La conquête de la liberté : rien n’est acquis

Communism by Clare H-P(CC BY-NC-ND 2.0)

Quelle est la part de la volonté et celle du déterminisme dans la conquête de la liberté ? La question mérite une réponse nuancée, mais une chose est certaine : la liberté est toujours menacée, elle n’est jamais un acquis.

Par Patrick Aulnas.

Les libertés politiques et économiques dont nous bénéficions sont très récentes et loin d’être universelles. Il suffit de se reporter quelques siècles plus tôt pour comprendre que nous sommes issus de la servitude. La conquête de la liberté s’appuie sur la conjonction de multiples facteurs, mais il a d’abord fallu s’opposer à des pouvoirs puissants.

Quelle est la part de la volonté et celle du déterminisme ? La question mérite une réponse nuancée, mais une chose est certaine : la liberté est toujours menacée, elle n’est jamais un acquis.

La conquête de la liberté est récente

« L’homme est né libre et partout il est dans les fers ». Cette forte phrase qui ouvre Du Contrat social de Jean-Jacques Rousseau indique ce que pouvait ressentir un philosophe en 1762.

La royauté de droit divin régnait sur trois ordres (clergé, noblesse, tiers-état) entre lesquels la mobilité sociale était très faible. On naissait noble ou paysan et on le restait. Le servage n’était pas aboli.

En Russie, il faudra même attendre 1861 pour qu’il le soit. Aux États-Unis, l’abolition complète de l’esclavage date de 1863, soit 150 ans !

Le libéralisme politique n’a donc pas eu gain de cause facilement. Le libéralisme économique non plus. Au milieu du 19e siècle, les grands domaines de la noblesse russe ou des grands propriétaires de Louisiane n’avaient aucun rapport avec le libéralisme.

Une conquête de la liberté progressive, ni de droite ni de gauche

Il serait naïf de penser que l’État-gendarme de cette époque reflétait le libéralisme doctrinal. En aucun cas. Il était en réalité une structure politique évolutive limitant progressivement le rôle du pouvoir exécutif en application du principe de séparation des pouvoirs. Cette évolution ne s’est pas faite sans heurts, comme le montre bien l’histoire de France après 1789 : Révolution, Empire, Restauration, Monarchie de juillet, brève Seconde République, à nouveau Empire et enfin République. La liberté a été conquise, elle n’a pas été donnée.

Mais la liberté n’est pas l’apanage d’un parti. Un conservateur catholique et légitimiste comme Chateaubriand a toujours défendu la liberté de la presse, bien souvent contre son propre camp. « J’ai aidé à conquérir celle de vos libertés qui les vaut toutes, la liberté de la presse », écrit-il dans De la liberté de la presse, publié en 1828, alors qu’il vient d’être révoqué de son poste de ministre des Affaires étrangères pour avoir manifesté une trop grande indépendance d’esprit.

Y-a-t-il un déterminisme historique vers la liberté ?

Les libertés politiques (expression, culte, réunion, etc.) apparaissent après une longue maturation de plusieurs siècles qui commence à la Renaissance. La créativité intellectuelle du 18e siècle, le siècle des Lumières, formalise les concepts principaux qui permettront de faire reculer rapidement l’arbitraire des pouvoirs politiques traditionnels. La liberté d’entreprendre, dite liberté du commerce et de l’industrie, apparaît simultanément en France avec le décret d’Allarde des 2 et 17 mars 1791, qui supprime les corporations de métiers en utilisant ces termes :

Il sera libre à toute personne de faire tel négoce ou d’exercer telle profession, art ou métier qu’elle trouvera bon.

A la fin du 18e siècle, tout se passe donc comme si le temps de la liberté était venu, comme si les hommes avaient franchi une étape de leur histoire les éloignant à jamais des monarchies absolues et des pouvoirs autoritaires. Les philosophes ont compris qu’il était temps de parler de liberté individuelle, mais ils n’ont pas choisi ce moment. Une sorte de déterminisme semblait conduire les hommes vers la liberté.

La terreur de la première République française, avec le gouvernement de la Convention (1792-1795), offre évidemment un paradoxe saisissant. L’esprit des Lumières débouche sur la dictature et des exécutions en masse. Mais il ne s’agit que d’un épisode, d’une crise politique, comme l’histoire en compte beaucoup.

Les hommes de la liberté

Car depuis cette époque, le monde n’a pas connu l’absence totale de liberté qui régnait auparavant. De puissantes agressions ont tenté d’annihiler la liberté au 20e siècle. Mais les totalitarismes fascistes et communistes ont été vaincus.

La conquête de la liberté est-elle irréversible à l’échelle de l’humanité ? Il serait hasardeux de prétendre répondre objectivement à cette question, mais nous devons croire à cette irréversibilité. Pourquoi ? Parce que, justement, dans ce domaine rien n’est jamais acquis et que l’adhésion à cette croyance nous permet peut-être de découvrir l’unique principe qui doit guider les hommes en toutes circonstances.

Le plus bel exemple historique est celui des survivants de la Shoah. Malgré des souffrances inimaginables, ils nous n’ont pas cédé à la volonté de déshumanisation dont ils étaient l’objet. Ils avaient l’intime conviction d’être plus forts que leurs bourreaux, non pas individuellement mais par leur appartenance à l’humanité libre. Que cette conviction se soit appuyée sur une religion comme le judaïsme, sur une philosophie athéiste ou sur une spiritualité sui generis importe peu. L’essentiel est l’exemple immémorial que se transmettrons les générations futures.

Des principes simples mais souvent remis en cause

L’homme « né libre » de Rousseau, c’est-à-dire, selon lui, l’homme à l’état de nature, n’a jamais existé. Il s’agit d’un concept philosophique fort utile permettant de prendre conscience de l’oppression. La liberté est sociale car l’homme est un animal social. La liberté individuelle se construit donc par limitation et répartition du pouvoir dans toute société.

Les principes généraux à respecter sont bien connus : séparation des pouvoirs, subsidiarité – les décisions doivent être prises à l’échelon pertinent le plus bas –, limitation du rôle de l’État. Bertrand de Jouvenel a montré à cet égard que si le pouvoir arbitraire du passé a été vaincu, le pouvoir est toujours, par essence, à la recherche de sa propre puissance.

Nous le voyons bien aujourd’hui avec l’État tentaculaire qui continue à se développer. La liberté est toujours à défendre. Elle n’est pas synonyme de démocratie.