Pourquoi Elon Musk courtise la Chine

Elon Musk tente de se rapprocher des Chinois : en cause, la production de batteries dont il a besoin pour les Tesla.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Elon Musk au volant de la Tesla by kqedquest(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi Elon Musk courtise la Chine

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 9 juillet 2017
- A +

Par Jacques Henry.

Alors que la méga-usine d’Elon Musk en plein milieu du désert du Nevada (mais pas trop près des anciens sites d’essais nucléaires de l’armée américaine) de production de batteries pour ses voitures électriques Tesla, n’est toujours pas opérationnelle à 100%, la Chine a d’ores et déjà pris les devants dans la course mondiale aux batteries au lithium.

Elon Musk

La production actuelle de batteries chinoises est trois fois plus importante qu’aux USA et 12 autres usines sont en cours de construction. Malgré son projet pharaonique d’usine de production de batteries, Elon Musk, qui prévoit de produire dans ses usines jusqu’à un demi-million de Tesla Modèle 3 dès la fin de l’année 2018, sera tout simplement à court de batteries et il devra faire appel à la Chine pour assurer cette production.

Elon Musk

Le souci pour Tesla est que la Chine a d’autres objectifs que de fabriquer des batteries pour l’export : les dirigeants de ce pays ont décidé de construire à terme de véritables entrepôts de stockage d’énergie pour pallier l’intermittence des sources d’énergie électrique renouvelable. Ce projet risque de créer un véritable goulot d’étranglement qui pourrait donc paralyser la firme Tesla.

C’est l’une des raisons qui ont poussé Elon Musk à courtiser les dirigeants chinois et à projeter une usine de construction de modèles 3S dans la banlieue de Shanghai.

Horreur et damnation : le Président Trump voudrait au contraire que les entreprises américaines qui ont « délocalisé » leur production rapatrient cette production sur le sol américain.

La situation se complique donc pour Elon Musk alors que toutes ses entreprises perdent de l’argent depuis leur création avec grand tapage médiatique, ça commence à sentir mauvais pour lui.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sale temps pour les entreprises de la tech.

Amazon, Meta (maison-mère de Facebook) et Twitter licencient en masse. Après la difficile semaine de Meta, qui a vu sa capitalisation boursière chuter considérablement, c’est Twitter qui s’est retrouvé dans le feu de l’actualité après son rachat par Elon Musk. Les deux remettent sur le tapis la question jamais résolue du leadership d’une entreprise. Musk est-il le vilain dirigeant décrit dans la presse, un entrepreneur autoritaire à l’ego surdimensionné qui est en train de détruire Twitter ? ... Poursuivre la lecture

elon musk
3
Sauvegarder cet article

En affichant son attachement à la liberté d’expression, Elon Musk a réveillé tous les censeurs progressistes et les régulateurs étatistes ou para-étatistes qui estiment que les médias doivent demeurer leur chasse gardée, préservée d’un grand public toujours perçu comme une menace.

Depuis le rachat chaotique de Twitter, régulateurs, politiciens et influenceurs se bousculent dans les médias pour mettre en garde contre le « dangereux libertarien » Elon Musk qui menace l’ordre moral numérique des élites progressistes.

 

Les... Poursuivre la lecture

L’émission « C ce soir » de Karim Rissouli diffusée sur France 5 le 2 novembre nous a offert un extraordinaire moment de technophobie chimiquement pure. Le présentateur interrogeait un plateau d’invités autour de la question d’actualité « Les milliardaires menacent-ils la démocratie ? » et accessoirement « Elon Musk est-il fou ? ».

Le premier invité, l’économiste Daniel Cohen ouvre le bal sans détour en qualifiant Musk de triste « dingue populiste qui fabrique des bagnoles et envoie 3 fusées, à la solde de l’internationale populiste tr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles