Référendum kurde : pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes

La volonté des Kurdes d’Irak de réaliser un référendum pour leur indépendance et donc la sécession d’avec l’Irak, est critiquée dans le monde en quasi-totalité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Kurdish_by_CIA_(1992) wikipedia domaine public

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Référendum kurde : pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 septembre 2017
- A +

Par Gilles D. Della Guardia.

La détermination kurde s’explique par la longue suite de dénis imposés aux Kurdes par leurs maîtres successifs, notamment quant à leur autonomie, ainsi que pour le partage des richesses au sein de l’État intégrateur. Maintenant qu’ils ont les moyens financiers de leur pétrole, les armes acquises à l’occasion des conflits, leur territoire bien tenu par leur armée et une légitimité de vainqueur contre l’EI, les Kurdes irakiens ne vont pas laisser passer leur moment historique.

Une réticence générale envers l’indépendance kurde

À Bagdad l’opposition du gouvernement irakien, normale, se comprend très bien, celui-ci, dominé par la majorité chiite, n’ayant réussi avec sa minorité sunnite qu’à pousser celle-ci à créer l’EI. Pareil avec Ankara dont près de la moitié du territoire est kurde et qui s’efforce de bloquer l’installation sur sa frontière sud d’un Kurdistan syrien…

Car enfin, c’est bien beau de conquérir les autres ; mais ensuite, cette domination ne peut devenir légitime et pacifiée que si l’on parvient à se faire apprécier, puis aimer des vaincus ; comme y étaient parvenus les Romains dans leur empire (la Pax romana), puis les Normands en Angleterre, et plus tard les Français en Bretagne, en Bourgogne et en Lorraine ; et les Prussiens qui en deux générations ont réussi l’intégration allemande que les rois de France étaient arrivés à repousser pendant des siècles et des siècles. Des adhésions à ces niveaux, les Turcs ottomans, ni les Arabes, n’en ont jamais obtenu sur les populations conquises, sauf, peut-être, au lointain Maroc.

Quant au reste du concert des nations, il est très difficile de comprendre sa réticence face à l’ambition nationale kurde : ambition légitime et moralement respectable. Alors, il est surréaliste de continuer, pour la réflexion actuelle sur le futur du Moyen-Orient, à ressasser les accords du début du XXème siècle, tellement ont radicalement changé tous les paramètres du sujet. Tous.

Sauf qu’il y a ce dogme du caractère intangible des frontières existantes que l’ONU et les diplomaties les plus influentes s’obstinent à imposer urbi et orbi comme la quintessence de la sagesse en politique internationale ; alors qu’il n’est qu’une manipulation au service des dirigeants au pouvoir d’abord soucieux de protéger leurs intérêts et de ceux qui les soutiennent, généralement très minoritaires démocratiquement.

Un seul soutien au Kurdistan : Israël

Bref, à ce stade, le référendum au Kurdistan irakien n’est approuvé que par le seul Israël : soutien parfaitement cohérent avec sa politique pro-kurde déjà ancienne, notamment depuis l’expulsion par les mollahs des juifs d’Iran.

Soutien orienté contre l’Iran, dira-t-on ? Et pourquoi pas ? En effet, entouré d’une Turquie en pleine dérive dictatoriale et dont, de surcroît, l’arrimage occidental paraît chaque jour plus fragile, d’un royaume saoudien wahhabite à vocation de devenir l’homme malade du Moyen Orient, d’une Égypte dont l’excellente diplomatie ne parvient pas à se hausser au-dessus des tactiques du quotidien, sans parler de la Russie en embuscade, comment ne pas voir de façon optimiste l’avènement dans la région d’un nouveau pays non arabe, doté d’un minimum de tolérance en matière religieuse et qui sache se battre pour son existence et ses intérêts ?

L’Iran est un grand pays, qui doit être bienvenu dans l’arène internationale ; mais à l’évidence un Kurdistan fort serait un très utile contrepoids régional aux poids-lourds à proximité : à l’Iran, comme à la Turquie, comme à l’Arabie et aussi moins vulnérable aux influences russes que le très faible état syrien qui va résulter des guerres en cours.

Les enjeux sont importants, pétroliers certes, mais aussi pour l’accès à l’eau et aux voies de communication terrestres, non seulement est-ouest (avec la Chine qui pousse…), mais aussi nord-sud (c’est le sens profond de l’implication russe).

L’honnête homme devrait soutenir donc l’ambition nationale kurde : au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes qui est un principe.

Et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ?

Sur le plan global et historique, cette question d’une application générale du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est immense, car bien présente concrètement sur tous les continents.

Les innombrables situations ubuesques issues de la décolonisation, particulièrement en Afrique, mériteraient un ouvrage en plusieurs tomes. Mais pas seulement comme le prouvent hélas les conflits du Chili avec le Pérou et la Bolivie ou le cas du Tibet, et de tant d’autres.

En Amérique, plus d’un siècle après la terrible guerre de sécession, la fracture entre Nord et Sud est toujours là et en dépit d’un esprit patriote américain exacerbé pour la bonne cause de l’unité.

Et en termes de perspective historique, l’exemple des injustices toujours infligées au peuple Ibo par le gouvernement fédéral du Nigeria des dizaines d’années après la guerre du Biafra, prouve combien il est sans espoir et contre-productif d’imposer à un peuple de continuer à subir la domination d’un autre.

Sans véritable liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes, qui serait véritablement appliquée de partout et à chacun, on ne voit pas comment mettre en cohérence stable et pérenne les attentes des individus et des peuples qui les regroupent socialement : il y a d’un côté la force des libertés individuelles promues auprès de l’électorat par des autorités politiques forcées à la fuite en avant ; et d’autre part, il y a la réalité du fonctionnement d’un monde d’États-nations régi par les rapports de forces, et qui va le demeurer longtemps, encore bien éloigné du gouvernement mondial. Lequel n’est peut-être finalement, hélas, qu’une utopie.

Il devrait y avoir équivalence entre les droits offerts à la personne à son niveau individuel et ceux garantis à son peuple collectivement : c’est le prix à accepter pour la globalisation.

Sinon, les échappatoires actuellement constatées, terrorisme, émigration de masse… vont non seulement croître et embellir, si l’on peut dire, mais aussi gagner en bien-fondé politique et moral.

L’ONU, doit donc faire, avec courage, son aggiornamento en en finissant avec ce dogme du caractère intangible des frontières existantes.

Principe de progrès à l’origine, tant qu’on pouvait croire en la « sagesse des nations », la globalisation a fait cette règle de plus en plus anachronique, jusqu’à la rendre aujourd’hui insupportable à toutes les personnes concernées qui sont de mieux en mieux connectées.

Certes, pas sûr qu’une majorité sur ce sujet soit très aisément mobilisable aux Nations-Unies. Le contraire est même probable. Mais les progrès, on le sait, sont généralement plutôt introduits par des minorités agissantes.

Enfin, ne refusons pas de voir que tout se tient : pour conclure sur les préoccupations actuelles vis-à-vis des migrations, réalisons bien qu’aucune fixation stratégique des populations déshéritées sur leurs territoires historiques n’interviendra de manière permanente sans État de droit fonctionnant dans des pays homogènes et libres, susceptibles d’attirer l’investissement étranger grâce à leur stabilité et à l’efficacité des efforts d’aide au développement à l’œuvre : l’exemple du Rwanda, que l’on n’aime pas en France, est pourtant cas d’école.

Sinon,  poursuivons les multiples et gigantesques gabegies actuelles,  tout en sifflotant « Je ne le verrai pas, après moi, le déluge ».

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Situation très amusante , qui acceptera une indépendance refusée à la Crimée au Donbass à la Catalogne au pays basque à la bretagne à la Corse etc

  • Bien. Mais j’aurais beaucoup aimé lire le même genre d’article dans Contrepoint pour les Catalans !

  • le premier ennemi d’un Kurde n’est-il pas un autre Kurde ?
    ceci n’expliquerait-il pas qu’un état Kurde n’ait jamais existé ?

  • Bonjour,
    £e raisonnement est imparable et suis très-heureux de vous lire. Souvenons-nous de « £’Ordre règne à Varsovie !  » (1831).
    Vous auriez même pu ajouter que
    £e Droit des Peuples à disposer d’eux-mêmes est un principe…. ET AUSSI UNE REGLE DE DROIT POSITIF : énoncée dans l’Article 1° de la Charte des Nations Unies.
    L’Assemblée Générale de l’O.N.U., pour lui donner force exécutoire indubitable a confirmé cette disposition dans le PACTE INTERNATIONAL POUR LES DROITS CIVILS ET POLITIQUES en 1966 (ratifié par la France en 1981…! mais toujours pas la CHINE ni le royaume d’ARABIE).
    A défaut, il faudra inventer des cocottes-minute de plusieurs mètres d’épaisseur…..

  • Excellent article. Les (vrais) peuples ont en effet le droit de disposer d’eux-mêmes dans leur état nation sécurisé.
    Les Kurdes ont été spoliés depuis trop longtemps, et il serait temps que les mollahs génocidaires, le néosultan ottoman et le boucher syrien en rabattent.
    Les seuls combattants sur le terrain ayant permis l’éradication du poison islamique furent bien les Kurdes.

    • Qu’est-ce qu’un « vrai » peuple du coup ?

      •  » Du coup « , pas le glorieux peuple palestinien, immémorial quoi qu’inventé en 1964 dans les officines du KGB pour damer le pion à l’influence américaine au M-O et par la même occasion détruire l’état nation du peuple hébreu.

        • Sans vouloir vous manquer de respect, je m’attendais à ce genre de réponse, rien qu’à la lecture de votre pseudo.

          Ceci dit, la question est importante, et mérite d’être posée en laissant de coté les haines, les rancœurs, les différents, les incompréhensions aussi peut être ? qu’on accumule au fil du temps.

          La question est tellement centrale, car j’ai l’impression qu’ « on » est toujours pour l’indépendance du petit peuple opprimé loin de chez nous, mais quand c’est chez nous, c’est hors de question.
          « Libérez le tibet ! … mais par contre le 66 (Pyrénées Orientales, partie française de la Catalogne) est et restera français, hein ! »

          Peut être que d’apporter une définition objective et non passionnelle à ce que peut être un « peuple auto-déterminé » permettra de régler plus facilement les problèmes ?

  • La question n’est pas de savoir si les kurdes ont droit à un état, mais de savoir sur quelles bases et dans quel territoire.
    Et là, la réponse à la question est loin d’être simple : on parle certes de Kirkouk et de son pétrole mais qu’en est il de la plaine de Ninive et des minorité ? Est ce que Qaraqosh, Sinjar et Al Qosh sont appelés à en faire partie ? Ils ne faisaient pas partie de la région autonome du Kurdistan irakien mais le référendum y est organisé.
    Kirkouk représente le pétrole mais le nord de la plaine de Ninivre représente le seul moyen de communiquer facilement entre Erbil et Dohucq au nord. Sans ce passage par la plaine, les routes de montagne sont nettement moins pratiques.
    On comprend alors ce qui pousse le pouvoir du Kurdistan irakien à organiser le référendum dans ces régions et ce n’est en aucun cas pour la protection des minorités (dont on a l’impression qu’il cherche plus à prendre en otage).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les décisions de la Finlande et de la Suède de solliciter leur adhésion à l'OTAN constituent une victoire majeure pour l'alliance militaire, mais une victoire bien plus douteuse pour ces deux pays. L'OTAN a grandement besoin d'un succès en ce moment, car ni la guerre économique contre la Russie ni le conflit en Ukraine ne semblent aller dans le sens de l'Occident. Reste à savoir si l'ajout officiel de deux autres pays nordiques constituerait un réel avantage militaire pour l'OTAN, mais au moins ce serait une victoire claire en termes de relat... Poursuivre la lecture

Ce mardi ont eu lieu des pourparlers entre l’Ukraine et la Russie à Istanbul. La Turquie devient de fait une médiatrice dans ce conflit européen. On peut se réjouir de voir les deux belligérants discuter et utiliser la voie diplomatique pour tenter de résoudre ce conflit qui a fait des milliers de morts militaires et civils ainsi que plus de 3,7 millions de réfugiés. Néanmoins, on peut aussi regretter la perte d’influence diplomatique de la France et des pays de l’UE.

Le double jeu turc lui offre des opportunités diplomatiques

De par s... Poursuivre la lecture

Par Jean-Yves Bouffet. Un article de Conflits

Les détroits turcs, à savoir le Bosphore et les Dardanelles, sont stratégiques pour l’accès à la mer Noire. Leur statut est régi par la convention de Montreux signée en 1936, qui reconnaît la libre circulation pour le trafic civil, tout en permettant des restrictions pour les bâtiments militaires, parmi lesquelles l’interdiction de passage pour ceux-ci en cas de conflit. Sa mise en œuvre récente par Ankara est l’occasion de revenir sur l’historique et sur les conséquences concrètes de cette... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles