Tollé à l’assemblée : Macron veut-il les pleins pouvoirs ?

Il est d’usage de laisser à l’opposition, au sein de l’assemblée nationale, la présidence d’une des questures. La majorité en marche en a décidé autrement en faisant élire Thierry Solère contre le républicain historique Eric Ciotti.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tollé à l’assemblée : Macron veut-il les pleins pouvoirs ?

Publié le 30 juin 2017
- A +

Par Frédéric Mas.

Depuis son origine gaullienne, il existe un déséquilibre profond logé au sein de nos institutions. Petit à petit, l’exécutif monarchique, qui pesait déjà beaucoup plus que l’organe législatif ou l’autorité judiciaire, est devenu le centre de sa légitimité populaire : peu importe le texte, les arguties sur la souveraineté originaire ou déléguée, aux yeux du citoyen, la fonction arbitrale du Président, renforcée par son élection directe tous les sept ans, donnait à l’exécutif le beau rôle.

Dans l’esprit du général de Gaulle lui-même, le Premier ministre et le gouvernement n’étaient que le prolongement de la haute administration : des exécutants, compétents mais finalement peu politisés, chargés d’appliquer le programme du chef de l’État et d’être le moteur de la modernisation économique et sociale du pays.

Le basculement du quinquennat

Bien entendu, la pratique a évolué, en fonction des majorités et des ambitions présidentielles, et les institutions également. L’adoption du quinquennat a eu pour effet d’accentuer deux tendances pourtant de prime abord contradictoires :

Premièrement, elle transforme le président en candidat permanent et l’oblige à sortir de sa position olympienne pour motiver et rassembler ses troupes, le tout pour consolider sa majorité parlementaire.

Deuxièmement, elle rend les parlementaires dociles, et accentue l’orientation politique du régime vers l’élection présidentielle, jusqu’à écraser les autres scrutins. D’un côté, le président devient un homme de parti, de l’autre le parti devient tributaire d’un seul homme.

Dans les deux cas, on trouve peu de place pour limiter le rôle de l’exécutif via les contre-pouvoirs. L’opposition, une fois les élections présidentielles et législatives passées, n’a plus beaucoup de place, sinon grâce à certains usages parlementaires qui les impliquent dans la fabrication des décisions publiques.

L’élection de Thierry Solère

Seulement, les troupes d’Emmanuel Macron viennent de fouler au pied ces usages en remettant à Thierry Solère le poste de questeur traditionnellement laissé à l’opposition. M. Solère se distingue en effet de ses collègues de droite par son adhésion au projet présidentiel, ce qui le place de fait au sein de la majorité, et non dans l’opposition.

Non seulement le macronisme est majoritaire à l’assemblée, il veut désormais tous les postes, ceux de l’opposition compris, quitte à en pousser une factice sur le devant de la scène. Peut-être s’agit-il d’un stratagème pour éviter l’opposition stérile, mais le danger de despotisme modéré demeure : le rôle de l’opposition au sein du parlement vise à contrôler et à rendre compte des agissements du gouvernement, pas à l’approuver ou à concurrencer la majorité pour obtenir des postes de ministre.

Ainsi, la dynamique longue de l’exécutif continue son exercice d’érosion de l’esprit du constitutionnalisme, qui est au cœur du libéralisme classique : après avoir inversé le rapport entre législatif et judiciaire d’un côté, exécutif de l’autre, il est en train de vider les formes et les usages qui en dessinent la pratique.

La séparation des pouvoirs disparaît sans bruit, dans l’indifférence des citoyens et des élus. La manœuvre rappelle l’hyperprésidence de Nicolas Sarkozy, sans les médias en embuscade, prêts à dégainer au moindre soupçon de dérive autoritaire.

La question essentielle du régime politique

Cependant, avant de condamner définitivement le gouvernement Macron et ses pratiques parlementaires assez peu reluisantes, attendons la tenue du Congrès pour mesurer son ambition en matière de réforme : la question du régime est essentielle, car, comme l’a rappelé Philippe Raynaud, la constitution de la cinquième république est indissociable de l’État social institué après-guerre. Sa forme monarchique particulière répond aussi à une ambition économique, celle de moderniser le pays en s’appuyant sur un État à la fois interventionniste et dirigiste.

Si Emmanuel Macron fait preuve d’audace et tient réellement ses promesses de campagne, notamment celles touchant à la réduction du nombre de députés ou encore à une reconsidération de la place de la législation dans l’équilibre des pouvoirs, alors tout ne sera pas perdu, et cela pour racheter, du moins en partie, toutes les réformes ratées de ces 15 dernières années.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Oui, il est aussi d’usage de ne pas coucher le premier jour… mais ça fait gagner du temps… et ça économise le resto 😀

    L’usage exclut la fantaisie…

  • Dans un paysage social et économique complètement bloqué et profondément anxiogène, la concentration des pouvoirs n’est pas forcément un mauvais prélude à une action décisive et effective. De là à signer un chèque en blanc à M. Macron, un fantastique animal politique mais qui n’a donné aucun signe de clairvoyance dans l’analyse des problèmes réels et de compétence pour les résoudre, il y a un gouffre vertigineux…

  • Mouais, pas convaincu. Quand on voit l’état de nos finances depuis plusieurs décennies, je ne suis pas sûr que le fait, par exemple, d’avoir un Président de la Commission des Finances d’un bord opposé (et opposé sur quoi déjà?) au gouvernement ait amené une vraie prise en compte de nos problèmes.

  • Je suis très loin de Solère et aussi loin de Ciotti: les deux sont du même niveau……..

    • Solère sera un parfait toutou : il a quelques affaires judiciaires aux fesses …. Alors s’il veut les maintenir sous le tapis, il devra dire OUI à TOUT !

  • Il n’est pas interdit de « tordre » la réalité, mais dans le cas de cet article, on fait très fort!

    Si j’ai bien compris, l’assemblée nationale compte 3 questeurs, 2 nommés par la majorité et un traditionnellement (règle non écrite) réservé à l’opposition (Un militaire donnant les critères de SA constitution, celle-ci n’est évidemment pas « démocratique », mais si « confortable » pour tous les présidents qui ont succédé au Général qu’elle est restée! Au moins Ch.De Gaulle, qui méprisait les « godillots », interrogeait le peuple par referendum et a disparu suite au « NON » majoritaire des citoyens.

    Pour le reste, Thierry Solère est membres du parti L.R. comme l’autre candidat. Que le parti L.R. se scinde en 2 sous-partis, l’un prêt à la collaboration, l’autre pas, cela n’empêche pas le 3ième questeur d’être dans « l’opposition » puisqu’il fut évidemment élu! C’est une défaite des députés L.R. tendance anti L.R.E.M., sans plus! Donc E.Macron n’y est pour rien.

  • LREM devrait s’appeler plus simplement « la dictature en marche » !

  • Qu’auraient fait une droite, ou une gauche, avec le même score, une victoire aussi large? La même chose, avec aussi peu de scrupules. C’est ce qu’a fait Chirac en 2002, après ses 80% de voix rassemblant la droite et la gauche, unies contre le Président du FN.
    Mais, après la dette envers la gauche a été oubliée. Ça a le mérite de la clarté, ça diminue le risque d’impuissance…mais dans assurer la puissance!
    Laissons Macron et sa chambre introuvable gouverner. Ils ont cinq ans devant eux. Ça ne pourra être pire que celui de Hollande, car les intelligences et les caractères ne sont pas comparables.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Victorieuse à la présidentielle mais fortement contestée après les élections législatives, la Macronie va devoir transiger, négocier et réinvestir le champ parlementaire. Et ce n’est pas vraiment dans ses habitudes.

Le triomphe d’Emmanuel Macron en 2017 est aussi le triomphe de l’hyperprésidentialisation du régime. Porté en triomphe par les médias et bénéficiant d’une confortable majorité à l’Assemblée, le nouveau président peut s’imaginer Jupiter. Il s’entoure de technocrates chargés d’appliquer à la lettre ses consignes et exige l’ob... Poursuivre la lecture

casier Législatives coute
0
Sauvegarder cet article

Ce n’est pas Macron, aujourd’hui, c’est la démocratie qui est en marche. Depuis l’heureuse surprise du deuxième tour de l’élection législative, nous retrouvons enfin un équilibre des pouvoirs tel que l’avait défendu Montesquieu dans L’Esprit des lois.

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, et pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

C’est chose faite depuis le 19 juin.

Malgré la position privilégiée que ... Poursuivre la lecture

nupes
0
Sauvegarder cet article

Le régime est-il enfin en voie de reparlementarisation ? Avec une Assemblée élue au scrutin majoritaire mais qui donne l’image d’une élection à la proportionnelle, l’absence de majorité absolue du parti présidentiel a sonné comme un coup de tonnerre. Le Rassemblement national sort en position de force en parvenant à faire entrer un nombre de députés inimaginable pour une élection au scrutin majoritaire. Pourtant, c’est désormais vers Les Républicains que tous les regards se tournent. Après 10 ans dans l’opposition, la droite républicaine se r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles