De Gaulle dirait-il : « Vive la Catalogne libre » ?

L’important c’est la liberté, l’indépendance n’est qu’une modalité !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

De Gaulle dirait-il : « Vive la Catalogne libre » ?

Publié le 10 octobre 2017
- A +

Par Yves Montenay.

Le « Vive le Québec libre ! » du général de Gaulle

Il y a 50 ans, de Gaulle lançait « Vive le Québec libre » de la mairie de Montréal, et recevait un accueil délirant de la population francophone, ouvrant la voie à un référendum sur l’indépendance.

Aujourd’hui, la Catalogne vote dans la confusion pour son indépendance. C’est l’occasion de saluer le geste historique du général et d’en tirer les leçons sur la gestion de la crise catalane.

Les Français du Canada avaient été oubliés par la France pendant deux siècles. Et réciproquement, l’Église catholique francophone, qui remplaçait de fait le roi de France et sa noblesse, ignorait notre pays pour cause de révolution et de laïcité.

Les deux branches du peuple français

Et voici que le catholicisme disparaissait du Québec, au moment où un président français, probablement au fond de lui-même plus historien que militaire, pensait que le divorce entre ces « deux branches du peuple français » avait trop duré.

Ce coup d’éclat suscita d’abord l’incompréhension générale, sauf bien sûr au Québec.

Quelques jours plus tard, j’accompagnai une délégation de sénateurs français au Canada. Ce n’était que lamentations dans l’avion : « Notre président est gâteux ».

Je leur rappelai quelques données historiques qui les ébranlèrent, et le coup de grâce fut donné par le maire de Québec : « Votre président a été formidable ! ». En vieux politiciens, ils retournèrent instantanément leurs vestes et se découvrirent ardemment gaullistes.

La liberté est un sentiment, non un statut

Notons que, comme d’habitude, la phrase de Gaulle était plus provocante dans la forme que sur le fond : il avait dit « libre » et non « indépendant », de manière à laisser ouverte toutes les possibilités, pourvu que la volonté des Québécois soit respectée.

Les autonomistes s’étaient d’ailleurs sentis autant encouragés que les indépendantistes. Quelques années après eut lieu un référendum sur l’indépendance, perdu de très peu du fait du vote de la population qui n’était pas d’origine québécoise.

Aujourd’hui, l’indépendance n’est plus d’actualité, les Québécois pouvant en général vivre en français, ce qui démobilise les indépendantistes.

Et la question du maintien à long terme de leur langue est passé du politique au démographique : faible fécondité, donc nécessité d’une immigration francophone, française bien sûr, mais aussi maghrébine, subsaharienne et haïtienne, ce qui pose de nouvelles questions.

La langue du pays

Certes, beaucoup défendent à juste titre que l’indépendance permettrait des progrès encore bien nécessaires, mais c’est un débat d’idées pacifique, tandis que chacun peut constater l’immense amélioration de la situation des francophones depuis 1960.

Amélioration du décor (signalisation, enseignes, publicités…) devenu très majoritairement français, même à Montréal, ville-monde, travail en français dans les grandes entreprises, cadres anglophones devenus bilingues, tandis que le gouvernement québécois peut donner une préférence aux immigrants francophones et les diriger vers les écoles françaises.

Bref, le français n’est plus une langue inférieure, mais la langue du pays, dans le respect d’une minorité anglophone d’environ 10 % qui a lâché la plupart de ses anciens postes de commande.

Par ailleurs un des objectifs du général a été atteint avec le rétablissement des liens avec la France : coopération gouvernementale, larges échanges culturels dans les deux sens, immigration de dizaines de milliers de Français. Bref le Québec est un pays frère et non plus une terre inconnue.

La langue n’explique pas tout

Comme le Québec, la Catalogne a une population historiquement distincte du reste de l’Espagne. Mais plus encore que Québec, elle a sur son sol des populations originaires du reste de l’Espagne et de l’étranger qui peuvent électoralement mettre en minorité les Catalans indépendantistes et faire échouer un référendum « officiel ».

Remarquons que la langue n’explique pas tout puisqu’il y a d’autres régions de langue catalane, les Baléares et Valence, où il y a peu de séparatistes.

Remarquons surtout que, malgré le très vif mécontentement des autorités canadiennes, jamais la police n’est intervenue pour réprimer les mouvements de foule favorables au général de Gaulle, ou pour empêcher le référendum sur l’indépendance décidé par le gouvernement provincial du Québec.

Le contraste avec la situation actuelle en Catalogne est total : on a vu le gouvernement espagnol utiliser la force, ce qui est à la fois choquant quant au principe et contre-productif.

Il faut probablement attribuer cela à la crainte de perdre sa province la plus riche et gros contributeur fiscal, au-delà bien sûr des proclamations de sauvegarde de l’unité espagnole.

L’Espagne semble de plus avoir demandé à Bruxelles d’exiger d’une éventuelle Catalogne indépendante de reprendre à partir de zéro son admission dans l’Union Européenne, c’est-à-dire dans un premier temps de l’exclure.

Bref les pressions se multiplient sur les Catalans, ce qui ne fait que les braquer.

Il est donc urgent que l’Espagne, comme l’Union européenne donne, comme l’a fait le Canada, priorité à la liberté sur toutes ses formes. C’est le fait de limiter cette liberté et le sentiment qu’elle est menacée qui pousse à vouloir quitter la maison commune.

Que les Québécois ou les Catalans veuillent être indépendants ou non, c’est leur affaire !

Sur le web

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Les Basques d’E.T.A et les Corses du F.L.N.C avaient donc tout faux sur leurs méthodes !

  • svp ne faite pas parler les morts ….et pourquoi l’avis Henri 4 !!!

  • cher Monsieur vous vous trompez totalement sur la nature du nationalisme catalan. La Catalogne autonome peut difficilement être plus libre, son degré d’autonomie est impensable en France. C’est la langue espagnole et toute manifestation non séparatiste qui sont réprimées depuis 30 ans. La manifestation joyeuse et plurielle de dimanche a enfin montré aux Catalans non séparatistes qu’en s’unissant ils existent et surmontent la peur. Le séparatisme catalan est un nationalisme xénophobe agressif. A Barcelone, un commerçant peut placer une enseigne lumineuse en chinois ou en anglais. Si elle est en espagnol il sera verbalisé. Vous tombez dans le piège d’une propagande digne du fascisme en achetant la fiction du pauvre peuple opprimé luttant pour sa liberté. Sans rancune.

    • @ less state
      J’approuve votre avis. La Catalogne est déjà largement autonome et le Catalan n’est pas la langue unique, tout le monde comprenant le Castillan.

      Le référendum n’était pas légal et l’indépendance catalane n’avait pas que de bons côtés même pour les Catalans (leur dette, par exemple).
      J’y vois plus une parenté avec la tentative de sécession de M.Tshombe et le Katanga (actuel Shaba) d’avec le Congo « ex-Belge », à l’époque, province de loin la plus riche.
      Imaginez, aux siècles passés, les régions qui rassemblaient les charbonnages et la métallurgie qui se seraient désolidarisées du reste du pays!

      Par contre, il y a clairement, en Europe, une volonté de plus en plus concrétisées de voir les décisions se prendre à un niveau plus « régional », plus proche de réalités mieux connues et des problèmes qui en découlent, quitte à conserver au pouvoir central, le régalien strict, dont l’international (l’ONU ou le foot!), le militaire, la partie de législation commune, la justice, la coordination policière etc…

      Pour réussir un mariage OU un divorce, imposer son seul point de vue n’est pas la solution idéale. La Catalogne a forcé le barrage. Ce ne fut pas le cas du Québec!

      Quant au propos du Général, c’était clairement une ingérence politique grossière dans un pays prétendu « ami »: une couennerie!

    • Exact, cela va jusqu’à l’endoctrinement des enfants dés la maternelle. On leur enseigne y compris par le dessin pour le plus petits, la haine de la monarchie et de l’Espagne. L’Espagnol est interdit dans l’espace public et surtout administratif sous peine de limogeage. Langue officielle, son enseignement est réduit à une heure par semaine. On nous présente les catalans comme des opprimés mais ne serait-ils pas tout simplement des oppresseurs ?

  • De Gaulle ??? c’ est lui qui a laissé les harquis se faire massacrer en Algérie, quel grand homme………. Pour revenir à la Catalogne, l’indépendance catalane, c’est la revanche des gauchistes espagnols qui n’ont toujours pas admis avoir perdu la guerre d’Espagne, voilà pourquoi nos médias qui sont pratiquement tous de gauche font les yeux doux à ces gentils indépendentistes qui au final veulent faire de la Catalogne une dictature de type Vénézuela.

    • Assurément, Bernard, c’est presque mot pour mot je que j’ai répondu sur le site d’YM…

    • Si c’est pour laisser la Catalogne aux cousins d’Hugo Chavez ou aux héritiers du POUM il vaut mille fois mieux soutenir M. Rajoy en effet, malgré ses insuffisances et ses erreurs.

      • @ Hank.R
        Il faudrait arrêter de penser que toutes les nations attendent « l’avis de la France ». Même dans l’Union Européenne, la France a perdu de son pouvoir d’influence, alors …

  • J’ai été souvent au Québec pour mes affaires et « la belle province », séduisante au premier abord, impressionne de moins en moins à mesure qu’on la connait mieux. A la limite ce n’est qu’une « sous-France », presque pire que sa nation d’origine, vérolée entre autres par la bureaucratie et l’étatisme, la bien penance gauchisante (d’origine catholique, comme la nôtre en fait), et une immigration mal digérée qui la ghetto-ise. Sa première chance est d’être une sorte d’émirat assis sur de vastes ressources naturelles, l’autre est de s’adosser au dynamique monde anglo-saxon nord américain et de vivre sous son influence directe… Sans cela nous devrions sans doute leur apporter une aide au développement, au nom de la solidarité francophone bien sûr. Je sais que ces propos durs vont en choquer certains, baignant dans une douce romance transatlantique, mais mes amis québécois authentiquement libéraux pourraient vous confirmer tout cela…

    • @ Hank.R

      Ne vous trompez pas! Parler du Québec comme d’une « sous-France » (sans jeu de mot), c’est faire ce ces « quelques arpents de neige » (Voltaire) une colonie: les Anglo-saxons sont là pour prouver que ce ne fut pas le cas, une « province », encore moins: la France parle de départements et la monnaie y était le franc, avant l’€, pas le dollar.
      Vous avez raison de dire que les USA y sont comme dans tout le Canada, un voisin puissant et influent, y compris dans la « langue québecoise », qui, c’est un souhait, ne les emporte pas dans le délire étatiste jacobin parisien, sous prétexte de la langue +/- française « commune », ce qui serait une erreur majuscule.

  • Les Catalans de 2017 ressemblent autant à un peuple opprimé que le Bou Che Guevara à un combattant de la liberté. Jetez un petit coup d’oeil au drapeau qu’ils copié sur le cubain vous comprendrez vite. Je n’ai rien contre l’autonomie ou même la sécession, mais il faut savoir ce que l’on défend et se garder de croire à la propagande, remarquablement efficace d’ailleurs. Les indépendantistes catalans sont des socialistes nationalistes. Réfléchissez bien à la portée de ces deux concepts mélangés. Non, vous ne vous trompez pas, c’est bien de cela qu’il s’agit.

    • @ less state
      La différence entre « autonomie » et « sécession » est celle du gamin touchant son premier mois de salaire à 16 ans, après 1 mois de vacances consacré à un vrai travail rétribué: le sécessionniste se croit arrivé, l’autonomiste se sent plus libre de reprendre ses études en septembre.

      Allez expliquer la différence à ceux qui ne l’aperçoivent pas!

    • Le nationalisme, la xénophobie et l’eugénisme sont consubstantiels au socialisme.

  • La question de la liberté des Catalans me fait penser à une autre: « Il faut tout refuser aux Juifs comme nation ; il faut tout leur accorder comme individus ».
    Comme individus, les Catalans ont tout. Et même plus, collectivement.

  • Libre ! elle l’est depuis longtemps, son statut d’autonomie impensable en France lui convenait parfaitement. L’autonomisme est dû principalement au refus de contribuer au PIB de la Nation…serait-ce de l’égoïsme ? l’autre motivation est véhiculée par une minorité d’extrême gauche cultivant la haine, oui, la haine de l’Espagne.Quant à Madrid qui voudrait conserver la richesse de la Catalogne; c’est fait. La fuite des sièges sociaux est en marche, les épargnants font la queue pour retirer leurs économies. Pas plus tard que hier soir j’en ai eu confirmation. Les personnes qui ont connu la guerre civile ne veulent pas être à nouveau spoliés,et les autres, par peur de la sortie de l’euro, transfèrent leurs économies vers les provinces voisines. Pour info je réside dans l’autonomie voisine, c’est comme cela que ça s’appelle. Pour ce qui est de la violence policière, on omet (volontairement ?) de parler de celle des mossos qui n’ont pas été en reste vis à vis de la guardia civil. Et puis ce n’est pas à la France de donner des leçons. Le comportement du lors de la manif pour tous n’est pas glorieux ni respectueux de la démocratie.

  • … Au total, 540 entreprises ont, selon le registre officiel, lancé une procédure pour transférer leur siège social hors de Catalogne entre le 2 et le 11 octobre. L’impact sur le tourisme commence également à se faire sentir dans la région. Le gouvernement a fait état d’une « chute spectaculaire » de « 20 à 30% sur les réservations à Barcelone ». … »
    https://fr.news.yahoo.com/crise-catalogne-menace-l%C3%A9conomie-r%C3%A9gion-lespagne-213507330.html

  • taux de chômage de la catalogne: 15,7%
    PIB par habitant, au 12ème rang de l’Union européenne avec 29.728 euros
    Une dette très importante autour de 110 à 115% du PIB. Important déficit.
    Les chiffres économiques de la catalogne sont loin d’être impressionnants.
    D’autant plus que la catalogne serait obligé de sortir de l’union européenne
    https://www.capital.fr/economie-politique/une-catalogne-independante-serait-elle-viable-1246816

  • En cas d’indépendance, la Catalogne serait exclue de l’Union européenne
    http://www.20minutes.fr/monde/2146811-20171008-cas-independance-catalogne-exclue-union-europeenne
    Les traités européens citant les états membres il est impossible juridiquement que la Catalogne reste dans l’Union européenne (il faudrait modifier les traités ce qui demande une unanimité

  • Article d’une grande bêtise. Les indépendantistes n’ont aucun respect pour la démocratie et la liberté. Ils persécutent tous ceux ne pensant pas comme eux. Ils sont racistes envers les non catalans. Et on ferait quoi de tous les espagnols installés en Catalogne ?

    Il suffit de voir quand quelles circonstances c’est dérouler le référendum. Certes, il y a eu l’intervention de l’état espagnol mais même avant cette intervention, ce référendum était une blague organisé de manière très opaque. La loi votée par le parlement catalan à la majorité simple au lieu des deux tiers prévus. Vote prévu à partir de 16 ans au lieu de 18 ans normalement. Organisation du vote prévu dans des circonstances opaques permettant de truquer les résultats. C’est du grand n’importe quoi.
    Vu leurs agissements, il est clair qu’une catalogne indépendante serait anti démocratique. Je parle même pas des magouilles financières des indépendantistes qui gèrent leur région de manière mafieuse. Ils sont corrompus.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Des histoires surprenantes et riches d'enseignement surviennent au Québec, durant cette pandémie.

À l’approche des fêtes, le chef de cette province avait des comportements erratiques, il promettait des rassemblements familiaux jusqu'au moins 20 personnes. Soudainement, les médias y vont de nouvelles affolantes sur la croissance du nouveau variant omicron. Les pages du Journal de Montréal étaient particulièrement alarmantes. Il a donc réduit à 10 cette limite, le temps d’un réveillon. Une fois la fête finie, il y est allé de la fermetur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles