RSI, URSSAF : le monopole de la Sécu mis à mal par les jugements

RSI et URSSAF commencent à se fissurer au regard des derniers jugements : le monopole de la Sécu tremble-t-il ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Chateau de cartes by Vincent Lit(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

RSI, URSSAF : le monopole de la Sécu mis à mal par les jugements

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 septembre 2017
- A +

Par Laurent C.

La période estivale a été propice à quelques jugements particulièrement intéressants concernant le combat contre le monopole de la Sécu.

Pour rappel, tous les « Libérés de la sécu » étant systématiquement condamnés devant les Tribunaux des Affaires de Sécurité sociale, les cours d’appel et de cassation confirmant ensuite ces jugements, le combat s’est déplacé de la simple contestation du monopole à celui de la contestation de la légitimé des organismes de Sécurité sociale à exercer leurs missions.

Ces jugements récents jettent plusieurs pierres dans le jardin à la française issu des petits arrangements entre amis du Conseil National de la Résistance de 1945 et sans cesse rafistolés depuis lors.

25 août 2017 – Cour d’appel d’Aix en Provence

Arrêt au fond n° 2017/1222

Dans cet arrêt, le plaignant est débouté face à l’URSSAF PACA mais l’arrêt confirme formellement que « L’Union de Recouvrement des Cotisations de Sécurité Sociale et d’Allocations Familiales n’est pas un régime de sécurité sociale. Elle est un organisme de recouvrement. Elle tient sont existence de la loi et plus spécialement de l’article L.213-1 du Code de la sécurité sociale

[…]

Elles [les URSSAF] sont qualifiées d’organismes chargés d’une mission de service public et sont des personnes morales.

[…]

Ainsi l’URSSAF PACA détient de la loi la mission de recouvrer les cotisations sociales ».

Ce point est particulièrement intéressant car l’activité de recouvrement ne relève pas du (contestable et contesté) monopole légal des organismes de sécurité sociale qui est limité aux activités de protection sociale par les Directives Européennes de 92.

De là l’URSSAF est donc en concurrence avec tous les organismes de recouvrement français et européens.

Rappelons que l’URSSAF recouvre chaque année la bagatelle de 600 milliards d’euros…

Gageons que la Commission de Bruxelles, saisie par le Mouvement pour la Liberté de la Protection Sociale, saura intimer à la France de respecter les règles européennes en faisant un appel d’offre en bonne et due forme pour déléguer cette mission de service public à une personne morale de droit privé (comme l’est l’URSSAF).

7 septembre 2017 – TASS de Grenoble

Le syndicat TALESS nous apprend ceci sur son site :

La présidente du Tribunal des Affaires de Sécurité sociale, a été extrêmement surprise lorsque le président du Syndicat TALESS a présenté des documents probants sur la création du GIE RSI.

La Juge, après avoir validé la composition de l’ORGANIC et de la CANCAVA, reconnaît que la fusion des deux mutuelles précitées n’est pas intervenue dans le cadre d’une procédure usuelle […].  La doyenne des juges du TASS de Grenoble n’a pu qu’acquiescer que le RSI ne résulte pas d’une fusion légale de trois caisses ; pire encore, une caisse a disparu.

La juge a conclu par : « Il aurait fallu nous montrer ces documents avant » et reconnait que la constitution du RSI a été bâclée.

Madame la juge demande au RSI l’exécution immédiate du rapport de la preuve de l’existence légale du RSI .

14 septembre 2017 – Cour d’appel de Paris

Arrêt n° 15/07252

Dans cette affaire, un professionnel libéral retraité contestait rien de moins que 182 000 € de cotisations appelées par la RAM (Réunion des Assureurs Maladie), organisme conventionné par le RSI pour gérer la protection sociale.

À l’époque, le 9 mars 2015, le tribunal n’avait retenu qu’environ 15 000€ de créances et débouté la RAM de ses autres prétentions. La RAM s’était donc pourvue en appel.

Bien mal lui en à pris car dans cet arrêt du 14 septembre 2017, la Cour d’appel confirme le premier jugement mais déboute également la RAM des 15 000 € de créances restantes.

Le plus intéressant n’est toutefois pas dans cette décision mais dans ses motifs :

« Considérant qu’à la différence d’autres personnes morales, seuls les statuts d’une association régie par la loi de 1901 permettent de déterminer quelle est la personne physique qui a le pouvoir d’agir en justice au nom de l’association, la seule qualité de représentant légal du président étant insuffisante, contrairement à ce qu’à retenu le tribunal, pour lui permettre d’agir en justice sans l’autorisation de l’assemblée générale ou du conseil d’administration ;

Qu’en l’espèce, l’association RAM qui, dans son acte d’appel, indique agir «par ses représentants légaux domiciliés en cette qualité audit siège», ne produit pas devant la cour ses statuts alors […] qu’il appartenait pourtant à l’association […] de justifier que ses représentants légaux avaient, selon les statuts, pouvoir pour agir en justice ;

Que, contrairement à ce que fait valoir l’association RAM, l’action engagée devant le tribunal d’instance statuant comme juge de l’exécution pour obtenir la saisie des rémunérations de M X, est une action en justice qu’elle ne peut engager sans être valablement, au regard de ses statuts, représentée par une personne physique ; »

Au-delà de cette erreur remettant en cause sa qualité à agir en justice, la Cour d’appel de Paris confirme que la RAM n’est ni une mutuelle, ni une société d’assurance, mais une association de la loi de 1901. Or la loi n’autorise pas le RSI à choisir une association comme organisme conventionné.

En effet, depuis l’article 6 de la directive 92/49/CEE et l’article 5 de la directive 92/96/CEE, rédigés en termes identiques s’appliquent :

« L’État membre d’origine exige que les entreprises d’assurance qui sollicitent l’agrément adoptent l’une des formes suivantes en ce qui concerne la République française : société anonyme, société d’assurance mutuelle, institution de prévoyance régie par le code de la Sécurité sociale, institution de prévoyance régie par le code rural ainsi que mutuelles régies par le code de la mutualité. »

LA RAM, association 1901 qui n’entre pas dans cette liste de formes sociales, est-elle donc toujours habilitée pour effectuer les opérations mentionnées à l’article R 321-1-2 du code des assurances ?

Bref, la fin annoncé du RSI et le transfert de ces activités au régime général, ne serait-il pas en réalité surtout un moyen d’enterrer cet organisme et ses affidés sans avoir à déballer l’illégalité des conditions de leurs créations qui commencent à poindre dans les prétoires  ?

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • leduc de cayenne
    l ava cancava devaient exploser à la suite d un rapport alarmant de l IGAS, dans la précipitation de transférer l escroquerie transgénérationnelle, l etat a créé un truc « rsi » , le rsi venant à exploser à son tour, en urgence, et avant que cela ne se sache, la captation de 45% des salaires ! est à nouveau transférée ….
    sauve qui peut !

  • – Comme tous ces organismes sont déficitaires et certains + que d’autres , surtout en période de Crise, chacun essaie de se refiler la patate chaude et le mythe de la Solidarité fondé par le CNR, pour diverses raisons a été dévoyé depuis longtemps avec la complicité implicite des partis politiques de tout bords qui se sont défilés devant leurs responsabilités :
    https://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/le-mythe-d-une-securite-sociale-187734
    – L’Etat n’applique pas le Droit UE sur la liberté de s’assurer où l’on veut… Les indépendants et les agriculteurs ont fait 1 erreur historique à la Libération en faisant bande à part avec le Régime Général car leurs effectifs ont fondu comme neige au soleil depuis et ils se retrouvent avec des augmentations de cotisations géométriques.. Mais s’il n’y avait que cela ? Le RSI a toujours été dépendant de l’URSSAF qui collecte les fonds et les répartit dans les organismes attributifs. En cas de contestation; vous serez dirigé par procédure administrative vers 1 commission de recours l’amiable.. si vous contestez encore vous serez déféré vers 1 tribunal des affaires de sécurité sociale. S’il s’agit de votre santé vous serez soumis à 1 expertise médicale.
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/rsi-le-gros-mensonge-196622
    Garibaldi2 nous montre que la réforme du RSI ne simplifira que peu les procédures..

  • Intéressant.
    Mais comme souvent notre libéré confond fond et forme.

    S’agissant de l’URSSAF, bien que de droit privé, elle est créée par la loi et chargée d’une mission de service public en monopole légal.
    Le défaut de création correcte du RSI est extraordinaire !
    Quant au fait que la RAM n’ait pas mis dans ses statuts les personnes pouvant la représenter en justice, c’est pitoyable mais elle va corriger…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Parmi les quatre thèmes proposés par Emmanuel Macron pour le Grand débat national nous voudrions évoquer un certain nombre de problèmes qui nous paraissent particulièrement importants et qui se trouvent concerner les deux premiers thèmes (fiscalité et organisation de l'État).

Le débat sur la fiscalité est à l'ordre du jour et l'on peut d'ailleurs considérer comme positif qu'il y ait une prise de conscience des excès de la fiscalité française et de ses effets destructeurs. Comme on le sait bien, la France bat – malheureusement – un reco... Poursuivre la lecture

Dans cette période difficile que nous traversons, une dizaine de bombes à retardement nous menacent à plus ou moins brève échéance. Je les traiterai individuellement dans de prochains articles.

L'une d'entre elles va prochainement éclater qui, malheureusement, ne fait pas la Une des médias. Il s’agit des entreprises dites zombies, celles qui ne sont pas ou plus viables, mais surtout celles qui ont artificiellement été maintenues la tête hors de l’eau avec le « quoiqu’il en coûte » mis en place à l'occasion du covid.

 

U... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles