Non, la France n’est pas morte !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Drapeaux français (France) (Crédits Quinn Dombrowski, licence CC-BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, la France n’est pas morte !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 12 septembre 2017
- A +

Par William Kohler.

À en croire les classements qui s’évertuent à définir les pays selon leur puissance, la France perdrait presque une place toutes les demi décennies. À ce rythme, la France risque-t-elle alors de se retrouver dans une vingtaine d’années hors du top 10 et même exclue du G20 à la fin du siècle ?

Nul besoin d’être un grand patriote pour s’inquiéter d’une telle dégradation. Surtout si celle-ci affecte les citoyens dans leur ensemble. Toujours selon ces estimations, constater par exemple que l’Indonésie ou le Nigeria devanceraient la France et la plupart des pays d’Europe a de quoi être inquiétant.

Bond de géant ou recul radical ?

Bond de géant de la part de ces pays ou recul radical de l’Europe ? Le Français moyen vivra-t-il moins bien que l’Indonésien moyen en 2050 ? Tant sur le plan de ses finances personnelles, de ses droits ou encore du rayonnement culturel de sa nation, le citoyen français pourrait être en droit de s’alarmer devant de telles prédictions.

Pourtant, en comparant l’Europe et le reste du monde émergent sur différents plans, on peut douter de l’exactitude de ces classements ou de ce qu’ils sont vraiment. D’abord, il faut savoir ce que l’on entend par puissance et ce que cela représente pour le citoyen lambda. L’Inde est par exemple un pays riche avec une population pauvre dans son ensemble.

Les défis du XXIème siècle

La puissance d’un État reste souvent considérée en fonction de sa richesse totale (PIB). En prenant alors compte des ressources de chaque pays et de leur démographie, on pourrait effectivement croire que l’Europe est en déclin face aux pays émergents grandissants.

Mais cela serait mal interpréter les défis du XXIème siècle.

Ce siècle ne sera pas une copie du précédent. Le nombre d’usines et d’ouvriers ne fera pas la grandeur d’une nation. Si les ressources fossiles resteront nécessaires, ces dernières n’apporteront qu’une puissance relative à leurs propriétaires.

Les véritables atouts pour être une nation forte dans ce siècle qui débute se trouvent dans l’innovation, la créativité, la culture, la science, la finance et l’environnement. Ces aspects sont la conséquence d’une vision du monde ouverte, rationnelle et flexible. À ce jeu, l’Europe est encore un acteur principal. La ressource la plus importante du XXIème siècle est l’individu à la tête bien faite comme disait Montaigne.

Une longueur d’avance

Que ce soit dans les flux d’étudiants, le nombre de films exportés, les adaptations sociales, les marchés boursiers, le respect des lois,  l’innovation scientifique, le nombre de brevets, la qualité de l’air, le type d’enseignement, la liberté individuelle, le droit à l’information ou encore l’accès à la santé, l’Europe et la France sont bien loin devant l’Indonésie, le Brésil, le Nigeria, l’Inde ou encore la Russie.

On ne peut qu’espérer que la France continue dans cette voie et que les pays émergents progressent dans tous ces domaines pour ainsi améliorer la vie de leurs concitoyens.

Au regard des défis du futur, on peut conclure que non seulement la France n’est pas morte, mais pourrait même être encore plus forte à la fin du siècle.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • L’individu à la tête bien faite a la fâcheuse tendance à se tirer ; bref, la France est foutue !

    • Surtout que la phrase de Montaigne est :
      « eût plutôt la tête bien faite que bien pleine, et qu’on y requît tous les deux »
      Avec le mammouth qui a abandonné sa mission d’instruction, on n’est pas sorti de l’auberge.

  • Au fait c’est quoi un individu à la tête bien faite ? Je dirais plutôt une société à la tête bien « faite »… l’individu est ce qu’il est et il en sera toujours ainsi.

  • partant du principe que le français moyen s’appauvrit , ou plutôt , est appauvrit par l’état gourmand au fil des ans , je vois mal ce pays remonter la pente ;

  • mouai, vous êtes un peu trop optimiste : éducation, libertés individuelles, respect des lois, la France est peu être encore en avance par rapport à d’autres nations dans ces domaines, mais elle regresse, elle regresse de façon consternante et bien réelle.

  • La France est foutue démonstration par les mathématiques:
    En Chine un menu Big Mac coute 2 fois moins chers qu’en France, et en Chine on ne débarrasse pas son plateau, sur cet exemple le PIB français est 2 fois supérieur a la Chine avec un service moindre.

    La Chine c’est 100 villes de + d’un million d’habitants, alors que en France on a que Paris. Et a partir d’un million d’habitant on peut construire un métro. Alors actuelle il n’y a que 30 villes qui ont un métro en Chine, les 70 autres villes font des projets. Quand on a un volume de production important, on divise les frais par le volume et on a un meilleur prix. Personne au monde ne pourras avoir un prix inférieur aux chinois du fait du volume important chez eux. Même chose pour le solaire, l’éolien, le nucléaire, les trains et la liste est longue.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Francis Richard.

Le 2 juin 2021, 21 heures 32, Emmanuel Macron a publié un tweet impératif avec cette image de la France des terroirs, qu'il faut appeler désormais, c'est selon, la France des territoires ou la France périphérique.

pic.twitter.com/rHYsE6yF0c

— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) June 2, 2021

À cette France d'en bas, vue de Paris, il ne s'intéresse curieusement que lorsqu'elle arbore des gilets jaunes ou quand des élections sont en vue, les régionales cachant à peine l... Poursuivre la lecture

Par Claude Sicard.

La dette extérieure de la France ne cesse de croître. À présent, les discussions vont bon train à propos de la nécessité de son remboursement.

Les avis sont partagés. Les taux d’emprunt sont quasiment nuls, et s’endetter ne coûte rien. Pourquoi donc se priver de cette facilité ?

Dans une tribune du quotidien Le Monde du 5 février, une centaine d’économistes européens, dont Thomas Piketty, a pris position pour l'annulation d’une partie de cette dette, celle de la BCE, contre un plan d’investissement. Ce... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Sophie Kayech et Karl Eychenne.

L’Homme est bien la seule espèce vivante à savoir faire du surplace en courant. Il doit ce formidable pouvoir à l’invention d’un objet technique un peu curieux : le tapis roulant. Plus qu’un objet technique, le tapis roulant symbolise en réalité bien des paradoxes du monde contemporain, de l’atonie de la croissance économique malgré les nouvelles technologies, à notre insatisfaction chronique malgré tous les progrès en termes de bien - être.

Le tapis roulant économique

Le premier témoignage s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles