Que représentent nos députés ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Clare Black - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Que représentent nos députés ?

Publié le 3 août 2017
- A +

Par Patrick Coquart.

Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon et de la France insoumise (sic) pendant les dernières campagnes électorales, fustigeait récemment, à la télévision, les nouveaux députés macronistes, car peu représentatifs des électeurs. Le désormais député de la Seine-Saint-Denis critiquait ces nouveaux représentants, tous, selon lui, issus des CSP+, et parmi lesquels les ouvriers sont absents. Ces élus de la Nation ne seraient donc pas représentatifs de la population française.

Le constat n’est pas faux. Selon le Cevipof, 68,6% des candidats En Marche étaient issus des classes supérieures, contre 8,5% seulement des classes populaires. Parmi les candidats macronistes aux législatives, seuls 0,2 % étaient ouvriers et 0,9 % employés. En revanche, on comptait 20 % de cadres du privé, et même 17 % de chefs d’entreprise.

Si l’on prend en considération l’ensemble des députés nouvellement élus cette fois, on remarquera que la physionomie de la Chambre est transformée : les femmes sont plus nombreuses (38,6 % contre 26,9 % en 2012) ; l’âge moyen est passé de 55 ans à 49 ans ; les non-sortants représentent 75,2 % des effectifs (contre 41 % en 2012).

En revanche, la profession des députés n’a pas vraiment varié entre les deux législatures. Certes, il y a davantage de cadres du privé, de professions libérales, et de chefs d’entreprise, commerçants et artisans. On trouve aussi plus d’employés. Mais les ouvriers sont toujours aussi peu nombreux. En fait, il n’y en a qu’un dans la nouvelle assemblée. La précédente en comptait un également, un ouvrier agricole précisément, aujourd’hui probablement considéré comme retraité : Jean Lassalle.

Cette dernière information laisse planer un gros doute sur ces chiffres. Il faut dire que ce sont les députés eux-mêmes qui déclarent leur profession. Alors, les petits arrangements avec la réalité ne manquent pas.

Pour revenir à Jean Lassalle, si le site de l’Assemblée nationale le considère comme ouvrier agricole, ce n’est pas le cas de Wikipédia qui indique à propos du Béarnais : « Technicien agricole spécialisé dans l’hydraulique et l’aménagement du territoire, il fonde une société de conseil qui emploie une dizaine de salariés ».

Des politiciens professionnels s’inventent un métier

De même, on émettra des réserves sur Marie-George Buffet classée comme employée administrative d’entreprise, ou sur Nathalie Kosciusko-Morizet considérée comme cadre d’entreprise, alors que toutes deux sont des professionnelles de la politique. À n’en pas douter, les exemples de ce genre sont légion.

Mais si nous revenions à Alexis Corbière ? Est-il ouvrier ? Pas le moins du monde, il était professeur d’histoire, et est maintenant un professionnel de la politique lui aussi. Et ses confrères mélenchonistes, sont-ils ouvriers ? Pas davantage. On recense bien une assistante de direction et une aide soignante, toutes deux dans la fonction publique, quelques enseignants et fonctionnaires, et même un réalisateur. Mais d’ouvrier, point.

Est-ce surprenant ? Pas vraiment quand on sait que les ouvriers se sont abstenus à 69 % lors de ces élections législatives. Un taux qui est de 65 % pour les employés et de 63 % pour les professions intermédiaires.

Si les ouvriers et les employés ne vont pas voter, comment s’étonner qu’ils ne soient pas représentés. On pourrait donc en conclure que, finalement, les députés ne représentent pas trop mal leurs électeurs.

Ce serait oublier le projet de loi sur la moralisation de la vie publique. Avec ce texte, l’éphémère garde des Sceaux du gouvernement Philippe entendait « mettre en place des pratiques et des règles qui préservent les citoyens des abus et leur rendent confiance dans la vie démocratique ». L’ex-ministre de la Justice précisait que son texte poursuivait trois objectifs :

  • en finir avec un système dans lequel la responsabilité publique est exonérée ou s’exonère des règles que les citoyens, eux, sont obligés de respecter ;
  • mettre en place les règles nécessaires pour prévenir les conflits d’intérêts ;
  • mettre fin à des pratiques incompatibles avec l’exercice équilibré de la démocratie.

François Bayrou disparu, Nicole Belloubet a repris à son compte ce projet voulu par Emmanuel Macron. Nous allons donc bientôt avoir des élus honnêtes. Les pratiques anciennes seront définitivement derrière nous. Finies donc les affaires Cahuzac, Thévenoud, Guéant, Fillon, Le Roux, Guérini, Balkany… Bayrou, de Sarnez, Goulard, Mercier, etc.

Le hic – car il y a un hic – c’est que ces élus honnêtes ne seront pas plus représentatifs des Français. Car ces derniers mentent, trichent, fraudent et s’affranchissent de la loi dès qu’ils le peuvent.

Les Français sont-ils plus honnêtes que leurs élus ?

On estime la fraude fiscale en France à 60 milliards d’euros par an, dont 17 milliards pour la fraude à la TVA. On sait que des Français s’inventent des charges foncières imaginaires qu’ils déduisent des loyers qu’ils encaissent.

D’autres ont une nounou au noir. Des commerçant « oublient » de déclarer des paiements en liquide. Certains de nos compatriotes ne déclarent pas les travaux réalisés à leur domicile pour ne pas augmenter la valeur locative de leur bien, et donc leur taxe foncière et leur taxe d’habitation. Il paraît même que certains assujettis à l’ISF minorent la valeur de leurs biens. J’ai également entendu parler de personnes qui touchent des dessous-de-table lors de la vente d’un appartement.

Bon, c’est vrai, on ne leur donne pas tout à fait tort à ces Français. Ne pas accepter de se faire voler est même une réaction plutôt saine, surtout quand l’impôt est devenu confiscatoire. Mais il est probable que ceux qui votent pour les augmentations d’impôts ne sont pas les derniers à vouloir s’en affranchir.

La fraude sociale existe aussi. Elle est beaucoup plus grave, puisqu’elle consiste à piquer dans la caisse que d’autres ont rempli. On parle de 9 milliards d’euros pour les fraudes au RSA, à la prime d’activité, aux allocations familiales, à l’aide au logement, etc.

Dans les entreprises, ce n’est pas mieux : une étude récente auprès de 130 grandes entreprises a chiffré la fraude sur les notes de frais des salariés à près de 7 millions d’euros, soit près de 54 000 euros par entreprise, ou encore 700 euros par salarié. Si l’on prend en compte l’ensemble des entreprises françaises, cela représente une coquette somme.

La fraude dans les transports en Île-de-France est estimée à 366 millions d’euros pas an, selon la Cour des comptes. La fraude au compteur électrique pourrait avoisiner les 60 millions d’euros annuels. Les vols en magasins représentent plus de 1 % du chiffre d’affaires des commerces français. Bref, beaucoup de Français ne sont pas honnêtes.

Faire des élus de la République des femmes et des hommes vertueux, c’est assurément les éloigner encore un peu plus de la population qu’ils sont censés représenter. C’est déjà ce que prétendait, en 1898, le journaliste et pamphlétaire Zo d’Axa :

« Citoyens, on vous trompe. On vous dit que la dernière Chambre, composée d’imbéciles et de filous, ne représentait pas la majorité des électeurs. C’est faux ! Une Chambre de députés jocrisses et de députés truqueurs représente, au contraire, à merveille les électeurs que vous êtes. Ne protestez pas : une nation a les délégués qu’elle mérite. Pourquoi les avez-vous nommés ? […] La Chambre représente l’ensemble… Il faut des sots et des roublards, il faut un Parlement de ganaches et de Robert Macaire pour personnifier à la fois les votards professionnels et les prolétaires déprimés. Et ça c’est vous ! […]1 »

Le risque est bien là de voir, en dépit de la loi Bayrou, l’abstention progresser aux prochaines élections. Rendez-vous en 2019 pour le vérifier lors les élections européennes.

Une première version de ce texte est paru dans le n°160 (Été 2017) de Liberté économique et progrès social, le bulletin d’information et de liaison des libéraux publié par l’Aleps.

  1. Cité par Daniel Cosculluela, « Zo d’Axa (1864-1930) : le mousquetaire de l’anarchie », Valeurs actuelles, 8 juin 2017.
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Que représentent nos députés … LREM ?

    Si on additionne toutes les voix recueillies par les députés (pas les candidats) LREM au premier tour, puis au second tour par rapport aux inscrits et encore mieux par rapport aux Français en âge de voter, ça donne quel pourcentage ?

    Même s’il importe de tenir compte honnêtement
    1/ des abstentionnistes involontaires qui auraient voulu voter pour le candidats LREM
    2/des abstentionnistes toujours ainsi sur les listes électorales qui n’ont plus les jambes et/ou la tête pour voter
    3/c eux qui auraient voté au second tour pour le candidat LREM si son succès n’était pas garanti (face à un candidat FN par exemple)

    • Vous n’avez pas compris. Les abstentionnistes ne sont pas plus bêtes que vous et moi. Ils ont tout simplement choisi de ne pas choisir.
      Entre la peste et le choléra, ils ont choisi de rester sains, innoculés qu’ils étaient des scrutins précédents qui ont alors agi comme des piqûres de rappel.

      • Très juste! Ce fut le mien. Je refuse de me livrer à cette mascarade, et d’être responsable de la gabegie future que va provoquer inévitablement l’ex conseiller et ministre de Hollande, vu les résultats de sa politique lors du dernier mandat de son mentor et maître! Les chiens ne font pas des chats, comme dit le dicton populaire!

  • Le président Impose
    Les hauts fonctionnaires des ministères décident
    Le parlement Parle !!
    Trop de Loi tue la Loi autant que l’Etat tue la France.
    Moraliser la vie publique s’impose au élus et fonctionnaires qui devraient s’imposer de respecter les articles 14 & 15 de la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, vous savez celle que l’on veut imposer à tout le monde sauf à ceux qui sont au dessus de la Loi. Hors la Loi car jamais condamné à payer PERSONNELLEMENT leurs gaspillages dont ceux dévoilés par les cours des comptes

  • que des français fauchés volent un peu l’état , par diverses moyens , ça me choque mais sans plus que ça ; que des élus qui ne sont pas à plaindre , style les balkanis , à titre d’exemple cherchent à s’enrichir par tout les moyens possibles ça me choque et ça m’emmerde profondément ;

  • Mis à part le fait de se représenter eux mêmes et se procurer une rente de situation je ne vois pas ce qu’ils ou elles peuvent bien « représenter »
    De toute façon 49/3 ou ordonnances montrent qu’ils sont là pour de la représentation pas pour de l’action

  • L’auteur de l’article ne se rend même pas compte que l’enfer fiscal et réglementaire dans lequel nous vivons place la barre de l’honnêteté tellement haut que plus personne ne peut la franchir. Résultat tout le monde se retrouve dans le même sac. Cela fait passer toute la population pour une population de crapules. De quoi décourager toutes les bonnes volontés.

  • Franck Fontaine
    4 août 2017 at 19 h 40 min

    Un député ne représente que lui-même, inutile de se faire des illusions.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ainsi, députés et sénateurs auront été jusqu’au bout ! Le texte sur le passe vaccinal a été adopté dimanche 16 janvier par nos parlementaires, enterrant encore un peu plus la démocratie libérale. Pour autant, une soixantaine de députés de toutes tendances, ainsi que les sénateurs du groupe socialiste, poursuivent le combat et ont saisi lundi le Conseil constitutionnel.

Pass vaccinal : le texte devant le Conseil constitutionnel

Essentiellement emmené par le groupe La France Insoumise (vous ne rêvez pas, c’est bien LFI qui se pose en déf... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Indépendamment des idées qu’ils défendent et des conditions évidentes d’âge et de droits civiques, les candidats à l’élection présidentielle française sont soumis à trois strates de réglementations pour mener à bien leur candidature : obtenir 500 parrainages auprès d’environ 42 000 élus (maires essentiellement) pour pouvoir se présenter, puis respecter les règles de financement de leur campagne et enfin obtenir un score final qui leur permettra d’accéder à un remboursement public plus ou moins important des frais engagés.

Interrogé jeu... Poursuivre la lecture

En cinq ans, Emmanuel Macron aura réussi à anéantir la gauche, à enterrer la droite, à ridiculiser l’Assemblée nationale et à faire disparaître le Sénat. La France n’est plus une République reposant sur des institutions, mais le terrain de jeu d’une administration toute-puissante qui s’amuse avec des petits avatars virtuels qui ont été autrefois des individus et des citoyens.

Instinctivement, l’immense majorité des Français sent bien que quelque chose ne va pas, que quelque chose ne tourne pas rond.

Ce qui aurait dû être la repr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles