La guerre contre la drogue de Nixon visait les Noirs et les Hippies

« En poussant la population à associer les hippies avec le cannabis et les noirs avec l’héroïne, nous pourrions perturber ces communautés. »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Shibby777 Hippie Bus(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre contre la drogue de Nixon visait les Noirs et les Hippies

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 août 2017
- A +

Par Robby Soave.
Un article de Reason

Le président Richard Nixon a créé la guerre contre la drogue dans un but spécifique : décimer ceux qu’il percevait comme ses ennemis politiques, la gauche pacifiste, et les Noirs américains.

C’est ce que révèle un long article d’Harper’s, dans lequel le journaliste Dan Baum relate un entretien conduit avec John Erlichman, un ancien membre du personnel de Nixon emprisonné pendant un an en raison de son implication dans le scandale du Watergate. Sans aucune sollicitation, Erlichman a avoué le vrai but de l’interdiction fédérale de la drogue :

« Vous voulez vraiment savoir de quoi il était vraiment question ? », a-t-il demandé avec la brusquerie d’un homme à qui il reste peu de chose à protéger après une disgrâce publique et un tour dans une prison fédérale. « La campagne de Nixon en 1968, et sa Maison Blanche ensuite, avaient deux ennemis : la gauche pacifiste et les Noirs américains. Vous comprenez ce que je dis ? Nous savions que nous ne pouvions rendre illégal ni le fait d’être contre la guerre, ni d’être Noir, mais en poussant la population à associer les hippies avec le cannabis et les Noirs avec l’héroïne, et en criminalisant les deux fortement, nous pourrions perturber ces communautés. Nous pourrions arrêter leurs leaders, faire des descentes dans leurs maisons, briser leur réunions, et les vilipender nuit après nuit dans les journaux du soir. Savions-nous que nous mentions à propos des drogues ? Bien sûr que nous le savions. »

L’infâme plan a échoué seulement dans le sens où Nixon a finalement perdu, victime de son comportement criminel et d’un manque absolu de scrupules. Mais la guerre contre la drogue a de manière certaine apporté la ruine, la pauvreté et le crime dans les communautés de minorités, a coûté au pays des sommes d’argent scandaleuses, et a étendu le champ d’action du pouvoir oppressif de l’État fédéral. Cela n’a pas été fait pour le noble bien du public, c’était une manœuvre politique, rien de plus.

La route vers l’enfer est peut-être pavée de bonnes intentions, mais elle n’est pas pavée uniquement de bonnes intentions.


Cet article a été publié une première fois en 2016.

Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • Bien qu’il faille prendre avec des pincettes toutes ces révélations/anecdotes/informations, force est de constater qu’elles vont dans le sens d’un ancien message que j’avais posté :

    « Il est impossible de comprendre à quel point un pays occidental est raciste tant qu’on juge normal que les drogues soient illégales.

    Dans un pays occidental, en apparence les minorités jouissent de tous les privilèges alors que la majorité blanche se doit d’être politiquement correcte et de se sentir éternellement coupable pour l’esclavage et/ou la colonisation. Mais en réalité les minorités sont fortement désavantagés par des politiques qui empêchent leur émergence économique. Les lois contre les drogues font partie de ces politiques faussant complètement la concurrence. Ce sont des lois contre les minorités avant d’être des lois contre les drogues.

    La plupart des crimes commis par des afro-américains sont liés aux trafics de drogue. La plupart de ces crimes résultent de l’illégalité des drogues.

    Bien sûr cela ne signifie pas que si les drogues devenaient légales, la ‘communauté afro-américaine’ se transformerait magiquement en une communauté aussi paisible et prospère que des vignobles bordelais. Si les drogues étaient légales la communauté afro-américaine resterait toujours la plus violente en comparaison d’autres communautés, cependant la chose cruciale à comprendre c’est que l’ampleur de cette violence diminuerait drastiquement. »

  • intéressant. on savait déjà que ces politiques avaient pour effet de matraquer les afro, mais que c’était un but délibéré, ça c’est une nouvelle.

    • Bof, je vois pas où sont les preuves ? Erlichman est mort…..en 1999. Tjs pratique de faire parler les morts. Pourquoi le journaliste a attendu si longtemps pou livrer cette histoire ?
      En plus, Harper’s est loin d’être neutre, ce magazine est clairement de gauche et hostile à la guerre contre la drogue et au Parti républicain.
      Moi, je ne crois pas du tout à la véracité de cette info tant qu’il n’y aura pas la moindre preuve.
      Je trouve quand même cela bizarre qu’Erlichman se soit laissé à ce genre de confidences surtout avec un journaliste de gauche. Mais surtout, c’est cela qui me fait dire que cette info est fausse, je trouve cela extrêmement bizarre que le journaliste ait attendu autant d’années avant de révéler l’info.

  • Il faut bien noter que comme la consommation de drogue est fortement répandue c’est surtout un moyen de pression sur tout le monde. a prohibition sert avant tout à faire des lois à deux vitesses. En l’occurence contre les hippies et les noirs dans ce cas, mais surtout contre n’importe quel ennemi qui pourrait avoir la faiblesse de consommer et sur qui on peut abattre l’arme étatique sans la moindre scrupule.

    L’Indonésie est sur ce point un très bon exemple: Une pop star internationale se fait chopper avec de la drogue, elle s’en tire avec un pot de vin. Un citoyen lambda fera de la taule (même si cette personne peut payer le pot de vin).

    De même avec des lois ad hoc, on pourra perquisitionner chez n’importe qui pour des soupçons de possession de drogue. on pourra contrôler n’importe qui dans la rue etc… Les lois anti drogues donnent le pouvoir absolu à la police et c’est la leur principale utilité pour ceux qui les promulguent. Les gentilles mamans en colère et les papas-autorité qui se prononcent pour a lutte contre la méchante drogue mais qui ne s’insurgent pas de voir leur rejeton complètement bourré au réveillon sont les sombres crétins utiles des despotes.

    Ce qui me désepère c’est que ces gens (les sombres crétins) RECONNAISSENT que leur jugement sur la drogue est arbitraire surtout mis en relation avec leur bienveillance vis à vis e l’alcool (qu’ils consomment volontiers pour la plupart). Ils sont conscients de ne pas être cohérents avec eux mêmes. Ils sont conscients de ne pas suivre la logique mais bel et bien un jugement de valeur, mais ces armées de moutons sont quand même convaincus d’être les dépositaires du bon sens… Cette auto contradiction est la marque de la bêtise volontaire par FLEMME INTELLECUELLE et par peur du qu’en dira t’on. Ces gens sont effrayés à l’idée d ‘accepter de se comporter selon la logique. Admettre que la prohibition est innique c’est admettre qu’on a voté pour des tyrans. C’est admettre qu’on a cautionné de la persécution.

  • Les USA bâtent ainsi un triste record du monde, et de très loin : celui de la population carcérale, entre 2,3 et 2,5 millions de personnes. Environ 700 prisonniers pour 100.000 habitants. Presque 25% de la population carcérale mondiale. Effectivement en majorité noire et hispano, essentiellement d’origine pauvre, et pour une bonne part en raison de cette fameuse guerre contre la drogue.
    Une arrestation = 10 ans.
    Seconde arrestation = perpétuité.
    Avec 1 ou 2 millions de personnels travaillant directement ou indirectement pour les prisons américaines, un budgét total frisant les 60 Mds$, on a ici le plus gros pourvoyeur d’emploi au monde, ainsi que le plus gros artifice faisant baisser le taux de chômage.
    Tout bénéfice pour l’Etat américain !
    USA pays de la liberté et des droits de l’homme : qu’est-ce que ce serait s’il s’agissait d’une dictature. Mais en fait…

    • @ PukuraTane,

      Il n’empêche que la criminalité a aussi fortement baissé en 25 ans. Il y a une certaine tolérance zéro qui fait que le taux d’incarcération est l’un des plus plus élevé au monde. Heureusement que ce ne sont pas des jours amendes avec sursis que la justice inflige aux délinquants comme c’est la cas en Suisse qui a vu sa criminalité prendre l’ascenseur surtout dans les grandes ville du pays comme Lausanne ou Genève.

      D.J

      • Ces deux pays créent de la criminalité avec a prohibition. Toutes leurs réussites/echecs sur ce point sont des succès/revers de pompiers pyromanes.

        •  » Ces deux pays créent de la criminalité avec a prohibition.  »

          Donc il faudrait aussi légaliser le viol, les braquages, les agressions, le meurtre, les cambriolages, les vols de véhicules histoire d’arrêter de jouer les pompiers pyromanes et hop taux de criminalité zéro.

          D.J

      • Beaucoup sont emprisonnés pour des crimes sans victime il ne faut pas l’oublier. Des vies et des ressources gaspillées dans le vide.

        •  » Beaucoup sont emprisonnés pour des crimes sans victime il ne faut pas l’oublier. Des vies et des ressources gaspillées dans le vide.  »

          C’est la cas pour le trafic de drogue. On ne vend pas de la drogue à des victimes mais à des consommateurs consentants. D’où la stupidité de criminalisé le marché des stupéfiant. J’ai répondu à Mitch de façon ironique. La criminalité baisse aux USA alors que c’est la cas inverse dans des pays comme en France qui criminalise le marché de la drogue et sa consommation. Aux USA la guerre contre la drogue est un échec alors que le guerre contre la criminalité en général à eu des résultats positifs depuis plus de 25 ans par une politique de tolérance zéro. C’est évident que ça baisserais encore plus si le marché de la drogue était légalisé sur tout le territoire.

          D.J

          • Justement, cela dépent des drogues. Autant vendre une drogue comme la cocaine, le cannabis,…cela nuit à la santé de la personne qui achète (au final, c’est cette personne qui en souffre mais pour la société en général, cela crée peu de dommages). Mais désolé de dire certaines drogues nuisent non seulement à la personne qui en prends mais aussi à la société en générale. Je pense à des drogues comme le crack ou l’héroine. Ces drogues rendent les individus bien plus violents. Et surtout ces gens sont incapable d’avoir un métier et ont besoin d’avoir leurs doses. Donc qu’est ce qu’ils font ? Ils commettent des crimes pour s’acheter leurs drogues.
            Tous les criminologues reconnaissent que la consommation de certaines drogues a un impact sur la criminalité en générale. Dire que la consommation de la drogue ne nuit qu’au consommateur c’est faux. Cela dépent des drogues. Il y a certaines drogues qui nuisent très peu à la société. Donc pourquoi pas les légaliser mais d’autres drogues nuisent clairement à la société. Donc il ne faut pas les légaliser. Désolé mais on peut pas légaliser des drogues comme le crack ou l’héroine

  • John Erlichman est mort en 1999. Alors, facile de lui faire dire tout et n’importe quoi aujourd’hui. Vu qu’il est mort, il ne peut pas confirmer ou infirmer de tels propos. Pourquoi avoir attendu tant d’années avant de publier ses propos ? Pourquoi ne pas les avoir publier tout de suite ?
    Pourquoi Erlichman se serait confié à un journaliste de gauche ?

    Harper’s est clairement de gauche, s’oppose à la guerre contre la drogue et est très hostile au parti républicain. Alors, désolé, mais c’est pas très fiable comme source. Apportez des preuves

  • Que contrepoints soit contre la guerre contre la drogue soit mais pas obligé de reprendre le complotisme de la gauche qui tente de récrire l’histoire pour faire passer cette guerre contre la drogue pour du racisme. Un très bon article sur le sujet: http://aristidebis.blogspot.be/2014/09/le-systeme-judiciaire-americain-est-il.html?m=0

  • Si Nixon a popularisé le concept de guerre contre la drogue. La guerre contre la drogue a été officiellement lancé avec l’Opération Interception en 69. La guerre contre la drogue a pris son ampleur surtout avec Reagan. Et ce n’est pas sans raison: les USA ont été confronté à une épidémie de crack qui a augmenté la criminalité. Pour rappel, à l’époque, les leaders de la communauté de la noire étaient les premiers à dénoncer la menace du crack et à réclamer une intervention de l’état. Ce n’est pas la guerre contre la drogue qui a détruite la communauté noire mais plutôt l’épidémie de crack (il suffit d’écouter les leaders de la communauté noire à l’époque).
    Certains quartiers ressemblaient à cause du crack à des zones de guerre.

    • Or, il est difficile d’accuser Reagan de racisme ou d’avoir fait la guerre contre la drogue pour attaquer les noirs. C’est Reagan qui a réellement fait la guerre contre la drogue. Nixon en a surtout popularisé le concept mais c’est Reagan surtout qui l’a mis en pratique. Et franchement parler de la guerre de la drogue aux USA sans parler de l’épidémie de crack c’est vraiment réécrire l’histoire

  • La gauche américaine tente de totalement réécrire l’histoire ne présentant la guerre contre la drogue comme quelque chose de raciste pour attaquer les noirs. Il n’y a aucune preuve de cela. Et leurs arguments ne tiennent pas la route (voir mon lien plus haut).
    Et d’ailleurs, c’est oublié que lors d’une épidémie de crack, la gauche a approuvé la guerre contre la drogue. Et oui, les gauchistes qui prônent le laxisme dès qu’ils sont eux mêmes confronté à la criminalité, ce sont les premiers à demander une justice impitoyable. On a pu observé cela dans de nombreux endroits aux USA. Je pense à New York où dès que les bobos new yorkais ont été confronté à la criminalité, ils ont abandonné leur laxisme pour demander une justice sévère. Et comme je l’ai dit, les leaders noirs étaient les premiers à l’époque à vouloir s’attaquer au crack. Alors c’est bien beau d’aujourd’hui critiquer la guerre contre la drogue (et c’est facile vu qu’aujourd’hui la criminalité a fortement baissé depuis l’époque de l »épidémie de crack) mais il ne faut pas oublier les faits et le contexte. Et d’ailleurs que la gauche se regarde en face car à l’époque de l’épidémie du crack, elle était bien moins réticence à la guerre contre la drogue.
    En fait, cela illustre surtout l’hypocrisie de la gauche: quand il y a peu de criminalité, au nom de leurs principes, ils prônent le laxisme à l’égard des criminels. Dès qu’il y a une forte criminalité et surtout qu’eux mêmes subissent cette criminalité, ils abandonnent leur laxisme et prônent la tolérance zéro. Et puis quand la criminalité rebaisse, ils en reviennent au laxisme et osent critiquer la politique de tolérance zéro qu’autrefois ils appuyaient.

  • Le fait d’accuser la guerre contre la drogue permets à la gauche de ne pas parler des vrais causes de la situation des noirs car la gauche a une très lourde responsabilité dans la situation actuelle des noirs. Il faut lire Thomas Sowell et Walter E. Williams, deux économistes afro américains sur le sujet.
    Le succès de la contre-culture des années 60 dans la communauté noire ont fourni un excellent prétexte aux hommes noirs de ne plus s’occuper de leurs enfants. La politique d’assistanat lors de la fameuse « guerre contre la pauvreté » a fait croire aux jeunes femmes qu’elles pouvaient élever leurs enfants seules en comptant sur les subsides gouvernementaux et cela les a même incité à faire des enfants très tôt. Les références morales traditionnelles ont commencé à être remplacées par d’autres références qui ne accordaient une moindre importance à la préservation de la cellule familiale traditionnelle.
    Les deux tiers des enfants noirs naissent dans des familles monoparentales où il y a la mère, mais pas de père. Or, il est statistiquement prouvé que le fait de naitre dans une famille monoparentale augmente de manière considérable la chance de finir criminel. Même chose avec la pauvreté: une famille monoparentale a bien plus de chance d’être pauvre qu’une famille traditionnelle.
    Le problème des noirs c’est qu’ils naissent dans des familles monoparentales où ils n’ont pas de modèle de père, où ils sont délaissés à eux mêmes (soit la mère travaille et ne pas s’occuper d’eux soit elle travaille pas mais est elle même trop assisté pour s’en occuper). Au final, comme ils ont personne pour s’occuper d’eux, ils trainent dans la rue et rejoignent des gangs. La destruction de la famille traditionnelle est un grand problème chez les afro américains.

  • Au nom de la « guerre contre la pauvreté », la gauche américaine a mis en place des subventions qui n’ont pas fait reculer la pauvreté, mais ont multiplié les familles noires monoparentales, augmenté considérablement le nombre de noirs vivant dans des « ghettos », créé un terreau favorable aux gangs et au crime chez les noirs. Cette politique, mise en place sous Lyndon Johnson, n’a jamais été vraiment remise en cause depuis. Il en a résulté une « contre-culture » noire extrêmement destructrice pour la population noire. Cette « contre-culture » a été sans cesse regardée d’un œil favorable par la gauche, qui a détourné le regard du nombre de morts noirs qui a été la conséquence. La gauche américaine est responsable de l’existence des « ghettos », de la criminalité noire, de la destruction de la famille chez les noirs, de la mentalité d’assistés chez tant de noirs, de la haine anti-blanche et anti-policiers chez les noirs. Elle est responsable du nombre de noirs criminels, du nombre de noirs en prison, du nombre de noirs tués par d’autres noirs, entre autres.

  • Il y a aussi d’autres facteurs qui expliquent la pauvreté des noirs:
    le salaire minimum et la rigidité du marché de travail. Cela a comme conséquence de dresser des barrières à l’emploi pour les gens peu qualifiés. Cela empêche les noirs de trouver un travail honnête et les incite à être des assistés ou à tomber dans le crime. Le salaire minimum, la rigidité du marché du travail,…ont des conséquences extrêmement négatives pour l’emploi ds noirs car cela les exclut du marché du travail (il faut lire Sowell sur le sujet)
    la politique d’aide sociale qui a transformé les noirs en assistés. cela les maintient dans la pauvreté. Cela a incité les femmes noirs à avoir des enfants très jeunes (car grâce à cela elles obtiennent plus d’aide sociale). Les logements sociaux ont eu un effet très négatif (création de ghettos, trappe à pauvreté,…). Sur le sujet il faut lire ce billet qui résume The Welfare of Nation: https://minarchiste.wordpress.com/2017/04/26/les-effets-pervers-des-logements-sociaux/ (dans ce billet, on parle des effets pervers des logements sociaux en général sans parler de la situation des noirs mais c’est les noirs aux usa qui ont le plus souffert des effets pervers de cette politique)
    la déresponsabilisation (en effet, il a été prouvé que les pauvres qui pensaient qu’ils étaient dans cette situation à cause d’eux mêmes s’en sortaient bcp mieux que ceux pensant qu’ils étaient dans cette situation à cause de facteurs externes. Et la gauche a incité les noirs à penser qu’ils étaient dans cette situation à cause du racisme aux USA, à cause de la société américaine,…La gauche a tout fait pour déresponsabiliser les noirs et en faisant cela elle les a incité à être des assistés, à ne pas essayer de s’en sortir)
    la discrimination positive qui profite à une élite noire mais qui nuit à la majorité des noirs. Il faut lire Sowell sur le sujet.

  • Et d’ailleurs, si on est cynique, d’un point de vue électoral, on peut dire que la gauche a tout intérêt à maintenir les noirs dans un état de dépendance. La gauche a tout intérêt à ce que les noirs soient des assistés et surtout à qu’ils ne s’émancipent pas et que leur situation ne s’améliore pas trop. En effet, « grâce » à la situation actuelle, les noirs sont un électorat très solide de la gauche (ils votent à plus de 90 % démocrate). Or si leur situation s’améliorait, s’ils ne devenaient plus ds assistés, électoralement la gauche risquerait de perdre une bonne partie de l’électorat noirs (comme elle a perdu une bonne partie de l’électorat catholique blanc qui avant était un bastion démocrate)

  • Quand je parle de la responsabilité de la gauche dans la situation des noirs, je ne parle même pas de la responsabilité historique de la gauche dans la situation des noirs. Car historiquement, la gauche a soutenu le racisme anti noir. C’est le parti démocrate qui était en faveur de la ségrégation raciale et des lois contre les noirs. historiquement, le kkk était lié au parti démocrate (le kkk n’hésitait pas dans le sud à aller dans les bureaux de vote avec des battes pour inciter les électeurs à voter démocrate).
    http://www.americanthinker.com/blog/2012/10/the_democratic_partys_long_history_of_racism.html

    •  » historiquement, le kkk était lié au parti démocrate  »

      Et il a été justement créé par des démocrates radicaux au lendemain de la guerre de sécession.

  • Le New deal a créé un état providence raciste. A lire: Race and the American Welfare State http://www.hup.harvard.edu/catalog.php?isbn=9780674007116
    Il existe de nombreux mythes au sujet de la composition ethnique homogène des centres-villes. L’intelligentsia et les médias, affirment que c’est causé par les « inégalité des revenus, » la « cupidité » et l’impossibilité pour certains de gagner « un bon salaire . »
    Ce qui est jamais mentionné, c’est la politique explicitement raciste du gouvernement via l’Administration des travaux publics du New Deal (fait par le Parti démocrate) et de la Federal Housing Administration.
    L’Administration des travaux publics avait une politique de ségrégation explicite que logement public pourrait seulement être créé pour abriter les personnes de la même race que le quartier dans lequel il est situé. Mais les logements sociaux ont été créé dans les quartiers en grande partie mixtes, qui ont été détruits et remplacés par des logements sociaux distincts. Cela a créé une ségrégation raciale où rien n’avait existé, et cette intégration avant l’intervention du gouvernement était dans les années trente lorsque le racisme est plus socialement acceptable.
    Il y a peut-être encore plus de succès pour la ségrégation des régions métropolitaines de la Federal Housing Administration. La FHA a financé la production de masse de logements sur les subdivisions (comme Levittown) dans la trentaine, la quarantaine et la cinquantaine. La FHA a donné des prêts concessionnels avec des taux d’intérêt inférieurs aux constructeurs comme Abraham Levitt à condition qu’aucune des maisons de ces quartiers seraient vendues aux noirs.
    George Romney que le Secrétaire de l’HUD sous Nixon a tenté de remédier à la situation lorsqu’il a proposé de retenir des fonds fédéraux pour toute communauté suburbaine qui n’a pas de ségrégation appelées communautés ouvertes. Les démocrates se sont opposé à lui. Au milieu d’un tel tollé sur ces politiques Nixon a été contraint de freiner lui.
    quelques liens pour aller plus loin sur la question de la ségrégation résidentielle aux USA: http://www.manhattan-institute.org/html/cr_66.htm http://www.s4.brown.edu/us2010/Data/Report/report2.pdf
    http://prospect.org/article/public-housing-government-sponsored-segregation
    http://www.civilrights.org/publications/reports/fairhousing/historical.html?referrer=https://www.facebook.com

  • Les ghettos noirs ont été créé par la politique menée par les démocrates (à partir de Roosevelt).
    Roosevelt qui a mis en place un état providence raciste. Pourtant, aujourd’hui, il est encensé par les démocrates (qui veulent retirer dans le même temps les statues de Lee)

  • Ce qui est cocasse c’est que la gauche a une lourde responsabilité. Je m’explique ce qui caractérise l’occident c’est la citoyenneté c’est que l’individu est placé au sein de la communauté nationale. Or on observe une montée du tribalisme. C’est à cause de la gauche qui donne certains droits à des groupes (minorités). Or le fait de défendre les minorités
    encourage les blancs à eux mêmes pratiquer le tribalisme. Quand un groupe pratique le tribalisme inévitablement les autres groupes feront la même chose. Les extrêmes s’alimentent. Et c’est marrant mais la gauche américaine n’a aucun problème avec les suprémacites noirs anti flic et anti blanc. Depuis l’affaire ferguson à cause de l’incitation de la haine de la gauche la criminalité augmente et le nombre d’embuscades contre la police augmente. La gauche et les médias accusent Trump d’avoir encouragé les actions des suprémacites blancs alors qu’eux-mêmes ont une lourde responsabilité dans l’attaque contre la police et dans la hausse de criminalité (qui est dû au fait que les flics n’osent plus intervenir de peur de commettre des bavures). La montée du tribalisme ne peut amener que des tensions dans nos sociétés (voir dans le pire des cas amener une guerre civile) . Le modèle multiculturaliste de la gauche c’est chaque groupe vit dans son propre monde.
    La montée de l’extrême droite en occident n’est que la conséquence logique de ce qu’a fait la gauche. La montée du tribalisme en occident vient en grande partie de l’importation des immigrés ayant une mentalité tribale. Soit il fallait les assimiler soit les refuser mais le refus de les assimiler a été une action désastreuse. Ce tribalisme aux usa s’observe aussi au niveau politique. Avant les gens se disaient d’abord américains puis démocrates ou républicains. Mais le sectarisme de la gauche a entraîné une polarisation de la politique. Le sectarisme de gauche a eu comme conséquence de créer un sectarisme de droite. Trump est très polarisant. Il a commis une grande faute (morale et politique) de ne pas condamner directement la violence des néonazis à Charlottesville. Mais par contre, il n’a pas eu tort de rappeler la violence de l’extrême gauche (que bcp de médias ont passé sous silence).

  • La gauche américaine incite aux tensions raciales. Et après elle ose se plaindre de voir des défilés de suprématistes. Ces dernières années, on observe une montée de l’extrême droite aux USA (aussi en Europe). Ce n’est que la conséquence de la politique de la gauche et de son politiquement correct. La gauche a instauré le règne d’une pensée unique où l’homme blanc était coupable de tous les maux et elle a incité les minorités à se victimiser et à pratiquer le communautarisme. Ce qui inévitablement à engendre une radicalisation de toute part (des bancs et des minorités).

  • Le soi disant racisme de la police envers les noirs est un exemple d’incitation à la haine de la part de la gauche et des médias. L’affaire ferguson est un parfait exemple: toutes les preuves montrent clairement qu’il s’agissait de légitime défense. Ils ont présenté le jeune tué comme un innocent alors qu’il était membre d’un gang et venait de braquer un magasin. Le jeune qui était grand et baraqué (il faisait du football américain) s’est jeté sur le policier (de la manière dont les footballeurs américains plaquent leur adversaire). le policier a légitiment tiré. Difficile de nier la légitime défense. Pourtant les médias ont présenté l’affaire de manière totalement baisée.
    A Baltimore, la moitié ds policiers impliqués dans la mort du noir étaient eux mêmes noirs.
    En vérité, si on prends en compte le fait que les noirs commettent plus d crimes, il y a plus de blancs tués par la police que de noirs.
    http://aristidebis.blogspot.be/2016/09/les-noirs-et-la-police-aux-etats-unis.html
    Aujourd’hui, on assiste à une hausse de la criminalité aux USA avec ce que les criminologues appellent l’effet ferguson. Les policiers de peur de commettre des bavures n’osent plus intervenir ce qui donnent un sentiment d’impunité. Les premières victimes de cette hausse de criminalité sont les noirs eux mêmes.
    Il est évident que les tensions raciales encouragés par les médias allaient encouragés les tarés du kkk et néonazis.
    Mais la gauche refuse de voir sa responsabilité.
    (Marrant mais les médias font une distinction entre les bavures policières à l’encontre des noirs et celles contre les blancs. Quand un policier blanc tue un noir par bavure (et certaines affaires présentées comme des bavures ne sont pas ds vraies bavures) tous les médias en parlent. Quand c’est l’inverse personne n’en parle. Par exemple, des policiers noirs ont tués un enfant autiste blanc et les médias en ont presque pas parlé. On voit clairement une différence d traitement médiatique)

    • Il n’y a jamais eu aussi peu de racisme aux USA (voir un commentaire sous le lien que j’ai donné ci dessus). Pourtant, les médias et la gauche font tout pour inciter aux tensions raciales et faire croire qu’il y a une grave montée du racisme. Les USA sont l’un des pays les moins racistes au monde mais les médias font tout pour faire croire l’inverse. Tout cela fait le jeu des suprématistes blancs (dont on constate une augmentation ces dernières années)

  • comment le terrorisme intellectuel de la gauche a engendré la demande « populiste » en réaction:
    https://mishtalk.com/2017/01/29/liberals-not-trump-to-blame-for-backlash/

  • L’émergence d’un nationalisme blanc aux usa à cause de la gauche :
    http://observer.com/2016/11/americas-emerging-nationalism-crisis/

  • Il y a quelque chose de très important à comprendre c’est le mécanisme de racket mis en place par les antiracistes aux usa. Les entreprises comme Google, Facebook,.. (et autres de la silicon valey) sont des entreprises où il y a énormément peu de diversité (les cadres sont presque que des hommes blancs). En fait, on observe un mécanisme où les entreprises avec très peu de diversité attaquent les autres pour leur manque de diversité. Cela s’explique par l’industrie de racket mise en place aux usa par les groupes de droits civiques. Les associations de droits civiques attaquent les entreprises qui manquent de diversité avec des recours collectifs pour discrimination raciale tout cela pour obtenir des dommages et intérêts. Donc les grandes entreprises pour échapper à cela acceptent de financer ses associations. et d’embaucher certains responsables des droits civiques. Le parfait exemple c’est Eric holder ancien ministre de la justice qui a été embauché uniquement pour empêcher le racket des associations de droits civiques. Les entreprises de la silicon valey étant très riche se sont des cibles idéales pour le racket des associations de droits civiques. Le pire c’est que la volonté de diversité n’est juste qu’une attaque contre les blancs. En nba les basketteurs sont à plus de 75% noirs alors que les noirs ne représentent que 13% de la population. Ça gêne personne preuve que la diversité n’est prônée que contre les blancs et c’est ni plus ni moins qu’un racisme antiblanc qui ne dit pas son nom

    • Si je parle de cela c’est pour montrer que ceux qui prétendent défendre la cause des minorités sont très intéressés par leur propre intérêt. Il suffit qu’une entreprise les arrose ou leur donne un poste pour qu’ils se taisent. Je soupconne un bon nombre de ces personnes d’utiliser la cause de défense des minorités dans leur propre intérêt.
      Et surtout cette stratégie (immorale) est profondément contre productive pour les minorités eux mêmes. Qui croit sérieusement que l’on peut améliorer les choses en pratiquant un racket et en menacant les entreprises ?
      Gary Becker, prix nobel d’économie a montré que le meilleur moyen de lutter contre la discrimnation (notamment sur le marché du travail ) s’était la concurrence. Dans une économie de marché,
      une entreprise pratiquant de la discrimination disparaitra au profit d’entreprises ne pratiquant pas la discrimination. les seules facons d’avoir de la discrimination c’est soit que les consommateurs soient prêts à payer plus chers pour se fournir auprès d’entreprises qui discriminent soit que la discrimination est imposé par l’état. C’est la base même de l’économie. Si on regarde l’histoire, la plupart des discriminations sont causés par l’État.
      En israël, PQ y a t il eu une amélioration de la situation des arabes israéliens ? C’est grâce au fait qu’Israël s’est libéralisé. Avant israël était très socialiste, bcp d’entreprises appartenaient à l’État donc forcément elles engageaient plutôt des juifs. Avec la libéralisation, les entreprises sont devenus privées donc elles engagent leurs employés pour leur compétence. Imaginons que les entreprises discriminent les noirs. Ceux ci coûteront moins chers sur le marché de l’emploi donc d’autres entreprises les engageront et disposeront d’un avantage substantiel sur leurs concurrents qui discriminent. Celles ci auront le choix entre arrêter de discriminer ou faire faillite

    • Ce phénomène est aussi très inquiétant car c’est une menace pour les libertés. En effet, les associations antiracistes et de droits civiques font pression sur les entreprises de la silicon valley pour qu’elles mettent en place une censure contre toute pensée non politiquement correct. Et les entreprises de la silicon valley ayant peur d’avoir des problèmes avec les associations de droits civiques (notamment d’être accusé de complicité avec l’extrême droite et de complicité d’incitation à la haine raciale) acceptent de mettre en place une censure.
      Le problème c’est que cette censure fait des dommages collatéraux car les algorithmes ne sont pas infaillibles à tel point que même des partisans du politiquement correct se font censurer.
      Ce qui est assez ironique de voir des gens prôner la censure être des victimes collatérales de cette censure. Mais surtout la censure est inefficace et contre productive. Cela renforce justement les extrémistes. Cela les conduit à les présenter comme des victimes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
cannabis
1
Sauvegarder cet article

Par Elie Blanc.

En avril dernier,  Macron annonçait qu’aurait lieu un « grand débat sur la consommation de drogues ». Il en a profité pour réaffirmer sa volonté de lutter contre la consommation de cannabis et de ne « laisser aucun répit aux trafiquants » pour faire « reculer la délinquance ».

Depuis lors, un arrêté daté du 31 décembre interdit la vente et la consommation les fleurs de chanvre CBD.

Emmanuel Macron contre le cannabis

Notre cher Prés... Poursuivre la lecture

Par Pierre-Guy Veer.

Jadis un phare pour la liberté, les États-Unis sont maintenant en concurrence avec les pays autoritaires pour emprisonner leur population.

En effet, l’Oncle Sam abrite, relativement et absolument, la plus grande population carcérale de la planète. Et les disparités raciales sont effarantes ; les Noirs comptent pour 13,4 % de la population totale mais 37,5 % de la population carcérale.

Oui, il existe une composante raciste dans le système carcéral, particulièrement à cause de l’infâme guerre contre la ... Poursuivre la lecture

Par Mitch Menet.

Annonce tonitruante par notre ministre de l'Intérieur : la lutte contre le fléau de la drogue est en nette avancée.

Analysons d'abord ses propos.

Gérald Darmanin, fier de sa lutte contre la drogue

Gérald Darmanin se félicite qu'on saisisse beaucoup de drogue illégale en France. Il ne songe pas au fait que cela signifie peut-être qu'il y en a juste beaucoup en circulation. S'il s'en félicite, c'est parce qu'il ne conçoit pas cela autrement que comme une lutte manichéenne entre le Bien et le Mal, lui-même é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles