Il n’y a pas de malédiction élyséenne !

Il n’y a pas de malédiction élyséenne : si aujourd’hui Emmanuel Macron chute dans les sondages, cela résulte essentiellement du retour au réel pour la plupart des Français.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il n’y a pas de malédiction élyséenne !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 juillet 2017
- A +

Par Philippe Bilger.

D’aucuns se posent la question d’une « malédiction élyséenne » avec la chute de dix points d’Emmanuel Macron dans un récent sondage (Figaro Vox). Comme si le pouvoir suprême par lui-même était condamné à son propre déclin.

Pourtant, à bien y regarder en comparant les débuts des précédents quinquennats avec ceux de l’actuel, on retrouve un dénominateur commun qui est tout simplement la « malédiction » du réel ou en tout cas son irruption dans les illusions ou les promesses des campagnes même les plus honnêtes.

Retour au réel

D’un coup, l’enchantement suscité par le virtuel se brise sur un réel qui ne fait pas de quartier. Presque mécaniquement, le heurt du projet sur le présent du pays, l’éventuelle découverte de « cadavres budgétaires » dans le placard entraînent une diminution de l’adhésion collective.

D’autant plus que jusqu’à nouvel ordre, notre vie politique n’a pas encore connu ce miracle d’une campagne présidentielle qui promettrait moins qu’elle ne tiendrait. Une quasi impossibilité que cette répudiation de la démagogie et cette audace de la mesure et de la modestie !

À cette condition objective s’ajoutent des données relatives à chaque président dont les attitudes, les comportements, les attentes qu’ils ont suscités ne sont évidemment pas identiques. Mais ce n’est toujours pas le pouvoir élyséen qui est responsable mais la manière subjective de l’appréhender.

Dégringolade de Sarkozy, indifférence de Hollande

Nicolas Sarkozy avait, pour 2007, effectué une campagne tellement éblouissante sur tous les plans que la déception a été immense quand le meilleur qu’on espérait de sa présidence a été battu en brèche par des débuts médiocres qui lui étaient imputables. D’où la dégringolade.

François Hollande qui l’avait emporté en 2012 parce qu’une majorité de citoyens ne voulait plus du président sortant a ruiné trop vite son crédit par des vacances trop longues tranchant avec l’état du pays et sa morosité. D’où la chute.

Emmanuel Macron, brillamment élu et dont les débuts ont frappé par leur classe, a bénéficié d’un enthousiasme qui dépassait le soutien politique et relevait presque d’une stupéfaction émue et fière.

Cette inconditionnalité n’est pas sans risque puisqu’elle multiplie les exigences à son égard et crée chez le citoyen, au moindre échec, au premier reniement, comme une forme de dépit amoureux. D’où la désaffection.

L’Élysée n’est pour rien dans ce qui apparaît pour une fatalité et qui n’est que l’alliance d’un réel intrusif et d’une personnalité confrontée soudain au dur métier de présider. Et qui commence bien ou mal.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • ils se font tous passer pour ce qu’ils ne sont pas : des magiciens ; Fillon , bien que je ne l’apprécie pas , avait un programme qui déplaisait mais il ne faisait pas de promesses qu’il savait ne pas pouvoir tenir ; macron se disait président de tout les Français en cas d’élection , à ce jour il est soupçonné d’être le président des riches ; forcément , ça ne pouvait que se retourner contre lui et même dans son parti ça commence à raler ….c’est dire ….

  • « brillamment élu » : non
    Brillamment géré, au mieux

  • Plus les français, ses grands enfants qui attendent d’un homme providentiel, un messie, des miracles, plus ils sont déçus et plus rapide est la chute lorsqu’ils s’aperçoivent que leur idole est un homme comme les autres, et pire lorsqu’il s’avère un minable.

    • @ Virgile

      Quand E.Macron a parlé au Louvre, le 7 mai, il a bien prévenu qu’il ne promettait pas des lendemains qui chantent mais que ce serait dur, chaque Français pensant aux privilèges supposés de son voisin, pas aux siens, évidemment!

      • Je m’étais fait le pari que la campagne « consensuelle » de Macron était un écran de fumée… Il suffisait de se rappeler de ces déclarations en tant que ministre et les quelques moments où il disait « je ne suis pas le Père Noël » semblait le suggérer.

        Bon, maintenant il faut attendre les réformes, et je ne suis pas encore rassuré.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Par Alain Laurent.

Tandis qu’un récent sondage (Harris Interactive) nous apprend que 54 % des Français souhaitent l’élection d’un « président libéral », un autre (vague IFOP 2021) révèle que pour 60 % des 18/30 ans le mot libéralisme est positivement connoté et le deuxième dans leurs préférences lexicales. Voici qui surprend heureusement, alors que de toutes parts est annoncé que « le libéralisme est une idée du passé qui va probablement connaître une longue éclipse » (François Lenglet) ou qu’il est victime d’un « krach idéologique » (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles