dans un futur hypothétique, et toujours financées par l’Occident.

Est ensuite annoncée la « création d’une nouvelle association visant à renforcer la couverture médiatique et les reportages sur le climat dans le Pacifique », ce qui ne manquera pas de réjouir ceux qui estiment que nos médias ne parlent pas encore assez du climat.

« L’Alliance pour la sortie du charbon » est également célébrée et signée entre autres par la Belgique qui n’a, simple détail, aucune centrale au charbon en activité.

N’oublions pas de relever, pour conclure, l’initiative « America’s Pledge », qui

rassemble des dirigeants des secteurs privé et public pour garantir que les États-Unis demeurent un chef de file mondial en matière de réduction des émissions, et qu’ils respectent les objectifs climatiques du pays dans le cadre de l’Accord de Paris.

Dit autrement, un organisme onusien met en place un mécanisme pour contrevenir à la politique officielle de la présidence et de la majorité parlementaire des États-Unis d’Amérique. Good luck, et tellement révélateur d’une certaine arrogance onusienne sans le moindre égard pour la volonté démocratique des peuples.

N’étaient les sommes considérables qui sont en jeu, on serait tenté de qualifier la COP23 de risible mascarade et de passer immédiatement à autre chose, tant ce communiqué ridiculise ses auteurs et les participants de la COP23.

Cet échec est-il conjoncturel ou structurel ?

On assiste, selon moi, à la fin d’un processus. Quand le 1er juin 2017, le président des États-Unis annonce sur la pelouse de la Maison-Blanche que son pays se retire de l’Accord de Paris, la fête est finie.

En effet, quelle est la substantifique moelle de l’Accord de Paris ? La décarbonisation de l’Occident, financée par l’Occident et la décarbonisation du reste du monde, également financée par l’Occident. En réalité, seule la première de ces deux décarbonisations commence maintenant puisque le reste du monde se voit reconnaître de facto — notamment la Chine — le droit de continuer à augmenter ses émissions de CO2 au moins jusqu’en 2030 (sic).

Cette résurgence tardive du tiers-mondisme se concrétise par le Fonds vert, alimenté chaque année à concurrence de 100 milliards de dollars — chaque année ! — au profit, concrètement, de chefs d’État asiatiques, africains, etc.

Comment ces États pourraient-il ne pas défaillir de plaisir en contemplant la perspective de cette manne ? Comment la haute finance pourrait-elle ne pas s’en réjouir, elle qui serait immanquablement appelée à gérer ces sommes astronomiques directement prélevées dans la poche des contribuables occidentaux au profit de chefs d’État étrangers ?

Tel est, Mesdames et Messieurs, la formule magique de l’Accord de Paris.

Était. Car maintenant que les Américains se sont retirés, il revient aux seuls Européens d’alimenter les Fonds vert. Or, les États européens, qui sont à la fois surendettés et qui pratiquent des prélèvements fiscaux déjà confiscatoires et les plus élevés au monde, sont financièrement incapables de se substituer aux Américains. Dès lors, l’Accord de Paris devient déjà nettement moins séduisant pour le « reste du monde » (ceux qui vont recevoir l’argent des contribuables occidentaux tout en continuant d’augmenter leurs émissions de CO2). Il le deviendra moins encore quand il s’avérera que les Européens ne sont pas même aptes à honorer leurs propres engagements — ce qui immanquablement arrivera, car les caisses sont vides.

Et puis, il y a la réalité économique. Déjà aujourd’hui, l’électricité allemande est trois fois plus onéreuse que l’américaine. Il n’y a pas une seule entreprise allemande — à l’exception de quelques grandes — pas une seule PME, pas un seul entrepreneur et, surtout, pas un seul ménage, qui ne s’en trouve cruellement pénalisé. À politiques inchangées, cette divergence transatlantique ira s’accentuant, jusqu’à atteindre des niveaux intenables même pour l’économie allemande, a fortiori pour des nains économiques tels que la Belgique.

Par ces deux motifs, parfaitement rationnels et purement analytiques, nous sommes en mesure de diagnostiquer, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, le caractère structurel et non plus seulement conjoncturel de l’échec de la COP23.

Je vous remercie pour votre attention.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Nous pouvons admirer le travail parfaitement futile et inutile de la bureaucratie onusienne et de nos politiciens, qui font tout ce qu’ils peuvent pour vendre les éoliennes de leurs copains (Al Gore par exemple, dont la villa de 9 millions de dollars n’a aucun panneau solaire ni éolienne. Preuve que c’est uniquement valable pour les gogos mais pas pour lui). L’argent pour cette arnaque venant bien sûr de la poche des contribuables occidentaux, au détriment des SDF par exemple, qui eux ne méritent point qu’on les aide. Pourtant cet argent serait mieux placé à leur rendre leur dignité tout en les rendant à nouveau productifs. Les 100 milliards de dollars annuels qu’on extorquera finiront sur les comptes de politiciens véreux et de leurs copains industriels. Cela permettra en outre d’alimenter une gigantesque corruption à l’échelle de la planète. Qui a créé l’ONU ?

  • Tout est résumé et expliqué avec verve. Merci infiniment. Il y a vraiment de quoi être en colère contre ces bonimenteurs qui inondent les media de mensonges , et les terriens en particulier!

    • @ Mariah

      Ce qui est incompréhensible, c’est que Paris organise une COP bis après la COP23! C’est absurde! À moins, à moins que … (on peut tou supposer!)

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comme le rapportent les médias, les dirigeants ont réponse à tout. Prix du carburant faibles ? Ils les remontent avec des taxes. Trop élevés ? Ils donnent des aides.

La Dépêche :

« L'indemnité carburant de 100 euros, disponible depuis lundi 16 janvier, a déjà été demandée par plus de 825 000 foyers uniquement lors de cette première journée. Cette aide concerne 50 % des ménages les plus modestes, qui disposent d'un revenu fiscal de référence inférieur à 14 700 euros en 2021. »

Vous prenez la voiture ? Obtenez donc un chèqu... Poursuivre la lecture

Le quotidien Le Monde nous le dit.

Pascal Canfin, eurodéputé Renew et président de la commission environnement du Parlement européen se réjouit :

 L’UE est la première zone commerciale au monde à mettre un prix carbone sur ses importations. On en parle depuis plus de vingt ans. C’est un accord historique pour le climat. »

Et Thomas Pellerin-Carlin, directeur du programme UE de l’Institut de l’économie pour le climat, abonde :

« C’est le mieux qui pouvait se passer, de s’assurer que les produits importés en Europe ... Poursuivre la lecture

Drôle de semaine, que je viens de passer. Non seulement tous les microbes de saison semblent s’être donné rendez-vous dans mon nez et ma gorge ce week-end, ce qui n’est jamais de nature à me faire voir la vie en rose, mais ils sont arrivés après deux conversations totalement déprimantes que j’avais eues successivement mercredi et jeudi sur les thèmes désormais incontournables de la chasse aux émissions de CO2 et du nécessaire encadrement de la liberté d’expression dans les démocraties.

Dans les deux cas, un dîner de plusieurs convives ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles