Sommes-nous sortis du chômage de masse ?

Il ne suffira donc pas de déréglementer pour libérer le travail. Il va surtout falloir penser les choses différemment pour économiser l’argent public.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sommes-nous sortis du chômage de masse ?

Publié le 17 juin 2017
- A +

Par Cécile Philippe.
Un article de l’Institut économique Molinari

Les bonnes nouvelles s’accumulent, en particulier du côté de l’emploi avec 284.100 postes créés sur un an. L’économie française connaît une nouvelle création nette d’emplois dont on ne peut que se réjouir dans un pays durement frappé par le chômage de masse. La question est évidemment de savoir si les choses vont, et peuvent, durer et dans quelles conditions.

En effet, la création d’emplois est le résultat d’anticipations positives de la part d’entrepreneurs qui font le pari, d’une part, que la conjoncture est plutôt bonne et, d’autre part, que le cadre réglementaire et fiscal est propice ou le sera.

Conjoncture favorable

Du côté de la conjoncture, l’avenir reste incertain sur le plan politique avec le Brexit, une présidence américaine mouvementée, des attaques terroristes etc. Mais, par ailleurs, les marchés financiers sont stables avec des taux d’intérêt faibles, la politique monétaire européenne reste accommodante et du côté de l’énergie, les prix pourraient continuer leur stabilisation. Un bilan plutôt favorable donc.

Côté réglementaire et fiscal, il faut bien réaliser que si la création nette d’emplois en France est une bonne nouvelle, il ne faut sans doute pas surestimer le phénomène à ce stade. Si on veut que la chose se pérennise voire s’intensifie au point de faire baisser durablement le taux de chômage, il va falloir assouplir le cadre.

Car pour que des entrepreneurs embauchent massivement, il faut, d’une part, qu’ils voient les moyens de mettre en œuvre leur stratégie et, d’autre part, qu’ils puissent en tirer profit.

D’un côté, il faut assouplir le cadre réglementaire et de l’autre, faire en sorte que leurs efforts soient récompensés. Réformes fiscales et réforme du marché du travail sont donc eu cœur du sujet.

Le problème de l’endettement de l’Etat

Ce qui rend sans doute la chose difficile à mettre en œuvre en France, c’est que l’Etat fait des déficits depuis des décennies et s’est donc fortement endetté. Il peut difficilement acheter à coup de deniers publics le soutien de ceux qui pourraient se sentir « perdants » dans le processus de réforme.

Nombre de commentateurs ont tendance à sous-estimer les effets pervers d’un déficit et d’une dette publics importants. Pourtant, ceux-ci nous rendent dépendants de taux d’intérêt faibles et réduisent les marges de manœuvre. Il va falloir réformer sans que cela coûte trop cher.

Un cas emblématique est celui du marché du travail. Des réformes bien plus ambitieuses que ce qui a déjà pu être fait sont nécessaires si on veut réduire de façon durable le chômage. Outre les 37 professions réglementées en France qui limitent la concurrence dans ces domaines, le travail en France est cloisonné entre ceux qui bénéficient d’un CDI (les insiders) et ceux qui sont au chômage (les outsiders).

Les premiers sont extrêmement protégés par un système qui s’articule autour d’un Smic élevé, de charges sociales les plus élevées de l’Union européenne, de prestations sociales et allocations chômages très généreuses. Le tout crée un cadre très protégé autour du détenteur du CDI alors que celui qui en est dépourvu supporte toute l’insécurité du marché du travail.

Système injuste et inefficace

Il apparaît assez évident que ce système est injuste (outre d’être inefficace) et qu’il est crucial de rétablir un équilibre. Plus facile à dire qu’à faire dans un pays où les détenteurs de CDI constituent encore aujourd’hui la majorité des employés et pourraient sanctionner les velléités visant à réduire ses protections.

Le Danemark a réussi à mettre en place des réformes visant les employés les plus protégés mais cela coûte cher à l’Etat (3% du PIB). L’Allemagne a, quant à elle, privilégié la flexibilité côté outsiders en limitant le montant et la durée des allocations-chômage, en assouplissant le recours au travail temporaire, en organisant des foires à l’emploi sans remettre sérieusement en cause les droits des insiders.

La France va devoir trouver son chemin au milieu de ce parcours difficile. Une chose est certaine, la poursuite de la création nette d’emplois dépend d’une plus grande flexibilité du marché du travail qu’il s’agisse des aspects réglementaires (durée du travail, conditions d’embauche et de licenciement, etc.) ou des aspects fiscaux.

Et c’est là l’un des plus grands défis de la réforme en profondeur du marché du travail, c’est que le système de financement de la protection sociale française (santé et retraite) repose en grande partie sur le travail d’où son coût élevé (87% de la pression fiscale et sociale pesant sur le salarié moyen) et prohibitif.

Il ne suffira donc pas de déréglementer pour libérer le travail. Il va surtout falloir penser les choses différemment pour économiser l’argent public. Travail, santé, retraites, voilà autant de sujets qu’il sera nécessaire de traiter, organiser et coordonner au milieu des résistances et de contraintes. De quoi satisfaire l’appétit d’un gouvernement ambitieux !

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • économiser l’argent public…..aucun dirigeant n’a été capable de le faire ; en revanche ils ne sont jamais à cours d’idée quand il s’agit de le dilapider et le plus souvent de manière parfaitement imbécile ;ce ne sont pas des dirigeants mais des paniers percés ;

  • Dérèglementer ? Je n’appelerais pas cela comme ça. En France quand on supprime (?) un réglement, on en invente dix pour boucher le trou et complaire à tous les syndicats et minorités qui se précipitent dans la rue pour manifester…

  • Faut pas rêver, ce n’est pas un socialiste comme Macron qui va le faire!

  • Macron économiser ?
    Vous rigolez, une majeure partie de ses promesses n’ont aucune proposition de financement jointe.
    Soit il n’applique pas ses promesses, soit il emprunte pour les financer.

    Vous n’êtes pas prêts de sortir du gouffre dans lequel Mitterand vous a plongé…….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Claude Sicard.

Par décret, le congé paternité vient de passer de 11 à 25 jours. Il devient en partie obligatoire et passer de 3 à 28 jours. C’était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron.

Le Medef s’en inquiète à juste titre, estimant que cette nouvelle mesure va coûter entre 300 et 500 millions d’euros aux entreprises françaises et ne va pas manquer de créer un surcroît de difficultés pour les entreprises, tout particulièrement les PME.

Par contre, la gent féminine s’en réjouit.

Ainsi, Christine Lagarde, ... Poursuivre la lecture

Par Jacques Garello.

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l'assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et co... Poursuivre la lecture

Par Nelly Guet.

La tromperie a assez duré. Les élèves doivent savoir à quoi correspond la valeur d’un diplôme, notamment celui qui est censé sanctionner la fin de leurs études secondaires.

Éducation - économie : un tandem méconnu en France

Il est un pays, la France, où le ministre de l’Éducation ne parle jamais dans ses discours à l’intention des professionnels de l’éducation de son pays et même aussi, le cas échéant, de pays étrangers invités, de la situation économique du pays. Il est apparemment de bon ton dans notre pays de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles