Catalogne, Kurdistan : n’ayons pas peur de l’indépendance !

La possibilité pour les régions de se séparer d’un État ne devrait pas être considérée comme une menace, mais au contraire comme une opportunité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
catalogne indépendante credits SantiMB (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Catalogne, Kurdistan : n’ayons pas peur de l’indépendance !

Publié le 4 octobre 2017
- A +

Par Michael von Liechtenstein.
Un article de l’Iref-Europe

Un partisan de l’indépendance de la Catalogne agite l’Estelada, le drapeau non officiel et le symbole du soutien au mouvement de sécession, lors d’un meeting récent à Barcelone.


1er octobre : la Catalogne organise un référendum sur la question de son indépendance vis-à-vis de l’Espagne. La constitution espagnole garantit l’intégrité du territoire national et interdit donc un tel vote. Le gouvernement régional et le parlement de la Catalogne ont néanmoins décidé de passer outre. Le gouvernement central de Madrid a déclaré ce scrutin illégal.

Quel que soit leur mode de gouvernance, les États et les gouvernements doivent en dernier ressort leur légitimité à l’assentiment de leurs peuples. Il n’est donc pas raisonnable de forcer une région à rester au sein d’un État si une forte majorité de la population souhaite le quitter.


Dans le cas de la Catalogne, il est probable qu’une majorité, même restreinte, désire que la région reste partie intégrante de l’Espagne. Cependant, la position de Madrid contre le referendum poussera probablement vers l’abstention beaucoup de ceux qui s’opposent à l’indépendance. Au final, les séparatistes pourraient obtenir une majorité. Ce serait un cauchemar pour l’Espagne et pour l’UE, qui refuseraient l’indépendance après que la région aurait voté en sa faveur.

« Mieux vaut laisser partir une partie du pays que de la retenir de force et créer du ressentiment. »

Dans tous les cas, interdire un vote d’autodétermination, même s’il n’est pas considéré comme une bonne chose, est préjudiciable. Dans le cas de la Catalogne, Madrid a agi de manière particulièrement peu avisée, pour les raisons déjà mentionnées. Mieux vaut laisser partir une partie du pays que de la retenir de force et créer du ressentiment.

Au grand dam des États-Unis, de la Turquie et de la communauté internationale en général, la Région du Kurdistan, au nord de l’Irak, a annoncé son intention d’organiser un référendum sur son indépendance le 25 septembre.


Brett McGurk, l’émissaire de Trump auprès de la commission internationale de lutte contre l’État islamique, a déclaré le 14 septembre aux journalistes que ce référendum ne mènerait à rien au regard de la légitimité internationale.

Cela, à l’issue d’une rencontre entre une délégation incluant aussi des représentants des Nations Unies et de la Grande-Bretagne, et le président du Kurdistan Massoud Barzani. Peut-être la date choisie pour ce référendum n’est-elle pas la bonne. Mais l’Irak est une construction artificielle, créée – comme la Syrie – par la divergence des intérêts anglais et français lors du démantèlement de l’Empire ottoman.

Légitimité internationale ?

Une situation intenable. Dans cette optique, le terme employé par M. McGurk, « légitimité internationale », est mal venu. Si l’on considère que la légitimité d’un État relève des peuples qui y vivent, alors M. McGurk prononce des mots importuns et en contradiction avec le droit à l’audétermination.

L’autodétermination est un droit fondamental. Il est inclus dans la charte des Nations unies. Malheureusement, la plupart du temps, il reste théorique, surtout en ce qui concerne cet organisme.

On se souvient des atrocités commises par ses troupes en 1963 envers le mouvement d’indépendance du Katanga, dans ce qui était alors la République du Congo. Au Biafra, l’impuissance à reconnaître la partition de la région d’avec le Nigeria a débouché sur une famine de masse.

Même actuellement, le gouvernement nigérian continue à oppresser les Igbos, la population du Biafra. Le rôle de la communauté internationale, qui souhaitait préserver l’État yougoslave, et l’indifférence des contingents des Nations unies en Croatie et en Bosnie ont fait couler beaucoup de sang durant la nécessaire désintégration de la Yougoslavie (1991-1996).

La Yougoslavie était elle aussi un État artificiel, créé à la fin de la Première Guerre mondiale – les Croates, les Slovènes, les Macédoniens, les Bosniaques, les Albanais et d’autres ont été contraints à s’unir dans un seul État dominé par les Serbes.

« Il est choquant que la soi-disant communauté internationale refuse de l’admettre et continue à s’arroger le droit de se prononcer sur la légitimité d’un État. »

Accorder l’indépendance à ces peuples aurait évité le massacre de millions de personnes. Il est choquant que la soi-disant communauté internationale refuse de l’admettre et continue à s’arroger le droit de se prononcer sur la légitimité d’un État.

Les débats en cours pour savoir si la Crimée appartient à la Russie ou à l’Ukraine sont également significatifs. La Russie arracha la Crimée aux Tartares au XVIIIème siècle. En 1954, l’administration de la péninsule fut transférée de la République Soviétique Socialiste à la République Soviétique d’Ukraine (restant donc dans l’Union Soviétique).

Maintenant, des négociations internationales, des menaces d’intervention militaire et l’usage réel de forces militaires sont mis en œuvre pour soutenir les aspirations de la région. Dans un excellent rapport, un expert du GIS, le Dr. Svyatoslav Kaspe, montre l’inanité de cette agitation et conclut qu’il faudra, avant tout processus, reconnaître que la Crimée est une possession libre de ses habitants – et de personne d’autre.


Une séparation réussie fut celle de la Tchécoslovaquie. Le 1er janvier 1993, d’un commun accord, le pays se scinda en deux républiques : la République Tchèque et la République Slovaque. Cette scission ménagea les deux populations et épargna à l’UE maints problèmes potentiels.

Le modèle du Liechtenstein

Le prince régnant du Liechtenstein, Hans-Adam II, préoccupé par la rigidité de beaucoup d’États-nations, a fondé l’Institut de l’autodétermination à l’université de Princeton. En outre, dans le cadre d’une réforme de la constitution de son pays, il a proposé un système qui autoriserait les municipalités à se prononcer pour la sécession par référendum municipal. Ces changements furent acceptés par une large majorité des citoyens du pays.

« La possibilité pour les régions de se séparer d’un État ne devrait pas être considérée comme une menace, mais au contraire comme une opportunité. »

Le prince Hans-Adam considère l’État comme un pourvoyeur de services pour le citoyen. Cependant, un État-nation possède habituellement le monopole des services qu’il fournit. Pour compenser les conséquences nuisibles d’une telle situation, il a voulu autoriser les citoyens à choisir d’autres « fournisseurs de services », par exemple dans un État voisin.


Il est fort peu probable qu’aucune région du Liechtenstein ait un jour envie de faire sécession. La notion d’unification volontaire lie efficacement les habitants, qui en sont fiers. Et elle renforce aussi la forte loyauté mutuelle qui existe entre le prince et la population.


La possibilité pour les régions de se séparer d’un État ne devrait pas être considérée comme une menace, mais au contraire comme une opportunité. Cela contraint les gouvernements centraux à mettre en place des politiques efficaces. Permettre la cession est une vraie force d’ajustement, tandis qu’une union voulue dont les citoyens sont fiers en fait des acteurs bien plus actifs de la vie de leur pays qu’ils ne le seraient sous la contrainte.

Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Je suis assez d’accord avec l’auteur mais est-ce qu’une simple majorité est suffisante pour prononcer le divorce ? ne devrait-on pas faire voter le pays tout entier ? ou attendre des indépendantistes qu’ils représentent bien plus que les 50% ?

  • Je ne comprends pas très bien le principe selon lequel les « peuples » seraient légitimes à se séparer d’un Etat dans tous les cas.
    D’un point de vue libéral, c’est l’état de droit qui doit primer. autrement dit s’il n’y a pas d’état de droit, alors des revendications d’indépendance sont justifiées (voir la Yougoslavie, le Kurdistan, etc.).
    Mais ce n’est pas du tout le cas de la Catalogne, qui dispose d’ailleurs d’une autonomie non négligeable dans le cadre de l’Etat espagnol.
    Personne ne conteste d’ailleurs sérieusement que la légalité soit du côté de Madrid, et ce quoi qu’on pense de la façon dont le gouvernement espagnol a traité le problème.
    Je suis donc extrêmement sceptique quant au caractère libéral de la « révolution » catalane. Un mouvement qui s’assied sur la légalité pour des raisons nationalistes ne peut mener à plus de libertés.

  • Après avoir assimiler amour de la nation et fascisme, chanter les infinies louanges et subsidié « l’Europe des Régions » nos têtes pensantes européènnes se retrouvent dans la gadoue.

  • Ca aurait aussi l’avantage de faire réfléchir les politicards à deux fois avant de soutenir des projets aussi budgétairement irrationnels que le Lyon-Turin ferroutage. Li la région peut se séparer une fois les infrastructures construites, ça peut calmer la folie des grandeurs.

  • Il n’est guère étonnant que les régionalistes côtoient souvent les gauchistes dans des groupements improbables et des projets fumeux qui n’ont comme caractéristique commune que la haine de l’État-nation.
    On ne voit pas comment « l’Europe des régions » pourrait, en l’état actuel de la coopération européenne en matière de sécurité, assurer des fonctions régaliennes (défense, police, justice, renseignement) si nécessaires en ces temps de prétendue guerre contre le terrorisme islamique.
    N’en déplaise aux indépendantistes, seuls les États-nations en ont la capacité (à condition qu’ils coopèrent en ces domaines, ce qui est loin d’être toujours le cas).

  • Avec un état minimal, quel besoin de se séparer ❓
    Et encore faudrait-il s’entendre sur les modalités.
    Les Tchèques et les Slovaques l’ont fait. C’est possible.
    Et comment dire que c’est possible pour les catalans et impossible pour la Crimée ❓

  • Je vois que la propagande de la gaucho sphère catalane est efficace, même les libéraux gaubent.

  • Vous oubliez de mentionner que toute cette propagande est orchestrée par un parti qui s’ appelle CUP……Un parti clairement anti capitaliste, pro Chavez, Castro et Maduro. Bref, que des capitalistes libéraux tombent dans le panneau de ces néo bolchéviks m’ a fait tomber de la chaise.

  • L’indépendance…ce mot n’a aucune signification réelle .peut être dans les livres de contes pour enfants.

  • Ben voyons ! Il faudrait d’abord bien définir ce qu’est un peuples. Le droit s’applique sur Ensuite, je vous rappelle d’une part que selon le droit international seuls les pays anciennement colonisés et/ou les pays ayant souffert une dictature comme ce fut le cas de l’URSS peuvent légitimement aspirer à l’indépendance. Il faut bien mettre des limites sinon c’est le retour à l’Europe féodale.
    D’autre part, La Catalogne est l’une des régions les plus prospères d’Espagne et ses citoyens jouissent d’un niveau de vie élevé et d’un des plus hauts niveaux d’autonomie d’Europe. La région de Catalogne n’ a jamais été une entité politique indépendante. Formé à son début par un ensemble de comtés qui faisait partie de la France, devenu par la suite Royaume d’Aragon jusqu’ à ce qu’il fusionne pour des raisons dynastiques avec le Royaume de Castille en 1492 pour créer l’actuelle Espagne.
    Enfin, L’Espagne est une monarchie parlementaire et sa constitution peut être modifiée par les procédures prévues à cet effet, même pour octroyer le droit à l’autodétermination à une partie des membres de son territoire. Possibilité qui serait déclarée inconstitutionnelle dans tous les autres pays de l’UE.
    Merci Contrepoints de ne pas relayer la propagande nationaliste.

  • – J’ai évoqué cet article de l’IREF sur France-Info ce qui m’a valu 1 censure immédiate ! S’ils ne sont même plus capables d’entendre çà ; c’est qu’on est en démocrature. A croire que sur l’ex-ORTF financée par la redevance tv ; il y a eu reprise en main des journalistes, téléguidés par la propagande macroniste et du fédéralisme ordolibéral de la Commission UE ?! Les articles nombreux, démolissant systématiquement ces indépendantistes se succèdent. L’intervention de la ministre des affaires UE Nathalie Loiseau, évoquant l’illégitimité et l’anticonstitutionnalité de ce référendum ou l’ibntervention de Moscovici condamnant aussi en sont la preuve. ..Ca gène les eurocrates qui n’a pas su prévoir la sécession d’1 province dans 1 de ses Etats-nations dans la rédaction du TFUE ! et avec le Brexit; c’est 1 camouflet inextricable de plus… alors que l’Union ( et son devenir) est décrédiblilisée par les GOPEs de Bruxelles..
    – La Catalogne est -elle viable sans l’Espagne? mais oui bien sûr !
    la Catalogne représente 20 % du PIB de l’Espagne, 30 % de ses exportations et 50 % de l’activité à forte valeur ajoutée (arts, haute gastronomie, sciences). Aujourd’hui, la région a pris la tête de la reprise dans le royaume : Barcelone table sur une croissance de 2,7 % cette année. Le chômage, même s’il reste élevé, a fortement baissé à 13,2 % soit 4 points de moins que le taux de chômage de l’ensemble du pays. Seule ombre au tableau : la Catalogne est l’une des régions les plus endettées d’Espagne.
    Industrie automobile, services, numérique, grands groupes pharmaceutiques, puissantes banques et tourisme : la Catalogne dispose d’une économie diversifiée et particulièrement dynamique. Cette vitalité est un argument de poids pour les partisans de l’indépendance, persuadés que la Catalogne sera bientôt le Danemark ou la Suisse de l’Europe du Sud.
    http://www.ladepeche.fr/article/2017/08/09/2625051-catalogne-est-vrai-moteur-economique-espagne.html

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Certains de mes amis, partisans comme moi de l’exploration de Mars par vols habités, ne partagent pas mon opinion sur le caractère indispensable et quasiment inéluctable d’un établissement permanent et autonome sur la planète rouge (du moins autant qu’il lui sera techniquement possible de l’être). Je leur réponds.

Il y a plusieurs raisons de vouloir envoyer des hommes sur Mars. La première ou plutôt la plus immédiate, c’est son exploration scientifique. On voit bien qu’avec le décalage temporel résultant de la finitude de la vitesse de... Poursuivre la lecture

Le 9 janvier 1822 marque le début de l'indépendance du Brésil. Fico ! Un mot, un seul, et tout a basculé ce jour là . « Se é para o bem de todos e felicidade geral da nação, diga ao povo que fico » proclame Dom Pedro. Ce qui donne en bon français approximativement : « puisque c'est pour le bien de tous, dites au peuple que je reste ». Ce « je reste » (Fico) jeté à la face du Portugal était l'aboutissement d'un processus déclenché plusieurs années auparavant.

L'indépendance brésilienne est la plus originale du continent américain. Les h... Poursuivre la lecture

Depuis une semaine, un enfant de 5 ans et sa famille sont harcelés et menacés par le nationalisme catalan dans la ville de Canet de Mar. Leur tort ? Avoir demandé l’application d’une décision judiciaire du Tribunal Supérieur de Justice de Catalogne, qui consacre le droit des enfants catalans à recevoir 25 % de leur éducation en espagnol. Revenons sur ces évènements, témoins de l’apartheid linguistique qui sévit en Catalogne.

Eléments de contexte : qu’est-ce que l’immersion linguistique ?

La décentralisation politique est un des princip... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles