3 dogmes de la nouvelle religion écologiste

Si l’idéologie écologiste poursuit ses conquêtes, ces processus de financement se multiplieront nécessairement. Ils sont la condition de l’acceptation par la population d’une « transition énergétique » très coûteuse.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

3 dogmes de la nouvelle religion écologiste

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 octobre 2017
- A +

Par Patrick Aulnas.

Où nous mène l’écologisme politique qui influence de nombreux gouvernements ?

Les partis politiques écologistes se sont appuyés sur des réflexions théoriques pour élaborer une idéologie, l’écologisme. Cette idéologie emprunte au socialisme un dirigisme étatique basé sur la fiscalité et la réglementation. Mais elle substitue à l’éden de la société sans classes le paradis de l’harmonie homme-nature.

Le processus idéologique reste toujours le même puisqu’il est calqué sur l’éthique religieuse : promesse et menace, carotte et bâton, peur présente et récompense future. Si vous êtes écologiquement vertueux, votre avenir s’améliorera et celui de vos descendants sera assuré. Dans le cas contraire, les crises succéderont aux crises et d’inimaginables cataclysmes attendent vos enfants. Pour être dans le camp du bien, obéissez-nous.

L’observation des politiques déjà mises en place permet de constater un processus normatif subtil conduisant inéluctablement à un accroissement considérable de l’interventionnisme public. Trois éléments principaux apparaissent aujourd’hui.

1. Des ambitions volontairement démesurées

Le principe, bien connu, consiste à demander beaucoup pour obtenir un peu. L’écologie est populaire et les politiciens utilisent toujours les tendances émergentes pour conquérir les suffrages.

L’idéologie écologiste a donc le vent en poupe et l’énorme pression normative actuelle (production d’énergie, logements, voitures, appareils de chauffage, appareils électroménagers, alimentation, etc.) est plutôt bien acceptée. Mais les normes imposées par les États ou l’Union européenne sont souvent trop ambitieuses et se heurtent à des limites technico-économiques.

L’exemple le plus connu est celui des voitures diesel. Il est impossible en pratique de concilier les normes d’émission de particules fines et la puissance du véhicule pour un coût de production restant compétitif. Les constructeurs ont donc « fraudé », disent les journalistes et les politiciens.

En réalité, les normes imposées étaient tellement ambitieuses qu’elles ne pouvaient être atteintes qu’en laboratoire. L’utilisation courante du véhicule ne permet pas de maintenir en permanence les réglages minutieux nécessaires.

Le même raisonnement pourrait être appliqué aux appareils de chauffage des bâtiments utilisant des énergies fossiles (gaz et fioul). La norme européenne de rendement et d’émission de polluants n’est pas respectée en pratique, car il faudrait pour cela un coût d’entretien totalement prohibitif.

Ces exigences normatives très élevées constituent une pression politique et juridique sur les producteurs. L’opinion publique étant gagnée à l’idéologie écologiste, imposer des normes inatteignables permet de stigmatiser les producteurs. Ils sont coupables de ne pas respecter la bonne parole des politiciens devenue norme technique obligatoire. Le bien est politique, le mal est économique. CQFD.

Les annonces d’interdiction future des carburants fossiles pour les véhicules relèvent de la même logique idéologique. Il est bien évident que le parc automobile ne deviendra pas entièrement électrique en deux décennies. Mais fixer des objectifs absurdement élevés permet d’augmenter la pression sur la société.

Cette manière d’abuser la population, couramment utilisée au XXe siècle par les pouvoirs communistes, fascistes et nazis, porte un nom : la propagande. Par la propagande étatique le marché libre recule et l’emprise de l’État avance. La liberté s’estompe lentement, la douce tyrannie du tout normatif s’instaure.

2. Des normes qui conduisent à terme à des aides publiques massives

Les exigences écologistes très ambitieuses conduisent à une augmentation des coûts de production. Certains produits deviennent inaccessibles pour les niveaux de revenus faibles ou moyens. La consommation doit donc être solvabilisée par des transferts sociaux massifs (aides au logement, subventions à l’achat de voitures électriques, transports collectifs).

Le processus est déjà initié dans certains domaines comme la production d’électricité solaire ou éolienne, le logement (isolation, panneaux photovoltaïques, etc.) ou les véhicules électriques.

Ce dernier exemple est particulièrement significatif puisque les véhicules électriques présentent des inconvénients majeurs par rapport à ceux utilisant un dérivé du pétrole. L’autonomie est très faible et le temps de chargement des batteries très important.

Qu’importe ces faiblesses techniques, l’État français verse des subventions massives pour le remplacement d’un diesel par un électrique : une prime de conversion de 4 000 € à laquelle s’ajoute un bonus écologique de 27% du coût d’acquisition TTC du véhicule, plafonné à 6 000 €. Le montant de la subvention peut donc atteindre 10 000 €.

Si l’idéologie écologiste poursuit ses conquêtes, ces processus de financement se multiplieront nécessairement. Ils sont la condition de l’acceptation par la population d’une « transition énergétique » très coûteuse.

Les écologistes regardent d’ailleurs ce potentiel de transferts financiers massifs avec les yeux de Chimène pour Rodrigue. Il ne faut pas oublier que l’écologisme politique mixe savamment le socialisme et l’instrumentalisation politique de la problématique écologique. Réduire l’importance du marché en transférant le pouvoir aux politiques représente pour eux un progrès considérable.

Évidemment, les dépenses publiques subissent une nouvelle contrainte et il devient inenvisageable de baisser les prélèvements obligatoires.

3. Une stratégie qui pourrait organiser la pénurie.

Deux exemples complémentaires suffiront : la production d’électricité en France et l’équipement futur en voitures électriques.

Le remplacement des centrales nucléaires par les « énergies renouvelables » (principalement le solaire et l’éolien) conduit inéluctablement à une diminution de la production. Ou alors, il faudra retrouver la pureté écologiste des centrales à charbon comme l’ont fait, avec le brio que l’on sait, les allemands.

Un parc de véhicules entièrement ou significativement électrique conduirait à une consommation d’électricité beaucoup plus importante qu’aujourd’hui. Comment concilier l’intermittence des « renouvelables », leur faible capacité de production et l’augmentation de la demande d’électricité liée au tout électrique ? C’est impossible.

Il faudra donc, en supposant que l’on renonce au nucléaire,  gérer la pénurie d’électricité. Le marché la gère simplement : si l’offre est inférieure à la demande les prix augmentent, ce qui exclut de la consommation une partie de la clientèle ancienne. Dans leurs cauchemars les plus atroces, les écologistes n’ont jamais imaginé une telle solution.

Il faudra donc que l’État organise la distribution des quantités insuffisantes d’électricité disponible. Cela s’appelle le rationnement. Encore une fois, cette situation n’est pas pour déplaire à nos idéologues. Le marché est exclu, l’État distribue des tickets de rationnement (mais ce sera beaucoup plus subtil), le pouvoir des politiciens augmente. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes écologistes.

D’autant que la pénurie énergétique induit nécessairement une diminution du nombre de véhicules en circulation. Pourquoi acheter une voiture si l’énergie pour la faire fonctionner est rare et coûteuse ? Nous serions ainsi dans un processus de croissance zéro ou de décroissance économique qu’appelle de ses vœux l’écologisme politique.

Caricatures et menaces

Les capacités de production atteintes aujourd’hui par l’humanité conduisent à des interrogations sur la conciliation économie-écologie. Mais chacun peut observer que ces interrogations ont été politiquement instrumentalisées pour imposer un ordre étatique nouveau fait de contraintes et de redistribution.

Les caricatures grossières vont bon train comme dans toute manipulation idéologique. La vertu écologiste s’oppose au vice « climatosceptique ». Les menaces du type « les climatosceptiques seront un jour jugés pour crime contre l’humanité » pleuvent sur les réseaux sociaux et les commentaires d’articles. Pourrons-nous encore, dans dix ans, disposer de notre liberté de pensée sur les questions écologiques ?

 

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • L’écologisme ou la renaissance du communisme. Il y a juste la couleur qui a changé.

  • ..et comment faire accepter de devenir plus pauvres pour de bonnes raisons.. On peut imaginer la même chose avec la nourriture: rationnement pour éviter obésité, cancérigènes, qui plombent la sécu, et nourrir plutot les afamés migrants, Y a pas de limites au principe s’il est bien expliqué.

  • L’écologie promeut un monde de pauvres… où bien entendu la caste des prêtres vivra bcp mieux grâce au peuple reconnaissant….ça date pas d’aujourd’hui ,les forts dominent les faibles jusqu’à la révolte des faibles..de moins en moins probable !

  • On voit déjà les prémisses des conséquences néfastes du foisonnement inconsidéré des EnR intermittentes : plus la taxe CSPE augmente, plus le nombre de ménages en précarité énergétique augmente. Donc le nombre de ménages solvables va diminuer au fil du temps, ce qui, mécaniquement, va faire augmenter plus rapidement le montant de la taxe CSPE, ce qui mettra de nouveaux ménages en précarité énergétique. Une spirale infernale, en quelque sorte…A la limité, avec une taxe CSPE démesurée, tous les ménages seront en précarité énergétique, et qui payera ?

    • Tout cela sera payé par la dette publique. C’est le credo déjà bien appliqué des écolos : peu importe de laisser à nos enfants des dettes si elles sont servi à maintenir la terre intacte dans sa grandeur passée.

    • Qui paiera ? Les collectivités publiques, évidemment, avec l’argent des autres contribuables et le recours à l’emprunt, puis d’autres impôts pour limiter leur surendettement.

  • « On » paiera jusqu’à ce que
    l’argent des autres cesse!

  • L’écologie en tant que culture individuelle, et en tant que démarche industrielle tirée par une prise de conscience du marché, est sans doute une bonne chose (nous sommes tous responsables de notre environnement).

    L’écologie politique, en revanche, est une « peste verte ».

  • « Pourrons-nous encore, dans dix ans, disposer de notre liberté de pensée sur les questions écologiques ? »

    – Il y a 2 ans NKM traitait les climatosceptique de « connards »
    – presque en même temps, Philippe Verdier se fait virer de France2
    – depuis, pas un seul climato-sceptique de s’est exprimé sur les ondes
    – par contre le tapage médiatique sur la CPO21 était digne d’une campagne de propagande de l’URSS
    – la campagne de lavage de cerveaux est très efficace, tous mes proches se sont transformés en rhinocéros vert, je suis le dernier survivant.

    La liberté de débattre sur l’écologie n’existe déjà plus.

  • Les écologistes étant rouges à l’intérieur, une de mes connaissances, gauchiste, s’est reconvertie après la chute de l’URSS, pas étonnant que les méthodes et les buts soient les mêmes!

  • Attention à la dernière trouvaille: l’industrie pharmaceutique détruit votre santé.
    1)Le capitalisme exploite les travailleurs
    2)Le capitalisme détruit la nature
    3)Le capitalisme vous rend malade

  • L’écologie actuelle n’est que la prémisse d’un fascisme qui sera encore plus rigolo que les derniers connus, je parle entre autres de Pol Pot et de ses kmers.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gustave Le Bon (1841-1931), souvent réduit de nos jours à l’auteur d’un seul livre, la Psychologie des foules (1895), fut aussi un observateur des phénomènes politiques et sociaux de son temps, de même qu’un penseur de la psychologie de l’être humain et des sociétés humaines que l’on peut rattacher au courant intellectuel de l’individualisme libéral.

Face à l’extraordinaire montée en puissance des États de par le monde depuis le début de la crise sanitaire, et devant la recrudescence d’un anticapitalisme et d’un antilibéralisme nourris... Poursuivre la lecture

Si le renouveau revendiqué par Emmanuel Macron pour son second mandat présidentiel signifie qu’il ambitionne de renouveler, au sens de reconduire, le « quoi qu’il en coûte » budgétaire des années précédentes, on peut dire que le Projet de loi de finances 2023 ou PLF 2023 présenté lundi dernier en Conseil des ministres répond à merveille à cette ambition. Il n’est que de comparer les avis successifs de la Cour des comptes ou du Haut Conseil des Finances publiques (HCFP) rendus chaque année sur le sujet pour s’en convaincre.

Avec une rég... Poursuivre la lecture

Quand se présente une crise d’envergure, les partis et mouvements politiques bourdonnent d’explications en sens contraire, fonction de leurs intérêts et préjugés. C’est d’autant plus vrai dans des pays tels la Belgique, l’Allemagne et la France dont la presse relaie les thèses les plus fantaisistes des écologistes en politique.

Tentons de démêler le principal de l’accessoire.

La crise énergétique de l’Europe est d’abord la crise, non d’un système, mais d’un pays. Ce pays, c’est l’Allemagne.

 

La transition énergé... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles