Les Suisses ont-ils peur du nucléaire ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: M-n-M - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Suisses ont-ils peur du nucléaire ?

Publié le 15 juin 2017
- A +

Par Michel Gay et Jean-François Dupont1.

Cette décision est une déception pour les professionnels du nucléaire en Suisse. Elle est surtout un coup dur pour l’ensemble des Suisses qui viennent volontairement de se tirer une balle dans le pied en prévoyant de détruire leur autonomie énergétique assurée jusque-là. C’est leur choix…

Leurs barrages, même alimentés par des excédents d’électricité éolienne et photovoltaïque, ne suffiront pas (et de loin) à satisfaire leurs besoins. Il va falloir apprendre à être gentil avec les Russes et les Iraniens (importation de gaz), avec les Allemands aussi (importation d’électricité et de charbon) et même avec les Français (importation d’électricité… nucléaire).

Comment en est-on arrivé là ?

Deux erreurs majeures peuvent être soulignées :

1) Celle de la communication sur les réalités scientifiques de la production d’énergie, et du nucléaire en particulier.

Une désinformation intense des opposants et une absence d’information des soutiens depuis presque 40 ans a diabolisé le nucléaire. Ses risques sont perçus comme non maîtrisés et non maîtrisables.

La dimension « systémique » de la production d’énergie est vaste et compliquée. Elle échappe à beaucoup de citoyens et de responsables politiques, administratifs et économiques. Depuis que la controverse nucléaire existe, un ruban de désinformation a été déroulé par presque tous les partis politiques, et notamment par les « verts ».

Les mensonges et les informations biaisées, tendancieuses, et souvent alarmistes, ont été relayés par la majorité des grands médias, ainsi que par les ONG environnementales, par l’Administration et même le milieu académique Suisse.

L’Administration Suisse a la même vision négative sur le nucléaire que l’ADEME en France. Dans les hautes écoles, les professeurs se sont alignés sur les thèmes énergétiques qui « payent » en termes de crédits de recherche, à savoir les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique.

Plus surprenant encore, une partie des « managers » et des « traders » de la branche électrique jouent au Monopoly avec le nouveau marché de l’électricité. Leur but est de faire de l’argent, pas de défendre l’intérêt général, alors que les actionnaires sont des collectivités publiques (cantons et communes).

Les élus politiques qui les représentent dans les conseils d’administration partagent souvent des opinions antinucléaires. Les responsables qui connaissent les techniques et l’économie de base de l’électricité sont relégués aux tâches techniques d’exploitation des ouvrages.

Dans ce contexte, le silence permanent des « autorités » qui savent est lourd de conséquences.

Pourtant, les analyses et les arguments du réseau de spécialistes existent et sont conformes à la réalité scientifique. Ils confirment le fait, paradoxal, que la sécurité et la gestion des déchets sont des points forts du nucléaire, contrairement aux allégations bruyantes des antinucléaires.

Mais cette réalité scientifique tourne dans un cercle restreint fermé et reste confinée à ce réseau.

Plus grave encore, le débat a dorénavant quitté le plan technique pour celui de la morale

La condamnation qui pèse sur le nucléaire est aujourd’hui de nature morale, comme pour l’industrie du tabac qui fait des profits en « vendant des cancers ». Le discours rationnel est impuissant contre une condamnation morale, surtout si ce sont des ingénieurs, accusés d’avance de faire partie du « lobby nucléaire », qui le tienne. Ceux qui « savent » sont priés de se taire.

Le nucléaire est pourtant aujourd’hui la ressource énergétique qui produit le plus de chaleur contrôlée au coût le plus bas, et avec le moins de nuisances environnementales. Pour les mouvements antinucléaires, le reconnaître serait renier leur identité et ruiner leur fonds de commerce.

Ce gigantesque écart entre réalité et perception (en Suisse et ailleurs) pourrait être corrigé à trois conditions :

  1. a) inciter les milieux professionnels à dire la réalité et à sortir du politiquement correct,
  2. b) réaliser des reportages réguliers sur des professionnels du nucléaire (exploitation, autorités, chercheurs) expliquant leur activité et le sens de leurs travaux (ça ne se voit jamais),
    c) entreprendre un effort de communication de masse (sur plusieurs années) de la branche électrique avec le soutien du monde académique et de simples citoyens-consommateurs.

2) La deuxième erreur est de cultiver le syndrome de culpabilité écologique des couches aisées de la population qui semblent avoir honte de leur niveau de vie.

Des déclarations telles que « il faudra bien se retreindre, nous consommons trop de tout, on va dans le mur, les arbres ne montent pas jusqu’au ciel, il faut décroître… » fascinent et séduisent une population en mal de repères techniques. Certains rêvent même d’une forme de « décroissance pour tous ». La rédemption par la pénurie organisée par une dictature verte…

Ce syndrome dépasse le débat technico-économique sur l’énergie. Il est lié à l’accroissement de la population mondiale et à celle de son niveau de vie qui augmente la « charge » sur l’environnement. L’humanité doit-elle renoncer à améliorer son niveau de vie pour sauver la planète ? L’austérité serait-elle inéluctable ?

Ce syndrome de nature psycho-sociale est obscurantiste. Il est à l’opposé du progrès et des « lumières ». Cette vision, qui repose sur le besoin de se faire peur et de rêver, est un piège qui peut conduire au cauchemar.

Les privations ne sont pas la seule issue

Les progrès, notamment dans l’énergie grâce au nucléaire, permettent de réduire la charge sur l’environnement en augmentant le niveau de vie. Il existe de nombreux arguments pour soutenir ce point de vue. Mais les spécialistes du nucléaire sont bâillonnés sur ce terrain de la morale qui est plutôt celui des philosophes et des sociologues (sociologue dans les sciences n’est que ruine de l’homme…).

En conclusion, oui, une partie importante des Suisses a peur du nucléaire à cause des deux erreurs évoquées (mauvaise communication et syndrome de culpabilité des nantis) qui ont débouché sur un débat moral irrationnel.

Le philosophe suisse Thomas Held avait déclaré lors d’une AG du Forum nucléaire suisse que « l’attaque portée contre le nucléaire n’est technique qu’en apparence. En réalité elle est essentiellement morale et, après analyse, c’est le discours des opposants qui est profondément immoral».

Dans ses chroniques du Figaro, le philosophe Luc Ferry a livré récemment des réflexions qui valent aussi pour le débat sur l’énergie «  …on aimerait (…) qu’à côté d’une exigence de transparence et de moralité tous azimuts (…) on fasse d’avantage droit à la compétence, à l’expérience et au courage, à commencer par celui de dire la vérité (…) ». (01 juin 2017).

Ou encore « … seule une certaine abondance peut nous permettre d’affronter les interrogations métaphysiques. (…) Il est urgent que nos politiques replacent les progrès qu’ils sont censés favoriser dans la perspective d’un grand dessein… » (08 juin 2017).

Cette urgence ne concerne pas que « nos politiques », mais aussi nos industriels de l’électricité, le monde académique et les médias qui seraient bien inspirés de « replacer les progrès dans la perspective d’un grand dessein« .

  1. Jean-François Dupont est Dr ès Sciences techniques, ingénieur-physicien EPFL. Ancien chercheur à l’Institut Paul Scherrer – PSI, (anciennement Eidgenössisches Institut für Reaktorforschung – EIR). Recherche sur la sécurité de réacteurs de 4e génération. Ancien responsable de prospective, veille technologique et politique, et communication chez Énergie Ouest Suisse – EOS (fusionnée avec Aar et Tessin d’Électricité – Atel dans Alpiq).
Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • la sortie du nucléaire était nécessaire.
    Les centrales suisses sont vieilles et arrivaient de toute façon en fin de vie. Les nouveaux réacteurs sont tellement grands qu’une seule tranche suffirait aux besoins suisses, ce qui rend la solution impossible (on ne peut pas acheter une seule tranche puisqu’il faut des périodes d’arrêt, et plusieurs seraient très surdimentionnées). Dans le cadre d’une politique hevético-suisse de l’énergie, en l’absence d’un secteur national dans le domaine, le nucléaire moderne était impossible depuis longtemps.
    Maintenant les fameux barrages suisses, qui donnent une image de farouche indépendance et d’énergie propres (et certainement pas nucléaire !) sont remplis en partie par du pompage-turbinage, c’est-à-dire par de l’électricité achetée à la France aux heures creuses, qui pompe de l’eau vers le haut — stockage d’énergie sous forme de potentiel gravitationnel, qu’on récupère plus tard en turbiant cette eau. Donc de l’énergie ni suisse ni, comment dire… non-nucléaire.

    • Il existe des micro-centrales ❗

    • « Les nouveaux réacteurs sont tellement grands qu’une seule tranche suffirait aux besoins suisses,… »

      25.3 TWh de production nucléaire en 2010 : il faut au moins 2 ou 3 tranches (25.3/8760h=.2880MWh) en comptant une disponibilité de 100%.
      D’autre part, pour des besoins de maintenance on n’a pas besoin d’arrêter toues les tranches en même temps.

  • Je suis contre la sortie du nucléaire et je suis d’accord pour dénoncer l’irrationalité des anti nucléaires mais pour le coup, vous avez tort pour la Suisse. Un pays comme la France peut très difficilement se passer du nucléaire. Ce serait un désastre. Il suffit de voir ce qui se passe en Allemagne. Mais la situation de la Suisse est totalement différente du fait de ces barrages. Et comme je le dis malgré les apparences ils ont besoin de la France.
    Vouloir l’indépendance énergétique est selon moi dépasser. On ferait mieux de réfléchir à un niveau européen

  • Nous vivons en pleine épidémie d’hystérie écologique outrancière. Refus des OGM, phobies alimentaires, bio, réchauffement climatique, etc… Les media ne savent plus quoi inventer pour nous alarmer et nous culpabiliser. C’est dans ce mouvement qu’il faut reconnaître le vote suisse. La raison n’y a pas sa place, car elle est exclue! La propagande écologiste relayée par ces media complaisants qui vous matraquent depuis des années avec leurs impostures.

    • @Virgile
      Comme nous avons pu le voir en France avec l’élection de macron, les médias ont joué leur rôle d’influenceur au détriment du peuple. Cette propagande outrancière a toujours un effet néfaste sur la démocratie car elle met en avant un point de vue qui est biaisé. dans le cas du nucléaire, on fait référence à une future catastrophe qui « malheureusement » n’arrive pas, même Fukushima n’est pas le fruit d’un incident nucléaire mais bel et bien un incident géologique. Malgré ce dénigrement, le nucléaire est « safe », trop d’enjeux sont en jeu!

    •  » La propagande écologiste relayée par ces media complaisants qui vous matraquent depuis des années avec leurs impostures.  »

      Il n’y a pas non plus d’excuse de ne pas pouvoir s’informer plus globalement depuis qu’il y a internet. Si une majorité de gens préfèrent en rester comme à l’époque où l’on avait pas trop le choix de s’informer autre que les médias Mainstream et préfèrent se faire marteler le cerveau par la propagande des verts; au final ce sont eux les responsables de cette futur impasse de la politique énergétique.

    • « Nous vivons en pleine épidémie d’hystérie écologique outrancière »
      Absolument ! d’autant plus que pour Fukushima et Tchernobyl, on ne constate aucune séquelle.
      Les accidents nucléaires sont des accidents industriels comme les autres, rien de plus.
      Le nucléaire, aucun risque, tant qu’il n’y a pas d’accident !

      • Parce bien entendu les barrages ne craquent jamais, les mines ne charbon ne tuent personne, le gaz non plus et le pétrole c’est le rêve.

  • Le drame n’est pas tellement dans l’arrêt de ces vieilles centrales, la suisse a beaucoup d’hydraulique, elle pourrait s’en sortir, mais dans le package refilé avec:

    Le retour a une consommation d’énergie de 1960 d’ici 2035, c’est une bonne grosse louche de planisme collectiviste qui va évidemment foirer, mais qui va faire pas mal de dégâts en passant. Les socialauds vont s’en donner à cœur joie dans la répression et la rapine.
    https://www.admin.ch/opc/fr/federal-gazette/2016/7469.pdf

    • « le retour a une consommation d’énergie de 1960 d’ici 2035 » : dans les entreprises, on appelle ça la productivité!

  • Il y aura des grincements de dents, parce que le kWh est déjà bien cher, dans les 0.25 CHF, et que des communes se sucrent dessus. Il va sans doute doubler.
    Pour l’instant, ce sont les barrages qui font les frais de ces interventions étatiques sur le marché. Plus rentables.

  • l’échéance de renouvellement du parc n’est pas atteinte ! Et d’ici là il peut se passer des choses.

    • cependant l’échéance pour démarrer la construction de réacteurs de remplacement est dépassée depuis longtemps.
      La décision d’arreter le nucléaire a été prise dans les années 90, nous n’avons tout bonnement pas le temps pour construire des réacteurs de remplacement.
      la messe est dite depuis longtemps.

  • Les centrales Suisse sont vieilles et peu sûres.

    De plus nous manquons de place pour en créer de nouvelles en attendant de récupérer les emplacements actuels.

    Il faut comprendre que peu de monde souhaite avoir une centrale nucléaire dans son jardin. La Suisse est petite, un problème contaminerait instantanément tout le pays.

    Bref bien que je ne sois pas contre et bien que je possède un abri PC, le nucléaire dans mon jardin me fait soucis.

  • Mais effectivement, je pense que nous y reviendrons !!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Simone Wapler.

Le mot protéger était dans une phrase sur deux prononcées par Bruno Le Maire lors de cette interview. Après le Koikilenkoute, nous allons basculer dans le Kaparka, une variante bien plus ciblée de toutes les aides dont nous bénéficions et payées avec notre propre argent.

Parmi les nombreux plans de Bruno Le Maire pour nous protéger de tout, le plus lunaire concerne son plan de lutte contre l’inflation exposé à partir de la dixième minute.

Le Maire contre l'inflation

Après avoir enfoncé une porte ouverte... Poursuivre la lecture

Par Samuele Furfari.

Après avoir adopté une stratégie hydrogène pour faire comme tout le monde, l’écologiste Tinne Van der Straeten, ministre fédérale belge a signé ce 3 novembre 2021 un protocole d'accord avec la Namibie pour produire de l'hydrogène baptisé vert parce que produit par électrolyse de l’eau grâce à de l’électricité photovoltaïque solaire, hydrogène qui sera transporté en Belgique. L’écocolonialisme est la forme moderne du colonialisme.

On comprend que madame la ministre, au demeurant historienne, ne soit pas en me... Poursuivre la lecture

Par Jean-François Moreau[1. Jean-François Moreau est ingénieur de formation, journaliste spécialisé dans les domaines des énergies, de la transition énergétique et de l’efficacité énergétique des bâtiments.].

Dans son intervention du 19 octobre 2021 sur RMC, Jean-Luc Mélenchon a brandi le spectre de la péremption supposée des réacteurs, en affirmant que « les centrales ont été construites avec une durée de vie de 40 ans », tout en insinuant qu’il était possible de les bricoler « pour les faire durer 20 ans » de plus. Une affirmation qu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles