Ukraine : l’absence de sûreté nucléaire menace l’Europe

Si l’Ukraine n’entreprend pas des efforts pour mieux gérer et moderniser ses centrales nucléaires, l’Europe risque de connaître une catastrophe plus grave que Tchernobyl.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Centrale Nucléaire By: strelitzia --- - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ukraine : l’absence de sûreté nucléaire menace l’Europe

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 août 2017
- A +

Par Gabriella Lima.

Alors que la France envisage de fermer 17 réacteurs nucléaires pour réduire le risque d’accident et investir dans le nouveau système énergétique renouvelable, les centrales nucléaires ukrainiennes, dont l’état actuel laisse à désirer, constituent une menace éventuelle pour l’Europe.

Les incidents qui risquent provoquer un accident

Trente et un an après la catastrophe de Tchernobyl, le pire accident nucléaire de l’Histoire, le risque nucléaire en Ukraine reste «très préoccupant», estime Michel Chouha, spécialiste de l’Europe de l’Est à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), l’établissement public français chargé de la recherche et de l’expertise dans ce domaine.

Depuis le début du XXIe siècle, une série des incidents graves s’est produite aux centrales nucléaires en Belgique, en France, en Autriche et aussi, en Ukraine.

Le 10 juin 2008, une fuite d’eau radioactive a provoqué l’arrêt d’un réacteur à la centrale nucléaire de Rivné (ouest de l’Ukraine).

En 2014, l’unité 4 de la centrale nucléaire de Zaporijia, la plus grande d’Europe, a été déconnectée du réseau à cause de l’activation de la protection contre le déséquilibre des régulateurs de pression de la turbine de plus de 30%.

L’incident le plus inquiétant est survenu au début de 2015 dans la même installation à Zaporijia. Les réacteurs ont dû être mis à l’arrêt à cause des fluctuations de l’approvisionnement électrique, frôlant la catastrophe.

Cette année, les centrales ukrainiennes ont subi au moins deux incidents passés sous silence par Kiev.

Néanmoins, l’Ukraine n’a pas l’intention de renoncer à l’atome pour ses besoins en électricité, en dépit des craintes que suscitent ses réacteurs vieillissants.

Les réacteurs ukrainiens, construits pour la plupart dans les années 1970 et 1980, sont vieillissants. De surcroît, de type VVER (caloporteur et modérateur eau), ils souffrent de faiblesses structurelles, même si leur principe de fonctionnement est proche de celui des réacteurs à eau pressurisée occidentaux et notamment français.

Interrogée par l’AFP, Irina Golovko de l’ONG Centre national ukrainien d’écologie a affirmé que « le principal risque dans l’utilisation de l’énergie nucléaire en Ukraine réside dans les réacteurs ayant dépassé leur durée de vie ». D’après l’expert, « six réacteurs du pays sur 15 en activité ont dépassé leur durée de vie prévue. D’ici 2020, ils seront 12 ».

Quel impact pour l’Europe ?

Certes, l’utilisation de l’énergie nucléaire est liée aux dangers, mais le pays qui possède des centrales doit au moins garantir la sûreté de ses installations et assurer leur bonne gestion, ce que Kiev a échoué à faire jusqu’à ici.

Maintenant que l’UE a approuvé l’extension des accords commerciaux avec l’Ukraine, c’est aussi la responsabilité des dirigeants européens de faire pression sur les autorités ukrainiennes pour qu’elles prennent des mesures nécessaires visant à éviter toute possibilité de la contamination des produits venant du pays.

Si l’Ukraine n’entreprend pas des efforts pour mieux gérer et moderniser ses centrales nucléaires, l’Europe risque de connaître une catastrophe plus grave que Tchernobyl.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • article paraissant être une traduction mal faite d’un article (en anglais): « une série des incidents graves » , »s’est produite aux centrales « .
    Par ailleurs reference aux incidents graves « en Belgique, en France, en Autriche  » serait souhaitée ou sinon ce ne sont que de s affirmations assez vaseuses d’autant plus qu’il n’y a pas de centrales nucléaires en Autriche !
    « Cette année, les centrales ukrainiennes ont subi au moins deux incidents passés sous silence par Kiev » : aucun détail de ces incidents graves ; cela frise la désinformation !
    « « le principal risque dans l’utilisation de l’énergie nucléaire en Ukraine réside dans les réacteurs ayant dépassé leur durée de vie » » : aucune information sur ces durées de vie; bref cet article n’est ni fait ni à faire meme si il y a peut être du vrai dans les risques en Ukraine

    • Un article de « Le Grand Soir » sur CP ! Un stagiaire du mois d’Août ?

      Article écrit ou traduit avec les pieds effectivement.
      +1 pour la remarque sur l’Autriche qui n’a effectivement pas de centrales nucléaires.

  • Michel Gay : « L’énergie nucléaire est une énergie durable, décarbonée, propre, abondante, pilotable et bon marché. »
    merde, encore raté!

  • Menace l’Europe de quoi ? D’avoir à payer pour un nouveau coffrage inutile ?

    J’ai beaucoup ri :
    « Interrogée par l’AFP, Irina Golovko de l’ONG Centre national ukrainien d’écologie……..D’après l’expert,  »

    Sûr ce sont des experts impartiaux…

  • Ce n’est pas « La France » qui veut fermer 17 centrales nucléaires, mais le Ministre d’État Nicolas Hulot. Nuance!
    Quant à l’accident de Tchernobyl, il a eu comme cause un test stupide, dont les techniciens bien-pensants de l’époque ont perdu le contrôle. Le réacteur s’est emballé, et a fini par exploser.
    On peur supposer que la leçon a été retenue. Les incidents cités sont prévisibles et contrôlables, et les personnels des centrales ne jouent plus. L’Ukraine ne dispose pas de chutes d’eau, elle ne dispose plus de ses gisements de charbon du Donbass. Remplacer le nucléaire par le combustible le plus polluant ne serait guère un progrès. Que l’Europe, précieuse alliée, aide l’Ukraine à moderniser ses centrales, pourquoi pas?
    Pour conclure, l’électricité est un mal nécessaire.

  • Ca arrange bien le gouvernement ukrainien de recevoir des milliards d’aide internationale pour sécuriser ses centrales nucléaires, alors pourquoi mettrait-il fin à cette situation ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Daniel Lacalle.

Nombreux sont ceux qui ont lu qu'une crise alimentaire était imminente et que la pénurie de céréales suscitait de vives inquiétudes. La principale raison de cette éventuelle crise est l'invasion de l'Ukraine.

Cependant, ce n'est pas tout à fait le cas.

De nombreux pays dans le monde connaissent un important déficit en céréales, qui sont essentielles pour nourrir le bétail. Le principal coupable est l'intervention croissante des États, qui a fait grimper les coûts en flèche même en période de faibles pr... Poursuivre la lecture

union européenne
1
Sauvegarder cet article

Comme si souvent, l’Union européenne vient de démontrer encore une fois son manque de connexion avec la réalité et sa préférence avant tout pour la communication politique. Étant donné les circonstances actuelles dans lesquelles se trouve l’Ukraine – sa lente mais inéluctable défaite militaire et son économie en chute libre – que fait alors l’Union européenne ?

 

Un geste politique

Est-ce qu’elle fait ce qui aurait été le plus logique, le plus humain et le plus à même de limiter des victimes et des dégâts ultérieurs en Ukra... Poursuivre la lecture

Les missiles balistiques sont issus du fracas de la fin de la Seconde Guerre mondiale, d’un rêve de représailles dans l’Allemagne écrasée sous les bombes alliées. Récupérés comme vecteur d’armes de destruction massive par les vainqueurs, ils proliférent bientôt chez les États clients des superpuissances, alimentant soit des ambitions nucléaires nationales, soit des projets de super-artillerie.

C’est que le missile balistique offre une spécificité discriminante : flirtant avec les limites de l’espace (sous les 100 km d’altitude pour des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles