Suppression du plafond de la dette : l’État américain va continuer à dépenser

En supprimant toute discussion à propos du plafond de la dette, le Deep State élimine, avec l’aide de Trump, un ultime obstacle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Money in hands by 401(K)2012(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Suppression du plafond de la dette : l’État américain va continuer à dépenser

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 septembre 2017
- A +

Par Bill Bonner.

Le sénateur John McCain s’est exprimé au nom de millions de personnes, jeudi 7 septembre. « Je suis assez intelligent », a-t-il dit, en évoquant la brutale bifurcation à gauche du président Trump, « mais là, je ne comprends pas ».

En surface, les événements politiques de la semaine dernière sont stupéfiants. En dessous, ils suivent une logique implacable.

Mercredi dernier, tel un garçon espiègle qui place une souris dans les toilettes des filles, le gouvernement a « balancé » le dossier des Dreamers au Congrès : ces 800 000 enfants clandestins que le président Obama a autorisés à rester aux États-Unis.

Des cris d’orfraie ont résonné d’un bout à l’autre du pays. Qu’est-ce que cela signifiait ? Qu’allait faire le Congrès ? Personne ne le savait vraiment. Mais une chose était certaine : cela allait bousculer tout l’agenda législatif.

Là encore, en surface, c’était apparemment la dernière chose dont la Team Trump avait besoin. La Maison Blanche a besoin de remporter une victoire.

Après plus de 200 jours aux commandes à la Maison Blanche et au Congrès, et toujours rien à son actif, le gouvernement commence à prendre des airs de tocard.

Pas de révocation ni de remplacement de l’Obamacare sur le territoire national. À l’étranger, les guerres perdues d’avance vont continuer. L’argent afflue toujours, librement, en direction des zombies et des copains. Le marigot s’agrandit.

Derrière l’hystérie des articles de presse, rien ne change, et c’était tout à fait prévisible dès le début.

Le plafond de la dette a déjà été relevé 90 fois !

Le plafond de la dette était un élément clé d’assainissement du marigot : la toute dernière pelle dont les partisans de la prudence budgétaire auraient pu se servir pour creuser un fossé de drainage.

Pendant 100 ans, le « plafond de la dette » a imposé au Congrès une exigence : celle de faire face aux conséquences de son comportement dépensier. Plus les déficits étaient importants, plus il fallait relever le plafond de la dette.

Cela dit, on n’a jamais douté de ce que ferait le Congrès : il a déjà relevé ce plafond à 90 reprises. Cela n’allait pas s’arrêter maintenant.

Mais cette exigence force les politiciens à avouer ce qu’ils font… et, parfois, à faire des compromis.

Les conservateurs, en particulier, espéraient se servir du prochain débat pour attirer l’attention sur ce qu’ils considèrent comme des dépenses galopantes, des projets inutiles et ruineux et une dette excessive.

Alors vous pouvez imaginer leur déception lorsqu’il a été annoncé, mercredi, que le président les avait poignardés dans le dos.

Toujours plus de dépenses galopantes avec Trump ?

Oui, cher lecteur, c’est consternant. Donald Trump est désormais à fond dans le Deep State.

D’abord, il a poignardé dans le dos les partisans de la politique étrangère de « l’Amérique d’abord ». Aucune réduction ne sera opérée sur cette comédie militaire désastreuse au Proche-Orient.

Il a également planté un couteau dans le dos de ceux qui comptaient sur lui pour freiner les dépenses sociales galopantes. Pas un centime ne sera retiré à la Sécurité sociale, à Medicare ou à Medicaid.

Et ceux qui espéraient que les grandes banques et Wall Street cesseraient de leur faire les poches et d’être sur leur dos, ont également reçu un coup de couteau. Trump a rempli le gouvernement d’ex-salariés de Goldman.

Maintenant, le président dégaine une lame et s’en prend à Paul Ryan, président de la Chambre des Représentants, et à ce qu’il reste de ses partisans conservateurs.

Le Deep State fait sauter un dernier verrou

Non seulement M. Trump a conclu une entente avec les démocrates partisans du social-libéralisme, pour continuer à dépenser sans compter en dehors de tout débat ou amendement, mais il a également conclu un pacte diabolique avec les démocrates les plus ancrés dans le Deep State, au Congrès, Chuck Schumer et Nancy Pelosi, en vue de faire capoter le plafonnement de la dette.

La dette s’élevant déjà à 20 000 milliards de dollars, nous sommes déjà bien assez endettés, à notre avis.

Il est prévu qu’elle augmentera de 1 000 milliards de dollars par an au cours des 10 prochaines années… soit cinq fois plus vite que l’économie qui la soutient : on pourrait penser que c’est bien assez.

Et maintenant, le Président et ses nouveaux alliés démocrates ont l’intention de retirer le tout dernier outil à la disposition des partisans de la prudence budgétaire : le droit d’approuver les emprunts de l’État. Selon le Washington Post :

Selon les déclarations de trois sources informées, le président Trump et le chef de la minorité au Sénat, Chuck Schumer, ont accepté de conclure un accord en vue de supprimer de façon permanente l’obligation de faire fréquemment relever le plafond de la dette par le Congrès.

Trump et Schumer ont discuté de cette idée, mercredi, lors d’une réunion ayant eu lieu dans le Bureau Ovale. Tous deux, ainsi que Nancy Pelosi, chef de la minorité à la Chambre, ont décidé de travailler ensemble au cours des tout prochains mois afin de tenter d’élaborer un plan qui devra être approuvé par le Congrès.

L’une des sources a qualifié [cet accord] de ‘gentlemen’s agreement’.

Honnêtement, nous sommes sous le choc. Nous ne pensions pas qu’un « accord entre gentlemen » puisse se conclure entre Trump, Schumer et Pelosi.

Où sont les gentlemen ?

En ce qui concerne « le Donald », tout ce que nous pouvons dire, c’est qu’il possède une sacrée collection de couteaux.

Pour plus d’informations de ce genre, c’est ici.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Je ne sais pas ce que D.Trump a dans la tête mais je ne crois pas qu’il pense de façon « classique » et donc, il veut (ce n’est que mon impression!) être plus libre que ses prédécesseurs face aux multiples administrations, y compris financièrement.

    Tant que les USA reste la première puissance économique et militaire du monde, son chef aura raison même quand il se trompe!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

À peine Elon Musk avait-il annoncé que son offre de racheter Twitter pour 44 milliards de dollars avait été acceptée qu’il s’est trouvé nombre d’obligeants commentateurs pour expliquer à quel point la somme était indécente et comment il aurait dû la dépenser s’il était vraiment sérieux et moralement engagé pour l’avenir de l’humanité et de la planète. Ajoutez à cela son intention d’élargir la liberté d’expression sur le réseau social et la conclusion s’impose d’elle-même : cet homme n’a qu’irrévérence pour les sensibilités légitimes de ses se... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles