John Cleese, des Monty Python : « Tout humour est critique »

Quelle place pour l’humour si on ne peut plus offenser ou critiquer ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
John Cleese by Bruce (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

John Cleese, des Monty Python : « Tout humour est critique »

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 décembre 2017
- A +

Propos de John Cleese rapporté par la Foundation for Economic Education

L’acteur britannique et génie comique partage sa façon de penser avec le site Big Think sur le politiquement correct, la critique et l’humour.

Je suis choqué tous les jours. Par exemple, les journaux britanniques me choquent chaque jour par leur paresse, leur méchanceté, leur imprécision, mais je ne m’attends pas à ce que quelqu’un mette fin à cela ; je me contente juste d’en parler.

Parfois, quand les gens sont choqués, ils veulent… on peut juste y aller et dire : « C’est bon, arrêtez ! » à quiconque vous choque. Et bien sûr, comme l’a dit un ancien président de la BBC, il existe certaines personnes que j’aimerais bien choquer.

Je pense que ça aussi c’est vrai. Dès lors, je n’adhère absolument pas à l’idée que je dois être protégé contre toutes sortes d’émotions inconfortables.

Un type que j’ai aidé à écrire deux livres sur la psychologie et la psychiatrie, un psychiatre londonien renommé, Robyn Skinner, m’a dit quelque chose de très intéressant. Il m’a dit :

Si les gens ne peuvent pas contrôler leurs propres émotions, alors ils doivent essayer de commencer à contrôler le comportement des autres.

Et quand vous êtes entouré de gens hypersensibles, vous ne pouvez pas vous détendre et être spontané, parce que vous ne savez pas quelle sera la prochaine chose qui va les froisser.

Et c’est pourquoi j’ai été averti récemment : ne te rends pas sur la plupart des campus et des universités, le politiquement correct est parti d’une bonne intention (c’est-à-dire, ne pas être particulièrement méchants avec ceux qui ne sont pas capables de se prendre en charge, ça c’est une bonne idée), pour aboutir à une situation où toute critique de tout individu ou groupe peut être qualifiée de cruelle.

Or, la raison d’être de l’humour, de la comédie (et croyez moi, j’ai longuement mûri la question) c’est que toute comédie est critique. Même si vous faites une blague très inclusive (non discriminante) du point de vue de la diversité, comme par exemple : « Comment faire rire Dieu ? En lui disant quels sont vos plans », ça parle de la condition humaine, sans exclure personne. Ça signifie que nous avons tous des plans qui ne vont probablement pas se réaliser, et que c’est drôle que nous croyions quand même que ça va marcher. Donc, c’est une blague très inclusive, mais ça reste quand même critique.

Tout humour est critique. Si on commence à dire : « Oh, nous ne devons pas les critiquer ou les offenser », alors, l’humour est mort, et avec lui le sens de la mesure, et en ce qui me concerne, à ce moment là, on vit en 1984.

Traduction par Contrepoints de Monty Python’s John Cleese: « I’m Offended Every Day ».

Cet article a été publié initialement en février 2016.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Lui, il a de la classe et de l’humour. Rien à voir avec le présent locataire de l’Elysée qui en est totalement dépourvu quoiqu’il en pense!

  • Les gens ont perdu la raison et se laissent submerger par leurs émotions. C’est une époque d’enfants gâtés qui jouent aux adultes sans rien comprendre à la notion de responsabilité.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Bilger.

Le président Macron a-t-il été raciste ? L'interrogation est brutale.

Aussi peu pertinente qu'elle soit, certains n'ont pourtant pas hésité à fustiger le comportement du président français comme raciste quand il s'est amusé - un peu longuement - avec son "il est parti réparer la clim", à la suite d'une courte absence du président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré.

Celui-ci n'a été "choqué par rien" et leurs relations chaleureuses, caractérisées notamment par le tutoiement, sont demeurées au beau fi... Poursuivre la lecture

Castro
0
Sauvegarder cet article

Par Yoani Sanchez.

Pendant des décennies, les Cubains ont été submergés par la propagande officielle, pleine de documents sur le prétendu génie de Fidel Castro. Dans ces affirmations, il n'était pas seulement un père, mais aussi un stratège, un visionnaire, un pédagogue, un agriculteur et un éleveur de bétail, entre autres nobles caractéristiques et activités. Mais ce modèle de patriarche, scientifique et messie avait des points faibles.

Pas de mea culpa pour Fidel Castro

Au fil du temps, beaucoup d'entre nous ont compris que le... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Vincent Bénard.

Le mardi 18 avril 1988 du calendrier des facteurs syndiqués de Neuilly disparaissait Pierre Desproges, de son vrai nom Pierre Wolfgang Amadeus Desproges. Soit, les moins décérébrés par les méthodes de pointe de l'éducation nationale l'auront noté, il y a exactement 23 ans.

L'occasion pour moi de vous recoller un lien vers l'hommage que j'avais tenté de lui rendre il y a exactement trois ans, car célébrer le vingtième anniversaire d'une mort, c'est très festif, alors que le 23ème, tout le monde s'en fout, éton... Poursuivre la lecture