En Russie, une jeunesse fêtée… et muselée

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Daniel Enchev - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En Russie, une jeunesse fêtée… et muselée

Publié le 25 octobre 2017
- A +

Par Katsiaryna Zhuk.
Un article de The Conversation

Après l’organisation controversée des Jeux olympiques à l’hiver 2014, Sotchi a accueilli, le 15 octobre dernier, le Festival mondial de la jeunesse et des étudiants, événement tout aussi controversé. Cette manifestation, lancée par l’Union soviétique après la Seconde Guerre mondiale et organisée par la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique, aurait attiré plus de 50 000 participants, d’après les agences d’information russes Tass et Interfax (les chiffres annoncés par les médias occidentaux sont tout de même plus modestes).

Ce festival est ainsi, pour un Vladimir Poutine en pleine période préélectorale, une splendide vitrine dont se vantent tous les médias officiels ; il suffit de lancer la recherche via Google sur « Всемирный фестиваль молодежи и студентов-2017 » pour trouver d’abondantes sources russes telles que TASS, Pervii Kanal, NTV et bien d’autres ! Bien que le Président russe n’ait toujours pas annoncé sa candidature aux élections présidentielles de 2018, nul ne doute, aujourd’hui, qu’il s’y présentera et peu de gens se risquent à douter de sa victoire.

Une jeunesse hors système

Pourtant, quand « la jeunesse du monde entier » défile dans les rues de Sotchi, une autre jeunesse se bat pour trouver sa place dans la Russie de Poutine. Il s’agit de cette jeune génération des Russes, dite « génération Poutine », qui ne se reconnaît pas dans la forme du pouvoir instaurée par l’actuel Président.

Cette même jeunesse essaye de faire entendre sa voix dans un système de plus en plus verrouillé, notamment lors des manifestations faisant suite à la détention de l’opposant Alexeï Navalny en mars et juillet derniers et, plus récemment, lors des rassemblements du 7 octobre qui ont eu lieu dans 80 villes de l’Extrême-Orient à la Baltique.

Bien que la démographie russe et le vieillissement de la population posent le problème sur un terme plus long, l’inéluctable renouvellement des générations conduit les jeunes Russes d’aujourd’hui à moins partager l’enthousiasme de leurs parents quant au modèle du président patriarcal et autoritaire qu’incarne Poutine.

Frapper au portefeuille

Cette « autre » jeunesse, parfois oubliée, parfois étouffée, se voit refuser le droit de s’informer et de s’exprimer librement. En juin 2012, une nouvelle loi a été promulguée en Russie, instaurant des amendes considérables pour punir les organisateurs d’actions de protestation ou leurs participants en cas de troubles.

Les amendes prévues en cas de rassemblement non autorisé ou en cas de trouble à l’ordre public lors de manifestations ayant reçu l’aval des autorités peuvent aller jusqu’à 300 000 roubles (7 300 euros) pour les personnes physiques, contre 5 000 roubles (125 euros) auparavant. Pour les personnes morales – les organisations politiques par exemple – l’amende peut atteindre 1 million de roubles (plus de 25 000 euros).

L’ampleur de ces amendes vise clairement à décourager une population jeune vivant dans un pays où le revenu moyen disponible ajusté net des ménages par habitant est de 17 006 dollars par an, selon l’OCDE. À titre de comparaison, en France, où le salaire annuel moyen est de 42992 euros en 2016, l’article 431-9 du Code pénal prévoit une sanction de « six mois d’emprisonnement et 7 500 euros d’amende » et les citoyens qui se rendent à un rassemblement interdit encourent une amende d’un maximum de 38 euros.

Verrouillage médiatique

Le droit de s’informer, quant à lui, semble tout aussi difficile à exercer. Bien qu’on ne puisse parler d’une emprise totale du pouvoir politique en Russie sur les médias, nous assistons à un verrouillage spectaculaire du système.

La Russie se situe à la 148ᵉ place sur 180 pays, au classement mondial 2017, selon Reporters sans frontières. L’agence russe de surveillance des télécommunications Roskomnadzor et le Service fédéral de supervision des communications, des technologies de l’information et des médias de masse sont devenus de puissants outils de contrôle de la sphère d’information en Russie.

Ils peuvent d’ailleurs se féliciter d’une relative réussite de leur action. Un récent sondage réalisé par le Centre Levada entre le 31 mars et le 3 avril 2017 montre que 54 % des jeunes de 18-24 ans regardent les actualités de la principale chaîne de télévision « Первого канала » (sans même évoquer les générations de plus de 40 ans dont le score est à plus de 78 %). Et seuls 26 % de ces mêmes jeunes ont déclaré de ne pas regarder d’actualités à la télévision.

Les réseaux sociaux dans le viseur

Pour l’heure, le système n’est cependant pas encore complètement cadenassé. Il existe, en effet, une poignée de médias indépendants mais dont la situation se dégrade progressivement. La liste des attaques à leur encontre ces dernières années ne cesse de s’allonger.

Rappelons-en quelques-unes : prise de contrôle de VKontakte, l’équivalent russe de Facebook, et l’exil de son fondateur Pavel Dourov à Londres ; perquisitions chez le propriétaire du groupe RBK Mikhaïl Prokhorov en 2016 ; menaces de blocage Facebook si le réseau social ne se conforme pas à la loi qui impose de stocker les données des utilisateurs sur des serveurs russes.

LinkedIn et Dailymotion ont également été bloqués, et la messagerie Telegram a été accusée, en juin 2017, par les services de sécurité russes d’avoir été utilisée par les responsables de l’attentat terroriste commis à Saint-Pétersbourg. La décision de la justice est tombée le 17 octobre dernier, sanctionnant Telegram d’une amende administrative de 800 000 roubles (près de 12 000 euros).

Enfin, la demande en 2016 des autorités russes faite à Twitter de stocker les données personnelles de ses utilisateurs russes sur le territoire national, sous la menace de blocage du réseau social, complète cette liste non exhaustive. L’étau se resserre encore un peu plus avec le projet de loi contraignant les utilisateurs à s’identifier par un numéro de téléphone pour utiliser leurs messageries – projet de loi visant les VPN, des connexions privées utilisées pour sécuriser l’accès à Internet, au motif qu’elles permettent de consulter des sites bloqués.

Le web, dernier bastion

Dans cet espace digital aux libertés progressivement restreintes, le rôle des activistes et des blogueurs est fondamental, même si leurs activités ont souvent de fâcheuses conséquences pour leur personne. D’après le centre d’analyse Sova, 233 personnes ont été condamnées pour « extrémisme » en 2015, dont 54 à de la prison. Et 90 % des personnes condamnées l’ont été à cause d’articles postés sur Internet.

Les autorités russes semblent, finalement, avoir compris que le web est un espace vital pour l’opposition russe, et notamment sa population jeune. Or, malgré une mainmise s’intensifiant, cet espace d’information reste encore relativement libre en comparaison d’autres médias, tels que les journaux ou les chaînes de télévision.

Le tour des hebdomadaires indépendants est vite fait : Vedomosti, Nezavisimaïa Gazeta, Novaïa Gazeta. Celui des chaînes des télévisions indépendantes l’est encore plus : Dojd’ et le groupe RBK comprenant une chaîne de télé, un site Internet et un quotidien. Cette situation est telle que le storytelling de Vladimir Poutine se déploie sereinement par les vecteurs d’une presse écrite et télévisuelle contrôlée par l’État quand des dispositions toujours plus nombreuses sont prises pour museler les sources d’information porteuses de récits alternatifs.

The ConversationEn Russie, pays où le monde entier fête la jeunesse en 2017, la jeune génération voit ainsi sa liberté d’expression disparaître progressivement en toute impunité. La Russie n’en est pas à un paradoxe de plus.

Katsiaryna Zhuk, Professeur en géopolitique et design informationnel, Grenoble École de Management (GEM)

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • « jusqu’à 300 000 roubles (7 300 euros) pour les personnes physiques, contre 5 000 roubles (125 euros) auparavant. »
    Sauf que, au cours actuel de la rouble, 300 000 roubles donnent 4100€ et 5 000 roubles, 68€…
    Voilà comment en un détail, on peut faire perdre toute crédibilité à l’article : si l’auteur se trompe lourdement sur un point aussi anodin que le cours de la rouble, comment peut-il faire croire qu’il est convenablement documenté sur le reste ?

    • Le cours du rouble a grandement chuté, tout dépend quand l’article fut écrit. Mais cela ne change rien aux faits. Navalny est régulièrement arrêté et jeté en prison. C’est démocratique pour vous? Vous faites exactement ce que font tous les partisans du totalitarisme: se focaliser sur un détail inexact sans importance aucune quand aux faits évoqués, pour discréditer l’ensemble.
      Poutine est au pouvoir de puis 1999, soit 18 ans. Cela n’a rien de démocratique. La Russie est toujours une dictature, plus soft qu’avant, mais quand même une dictature où les opposants sont opprimés et parfois même assassinés!

      • Navalny ne représente rien , les médias le mettent en avant pour avoir quelque chose à dire mais les vrais opposants sont les nationalistes et les communistes.
        La justice Russe s’intéresse à Navalny pour des affaires de droit commun ( escroquerie , détournement de fonds , la plainte vient de la société française Yves Rocher )

      • Sauf que plus loin dans l’article, la conversion donnée est un peu plus juste :
        « La décision de la justice est tombée le 17 octobre dernier, sanctionnant Telegram d’une amende administrative de 800 000 roubles (près de 12 000 euros). »
        La rouble a perdu la moitié de sa valeur le temps de la rédaction de l’article ou bien celui-ci a été rédigé avec une rigueur approximative ?

      • @ Virgile
        Franchement, les amendes me laissent froid. Opposé à « la lutte des classes », abstraction vétuste, je suis plus favorable au système allemand ou dans les pays où j’ai habité où le « dialogue social » est l’appellation de la collaboration équitable et dynamique, entre salariés et « patron », pour que l’entreprise tourne et s’adapte, dans un cadre « harmonieux » des relations, prévenant les litiges et conflits, sans a priori!

        Pour le reste, oui, la Russie reste un pays dangereux et V.Poutine, sans concurrent sérieux, est au pouvoir (personnel) depuis trop longtemps: il ne semble pas du tout n’être que le chef de l’exécutif, mais un chef global avec une Douma à sa botte: un « monarque » théoriquement provisoire, comme en France, dont les antécédents au KGB ne sont pas la meilleure expression du souci de démocratie ni même du légalisme! Les sanctions économiques ne sont sans doute pas la meilleure introduction au dialogue: on voit bien que la population russe en souffre plus que le chef dont la performance économique s’en ressent pourtant bien!

        Que l’Europe ne soit pas la seule tête de pont pour l’OTAN et une intervention U.S. serait rassurant comme l’ouverture d’un dialogue diplomatique mais ferme pour contrebalancer notre tropisme atlantique par une ouverture large « de l’Atlantique à l’Oural » (et, par exemple, pacifier le problème de la Crimée pour ne pas rompre le contact avec l’Ukraine).

        Faudra-t-il attendre le successeur (pas D.Medvedev, le faire-valoir, complice!) ou une baisse inopinée d’autoritarisme personnel pas trop hypocrite?

        • le problème de la Crimée a été réglé de manière très pacifique par les Russes. Ce n’est plus la peine d’y revenir. Bon d’accord les plans du vieux Brzezinsky ont un peu tendance a foirer ces derniers temps mais c’est pas plus mal 🙂

      • « Poutine est au pouvoir depuis 1999, soit 18 ans. Cela n’a rien de démocratique.  »
        Selon votre raisonnement, l’Allemagne qui est dirigee par la meme personne depuis 17 ans est une dictature ?

  • « demande en 2016 des autorités russes faite à Twitter de stocker les données personnelles de ses utilisateurs russes sur le territoire national »
    tout à fait normal , il y a le même genre de chose en UE donc pas de quoi fouetter un chat

  • « 233 personnes ont été condamnées pour « extrémisme » en 2015, dont 54 à de la prison.  »
    oui et alors ? on peut en savoir plus ? parce que chez nous aussi nous condamnons les extrèmistes ?

    en fait , cet article est complètement vide

  • « la messagerie Telegram a été accusée, en juin 2017, par les services de sécurité russes d’avoir été utilisée par les responsables de l’attentat terroriste commis à Saint-Pétersbourg  »

    idem en France pour nos amis islamistes, fichés S et extrémistes barbus

  • En France, ça coûte moins cher de casser de l’abribus dans une manifestation à 50000 participants selon les organisateurs, 10000 selon la police, mais franchement, est-ce sur ce genre de critère que les jeunes Russes doivent nous prendre en exemple ?

  • Article tellement orienté que j’hésite entre le rire et la consternation !
    Mais cela doit convenir à un certain lectorat de Contrepoints : rien qu’à voir comme les remarques de bon sens y ont ici été moinsées …
    Vu que pour ma part si je soutiens la Chine je suis un vil communiste, si je soutiens la Russie je suis pour les autocrates, si je soutiens les US je soutiens le capitalisme !
    En fait, Contrepoints comme un de ses concurrents a fait le vide par ses choix éditoriaux souvent éloignés de l’objectivité la plus basique. Curieuse façon de soutenir le libéralisme !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un mensonge d’État et une collusion d’intérêts financiers et politiques ont réussi à persuader une grande partie de l’opinion publique que le développement des sources intermittentes d’électricité éolienne et solaire photovoltaïque était indispensable pour faire face efficacement au réchauffement climatique.

Or, c’est faux mais chacun le répète à qui mieux mieux, faute de compréhension du sujet.

Mensonges ?

Il s’agit là d’une imposture entretenue soigneusement depuis des années par les promoteurs de l’éolien et du voltaïque, ain... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par David Teurtrie. Un article de The Conversation

Début janvier 2022, le Kazakhstan a connu des manifestations contre la hausse des prix du gaz de pétrole liquéfié qui se sont rapidement étendues à plusieurs villes du pays avant de dégénérer en émeutes.

Le président Kassym-Jomart Tokaiev a d’abord réagi en limogeant son gouvernement, accusé d’être responsable de la crise, puis a promis un gel des prix des carburants afin de calmer la colère des manifestants. Mais la situation s’est encore aggravée à Almaty, capitale économique ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Ce qui m’a frappé au cours de cette année 2021, ce n’est pas le virus, mais l’extension de l’autoritarisme sous sa forme dramatique comme sous sa forme rampante et bureaucratique. J’ai remarqué également la numérisation et le retour en force des marchés qui « se vengent » des dictatures notamment par l’inflation. Bien sûr, le virus a joué son rôle, mais il a plutôt été l’occasion que la raison de fond.

La violence autoritaire

Cette violence a gagné une grande partie du monde, et s’il fallait donner un premier prix, il reviendrait au My... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles