Nucléaire : 500 milliards de bénéfices environnementaux

Les « bénéfices environnementaux et sanitaires » du nucléaire sont particulièrement importants.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Coucher de soleil sur la centrale de Nogent-sur-Seine by B@rberousse(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nucléaire : 500 milliards de bénéfices environnementaux

Publié le 1 octobre 2017
- A +

Par Michel Gay.

Un rapport récent (septembre 2017) de l’agence gouvernementale Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) annonce avec raison qu’un moyen de production d’électricité procure des bénéfices environnementaux pour la collectivité s’il évite d’émettre d’importantes quantités de gaz à effet de serre (GES) et de polluants atmosphériques.

L’Ademe va plus loin encore. Elle chiffre ces « bénéfices environnementaux et sanitaires importants » entre 3,1 milliards d’euros et 8,8 milliards d’euros pour l’éolien sur la période 2002 à 2013 en France métropolitaine pour une production d’électricité éolienne totale d’environ 80 térawatt-heure (TWh)1.

La production nucléaire (que l’Ademe omet de citer) évite également (comme l’éolien quand il y a du vent) d’émettre des GES et des polluants atmosphériques. Mais sa production d’électricité sur cette même période de 11 ans (2002-2013) a été d’environ 4500 TWh, soit 56 fois plus que l’éolien.

Les « bénéfices environnementaux et sanitaires » du nucléaire sont donc particulièrement importants puisqu’ils sont compris entre 173 milliards d’euros et… 493 milliards d’euros !

L’Ademe évalue dans ce même rapport que les coûts du soutien à l’éolien durant cette même période de 11 ans sont de 3,2 milliards d’euros. Les « bénéfices » virtuels couvriraient donc les subventions entre 2002 et 2013.

Pourtant, durant la seule année 2016, le soutien à l’éolien à couté 1,2 milliard d’euros. EDF de son coté, évalue la somme totale du soutien aux énergies renouvelables en 2017 à 5,7 milliards d’euros, uniquement au travers de la « contribution » CSPE sur facture d’électricité.

On notera aussi la progression de 650% de la CSPE entre 2002 et 2016 (22,5 €/MWh en  2017).

L’Ademe reconnaît cependant dans son étude que :

Le coût associé au développement de la filière éolienne française a été avant tout porté par les consommateurs d’électricité via la CSPE.

La France  produit déjà :

1) plus d’électricité que son besoin (10% de notre production sont exportés vers nos voisins pour un gain national annuel compris entre un et trois Md€),

2) et à plus de 90% sans émissions de gaz à effet de serre ? (Grâce principalement à 75% de nucléaire et 12% d’hydraulique).

Mais à quoi (ou à qui ?) sert donc le développement par milliers de ces immenses pylônes à hélices (180 mètres de haut) à la production erratique et ruineuse ?

  1. TWh = térawatt-heure = 1000 GWh = 1 milliard de kWh.
Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • dommage pour M. Gay, même le patron d’EDF n’est pas d’accord avec la conclusion de cet article :
    « «On ne peut pas opposer le nucléaire aux renouvelables. L’objectif est d’abord de produire une électricité décarbonée, sans recourir aux énergies fossiles», a expliqué Jean-Bernard Lévy, le président d’EDF dans une rencontre avec la presse le 19 septembre. »

    • Le patron d’EdF n’a pas obtenu sa place en faisant preuve de compétence et de vision, mais en flattant les politiciens qu’il fallait grâce à une carrière entière d’expérience des marchés publics. Ca permet de se faire une idée de ce que vaut son opinion.

      • et si vous étayiez un peu votre réponse…………

        • Tapez Jean-Bernard Levy sur wikipedia et vous aurez votre réponse étayée. Cette personne est un pur produit de l’élite française, il n’a jamais rien pris un risque en créant quoi que ce soit, mais il a profité de l’existant créé avec l’argent des contribuables.

          • visiblement, EDF espère vendre son nucléaire en concurrençant les énergies d’origine carbonée (les renouvelables étant dorénavant trop compétitives pour le nucléaire)
            et encore, EDF redoute la mise en place de STEP compétitives et pense encore avoir quelques dizaines d’années pour pouvoir mettre au point ses EPR ou équivalent.
            pour EDF, le nucléaire serait donc devenu l’allié des renouvelables, (à condition que les STEP ne bénéficient pas de progrès technologiques rapides comparables à ceux des énergies renouvelables lors des 10 dernières années)

        • Les patrons des grandes entreprises nationalisées ne sont pas choisis en premier pour leurs compétences mais pour leur couleur politique, leurs capacités à répondre à un projet gouvernemental et leur relation avec les membres du gouvernement.
          Cerise sur le gâteau, c’est un ami d’enfance (adolescence) de F.Hollande… Mais cela n’a sûrement rien à voir avec sa nomination en 2014 :-))

          • EDF veut sauver son nucléaire……….

          • entre un EPR à 12 cts le kWh, du PV à 6cts et de l’éolien à 9 cts, le choix est vite fait et y’a pas à faire de grandes études pour choisir

            • @karl34
              Bonsoir,
              Evidemment qu’EDF veut sauver son nucléaire : c’est ce qui lui rapporte le plus. 50 milliards en 10 pour des P.V et 7000 éoliennes pour 5% de production totale, c’est pas très rentable.
              Dans vos 12cts le kWh, comptez-vous la part de rattrappage d’éolien et de P.V que supportent ces 12cts ?

              • Edit :
                « 50 milliards en 10 ans pour… »

              • 12cts le kWh soit 120€ le MWh : tarif assuré pour la production du futur EPR Hinkley Point

                • @karl34
                  En plus, il y a le financement pour un nouveau réacteur (qui rapportera 1 million d’euro par jour s’il est de taille moyenne, soit 1000 mégawatts). Il faut donc enlever cette part, celle du rattrapage du coût de l’éolien et du solaire que supportent ces 12cts, et ajouter ces deux-là à leur prix respectifs.

    • Qui a nommé Levy président de EDF ? Le gouvernement, tout est dit.

  • Et si chaque citoyen pouvait flécher l’utilisation de ses impôts ? (nucléaire ou renouvelable)

    • @Guillaume Besset
      Bonjour,
      Et si les impôts du citoyen/contribuable ne servaient pas à influencer le cap que doit prendre une entreprise ?
      Et si les impôts du citoyen-contribuable ne servaient pas à ce que l’Etat (socialiste, anti-Kapitaliste) entre au capital d’une entreprise ?

  • Aux industriels de l’éolien qui se font des fortunes sur le dos des contribuables (Al Gore par exemple est PDG d’un fond pour les énergies renouvelables, ce qui explique son extrémisme réchauffiste).

  • « L’objectif est de produire une électricité décarbonnée » : halte à l’idéologie !

  • monsieur gay, ce qui ne va pas avec votre présentation, c’est votre présupposé que les gaz à effet de serre seraient mauvais pour l’homme, pour la santé ou pour la planète… le co2, puisque nous parlons évidemment du co2, n’est pas un gaz polluant. c’est le gaz de la vie, première étape indispensable à la photosynthèse, à la croissance des plantes, c’est le tout premier maillon de la chaîne alimentaire.
    votre calcul reste cependant intéressant avec votre règle de trois sur les twh produits, mais il aboutit à la conclusion que les chiffres de l’adème sont complètement caviardés, ne reposent sur rien de scientifique. enfin, avec un pib de 2 000 milliards d’euros, le bénéfice « environnemental » de ne pas produire de co2 s’élèverait à 500 milliards d’euros ? soit 20 % du total (500/2 500) ?
    quand je vais acheter mon fromage chez le crémier, celui ci veut être payé en euros, pas en « bénéfice environnemental ».
    enfin, au lieu de dire que l’on produit assez d’électricité pour nos besoin et de s’interroger sur la nécessité de construire de gigantesque hachoirs à oiseaux, il serait plus positif de constater que notre énergie nucléaire est efficace et compétitive et de militer pour la construction de nouvelles capacités nucléaires, afin d’exporter 20 % ou 30 % ou 50 % de notre électricité.

    • @jabo
      Bonsoir,
      M. Gay parle du CO2 parce que la production/émission de celui-ci, qui est leur ultime indicateur de pollution, est le cheval de bataille des écolo, ministre de la transition écologique en tête, qui veulent en finir avec le nucléaire.

  • Vive l’ADEME, enfin complété par Michel Gay !
    L’histoire de l’arroseur arrosé.

  • « Mais à quoi (ou à qui ?) sert donc le développement par milliers de ces immenses pylônes à hélices (180 mètres de haut) à la production erratique et ruineuse ? »
    1) A satisfaire aux directives irrationnelles de la Commission européenne, qui confond objectifs et moyens
    2) A procurer de confortables rentes aux promoteurs, aux frais des ménages
    3) A créer une distorsion de concurrence
    4) A perturber le réseau de transport
    5) A produire indirectement du CO2 (centrales thermiques d’appoint), pour le plus grand plaisir de la végétation
    6) A réduire le pouvoir d’achat des ménages et à augmenter le nombre de presonnes en précarité énergétique
    7) A défigurer notre pays
    8) A tuer oiseaux et chauves-souris
    9) A générer des infrasons, néfastes pour la santé des riverains
    10) A part tout cela, l’éolien ne sert à rien.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Écologisme
12
Sauvegarder cet article

Le silence épais des écolos

Tiens, voilà qui est remarquable : alors que tous les feux sont au vert pour les écolos, on ne les entend point. Oui oui, regardez la situation : elle devrait leur être favorable et on devrait les voir monter sur leurs ergots à chaque page de journal, sur chaque plateau télé, sur tous les réseaux sociaux...

Après tout, voilà qu'on crame du charbon comme jamais : 45 % de l'électricité allemande provient des centrales à charbon dont certaines ont été réouvertes récemment. En France, elles n'ont pas redémarré mais les lois qui les y autor... Poursuivre la lecture

L'affirmation souvent entendue, même dans la bouche de journalistes et de hauts responsables politiques, « la meilleure énergie est celle qui n'a pas été produite ou consommée » se trompe d'objectif.

Ce n’est pas l’énergie source de bienfaits et de confort qu’il faut réduire, mais ses éventuelles nuisances marginales.

Ce slogan simpliste, trop souvent repris à tort et à travers, distille de manière insidieuse une idée négative : l’énergie serait mauvaise en elle-même, et celle qui ne serait pas produite, ou consommée, serait un ... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

Le Wall Street Journal a récemment rapporté que le gouverneur de la Californie, Gavin Newsom, était l'initiateur d'un effort de dernière minute pour faire passer une loi visant à prolonger une bouée de sauvetage pour Diablo Canyon, une centrale nucléaire de 2250 mégawatts qui fournit environ 8 % de l'énergie produite dans le Golden State.

Sous la pression des législateurs et des militants écologistes, la Pacific Gas and Electric Company (PG&E) a accepté en 2016 de déclasser Diablo à l'expiration de ses lic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles