Jérusalem capitale d’Israël : un risque mondial ?

Donald Trump vient de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. Les réactions se multiplient mais, à l’heure où cet article est rédigé, aucun trouble n’est survenu en Palestine.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jérusalem capitale d’Israël : un risque mondial ?

Publié le 8 décembre 2017
- A +

Par Éric Verhaeghe.

La question de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël est une vieille affaire qui empoisonne la vie du Moyen-Orient. Revendication quasi-historique des Israéliens, elle a néanmoins fait l’objet d’une mise en sourdine de la part du gouvernement israélien lui-même dans les années 90, au moment où le processus de paix se nouait entre les deux parties. En annonçant une reconnaissance unilatérale de Jérusalem comme capitale d’Israël, Trump jette un historique pavé dans une mare. Risque-t-elle de déborder ?

Jérusalem, ville trois fois sainte

La sensibilité du sujet est tout entière résumée dans la formule : Jérusalem, ville trois fois sainte. Dans un mouchoir de poche, la vieille ville de Jérusalem (la fameuse Jérusalem Est) contient à la fois le mur des Lamentations, vestige du temple d’Hérode, l’esplanade des Mosquées et le fameux Dôme du Rocher, lieu d’où le Prophète aurait rejoint le paradis, et le saint-sépulcre où Jésus aurait été enterré.

Reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël à la place de Tel-Aviv, c’est de fait faire basculer une ville sainte musulmane dans le giron juif. On peut considérer cette décision comme un point de non-retour dans la tragédie israélo-palestinienne.

Un pavé trumpien dans la mare

Dans la pratique, ce choix de Donald Trump laisse planer peu d’ambiguïté sur le parti que les États-Unis prennent dans ce conflit. Concrètement, le rôle de médiateur devrait leur échapper définitivement désormais.

C’est ici que se niche la principale difficulté diplomatique. Dans l’affrontement latent (ou non) qui agite le Moyen-Orient, Trump risque de réunifier les sunnites et les chiites dans une stratégie anti-israélienne frontale, là où la diplomatie occidentale avait semé la zizanie. Dès lors, on voit mal quelle instance crédible pourrait encore pacifier les relations entre Musulmans et Juifs au Proche-Orient.

La crainte d’un embrasement

Reste à savoir si les Palestiniens eux-mêmes auront la force de se révolter. Rien n’est moins sûr. Beaucoup d’entre eux sont las d’un conflit qui les laisse sans illusion.

Mais… la reprise de l’Intifada n’est pas impossible, dans un contexte relativement différent des précédentes Intifadas. L’Iran, qui soutient le Hamas, est désormais proche de l’arme nucléaire. La Syrie n’a plus grand chose à perdre dans cette région et bénéficie du soutien militaire direct de la Russie.

On le voit, Trump joue aux apprentis sorciers en faisant un pas en avant (attendu de longue date) dans un dossier extrêmement sensible, au moment où, par ailleurs, la Corée du Nord est proche de la guerre.

Les bourses déjà déstabilisées

On notera au passage que les marchés n’ont pas tardé à réagir négativement à cette annonce dont on peine à mesurer les effets à long terme, mais qui a toutes les apparences du quitte ou double : ou ça passe, ou ça casse. Mais si ça casse, la rupture risque d’être très douloureuse.

Sur le web

Voir les commentaires (31)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (31)
  • Jérusalem est depuis toujours la ville maudite de l’humanité. Foyer essentiel de la fantastique régression morale et intellectuelle que constituent les monothéismes, y compris l’islam.

    La civilisation greco latine n’y a pas survécu. La nôtre à failli y succomber et s’en est sorti grâce à la division de la chrétienté à la fin du moyen âge, qui a liberé un espace. Elle va hélas finir par succomber sous les coups d’un autre monothéisme d’origine moyen orientale.

    • Votre pessimisme excessif est basé sur un constat qui n’appartient qu’à vous.

      • @ contraceptique

        Hank.R s’exprime comme bon lui semble: c’est son droit le plus strict! Avec ses a priori’s, il y a peu de chance qu’il participe à une négociation, alors …

  • Ou l’on considère que Jérusalem est une capitale religieuse et que mettre la capitale d’Israël dans cette ville st une profession de foi religieuse (pour les extrémistes religieux américains ou israéliens), ou on considère que c’est une ville comme une autre, profane, et je ne vois aucun inconvénient à ce que Jérusalem devienne la capitale d’Israël.
    Il serait bon que les hypocrisies concernant Israël (du même genre que celles du parti socialiste français qui refusait de s’exprimer sur la libre concurrence) soient enfin dénoncées. C’est seul moyen de parvenir à la paix (et pour le parti socialiste de se reconstruire !) !
    Et ne rêvez pas, la Palestine ne sera jamais un état indépendant : il y a beaucoup trop d’émigrés palestiniens susceptibles de revenir (ne serait-ce que dans le Liban Schiite où ils ne sont ni admis ni intégrés depuis ans !) et cela pourrait bouleverser les équilibres !

    • Bouleverser les équilibres?
      Qu’entendez-vous par la?
      Le retour des palestiniens exilés vers les terres colonisées par Israël serait un déséquilibre?

      • Le retour exigé par les palestiniens est celui de tous les palestiniens descendants de ceux qui ont été déplacés par la création d’Israël et qui sont devenus des ayant-droits.
        Faites le compte, ça fait beaucoup de monde.
        .

  •  » du kit ou double  » —> après avoir lu l’article ne Nathalie MP sur le niveau scolaire, j’ai failli m’étrangler !

  • Trump met fin aux murs des illusions de Jérusalem et rien ne débordera sauf l’encre des journalistes et des antisémites ou militants extrémistes.
    L’important est que les lieux de cultes soient ouverts….
    Quel patacaisse pour pas grand chose. Juste le lieu de l’ambassade des USA et le collage au réalisme de la situation de fait contre les rêves impossibles idéalistes.
    Trump sur ce coup a le courage de faire quelques chose là ou tous les autres qui ont peur de perdre jouent en palabres à ne faire que des statuts-quos qui ne changent rien.
    C’est juste de l’immobilier de parcelles de terrain à grande échelle. Et Trump est le dieu de l’immobilier. :-))

  • La ville de Jerusalem n’est devenue importante aux yeux des arabes et des palestiniens qu’après 1967, quand elle est passée sous contrôle Israëlien.
    Avant ça, l’esplanade des mosquée était déserte et pas entretenue.
    Énième prétexte à la haine, il importerait de ne surtout rien faire, de ne surtout pas bouger, pas varier d’un pet de mouche des fois que ça changerait la donne pour les chefs de guerre locaux appréciés de certains occidentaux.

  • Et voilà , il ne reste plus qu’à couper le financement des palestiniens pour remettre de l’ordre dans cette région du monde , la parole est maintenant aux Européens ..qui normalement suivront le plan Trump pour l’arrêt des hostilités.il fallait ça après les longues années de règne des bush et consorts, un grand coup de pied dans la fourmilière.

  • Celui qui tient lieu de « président » des USA est celui qui arrose d’essence les cendres encore rouges du conflit.
    Cerise sur le gâteau: manifestation, répression, blessés et morts
    Devinez qui sera montré du doigt ????
    Pas Trump mais les palestiniens ….. logique, Non ? dans ce monde à la dérive

    • Quoi qu’on pense de lui personnellement, Trump est le Président légitime des USA, et sa stratégie est parfaitement claire : donner des coups de pied dans toutes les fourmilières, et particulièrement quand il l’a annoncé dans sa campagne, et encore plus particulièrement quand ça a toutes les chances de nuire à l’Europe et/ou éventuellement à d’autres et d’épargner les USA. S’attendre à autre chose, « Écrire sur son blouson : // « La guerre doit s’arrêter » // Assis sur son derrière // Avec les bras croisés » disait Johnny, c’est d’une naïveté sans nom, indigne de chefs d’état, à moins que ça ne soit de la com.

  • Je ne pensais pas lire un article dans contrepoint réunissant un tel fatras d’inepties historiques et factuelles.
    Reprendre les poncifs fruits de manipulations et de désinformation pluri-décennales tel: Jérusalem une ville sainte musulmane( qui est devenue cela seulement depuis le retour massif des juifs) contribue à pérenniser l’ incroyable falsification historique et idéologique sur ce conflit.
    Je vais aller vite parce que tout cela m’écœure. Le peuple palestiniens est une invention, un constructivisme(comme le capitalisme), de l’URSS et des Musulmans, les uns pour attaquer un alliés de l’occident, les autres pour assouvir leur haine des juifs(voir les relation du grand mufti de Jérusalem et D’Hitler etc.). La Palestine ne désigne pas une nation,une peuple, mais une région géographique (comme la creuse, il n’y a pas de peuple creusois)…
    Toucher à la doxa islamiste comme ce le fut pour le communisme et maintenant l’écologisme serait menacer l’équilibre du monde .
    Jérusalem est un épiphénomène pour l’islam, juste une crispation dans sa concurrence avec les autres religions. Et puis les juifs sont tellement attendrissants quand ils se contentent d’être des victimes . Le président de la plus grande puissance(Zut une démocratie encore libérale) les soutien sans sourciller: c’est scandaleux et dangereux .Trump est de façon pour l’intelligentsia et ce qui reste de la nomenklatura un crétin doubler d’un fou ,dont acte .

    • La notion de capitalisme est effectivement un constructivisme péjoratif d’origine marxiste destiné à désigner, condamner puis détruire un ennemi, ennemi qui s’est trouvé fort dépourvu en apprenant soudainement non seulement qu’il existait, mais également qu’il était affublé de ce terme ridicule qui ne voulait rien dire et finalement qu’il avait un ennemi mortel. Quand on ne demande rien à personne, sans même avoir conscience d’exister, ça fait beaucoup de surprises en une seule fois.

    •  » Le peuple palestiniens est une invention, un constructivisme(comme le capitalisme), de l’URSS et des Musulmans

       » Le nom de Palestine vient de l’empire romain.

  • « Réunifier les sunnites et les chiites » est une hypothèse hautement improbable. Sinon, il serait surprenant que Jérusalem et Riyad laissent l’Iran « s’approcher » de l’arme nucléaire sans réagir préventivement. La possession de l’arme par l’Iran serait quasiment une déclaration de guerre lancée à ces deux pays.

  • => Jérusalem, capitale des Abrahamismes

  • Jérusalem n’est pas la capitale religieuse des musulmans, c’est La Mecque. Les juifs n’ont que Jerusalem, pour les Chrétiens c’est la même chose. Seuls les Musulmans s’insurgent, et pas les Chrétiens, cherchez l’erreur …

    •  » Jérusalem n’est pas la capitale religieuse des musulmans, c’est La Mecque.  »

      Ce sont les palestiniens qui revendiquent Jérusalem pour capitale et non le monde musulman dans son ensemble.

      • Quel est le sens exact de « capitale religieuse » ? Tant qu’à débattre, autant s’entendre sur les mots. Or pour moi ce concept est bien étrange et je lui préfère celui de « lieu saint ».
        Sinon il suffit de laisser à César ce qui lui appartient, voirie, bus et autres choses palpitantes mais qui n’ont que peu de rapport avec la religion. Personnellement je me moque assez du drapeau qui flotte sur l’hôtel de ville de Jérusalem du moment que je puisse aller me recueillir au Saint Sépulcre.

  • Quelle naïveté de la part de l’auteur de ces lignes, penser un seul moment que le président US ne sera plus médiateur. Pour votre gouverne sachez que M. Trump est à la tête du pays avec l’armée la plus puissante de tous les temps, l’économie la plus forte, la monnaie la plus désirée, les services de renseignements les plus performants, etc…
    En d’autres termes seule la voix des USA est audible, sûrement pas celle de notre marcheur national avec son demi porte avion et ses 15 rafales.
    Sur le fond on se doit de remarquer que L’hypocrisie des nations occidentales est à son comble puisque ne pas reconnaître Jérusalem comme capitale des juifs c’est couper un bras au christianisme, puisque Jésus himself vivait entre autres à Jérusalem.

    •  » Pour votre gouverne sachez que M. Trump est à la tête du pays avec l’armée la plus puissante de tous les temps,  »

      Le problème est que malgré que l’armée US ait remporté toutes les batailles militaires sur le terrain tant en Afghanistan qu’en Irak ça fini par merder à cause des politiques .

    • @Jean maire-de-la-gauche
      Jésus vivait en Galilé, et non à Jérusalem.

  • Compte-tenu de la situation déplorable dans les relations entre Israël et la Palestine, M. Trump a peut-être raison de jeter enfin le pavé dans la mare! Wait and see.

    •  » M. Trump a peut-être raison de jeter enfin le pavé dans la mare! Wait and see.  »

      Ou peut-être pas ou bien obtenir au mieux une victoire à la Pyrrhus

      • Trump n’a fait que se débarasser du voile hypocrite des pays occidentaux, qui au-delà des postures et des déclarations, ont toujours soutenu Israël (quoi que l’on pense de la pertinence de ce soutien).

  • Les dirigeants du monde arabe ont fini de se distraire avec le jouet nommé Palestine. Ils s’en servaient lorsque leur objectif était de détruire Israël. Maintenant qu’ils en ont besoin afin de se défendre face aux Iraniens et au péril réel qu’ils représentent, le jouet ne leur sert plus à rien. Au contraire, il les gêne. D’autant plus qu’ils se sont soudain aperçus que l’Etat hébreu, depuis qu’il existe, ne leur a somme toutes jamais cherché de noises et qu’il est au contraire un voisin appréciable. Un voisin dont la puissance, lorsque l’on s’allie à lui, devient un composant efficace de leur propre sécurité.

  • Rappelons que Trump a tenu sa promesse de campagne, pas plus. Il n’a pris personne par surprise mais je conçois qu’en France on s’étonne de voir des responsables politiques tenir leur engagements. C’est peu courant en effet …
    Rappelons aussi que Obama l’avait promis avant lui, mais le joueur de claquettes n’a pas tenu sa promesse. Est-ce que la région s’en est mieux portée pour autant ? Moi, je n’en ai pas l’impression.
    Pour finir, je soutiens cette décision de Trump. D’abord pour le principe, parce qu’il l’avait promis, ensuite et surtout parce qu’à force de céder au monde musulman, l’occident se fait bouffer et il faut que ça cesse. Je suis outré de savoir qu’on sert de la viande Halal à nos enfants à l’école sous prétexte qu’ils l’exigent et que ce serait censé ne pas nous (les non-croyants, les chrétiens, les laïques) déranger.

  • Il n’y aura jamais de processus de paix susceptible d’aboutir.
    Ce processus n’a jamais été autre chose qu’un marronnier pour diplomates en mal de visibilité journalistique.
    Israël veut survivre et les Palestiniens veulent les rejeter à la mer, il faudra vivre avec, point.
    Le royaume de Jérusalem avait tenu 192 ans, Israël doit tenir jusqu’au 28 mars 2140 pour battre ce record.

  • Jérusalem est la capitale d’Israel: il s’agit d’une réalité.
    Israel étant un état souverain. Par conséquent, ce pays choisit lui même sa capitale et personne ne peut dire qu’une autre ville est capitale d’Israel. Tout le pouvoir politique se trouve à Jérusalem.
    Non ce qui pose question c’est le sort de Jérusalem Est pas le fait que Jérusalem est capitale d’Israel.
    La communauté internationale est libre de ne pas reconnaitre Jérusalem comme capitale d’israel et de mettre leurs ambassades à Tel Aviv mais cela ne change rien au fait que Jérusalem (ouest) est capitale d’Israel.
    Il est parfaitement scandaleux de voir certains médias dire que Tel Aviv est capitale d’Israel c’est absolument faux.
    Trump n’a fait que reconnaitre une réalité qui existe depuis le début d’Israel.
    Trump n’a pas parlé de Jérusalem unifiée ou indivisible, quand on lit son discours, on comprends clairement que le sort de Jérusalem est reste à trancher lors des négocations de paix. Il est faux de dire que cette reconnaissance nuit aux négociations (il est clair que cela ne les avance pas mais cela ne les nuit pas).
    Cette décision est purement symbolique. Cela ne change rien à la réalité.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Dans le numéro de juillet-août 2015 de La Revue de l’Énergie j’écrivais au sujet de l’accord nucléaire iranien signé le 14 juillet 2015 :

« Avec l’exportation du gaz iranien, le rôle du gaz russe va être redimensionné au point que l’on se demande quelle contrepartie la Russie a bien pu obtenir pour laisser ce futur grand concurrent venir sur le marché international du gaz. ».

Cette interrogation reste plus que jamais d’actualité et explique pourquoi le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, est allé rencontrer le maitre de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles