À Cuba, Fidel Castro est tombé dans l’oubli

Le dictateur Fidel Castro n’avait pas le sens de l’humour, et c’est peut-être à cause de cela que les Cubains ne daignent même pas se souvenir de lui en se moquant.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Caricature de Fidel Castro by DonkeyHotey (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À Cuba, Fidel Castro est tombé dans l’oubli

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 septembre 2017
- A +

Par Yoani Sanchez.

Pendant des décennies, les Cubains ont été submergés par la propagande officielle, pleine de documents sur le prétendu génie de Fidel Castro. Dans ces affirmations, il n’était pas seulement un père, mais aussi un stratège, un visionnaire, un pédagogue, un agriculteur et un éleveur de bétail, entre autres nobles caractéristiques et activités. Mais ce modèle de patriarche, scientifique et messie avait des points faibles.

Pas de mea culpa pour Fidel Castro

Au fil du temps, beaucoup d’entre nous ont compris que le « Lider Maximo » n’était pas aussi admirable qu’on voulait nous le faire croire. À son actif, il avait plusieurs défauts de taille : avec un manque total de capacité d’autocritique, il ne s’engageait jamais dans le débat, et il n’était pas sensible à l’ironie ou à l’humour, qui sont les degrés les plus complexes et les plus élevés de l’intellect humain.

En dépit de toutes les décisions malavisées qu’il a prises, Castro est mort sans dire « je suis désolé », au contraire de ceux qui disent que « l’erreur est humaine » et que la rectifier est une preuve de sagesse. Ma génération a attendu en vain ses excuses pour les lycées de la campagne, et d’autres tristes expériences éducatives ; nous avons juste attendu un mea culpa pour les victimes des cinq Années grises, des unités militaires d’aide à la production (UMAP) ou des purges staliniennes.

Castro, l’homme médiatique

Pas de controverse non plus à propos du Commandant en chef. Il fuyait la diatribe et se préparait avec des informations choisies, avant de les répandre sur des journalistes étrangers et des foules de la Plaza de la Révolution. Il aimait qu’ils disent : « Quel homme bien informé », alors qu’en réalité il n’était qu’un dirigeant qui connaissait des informations qui n’étaient pas accessibles à ses citoyens.

Castro se noyait dans des discours qui duraient des heures, au lieu de discours politiques solides et d’un débat constructif pour améliorer la nation. Nous devions le vénérer ou l’applaudir, et ne jamais le contredire. Il n’a jamais capitulé sous les projecteurs, craignant peut-être que l’on se rende compte que « le roi était nu » ou que la guérilla n’avait « pas la moindre idée » de ce dont il parlait.

Castro n’aimait ni l’humour ni la discussion

À chaque fois que le défunt leader abordait la controverse, il était pris au dépourvu. Lorsqu’il a pratiqué ce sport redoutable qu’est la joute verbale, il a été battu au premier acte. Sa façon de faire face à ces défaites était d’accabler l’autre avec de longs discours ou d’amener ses partisans à détruire la réputation de son adversaire. Il était médiocre en tant que gladiateur du mot.

Les blagues n’étaient pas non plus son point fort. Bien que Castro ait été la cible de milliers d’histoires humoristiques, il n’a jamais été doué pour l’humour. Dans un pays où on a toujours une parodie en réserve, ce personnage corpulent – habillé en vert olive avec ses expressions graves et ses réprimandes – était toujours en proie à la moquerie.

Mort comme il a vécu : sans humour

Sa mort a mis en évidence ce manque d’humour. L’homme, qui dans la vie était la cible de milliers de blagues sur sa mort et son arrivée présumée en enfer, est mort depuis plus de six mois sans que l’humour populaire ne daigne le mentionner. Même Pepito, l’éternel enfant de nos histoires, n’a pas fait de « portrait » du défunt.

Triste est le sort de ceux dont on ne se souvient même pas dans une blague. Pauvre est l’homme qui n’a jamais dit « je me suis trompé », qui n’a jamais connu le plaisir de se disputer avec un adversaire, et qui n’a même pas pu goûter la grâce de l’humour.

Traduction par Contrepoints de Fidel Castro In Humor And Oblivion.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Fidel est tombé dans l’oubli parce que sa plus chaleureuse suppportrice, Marie Ségolène a été exilée au Pole Nord pour ne pas dégeler la banquise.
    La mission est à sa portée.

  • L’homme degoche ne peut pas se tromper puisqu’il appartient à la race supérieure qui sait mieux que quiconque ce qui est bon pour les autres. Les révolutionnaires sont toujours élitistes.

  • Le manque d’humour et d’autodérision chez un politique, c’est en général très mauvais signe.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous pensons souvent que le consensus est gage de certitude. On évoque le consensus des experts sur tel ou tel sujet pour avancer avec confiance dans une direction donnée. C’est oublier les leçons de l’histoire qui a régulièrement démenti, parfois brutalement, cette croyance un peu naïve. Un bon exemple est celui de la crise des missiles de Cuba. C’était il y a soixante ans, mais les mêmes mécanismes jouent encore aujourd’hui.

Le 16 octobre 1962, l’Amérique découvrait stupéfaite que les Soviétiques étaient en train d’installer secrètem... Poursuivre la lecture

Par Carlos Martinez.

Dans son livre Anarchie, État et Utopie, Robert Nozick consacre un chapitre intitulé "Le conte de l'esclave" aux neuf phases de l'esclavage, des plus restrictives aux plus libératrices. Il écrit que même si les personnes asservies disposent de certaines formes d'autonomie, elles sont toujours asservies et il pose la question suivante : "Quelle transition du cas 1 au cas 9 fait que ce n'est plus le récit d'un esclave ?"

La question de Nozick souligne qu'il n'y a pas de différence entre la personne soumise à l... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure. Un article de Conflits

La mort du général Luis Alberto Rodríguez López-Calleja plonge l’économie de Cuba dans la stupeur. Celui qui dirigeait Gaesa tenait entre ses mains l’économie de l’île. Avec sa mort, c’est un avenir encore plus incertain qui se dessine pour la dictature communiste des Caraïbes.

Cuba, depuis la révolution de 1959, a survécu à de nombreuses avanies, dont l’incurie et la violence de ses dirigeants. Mais là, soudain, l’île est au bord du gouffre, car un homme est mort vendredi qui n’était pas... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles