Et si on relisait Stefan Zweig cet été ? (3)

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Nick Kenrick - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et si on relisait Stefan Zweig cet été ? (3)

Publié le 7 juillet 2017
- A +

Par Johan Rivalland.

C’est généralement dans le même volume qu’ Amok, présenté dans le volet précédent, que sont éditées ces deux nouvelles. Elles étaient, en tous les cas, toutes trois réunies dans le recueil d’origine.

Lettre d’une inconnue

Il s’agit là de l’un de sommets de l’œuvre de Stefan Zweig. À tel point qu’en ont été tirés film, téléfilm et pièce de théâtre.

Une lettre absolument bouleversante, d’une grande pudeur et d’une intensité incroyable, dans un style ravissant et dont on pourrait authentiquement croire qu’elle est écrite par une femme, tant Stefan Zweig avait cette capacité à se projeter de manière parfaite dans la psychologie de ses personnages, y compris comme ici féminins.

L’histoire d’une femme tourmentée, sur le point de trépasser, quelques heures ou quelques jours après le décès de son enfant, suite à une très mauvaise grippe. Avant de disparaître, elle écrit une sorte de lettre testamentaire dans laquelle elle confie à un homme toute l’intensité de l’amour qu’elle lui a voué secrètement, sans qu’il le sache à aucun moment.

Cet amour a débuté à l’âge de treize ans, alors que lui en avait vingt-cinq. Il venait d’emménager dans l’appartement voisin, sur le même palier. Homme de lettres très cultivé, riche et austère, et tout à la fois enjoué, ayant le sens de la fête et accumulant les conquêtes féminines, tout l’opposait à cette jeune adolescente, vivant recluse avec sa mère devenue veuve très tôt, vivant toutes les deux dans une certaine pauvreté.

Toute la force de cette lettre se trouve dans l’expression de la pureté absolue de cet amour originel, qui va demeurer intact au fil des années et des péripéties qui vont venir agrémenter ce brûlant secret (si je me réfère au titre d’une autre nouvelle présentée elle aussi précédemment).

Un amour résolu et hors du commun, touchant à l’obsession extrême, tant cette jeune femme voue sa vie entière à cet amour obsédant.

La ruelle au clair de lune

Nous voici à présent plongés dans les décors d’un petit port français. Un homme, coincé pour vingt-quatre heures dans ce petit port, désireux de fuir un moment le tumulte des rues fréquentées, se balade à travers les ruelles étroites de la ville et ses bas-fonds. C’est ainsi qu’il va assister à une scène assez glauque et pathétique, qui va pour le moins l’interpeller et attiser sa curiosité.

Quand l’amour, l’argent, le sentiment d’humiliation s’entremêlent et viennent gâcher une idylle qui s’annonçait pleine d’avenir, harmonieuse et authentique.

Une situation malheureuse où, par stupide vanité, l’amour peut bien virer à l’amertume et au cauchemar…

Deux nouvelles à la belle écriture, pénétrant au plus profond de la psychologie tour à tour féminine puis masculine. Tout le talent de Stefan Zweig à l’état pur.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Merci pour ces 2 nouvelles.. Je suis en train de lire  » Clarissa ».. et dans  » la peur » : j’avais adoré, littéralement adoré la nouvelle sur le bouquiniste Mendel à Vienne avant guerre…qui nous fait découvrir Vienne avant et aprés guerre.. la description de Mendel est parfaite, précise, sans être lourde.. et l’on interna Mendel en camp, car il n’avait pas de papiers ( il avait un jour traversé la frontiére russe et s’était installé à Vienne ), Mendel était dans ses bouquins et ignorait même qu’il y avait une guerre. Mendel est relaché au bout de 2 ans de camp.. mais quelque chose s’est détraqué dans son cerveau.. le génie de Sweig est que sans être médecin ni psychiatre et avec les connaissances de l’époque, il décrit avec précision la dégradation de l’état mental de Mendel
    « Le monde n’était plus le monde et Mendel n’était plus Mendel »
    Sinon, personnellement j’avais aussi adoré  » Fouché » et Marie Stuart

    • Et merci pour votre témoignage, celui d’une passionnée également de cet auteur exceptionnel qu’est Stefan Zweig.
      « Clarissa », je l’avais déjà présenté sur ce site, mais dans une autre série. Je le présenterai de nouveau, qu’il fasse bien partie de la série sur les romans et nouvelles de Zweig.
      Quant au « bouquiniste Mendel », il est d’ores et déjà programmé pour très bientôt, puisqu’il fait partie de mon volet n°7, que j’ai déjà adressé à la rédaction de Contrepoints. Une nouvelle en effet très marquante (même si vous verrez que je l’avais lue et oubliée, avant de la redécouvrir avec force quelques années plus tard) et que je considère désormais, tout comme vous, comme l’une de mes nouvelles préférées, pour les raisons que vous développez.
      Il me reste, en revanche, depuis longtemps, à découvrir un jour le Stefan Zweig essayiste, à travers sa brillante galerie de portraits dont je sais qu’ils sont réputés de qualité…
      Bonnes lectures à vous !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

J'ai découvert ce jeune homme fascinant et extraordinaire qu'est Mahmud Nasimi en le voyant dans l'émission La Grande Librairie de François Busnel, lui-même fasciné à juste titre (de même que les autres invités sur le plateau) par l'itinéraire et la personnalité hors normes de cet auteur. Aussitôt j'ai eu envie d'acheter son livre.

Un homme qui ne parlait pas un mot de français en 2017

Il faut bien imaginer (et on a peine à le croire en le lisant et en l'entendant) qu'après avoir été contraint de fuir son pa... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

Le décor planté, c’est celui de la France d’aujourd’hui, dans toute sa décrépitude. Dans certains quartiers qui jouxtent la capitale, les tensions entre la police et les caïds sont plus que palpables. Les signes d’avant-guerre civile brouillent les cartes, le climat se dégrade et le cœur de Paris n’est pas épargné.

Pour Fred Baumont, journaliste à La Ligne, les problèmes commencent quand disparaît sa collègue dans un de ces quartiers pourris où il ne fait pas bon se promener en jupe quand on est une femme. Scar... Poursuivre la lecture

Par Corentin Luce.

« L’art est la plus sublime mission de l’homme, puisque c’est l’exercice de la pensée qui cherche à comprendre le monde et à le faire comprendre ».

Auguste Rodin vient peut-être de définir ce que l’on entend par être humain. Ou plutôt ce qui le distingue et le distinguera sans doute à jamais de l’animal et des machines, aussi sophistiquées soient-elles.

Dans le flot incessant de productions cinématographiques et vidéoludiques fades, rompues au risque zéro, certaines œuvres réussissent tant bien que mal... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles