Les enfants ont-il tendance à être collectivistes ?

Participating children by Yahoo(CC BY 2.0)

Certaines études suggèrent que les enfants ont tendance à être plus collectivistes qu’individualistes. L’individualisme ne serait pas forcément « naturel ».

Par Luke Henderson.1
Un article de Reason

Les anarcho-capitalistes soutiennent que lorsque l’on élimine l’État de la vie des gens, la suite naturelle des événements est le libéralisme sous toutes ses formes. Il est certain que les marchés libres seraient nombreux si le gouvernement n’injectait pas des règlements et n’interférait pas dans les intérêts ; mais il y a une facette du libéralisme qu’on ne retrouve pas de façon naturelle chez les humains : l’individualisme.

Dans mon nouvel emploi dans le domaine de l’éducation, il me semble de plus en plus évident que traiter les gens comme des individus n’est pas naturel. Souvent, lorsqu’un élève est puni pour mauvaise conduite, il prétend que « ce n’est pas juste » parce qu’il ne veut pas être accusé d’avoir enfreint une règle ou de ne pas avoir respecté une consigne. Surtout, il ne veut pas être reconnu comme un individu pour son faux pas.

Cela m’a amené à réfléchir à la question des attitudes qu’adoptent naturellement les enfants face au collectivisme et à l’individualisme. À partir de l’observation pure et simple, l’individualisme semble demander plus de modelage que le collectivisme.

L’éducation tend à cultiver le collectivisme

En vérité, à travers le monde, l’éducation individualiste n’est pas habituelle. Marcia Carteret, professeur principal à la faculté de médecine de l’Université du Colorado, déclare dans « How Individualism and Collectivism Manifest in Child Rearing Practices » que

dans la majorité des cultures du monde, les enfants apprennent à se considérer comme faisant partie d’un groupe, un « nous ». Les cultures collectivistes minimisent en fait l’indépendance et encouragent la dépendance vis-à-vis d’un groupe central de personnes.

Carteret poursuit en expliquant comment ces cultures mettent l’accent sur la responsabilité personnelle consistant à faire potentiellement honte au groupe à cause de ses propres actions. Cela contraste directement avec les pratiques parentales et éducatives habituelles aux États-Unis, où les enfants sont préparés à assumer la responsabilité personnelle de choses comme le sommeil, l’apprentissage de la propreté et l’alimentation.

La raison pour laquelle les enfants commencent par la tendance collectiviste est très logique quand on considère à quel point les nourrissons dépendent de leurs parents pour la nourriture et l’affection. Cette dépendance peut se prolonger jusqu’aux dernières années de la vie d’un enfant si les parents n’essaient pas activement de l’élever pour qu’il soit indépendant.

Jim Taylor, professeur auxiliaire à l’Université de San Francisco, décrit les enfants comme étant soit indépendants soit dépendants, ce qui signifie qu’ils dépendent de leurs parents ou d’autres personnes pour l’estime de soi et les récompenses comportementales. Les enfants dépendants peuvent se manifester sous la forme d’un « enfant modèle » qui veut constamment obtenir l’approbation de leurs parents, et même ceux qui sont « très dépendants de leurs parents, d’une manière paradoxale » peuvent faire le contraire de ce que les parents enseignent.

Les quatre types d’enfants décrits par Taylor ont des caractéristiques assez banales, afin que la plupart des gens se souviennent peut-être d’un enfant qui a agi d’une de ces manières. Cela ne prouve pas nécessairement une prédisposition des enfants à être collectivistes, mais cela montre à quel point il est facile de faire entrer un enfant dans un groupe, ou de le mettre l’extérieur.

Les ados, encore plus collectivistes que les jeunes enfants

Les adolescents sont encore plus enclins que les jeunes enfants à être collectivistes. Une étude menée par l’Institute of Cognitive Neuroscience de l’université de Londres a révélé que les jeunes adolescents sont fortement influencés par leurs pairs en ce qui concerne la perception des risques. Il n’y a que les plus jeunes adolescents qui soient davantage influencés par leurs pairs. Selon les scientifiques, cela suggère que les années entre l’enfance et l’adolescence peuvent être une période cruciale dans le développement de la perception du risque. Les jeunes adolescents remettent en question l’expérience et l’autorité des adultes et se tournent plutôt vers les autres adolescents dont l’opinion compte « , affirme Wray Herbert de Psychology Today et du Huffington Post.

Bien qu’il soit difficile de déterminer avec précision si un enfant a vraiment tendance à être collectiviste ou individualiste, la science suggère qu’il est assez facile pour un enfant de tomber dans la dépendance des autres pour des raisons émotionnelles et de prise de décision.

C’est pourquoi je pense que l’individualisme n’est pas un défaut de société et qu’il doit être enseigné et pratiqué. Il est beaucoup plus difficile de devenir un adulte responsable et motivé que de s’en remettre à une structure pour atteindre ces objectifs.

En tant que libéraux, c’est quelque chose dont nous devons avoir conscience, et nous ne devons pas tomber dans notre propre piège collectiviste en supposant que tout le monde serait individualiste si ce n’était pour X raisons. Pour devenir un individu, on doit apprendre comment y parvenir.

Traduction par Contrepoints de Individualism is Not the Default.

  1. Luke Henderson est compositeur, passionné d’économie et enseignant à St. Louis, Missouri. Il est sympathisant libéral. Contributeur à Being Libertarian, Libertarian Vindicator, il est aussi rédacteur en chef de Libertarian Coalition.