Interventionnisme débridé, première mamelle de l’échec français

La préfecture de police de Paris utilise l’argent du contribuable pour une solution débile à un problème idiot qu’elle a elle-même causé.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 312 interventionnisme

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Interventionnisme débridé, première mamelle de l’échec français

Publié le 26 juin 2012
- A +

Si, comme le grand Charles l’a dit, « les Français sont des veaux », peut-être est-ce parce que beaucoup d’entre eux tètent obstinément à deux mamelles essentielles pour un échec permanent et systématique : celle de l’interventionnisme débridé, et celle du lobbyisme éhonté. L’actualité nous en fournit deux beaux exemples…

Aujourd’hui, pour la première mamelle, nous allons nous pencher sur l’interventionnisme débridé, et il ne faut pas très longtemps pour en trouver un exemple récent.

Comme vous ne le savez sans doute pas, pendant les deux années qui viennent de s’écouler, les taxis parisiens ont été forcés de limiter à deux leurs allers-retours vers Roissy par arrêté préfectoral. Autrement dit, peu importe la demande des passagers de Roissy désirant se rendre à Paris par taxi, le nombre de navette que chaque chauffeur pouvait faire dans une journée devait se limiter strictement à deux.

Pourquoi une telle limitation ? On pourra la supposer prise en fonction de critères objectifs et dans un but précis ; c’est la Préfecture qui nous les donne elle-même :

«15.000 taxis étaient parfois présents en même temps à Roissy, bien plus que la demande, et certains attendaient trois heures avant de charger. Environ 1100 réalisaient plus de deux rotations par jour. Pendant ce temps-là, les gens ne trouvaient pas de véhicule à Paris, où la course, de 4 km en moyenne, rapporte beaucoup moins mais peut durer longtemps à cause du trafic.»

Autrement dit, la préfecture de police prétend donc jouer le gendarme du marché des taxis parisiens. Elle constate, en une seule phrase, plusieurs choses, et y apporte, comme on peut s’y attendre, la réponse étatique la plus invraisemblable.

Ainsi, elle note que la demande en taxis à Roissy est un peu inférieur à l’offre. Elle note implicitement qu’il est bien plus rentable pour un taxi d’attendre trois heures à Roissy que de faire plusieurs courses dans ce temps dans la capitale elle-même, à cause du trafic. Et elle note qu’un millier de taxis arrivent à réaliser plus de deux rotations par jour. Parallèlement, la même préfecture constate qu’il y a pénurie de taxi dans la capitale.

Devant ce constat, la réponse libérale est claire : il faut trouver une solution simple pour accroître le nombre de taxis dans la capitale. Le nombre de licences étant fixées par … la préfecture de police, il lui est alors facile d’augmenter ce nombre, ce qui aura mécaniquement trois effets : le premier, de combattre le renchérissement de la licence, le second, de combattre le renchérissement de la course de taxi, et le troisième, de rendre le nombre de taxis disponibles dans la capitale plus important.

Eh oui : puisque le prix de la course vers Roissy va, mécaniquement, baisser (comme le prix de toutes les courses, par accroissement de la concurrence), il deviendra progressivement plus rentable aux taxis de rester sur Paris.

Si on pousse le raisonnement un peu plus loin, en libéralisant totalement le marché de la licence de taxi, on laisse au marché le soin de trouver le point d’équilibre entre le nombre de taxis dans la capitale et à Roissy, le prix de la course depuis et vers l’aéroport et dans la capitale. Mais c’est pousser le raisonnement déjà trop loin pour les capacités de la préfecture de police. Pour elle, la solution est simple : interdisons aux taxis d’être rentables et répartissons autoritairement le nombre de taxis à Roissy et à Paris. C’est ça, l’avantage de l’omnipotence de la police.

Notez que cette omnipotence ne s’accompagne pas du tout de l’omniscience, ce qui fait que la préfecture peut tout, mais agit les yeux bandés ne sachant pas exactement ce qui se passe. Et fait donc n’importe quoi. N’importe quoi qui se traduit par le cassage de l’arrêté préfectoral après deux ans de couinements des taxis.

Government Demotivator

Petite question : combien aura coûté la ridicule aventure préfectorale ?

Parce qu’après tout, les préfets doivent — ou devraient — rendre des comptes aux contribuables et aux citoyens qui les nourrissent et pour lesquels, service public oblige, ils travaillent. Et quand on se penche en détail sur le cas qui nous occupe, on voit une assez jolie facture, et pas le début du moindre commencement de solution.

Ainsi, dans cette facture, il faut compter le temps passé en procédures légales, tant du côté des taxis que du côté de la préfecture elle-même. Les uns ont passé ce temps sans pouvoir faire tourner leurs taxis en attendant. Les autres ont été mécaniquement impliqués dans une procédure qui leur a aussi coûté du temps, donc l’argent du contribuable.

La facture s’alourdit si l’on doit aussi tenir compte du chiffre d’affaire clairement perdu par les patrons-taxis ne pouvant faire autant de rotations sur Roissy que prévu/voulu. Accessoirement, c’est autant de TVA, de TIPP, d’impôts et de ponctions diverses que la préfecture n’aura pas pu collecter.

Il sera difficile d’évaluer précisément le coût de la dégradation de la réputation de Roissy lorsque les passagers ne trouvent plus de taxis, ceux-ci étant coincés sur Paris, quota de rotations épuisé. Roissy est déjà régulièrement cité comme étant l’aéroport le plus pourri du monde ; je suppose que la Préfecture de Police fait donc ici le nécessaire pour qu’il conserve sa belle première place.

Et bien sûr, la plus grosse ligne sur la facture sera pour le contrôle des limitations artificielles imposées par la préfecture ; combien de policiers mobilisés pour vérifier que les taxis n’ont bien fait qu’un maximum de deux rotations dans la journée ? Combien de patrouilles, combien de dossiers autrement plus important n’auront pas été traités grâce à la l’invraisemblable intervention de la préfecture ?

Heureusement, on apprend que la préfecture va faire appel et donc continuer à utiliser l’argent du contribuable pour pérenniser une solution débile à un problème idiot qu’elle a causé en premier lieu. L’interventionnisme montre ici qu’il n’y a rien de pire qu’une solution étatique à un problème étatique.

Et c’est vous qui remplirez la facture quoi qu’il arrive.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Drapeau marocain du Maroc
0
Sauvegarder cet article

Avant de parler de l’éducation en tant que secteur public ou domaine relevant des responsabilités de l’État, il est incontournable d’évoquer sa dimension spirituelle. Elle est la voie de la vertu, le pouvoir de l’être humain d'agir sur sa vie et décider librement ce qu'il envisage pour son avenir. La gestion du secteur est attribuée exclusivement à l’État tandis que la responsabilité à assumer est partagée entre celui-ci, les parents, les élèves et les enseignants.

L’État est appelé à assurer une offre inclusive en qualité et en quanti... Poursuivre la lecture

9
Sauvegarder cet article

Le vendredi, c’est poisson et la morue en est un excellent qu’on peut par exemple déguster en brandade. Sans rapport aucun, signalons qu’Anne Hidalgo fait actuellement parler d’elle alors que la ville dont elle a la charge serait en très fâcheuse posture budgétaire.

Il est vrai que la situation économique du pays et l’inflation galopante finissent par toucher tout le monde, même la Ville des Lumières. Ajoutons-y une petite guerre à l’Est, un méchant covid qui a nettement pénalisé les activités touristiques et voilà la capitale français... Poursuivre la lecture

Main tenant une bougie éteinte.
9
Sauvegarder cet article

Les politiciens sont rarement les crayons les plus affûtés de la trousse mais tous comprennent toujours très vite qu’il ne faut jamais gâcher une bonne crise : si celle-ci permet d’accroître son pouvoir, tout sera donc fait pour ! Il en va dès lors de la faillite de FTX comme du reste et déjà les opportunistes se bousculent pour proposer de nouvelles bordées de régulations à la suite de cette débâcle.

Difficile de ne pas noter non plus l’engouement subitement renouvelé de certains États pour les cryptomonnaies de banques centrales : la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles