Mauvaise idée : la vente de cigarettes interdite au Vatican

Interdire la vente de cigarettes, comme le prévoit le Vatican en 2018, n’empêchera pas les employés de fumer ou même d’acheter du tabac. Ils achèteront simplement leurs cigarettes dans le magasin le plus proche, à Rome.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mauvaise idée : la vente de cigarettes interdite au Vatican

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 novembre 2017
- A +
Un article de Forest EU1
Le pape François a ordonné l’interdiction de la vente de cigarettes à l’intérieur du Vatican à partir de 2018.
Dans une déclaration officielle faite jeudi 9 novembre, le porte-parole du Vatican Greg Burke a déclaré :

Le Saint-Père a décidé que le Vatican cessera de vendre des cigarettes à ses employés à partir de 2018.

La déclaration précise :
La raison est très simple : le Saint-Siège ne peut pas contribuer à une activité qui nuit clairement à la santé des gens. Selon l’Organisation mondiale de la santé, chaque année, le tabagisme est la cause de plus de sept millions de décès dans le monde
« Cette interdiction envoie le message que le Saint-Siège préfère la prohibition rampante à la miséricorde, ce qui est étonnant. » a déclaré Forest EU, une campagne défendant les intérêts des fumeurs en Europe.

Une mesure inefficace

Le personnel et les retraités du Vatican étaient autorisés à acheter cinq cartouches de cigarettes par mois dans un supermarché et une boutique hors taxes, qui n’est ouverte qu’aux détenteurs d’un laissez-passer spécial.
« Interdire la vente de cigarettes – un produit légal – n’empêchera pas les employés du Vatican de fumer ou même d’acheter du tabac. Ils achèteront simplement leurs cigarettes dans le magasin le plus proche, à Rome, à 7 minutes à pied de leur lieu de travail. » a déclaré Forest EU. « Cette interdiction de la vente de cigarettes appauvrit les fumeurs du Vatican en les forçant à payer plus cher pour quelque chose qu’ils aiment consommer. »
Curieusement, sera interdit au Vatican, à partir de 2018, non la vente de tous les produits du tabac, mais seulement des cigarettes. Le porte-parole du vatican a ajouté
La vente de gros cigares se poursuivra cependant, puisque la fumée n’est pas inhalée.

Une sacrée mauvaise idée

Les ventes de cigarettes représentent environ 10 millions d’euros par an pour l’État de la Cité du Vatican et constituent la deuxième source de revenus après les ventes de gaz hors taxes.
« C’est une sacrée mauvaise idée : les fumeurs du Vatican vont tout simplement acheter leurs cigarettes à Rome, ce qui les rendra plus pauvres, et le micro-État va collecter moins de recettes fiscales, ce qui le rendra plus pauvre lui-aussi » a réagi Forest EU.
Sur le plan moral, l’Église n’a jamais défini le tabagisme comme un péché. Le Catéchisme de l’Église catholique dit que le don de la santé physique exige des « soins raisonnables » du corps, et plus précisément : « La vertu de la tempérance nous dispose à éviter tout excès : l’abus de nourriture, d’alcool, de tabac ou de médicaments ».
Le pape François, qui a subi une ablation d’un poumon à l’adolescence, ne fume pas. Parmi ses prédécesseurs récents, les papes Pie X et Pie XI fumaient des cigares, tandis que le pape Jean XXIII fumait des cigarettes. Le pape Benoît XVI aurait fumé des cigarettes, mais jamais en public.
Le théologien Thomas d’Aquin a écrit que « le but de la loi humaine est de conduire les hommes à la vertu, non pas soudainement, mais graduellement ». Ce principe de prudence devrait nous amener à observer les conséquences probables des lois pour vérifier si elles causeront davantage de tort que de bien.
Rien de graduel et prudent dans l’interdiction de vente que le pape François vient d’ordonner. Et si certains pourraient se féliciter du but de cette interdiction, il ne faut pas oublier ses conséquences involontaires : les fumeurs du Vatican traverseront simplement la frontière pour acheter leurs cigarettes, ce qui va les appauvrir, et la Cité-État percevra moins de recettes fiscales, ce qui diminuera sa capacité à financer de bonnes oeuvres.
  1.  Depuis 1979, Forest est la voix principale dans la défense des droits des consommateurs de tabac et des non-fumeurs tolérants. Forest EU informe les consommateurs sur les questions qui les concernent dans l’Union européenne et lutte pour que les points de vue des fumeurs adultes informés des risques pour la santé soient pris en compte dans le processus décisionnel de l’UE. Forest EU n’encourage pas le tabagisme, accepte qu’il existe de graves risques pour la santé liés au tabagisme et représente le consommateur, pas l’industrie du tabac. Pour de plus amples renseignements, visitez le site http://forestonline.eu/.
Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Une fois de plus le pape François prend une décision sans en peser les conséquences!

  • C’est assez hallucinant ce prisme dès que l’Eglise fait quelque chose.

    « Cette interdiction envoie le message que le Saint-Siège préfère la prohibition rampante à la miséricorde, ce qui est étonnant. »

    Alors là, si ce n’est pas un homme de paille gigantesque ! Jamais il n’a été question d’interdire quoi que se soit, voir même de condamner quoi que se soit : juste le fait qu’un propriétaire exerce son droit naturel de propriété sur sa propriété.

    C’est quoi cet article ? une variation des « droits acquis » : les pôvres employés avaient le droit d’acheter des cigarettes duty-free et le Vatican remet en question leurs acquis sociaux ?

    Je passerais sur le constat que l’auteur n’a clairement pas compris ce qu’est un « péché » et que le catéchisme n’est pas un code juridique : il y a eu un petit changement au début du premier siècle avec une personne qui a expliqué aux docteurs de la lois que la morale était une affaire entre l’individu et Dieu et personne d’autre, idée saugrenue qui lui a valu de finir cloué sur une croix.

    • Bah, il suffit de lire les lignes en petits caractères. Cet article n’est qu’un publi-reportage de Forest EU : un article écrit par Forest EU, citant Forest EU, et dénigrant tout ce qui ne pense pas comme Forest EU.

    • Votre allégeance est claire vu votre commentaire. Mais le Vatican est un lieu comme un autre et le Pape un homme! Donc il ne déroge en rien aux devoirs et obligations des autres. Un interdit stupide reste un interdit stupide.

      • Lol – je ne sais combien j’ai lu de commentaires d’anarcaps expliquant que le propriétaire d’un lieu avait toute latitude pour imposer n’importe laquelle de ses lubies …

        En quoi le fait que le magasin réservé aux employés du Vatican ne vende plus de cigarettes hors taxe est-il un interdit ?

      • @ Virgile
        Non, le Pape est un homme, pas de doute mais aussi le chef de l’état et, forcément, le patron de la boutique: un libéral respectera évidemment sa liberté! Vous pas!

  • « La vente de gros cigares se poursuivra cependant, puisque la fumée n’est pas inhalée. »

    Ha ha ! On croirait entendre Bill Clinton, avouant qu’il avait fumé de la marie-jeanne… mais sans avaler la fumée !

  • Ce Pape écolo-gauchiste est une catastrophe!

  • C’est possible qu’il y ait eu un schéma de type achat en masse à des tarifs préférentiels et revente sur le marché italien…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par James Garagnon. Un article de Mises.org

Le mois dernier, à l'occasion de la Journée mondiale de l'alimentation, le pape François nous a une fois de plus gratifiés de quelques paroles de sagesse économique en trois tweets, blâmant la libre entreprise et le capitalisme responsables de la persistance de la faim dans le monde :

The fight against hunger demands we overcome the cold logic of the market, which is greedily focused on mere economic profit and the reduction of food to a commodity, and strengtheni... Poursuivre la lecture

Par Brad Polumbo. Un article de la Foundation for Economic Education

En tant que chef de l'Église catholique, le Pape François est un leader religieux estimé et une icône mondiale. Mais un expert dans un domaine ne fait pas un expert dans un autre - et sa compréhension de l'économie laisse beaucoup à désirer, si l'on en croit ses dernières remarques.

Les déclarations du Pape François à l'occasion de la Journée mondiale de l'alimentation

Le Pape François a récemment fait une déclaration à l'occasion de la Journée mondiale de l'al... Poursuivre la lecture

Par Samuel Kohlhaas.

Quelle signification historique à la crise sanitaire que nous vivons ?

Elle marque la prise de pouvoir du principe de précaution comme paradigme dominant de notre société, en lieu et place de l'idéal d'émancipation propre aux Lumières.

Il fallait créer, libérer, il faut préserver. Préserver la vie. Quoiqu'il en coûte.

Apparu politiquement au sommet de Rio en 1992, à propos des questions de santé et d'environnement, le principe de précaution est inscrit dans la Constitution française en 2005 (vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles