Cryptomonnaies : un nouveau contre-pouvoir ?

Les cryptomonnaies constituent un contre-pouvoir bienvenu aux dérives des gouvernements et des banques centrales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
The money... by Zach Copley(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cryptomonnaies : un nouveau contre-pouvoir ?

Publié le 2 octobre 2017
- A +

Par Ferghane Azihari.

En 1976, deux ans après avoir reçu son prix Nobel d’économie, Friedrich Hayek publiait un ouvrage dédié à la « dénationalisation de la monnaie ». Une des raisons qui poussèrent Hayek à écrire cet ouvrage était sa volonté de participer aux débats sur les questions monétaires qui agitaient le continent européen.

Le système de Bretton Woods venait de s’effondrer et de nombreuses incertitudes planaient sur l’avenir du système monétaire international. En Europe, cela conduisit quelques économistes à proposer un système européen de régulation des taux de change. C’est également à ce moment là que les élites européennes commencèrent à prendre aux sérieux l’éventualité d’une monnaie unique européenne.

Le monopole monétaire est, comme tout monopole, nuisible

Hayek n’appréciait pas la tournure que prenait ce débat. Il craignait qu’une monnaie unique européenne n’aboutisse à une cartellisation du système financier, entraînant de l’inflation et de l’instabilité bancaire. La « dénationalisation de la monnaie » est donc une contre-proposition aux volontés d’établir un monopole monétaire européen.

Ceci dit, il est important de souligner qu’Hayek n’était pas contre l’intégration monétaire de l’Europe. Il estimait simplement que cette intégration ne devait pas se faire à travers le monopole d’une banque centrale supranationale.

Pour favoriser cette intégration, Hayek préconisait l’ouverture des zones monétaires nationales à la concurrence des monnaies étrangères. Autrement dit, les Français doivent pouvoir échanger en deutsche mark, en livre Sterling ou en n’importe quelle autre monnaie émise par un gouvernement étranger sans être gênés par des lois relatives au « cours légal ».

Un tel système encouragerait la concurrence monétaire et assurerait la circulation des monnaies les plus fiables. Hayek allait même jusqu’à envisager une concurrence ouverte à des émetteurs privés. Mais il admettait que cette idée était trop subversive pour être politiquement acceptable. Effectivement, ses travaux n’ont pas été chaleureusement reçus.

Comment les cryptomonnaies changent la donne

30 ans plus tard, l’introduction des cryptomonnaies changent la donne sur le plan culturel. La notion de monnaie privée, longtemps considérée comme fantaisiste, est une réalité pratique que chacun peut expérimenter.

Nous avons longtemps été conduits à penser que l’émission monétaire était une activité exclusivement « régalienne », c’est-à-dire relevant du monopole de quelques bureaucrates. Bien que ce soit faux sur le plan historique, l’illusion demeure. Mais les cryptomonnaies comme le Bitcoin commencent à la dissiper.

Chacun peut observer qu’il est possible d’utiliser un moyen d’échange sophistiqué en dehors d’un pouvoir central. Bien sûr, cette innovation ne suffira pas à convaincre un public dont le scepticisme à l’égard des monnaies privées est alimenté par la prédominance des discours dirigistes et keynésiens. Mais elle a le mérite de faire tomber les tabous : oui, une monnaie privée est possible pour peu qu’on la laisse exister.

Il n’est donc pas étonnant que ces cryptomonnaies agacent certains économistes, en particulier ceux qui gagnent leur vie en relayant les idées destinées à conforter les pouvoirs des gouvernements.

En 2013, Paul Krugman, qui fait partie des économistes keynésiens les plus influents, titrait sur son blog « le Bitcoin, c’est le mal ». En effet, les cryptomonnaies ne portent pas seulement atteinte au monopole monétaire des Etats. Elles attaquent également la crédibilité des défenseurs de la centralisation monétaire.

Une concurrence qui profite à tous

Si les cryptomonnaies restent, pour l’instant, plutôt l’apanage des initiés et des geeks, leurs avantages s’étendent au-delà de leurs utilisateurs. Le citoyen lambda qui n’a jamais entendu parler du Bitcoin et continue à utiliser les monnaies étatiques bénéficie lui aussi de l’existence des cryptomonnaies.

L’existence de ces monnaies privées constitue, pour les gouvernements, une invitation à se montrer discipliné. Les Etats savent désormais qu’il existe, outre les métaux précieux, une autre valeur refuge potentielle vers laquelle les détenteurs de monnaie se rueront en cas de forte inflation et d’instabilité financière : de quoi les inciter à la préservation du pouvoir d’achat des monnaies traditionnelles.

En admettant que les cryptomonnaies n’aient pas vocation à s’imposer, leur existence constitue un contre-pouvoir bienvenu aux dérives des gouvernements et des banques centrales. Ce contre-pouvoir est sans doute bien plus efficace que les montagnes de réglementation que l’on prétend imposer.

Pour plus d’informations de ce genre, c’est ici.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Qu’en est il exactement de la légalité du bitcoin en France et dans le reste de l’UE?

    Une entreprise aurait elle le droit de facturer en bitcoin? Il ne me semble pas justement à cause du cours légal. Mais y a t’il un expert capable de répondre?

    • D’après ce que j’ai compris, si ce n’est pas déjà le cas, ça le sera très vite. Plusieurs grandes banques investissent en cryptomonnaies, et un achat immobilier a déjà été payé ainsi.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les trois moteurs de la saga des cryptomonnaies auront été des escrocs lunaires — souvent programmeurs — des idiots utiles et bien sûr ceux sans lesquels rien de tout ceci n’aurait été possible : des millions de victimes.

 

Qu’est-ce qu’une cryptomonnaie ?

La cryptomonnaie est une unité produite par un algorithme informatique qui, par des contraintes mathématiques et techniques, ne les produit qu’en nombre limité. Cette unité purement informatique et technique est baptisée « monnaie » par celui qui l’a produite. En vertu de... Poursuivre la lecture

Par Kristoffer Mousten Hansen et Karras Lambert.

 

Les amateurs de crypto-monnaies apprécient généralement beaucoup l'école autrichienne d'économie. C'est compréhensible puisque les économistes autrichiens ont toujours défendu les mérites de la monnaie produite par le secteur privé et échappant au contrôle de l'État.

Malheureusement, une compréhension erronée du développement et des fonctions de la monnaie est apparue et devenue de plus en plus dominante chez au moins certains partisans du bitcoin - un récit qui est ... Poursuivre la lecture

Vinted, Leboncoin, eBay, Airbnb… vous avez pris l’habitude de vendre ou même louer sur ces sites d’intermédiation ? Cette année, les montants de vos transactions apparaissent sur votre déclaration de revenus pré-remplie.

C’est le fruit de la réglementation qui depuis 2020 oblige ces plateformes de mise en correspondance de communiquer à l’administration française l'identité des personnes cumulant plus de 3000 euros annuels de ventes ou effectuant plus de 200 ventes annuelles. Pour les locations meublées, le plafond est fixé à 365 euros... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles