Qu’est-ce qu’une mode managériale ?

Depuis environ 40 ans, les pratiques de gestion suivent un cycle de vie de plus en plus court, marqué par des pics de popularité de plus en plus élevés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qu’est-ce qu’une mode managériale ?

Publié le 29 novembre 2017
- A +

Par Romain Zerbib et Ludovic Taphanel.
Un article de The Conversation

Au sein des médias, il est régulièrement fait mention de « mode managériale » à propos des modalités de management employées par les entreprises, mais de quoi s’agit-il exactement ? L’expression est-elle justement employée, ou bien fait-elle l’objet d’un abus de langage ? Comment les chercheurs définissent-ils exactement un objet si complexe ?


La théorie des modes managériales est née au milieu des années 1980 avec les travaux de Midler (1986) et d’Abrahamson (1986). Il s’agit d’une théorie qui estime que le mimétisme, le conformisme et la quête de légitimité tendent à expliquer la diffusion d’une pratique de gestion.

Le cycle de vie des modes

Plus précisément, les théoriciens des modes managériales étudient les phénomènes de diffusion à l’aune de la sociologie des modes, c’est-à-dire qu’ils appréhendent les phénomènes d’adoption comme une marque de subordination aux normes sociales.

La théorie des modes managériales naît plus particulièrement d’une série d’observations pour le moins étonnantes. Depuis environ 40 ans, les pratiques de gestion suivent un cycle de vie de plus en plus court, marqué par des pics de popularité de plus en plus élevés.

Le cas du « management par la qualité totale », illustre parfaitement ce phénomène. En 1985, Lawler et Mohrman observent que la quasi-totalité des 500 plus grandes firmes mondiales a entrepris un projet de « management par la qualité totale ». Or, trois années plus tard, Castorine et Wood (1988) soulignent que 80 % d’entre elles ont abandonné ce projet au profit d’un dispositif jugé plus performant. L’exemple du « management par la qualité totale », bien qu’il demeure particulièrement bien documenté, n’est qu’une référence parmi d’autres comme en témoigne le graphique ci-dessous.

Quelques modes de 1970 à 2006

Giroux (2008)

Kieser (1997) dans un article intitulé « Rhetoric and Myth in Management Fashion » a de plus démontré que la diffusion des modèles de gestion répondait à des cycles de plus en plus courts, marqués par des pics de popularité de plus en plus élevés et des périodes d’interruptions de plus en plus faibles. Les travaux d’Abrahamson et Fairchild (1999) dans « Management Fashion : Lifecycles, Triggers, and Collective Learning Processes » fourniront la même conclusion.

Pour cette raison, Abrahamson et Fairchild (1999) définissent les modes managériales comme :

des croyances collectives transitoires, qui sont disséminées par le discours des professionnels des savoirs managériaux, qui décident qu’une technique de management est à l’avant-garde d’un progrès rationnel du management

Les quatre critères de la mode

Les théoriciens des modes managériales placent en effet le discours promotionnel au centre du processus de diffusion. Ils soulignent plus exactement que l’on peut parler d’un phénomène de mode managériale dès lors que l’on observe la réunion des quatre critères suivants :

  • Premièrement, il faut qu’il y ait un objet de mode. Il s’agit, en règle générale, d’une pratique de gestion présentée comme étant un moyen moderne et rationnel d’obtenir de meilleurs résultats que les autres méthodes précédemment utilisées.
  • Deuxièmement, il faut que cette pratique et plus singulièrement le discours qui l’accompagne envahisse rapidement l’environnement des managers. C’est-à-dire qu’ils entendent parler du dispositif dans la presse généraliste et spécialisée, dans les colloques, les séminaires et les réunions ; que plusieurs livres et articles soient publiés sur le sujet ; que de nombreux consultants en fassent la promotion ; que la pratique soit discutée, analysée et enseignée dans les universités et les écoles de commerce ; et qu’enfin, un nombre important d’entreprises affirment faire usage de ce dispositif dans le cadre de leur activité (Lire aussi la chronique « Comment les enseignant-chercheurs participent à la diffusion des modes managériales ? »“).
  • Troisièmement, il faut que le motif d’adoption ne soit pas uniquement lié à une recherche d’amélioration des tâches, mais qu’il résulte d’une croyance, d’un phénomène d’imitation ou d’autres critères de décision qui ne soient pas seulement liés à la supériorité effective de ladite pratique (Lire aussi la chronique ”Quatre bonnes raisons de suivre les modes managériales“).
  • Quatrièmement, il faut que la pratique fasse l’objet d’un cycle de vie court et que la baisse de popularité se manifeste par la chute draconienne du nombre d’articles et de livres publiés sur le sujet ; que l’on voit apparaître de nombreux commentaires suivant lesquels l’approche, qui jadis était en vogue, est désormais dépassée ; et que l’on puisse observer l’abandon des efforts d’implantation.

La présence de ces quatre critères est nécessaire pour que l’on puisse parler d’un phénomène de mode managériale. Toutefois, c’est le troisième critère, à savoir le « motif d’adoption », qui permet de distinguer le plus nettement une mode managériale de la diffusion normale d’une pratique reposant sur ses qualités intrinsèques.

Pour conclure, une mode managériale peut en synthèse être définie comme étant le résultat d’une pratique de gestion qui a connu une popularité rapide, suivie à relativement court terme d’une chute soudaine, et dont la popularité ne peut s’expliquer – uniquement – par sa valeur effective. Le motif d’adoption constitue à ce titre un élément clef des modes managériales.

The ConversationEt vous, pour quel motif avez-vous réellement adopté votre dernier outil de management ?

Romain Zerbib, enseignant-chercheur en stratégie, Propedia et Ludovic Taphanel, Enseignant-Chercheur en RH, Propedia

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au début de 2022, l’humoriste Jon Stewart a mis en ligne une vidéo dans laquelle est affirmée que l’inflation des prix à la consommation est le résultat des hausses de prix mises en place par les entreprises et qui vont au-delà de la hausse des prix des intrants.

Autrement dit, Stewart pense que les entreprises augmentent les prix non seulement pour compenser la hausse de leurs coûts, mais aussi pour faire gonfler leurs profits.

Dans la vidéo, Stewart reçoit comme invitée la sociologue Lindsey Owens, qui a notamment été une cons... Poursuivre la lecture

L’incertitude est anxiogène à de nombreux égards et souvent à juste titre.

Définie comme l’absence d’information au sujet d’un phénomène donné, elle signifie souvent qu’on ne sait pas à quoi s’attendre, laissant la porte ouverte aux mauvaises surprises – perte d’emploi, maladie, accident, guerre, etc. et nous laissant désemparés. Car la crainte principale liée à l’incertitude est celle de la perte de contrôle où on ne peut plus rien prévoir ni planifier. Mais cette crainte repose sur une croyance qui est que seule la prédiction permet ... Poursuivre la lecture

Saras Sarasvathy, à l’origine de la théorie entrepreneuriale de l’effectuation, vient de recevoir le prestigieux prix suédois « Global Award for Entrepreneurship Research ».

Organisé depuis 1996 par la Swedish Foundation for Small Business Research (FSF) et la Swedish Agency for Economic and Regional Growth, le prix récompense les chercheurs ayant apporté une contribution majeure à la recherche en entrepreneuriat. Elle rejoint ainsi de grands chercheurs comme Sidney Winter, Shaker Zahra, Kathleen Eisenhardt, Scott Shane, Israel Kirzner... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles