Témoignage : « le département torpille les entreprises privées »

Un acteur local témoigne anonymement du gâchis économique au sein de sa région, quelque part en France… Effrayant.

Durant quelques mois, j’ai travaillé au sein d’un cabinet de conseils assez proche du pouvoir syndical et politique (connivence quand tu nous tiens), ce passage éclair m’a conforté dans mon opinion d’ « affreux ultralibéral » : l’intervention publique est nuisible et peut (souvent) créer des gaspillages de ressources.

Le cabinet en question intervient auprès d’une Région afin de conseiller des entreprises en difficulté qui sont ensuite financées à grands coups de subventions et de prêt à taux zéro.

Certains canards boiteux ont ainsi pu profiter des prouesses économiques de nos élus prêts à tout pour sauver le bateau France. Ainsi, les contribuables financent des entreprises qui auraient pu, ou dû faire faillite.

Un marché qui marche sur la tête

Une de ces entreprises aidées travaillaient dans le service aux personnes âgées. Après avoir vaguement analysé le secteur, j’ai rapidement constaté qu’il s’agissait d’un marché qui marchait sur la tête (et ce pays avec).

Une entreprise à un prix administré

Le conseil départemental labellise l’ensemble des entreprises afin qu’elles soient éligibles aux aides octroyées aux personnes âgées dépendantes. Afin de conserver ce label, l’entreprise en question a dû se plier à la volonté du département de diminuer le tarif horaire des prestations sur l’une des communes où elle était implantée (sous prétexte d’un pouvoir d’achat plus faible sur le territoire), et par dépit, et par manque de connaissances en comptabilité analytique.

Le dirigeant a ainsi accepté qu’une entreprise privée se retrouve avec un prix quasi administré par des fonctionnaires qui ne connaissaient même pas la structure de coûts de l’entreprise.

Des associations largement subventionnées

De plus, le département organise lui même la production de services d’assistance aux personnes âgées grâce à un tissu associatif. Ces associations prolifèrent sur le territoire car elles ne sont pas tenues à être rentables et autonomes financièrement.

En effet elles sont largement subventionnées par le département qui y voit un moyen de diminuer les chiffres du chômage grâce à des emplois aidés. Elles pratiquent des prix tellement bas qu’aucune entreprise privée ne peut s’aligner.

Elles n’ont pas non plus à satisfaire leurs clients car elles ne peuvent pas faire faillite ; certains clients ont affirmé que certains intervenants de ces associations étaient mal formés, voire incompétents.

Ainsi, le département torpille les entreprises privées par des subventions aux associations et par des pressions réglementaires ; ensuite ces mêmes entreprises se tournent auprès de la région qui finance un cabinet de conseil pour l’aider à se redresser. La boucle est bouclée et le contribuable n’aura probablement pas connaissance de ce formidable gâchis.