Face à l’Europe, la Pologne s’enferme dans le conservatisme

Maintenant, la Commission Européenne doit recourir à une réponse sévère aux pratiques du gouvernement polonais. Sinon, elle montrera sa faiblesse dont d’autres membres pourraient profiter. Car le mauvais exemple est contagieux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Frédéric Bisson-Barrières et barbelés (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Face à l’Europe, la Pologne s’enferme dans le conservatisme

Publié le 18 octobre 2017
- A +

Par Iven Durepos.

Malgré la menace des sanctions, Varsovie reste inflexible face à l’Union Européenne et se montre déterminée à poursuivre son propre chemin pour renforcer ses positions en Europe, ce qui est confirmé par une série de déclarations des officiels polonais.

D’après le député européen du PiS, Stanisław Ożóg, qui a vivement critiqué la vision de l’Europe promue par la chancelière allemande et le président français, Angela Merkel et Emmanuel Macron veulent imposer aux autres États membres leur conception d’une Europe à deux vitesses et leurs réponses à la crise migratoire et à la crise économique.

À son tour, la Première ministre conservatrice polonaise Beata Szydlo a déclaré deux jours après l’attentat de Manchester en mai 2017 que «la Pologne ne cédera pas à aucun chantage de la part de l’Union Européenne. »

Ce ne sont pas seulement des paroles en l’air. En effet, la Pologne a refusé d’appliquer le plan européen de transfert de 160 000 demandeurs d’asile des camps d’Italie et de Grèce. Plusieurs manifestations ont eu lieu dans le pays pour démontrer la non-volonté d’accueillir les migrants issus de pays d’Afrique ou du Moyen-Orient.

Évolution ou révolution ?

Tout est commencé en 2015 quand le parti Droit et Justice a remporté les élections législatives. Désormais, la Pologne a changé de cap. Les conservateurs eurosceptiques ont obtenu la majorité absolue. Centralisation du pouvoir, politique sociale, protectionnisme économique constituent les grandes lignes de l’actuel gouvernement polonais.

Les représentants du PiS ont aussitôt entrepris plusieurs réformes radicales touchant notamment la justice et les médias publics. D’après le gouvernement polonais, ces mesures sont indispensables pour rationaliser le système judiciaire et combattre la corruption.

Pourtant, l’UE craint que ces dispositions visent à «politiser la justice polonaise avec effet immédiat, en attribuant au parlement ou aux ministres le contrôle des juges, de leurs nominations, de leurs carrières et de leurs mandats». Certains experts même parlent de la fin de la démocratie polonaise.

Varsovie, néanmoins, dément ces accusations et continue de suivre son cap.

Certes, une telle attitude peut lui coûter cher. Étant un grand bénéficiaire des fonds structurels de l’UE mais hostile à son modèle multiculturel, la Pologne, ignorant les règles établies pour défendre ses intérêts nationaux, risque de perdre sa voix au sein de l’UE.

Maintenant, la Commission Européenne doit recourir à une réponse sévère aux pratiques du gouvernement polonais. Sinon, elle montrera sa faiblesse dont d’autres membres pourraient profiter. Car le mauvais exemple est contagieux.

Voir les commentaires (69)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (69)
  • Heureusement que les Polonais résistent à la bureaucratie européenne.
    S’ils souhaitent « s’enfermer dans le conservatisme », c’est leur liberté que les fonctionnaires européens et autres énarchiques n’ont pas à juger, mais à écouter et prendre en compte.

    • Qu’ils s’enferment. Qu’ils n’oublient pas de rembourser les aides aussi. La liberté avec SON argent pas celui des autres.

      I want my money back.

      • Vous ne savez rien de ce qui se passe en Pologne! Alors fermez la!
        Les polonais regardent les informations à la télévision comme tout le monde, et quand ils voient les émeutes, les attentats terroristes, la criminalité, les zones de non-droit, les centaines de voitures brûlées tous les ans. Les français y sont habitués semble-t-il, puisqu’ils ne le remarquent même plus. Mais quand les voyageurs de retour leur racontent l’islamisme, les femmes voilées, les incivilités, et surtout la conduite envers les femmes, etc… ils n’ont guère envie de voir arriver la même chose chez eux. On ne peut leur reprocher, ils n’ont pas l’habitude de fréquenter des barbares. La cordialité, la politesse et le respect sont les traits principaux de la société polonaise. De ce fait ils ne sont absolument pas tolérants envers ceux qui transgressent cette courtoisie, qu’ils soient blancs ou plus ou moins bronzés. Rentrer en France, c’est constater l’agressivité et la violence ambiante dans le pays, auxquelles on est habitué mais qui choquent quand on a vécu un peu trop longtemps dans des lieux plus apaisés. C’est malheureusement vrai lorsqu’on constate à quel point les gens sont impolis et acerbes et vindicatifs. Le peuple français fait preuve de la plus mauvaise langue de l’univers. Il adore dénigrer les autres car il se croit toujours la crème des crèmes, n’hésitant même pas à se vanter d’être le peuple le plus intelligent de la Terre? Alors qu’il n’est qu’un aigri jaloux et prétentieux, un détracteur compulsif. Tout ce qui est français est le meilleur du monde selon lui, tout ce qui vient de l’étranger inférieur. C’est aussi constater un pessimisme toujours plus présent, justifié par 40 années d’incapacité à réduire le chômage, et une décrépitude de ce pays qui s’érode plutôt que de s’enrichir. Il y a une mentalité négative frappante par rapport au travail et à la réussite, et un conservatisme acharné quant aux fameux « acquis » sociaux.
        De plus, les pays occidentaux sont assez riches pour entretenir des réfugiés. Ce n’est pas le cas des pays de l’est, encore très loin du niveau de vie occidental, en fait 3 fois moindre en ce qui concerne la Pologne.

        • « Vous ne savez rien de ce qui se passe en Pologne! »

          Et je m’en moque royalement.

          « Alors fermez la! »

          Je serai heureux de le faire quand ils arrêteront de s’arroser avec mon pognon.

      • 1 200 000 réfugiés ukrainiens.
        Si vous voulez que les « polaks » prennent vos misérables 160 000 « réfugiés » prêts à semer la pagaille, répartissez en 600 000 ukrainiens, et jouissez donc avec les frais que cela va vous coûter.

  • Cet article est dramatique. Je connais bien les Polonais, leur (belles) qualités et leurs (irritants) défauts, et peut vous dire que leur crispation actuelle, si elle laisse à désirer au plan des principes, est pleinement justifiée en réaction contre l’incurie bureaucratique de l’UE (qui n’a rien d’authentiquement libérale), et des décisions suicidaires et autocratiques des Merkel, Hollande et autre Macron. En revanche il est vrai qu’ils devraient aussi renoncer aux fonds structurels de l’UE s’ils veulent pratiquer la préférence nationale en termes de commandes publiques, au risque sinon de se faire taxer l’hypocrisie.

    La mise au pas des juges, si elle est déplorable au plan des principes démocratiques, n’est-elle pas justifiée quand on voit le degré de corruption intellectuelle et morale de ceux-ci en France, qui « gauchissent » le droit et trahissent leur mission et leurs concitoyens tous les jours?

    • Non elle n’est pas justifiée. D’ailleurs en France les juges « gauchissent » (peut-être) le droit car ils sont de gauches, comme le sont 90% des élites « intellectuelles » car ils l’école est de gauche et l’information aussi. Ce qui est justifié c’est donc la privatisation de l’éducation, la fin de la redevance et la privatisation de france-tv, la fin des subventions à la presse « officielle » ET un bon coup de gueule des libéraux !

      • Tout à fait d’accord avec vous pour l’éducation, la presse, et le coup de gueule des libéraux (même si nous représentons moins de 5% de l’électorat). En revanche que proposez-vous concrètement et à court/moyen terme pour les juges, qui sont un problème tout aussi grave sinon plus?

  • Il ne faut pas tout mélanger quand même : on a d’un côté une politique conservatrice et xénophobe/islamophobe menée par un gouvernement élu avec pour point central le refus de quotas de migrants imposés par l’union. Quelle est la légitimité de l’UE pour les imposer ? Y-a-t-il une base juridique solide dans les traités ? J’ai pas vérifié mais ça m’étonnerait… En tout cas c’est une querelle juridique. De l’autre côté la fin d’une justice indépendante ! En mélangeant tout, l’UE ne pourra jamais l’emporter dans l’opinion polonaise… Aussi la justice est-elle vraiment indépendante et séparée des deux autres pouvoirs dans les autres pays membres?

    • « Quelle est la légitimité de l’UE pour les imposer ? »

      Le pognon qui coule à flot vers la Pologne à partir de l’UE. Si la Pologne ne veut pas de migrants, qu’elle arrête de mendier à ceux qui lui imposent.

      • Si la participation à l’UE se conçoit comme des échanges de contre-parties avec de grosses commissions à Bruxelles, quel est l’intérêt de l’UE (à part pour ceux qui touchent ces commissions) ?

        • Le libre échange.

          L’UE ne devrait pas avoir pour objectif d’entretenir des pays parasites. Quand ces pays parasites se permettent, en plus, de faire de l’anti-européisme …

          • Ce n’est pas de l’anti-européisme de refuser ceux parmi les migrants dont Mme Merkel ne veut plus après les avoir fait entrer en masse et les avoir triés… En revanche « palper » des subventions en faisant du protectionnisme en douce, ca c’en est… Un autre aspect de la politique polonaise est qu’elle reste viscéralement anti-russe. C’est leur droit mais nous n’avons pas à nous laisser dicter nos options internationales par eux.

            • La libre circulation concerne les biens, les services et les personnes. C’est un package, pas de la vente à la découpe.

              Que la Pologne quitte l’UE, s’il n’est pas contente des règles établies par ceux qui la finance.

              • @jack shit Si je vous suis bien, Mme Merkel a décidé seule de la libre circulation des migrants vers son pays, et donc, sous prétexte d’Europe nous devons récupérer ceux dont elle et son patronat ne veut plus? D’accord, imaginons la Slovénie qui décide en 2050 d’ouvrir ses portes aux 2.5 milliards d’Africains, car sa population vieillissante aura besoin de main d’oeuvre. Pourra-t-elle en garder 10 000 et réorienter les autres vers le reste de l’UE au nom de la liberté de circulation. Absurde, non?

                • La Slovénie se ferait exclure parce que son poids économique est minable.

                  On exclut l’Allemagne ? L’Europe se casse la gueule puisqu’ils paient l’addition.

              • La libre circulation des europeens et extra-europeen legaux

          • Soyons sérieux : l’UE n’est qu’un syndicat de pays surendettés noyés dans le socialisme… L’argent coule t-il à flots ??? Quelles sont ces sommes énormes que vous mentionnez ? Expliquez svp

            • La Pologne a une contribution nette de presque 14 milliards. C’est-à-dire qu’elle touche 14 milliards de plus qu’elle ne cotise. La Hongrie est à 6 milliards.

              Qu’ils aillent voler de leurs propres ailes puisqu’ils mordent la main de ceux qui les nourrissent.

              • Ce n’est pas si simple : toutes les grosses entreprises européennes ont une filiale en Pologne, donc il y a des transfères de fonds en permanence vers les autres pays.

              • Le PIB de l’UE c’est environ 15 000 mlds d’€ dont au moins 13 000 pour les pays riches. Les 14 mlds ne représentent donc que quelque chose comme 0,1% et ils sont utilisés pour créer des infrastructures qui bénéficient indirectement à tous les européens.
                En face de cela vous avez les dépenses sociales des mêmes Etats. Rien que pour la France c’est plus de 600 mlds. Si vous souhaitez endiguer les « flots » commencez par colmater les plus gros trous !

                • Vous me donnez 0.1 % de votre chiffre d’affaire ?

                  Qu’on commence par ne pas s’occuper de la misère des autres. Comme celle des polonais, tient.

                  • Vous chialez pour 14 milliards. Mais quel est le déficit de la France ❓
                    60-70 milliards. La vous vous tamponnez le coquillard…

                    • 1/4 du déficit … C’est peanut !

                      Vous me filez 1/4 de votre salaire ?

                    • D’abord la France ne paye pas ces 14 milliards. C’est l’Allemagne qui paye la plus grosse part.

                      Si vous me filez 0.001 % du budget de l’état français, je vous offre 50% de mon salaire 🙂

      • Quand ce n’est pas dans le traité d’adhésion signé par la Pologne, il n’y a AUCUNE légitimité! Ce n’est pas parce que vous n’aimez pas les polonais que vous avez le droit de définir ce qu’ils doivent faire.

        • Je me fous des polonais comme de vous. C’est dire.

          Je ne cherche nullement à définir ce qu’ils doivent faire. Je souhaite qu’on arrête de les entretenir ou qu’ils arrêtent de geindre.

          Sinon, mon cher, la légitimé vient du pognon. Quand ils arrêteront de vivre sur le dos des européens occidentaux, ils pourront l’ouvrir. Pour le moment, qu’ils la ferment ou qu’ils s’en aillent.

          • qu’ils s’en aillent.

            Purée, cela vous ferait sacrément chier qu’ils fassent le libre-échange intégral avec la GB ❗
            Et qu’ils arrêtent de couiner comme des rats morts face à la Russie…

            • A vrai dire, je m’en tamponnerai.

              Mais cela m’étonnerai beaucoup, vu qu’une des raisons du brexit, c’est le nombre de polonais à Londres (dont quelques uns se sont fait pétés la gueule juste après le référendum) … Mais bon, vous êtes plus à une approximation près …

              • Quelques uns c’est un ou deux. Des racistes, il y en a partout. Tant pis pour les anglais s’ils se comportent de cette manière.
                La libre circulation des marchandises rend la libre circulation des personnes inutile. Or ce qu’on voit chez les anglais comme chez les français, c’est qu’ils veulent mettre des barrières tarifaires et techniques, ce qui est parfaitement idiot, voire déloyal et hypocrite.

                Si un pays fait obstruction à la libre circulation des personnes, il sera pénalisé tout seul.

    • xénophobe/islamophobe

      Faudrait pas exagérer : ils ont pris 100000 tchétchènes. Je vous laisse avec vos idées préconçues.

  • Il faut couper le robinet de pognon gratuit qui coule vers la Pologne.

  • Les polonais résistent à l’asservissement ,c’est vilain !
    En plus, c’est pas du jeu, il touchent des « soussous » qu’on n’a pas …
    C’est pas bien, faudra confesser!

    • S’ils sont pas content, ils peuvent prendre la porte.

      L’UE peut très bien se passer de la Pologne et des autres pays du tiers monde d’Europe de l’est). Faut arrêter les conneries, un peu.

      • La France bafoue bien plus les traités de l’UE qu’elle a signé. Tel les 3% de déficit, etc…
        Alors c’est plutôt la France qui doit être virée!

        • La France file chaque année sept milliards. On arrête de payer, on est dans les clous. Les polonais récupèrent 14 milliards et trouvent le moyen d’être à 2.7 % de déficit.

          Sans la France, il n’y a pas d’UE. Sans la Pologne, l’UE est plus riche de 14 milliards par an.

          • On arrête de payer, on est dans les clous.

            Non, la France ne sera pas dans les clous. Il faut 4 à 5 fois cette somme. La France arrêtera de payer car elle est en faillite.

            • Exemple 2016 :
              – Déficit : 76 milliards
              – PIB : 2229 milliards
              Si – 7 milliards, on tombe sur 3.09 %

              Faudrait apprendre à compter mon vieux …

              • La France ne finance pas 50% des 14 milliards en question. Faudrait voir à pas exagérer, mon très vieux :mrgreen:

                Et quant à la PAC, les 10 milliards qu’encaisse la France, et qui ne servent qu’à polluer encore plus, ils ne vous gênent pas ❓

                • La France a une contribution nette de 7 milliards. Les 10 milliards de la PAC permettent donc de retrouver son pognon (Cf. I want my money back de Thatcher). Faudrait vous renseigner un peu …

                  Je suis évidemment contre tous ces flux d’argent croisés.

      • L’UE peut très bien se passer de la Pologne

        Mettez des barbelés et des … VOPOS ❗

        • C’est pas déjà ce que font les polonais avec leurs frontières ukrainiennes ?

          Ah oui, c’est le cas.

          • Vous oubliez la Roumanie et la Bulgarie qui ont mis des barbelés partout et des gardes-frontières.

            Mois, je vous propose d’escalader l’affaire de mettre des VOPOS pour vous protégez des polaks… :mrgreen:

  • Drôle de point de vue : des instances européennes non élues et des élus français ou allemands seraient plus légitimes dans le choix des orientations pour la Pologne que des politiques élus démocratiquement par le peuple polonais ?
    J’avoue que la logique de ce raisonnement m’échappe, à moins que dans l’esprit le l’auteur, les seuls choix démocratiques légitimes sont les siens, ce qui donne une drôle d’idée de la démocratie et de la liberté…

    • Celui qui décide, c’est celui qui paie.

      Si la Pologne n’est pas satisfaite, la porte est ouverte. Bon vent. Cela réduira peut-être un peu mes impôts.

      • Oui dans l’idéal celui qui décide c’est celui qui paye. Remarquez dans l’idéal il n’y a pas d’UE, pas de République Française ni de Pologne mais seulement des individus qui échangent des services. Mais on est pas dans l’idéal. Une solution qui prend en considération la réalité serait : si la Pologne n’est pas satisfaite elle refuse les migrants ET les fonds associés aux migrants. Aussi il s’agit de savoir si l’amitié entre les peuples d’Europe est plus importante que cette histoire de migrants. Je crois que oui.

        • Le mendiant qui monnaie son amitié … On aura tout lu.

          La Pologne veut décider de son destin ? Qu’elle le paie. La Pologne veut le pognon des allemands ? Qu’elle encaisse en fermant sa gueule.

      • Si celui qui décide, c’est celui qui paie, commencez par montrer que vous payez plus que moi.

      • Celui qui décide, c’est celui qui paie.

        Hou hou. J’attend avec un grand plaisir ce que vous vous dire vos voisins Teutons : « Ich will mein Geld zurück »

        • C’est ce qu’ils comment à dire, mon cher. Et, ils ont bien raison.

          Si j’étais allemand, je refuserai clairement de payer pour les cancres de l’Europe (France y compris).

          • Mais on est d’accord sur ce point.
            Et supprimons la PAC qui est une autre gabegie lamentable et éhontée… Courage voyons…

  • Il faudrait quand même replacer les choses. D’abord, regarder un peu l’histoire depuis une bonne centaine d’années et comprendre que la Pologne a plutôt souffert et n’a pas eu l’assistance promise, en son temps, par divers grands pays européens. Cela rend légèrement méfiant. Ensuite, la Pologne a adhéré à l’UE dans sa diatribe libre circulation des biens et des personnes. Mais aussi avec la perspective d’une Europe de la défense et sociale. Ces sujets se perdant dans les méandres embrumés de la Commission, elle se tourne vers un fournisseur de défense assez complet (les US) et gère le social de son côté, puisque sujet en panne. Et le social en Pologne est très « catholique » impliquant de fait une forme de restriction (bonne ou mauvaise) quant aux « invités » et leurs coutumes. Enfin, pour les fonds européens dont le solde est positif pour la Pologne (pour l’instant), se pencher sur l’Espagne, le Portugal et autres anciens admis dans l’UE qui ont aussi eu des versements de solidarité importants sans que cela ne revienne sur le tapis et à sens unique. Bref, la Pologne est peut-être un peu straight actuellement, mais il me semble que dans pas mal de pays de l’UE c’est assez borderline même si nombre de gouvernements le masquent. A force de ne pas traiter certains sujets, on ne peut reprocher à quelques uns de s’en saisir…

  • Tres decu de lire un tel article sur contrepoint,,, completement binaire, liberalement tres discutable …

  • Il est assez rigolo de lire sur le Parisien que les réfugiés ne veulent pas rester en Pologne. Est-il libéral de vouloir imposer à ces réfugiés de rester en Pologne ❓ Pour quelle raison ne pas les laisser choisir ❓

    http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/refugies-en-pologne-on-ne-fait-que-passer-16-12-2015-5377047.php

  • On vient en Europe ❓
    On veut la liberté ❓
    On assume.
    On se met au travail de suite sans quémander du pognon au pays d’accueil.
    Sinon, on repart.
    Ce que font les ukrainiens en Pologne.

    • Par contre, les pays accueillis peuvent quémander du pognon pays accueillant. Là pas de problèmes …

      Ce que font les polonais en Europe.

      • Pas clair votre propos.

        • Vous nous dites que les individus doivent se prendre en main. Je suis entièrement d’accords.

          Je rajoute que les Etats devraient également se prendre en main. Les polonais devraient donc se prendre en main au lieu de mendier aux pays occidentaux des subsides.

  • C’est vrai que les polonais touchent de l’argent. Mais croyez-vous qu’on leur laisse le choix de prestaires ? Ben non, tout est fait pour que l’argent retourne au donneur.

    On se rappelle des grecques qui touchaient beaucoup d’argent pour acheter « de leur plein gré » des sous-marins (miam-miam les rétro commissions).

    Et si les polonais n’étaient pas en train de nous donner l’exemple ? Eux, ils ont vécu le socialisme réel, dans leur chair. Comment ne pas voir le refus d’inscrire les références chrétiennes dans la constitution en 2002, et maintenant cette volonté de faire venir en masse des populations musulmanes ?

    Nos maîtres ne se caractérisent-ils pas par leur appartenance à la secte de bouffeurs de curés ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La publication d’une partie d’un entretien entre Macron et Poutine n’a pas plu à Moscou. Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères russes, a évoqué un manquement à l’étiquette diplomatique. Cet incident diplomatique met en lumière un problème dans la stratégie des dirigeants européens lors du conflit Ukraine-Russie : le remplacement de la diplomatie par la communication publique.

Une tendance qui est problématique dans la bonne conduite stratégique.

 

De la diplomatie entre dirigeants à la communication au grand ... Poursuivre la lecture

J'ai trop souvent prévenu que la richesse et la prospérité de l'Occident pouvaient disparaître en un clin d'œil à cause de politiques irrationnelles. L'Europe a pillé les dividendes de la paix de l'après-guerre froide, emprunté à la génération suivante et est maintenant confrontée à un hiver long et froid, sans autre choix que la misère. Tout cela en se pliant à une idéologie verte qu'elle ne peut plus se permettre économiquement et qu'elle semble incapable d'abandonner politiquement.

Après un départ émotionnellement brutal de ma carri... Poursuivre la lecture

Il y a 250 ans, la Pologne subissait le premier partage de son territoire, prélude à sa disparition en tant qu'État. En effet, le 5 août 1772, Autrichiens, Prussiens et Russes officialisaient leurs actes de brigandages étatiques. Cet épisode lointain prend aujourd'hui une autre tonalité avec le conflit ukrainien. En effet la « Pologne » historique englobait les territoires des actuelles Pologne, Ukraine, Biélorussie, Lituanie. Comment cet État longtemps si impressionnant a-t-il pu disparaître ? Ne jouissait-il pas d'une « liberté dorée » qui ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles