Rwanda : faut-il sacrifier la liberté pour sauver la croissance ?

Si le paramètre post-génocide unique du Rwanda peut justifier un État développementaliste sur le court terme, serait-il raisonnable de légitimer un système autoritaire au nom de la croissance économique ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rwanda : faut-il sacrifier la liberté pour sauver la croissance ?

Publié le 14 juin 2017
- A +

Par Hamza El Guili.
Un article de Libre Afrique

Depuis 2000, Paul Kagamé tient le pouvoir d’une main de fer. Fort de son leadership éclairé et de son bilan économique reluisant (7% de croissance au cours des 3 dernières années), l’homme fort du Rwanda entend briguer un nouveau mandat, ce qui lui permettra, potentiellement, de rester au pouvoir jusqu’en 2034.

L’intention de Kagamé de se représenter est soutenue par des partisans qui sont prêts à renoncer à l’alternance démocratique en échange de la croissance. Ce contrat social – croissance en échange de liberté – est-il viable ?

La période post-1994 a donné naissance à un leadership basé sur le modèle d’un État dirigiste contrôlant le processus de développement. Ce leadership a créé au fil des années un environnement stable où le secteur privé peut se développer et réussir.

Vision 2020

Dans ce sens, Paul Kagamé avait lancé un programme nommé « Vision 2020 », dans lequel il exprime sa vision pour les vingt années à venir. Celle-ci avait pour but de transformer le Rwanda en un pays à revenu intermédiaire dont l’économie est axée sur le savoir.

Une politique qui a réussi à créer une synergie entre les entreprises privées locales et les entreprises étrangères et a porté ses fruits. Le pays, qui était 143ème mondial dans le rapport Doing Business en 2008, est aujourd’hui 56ème mondial et occupe le deuxième rang en Afrique : un bond remarquable de près de 100 places en seulement neuf ans.

Deux facteurs explicatifs à ces résultats. D’une part, le génocide de 1994 et la guerre civile rwandaise ont été perçus comme une menace de l’existence de la société rwandaise, et ont par conséquent facilité en quelque sorte l’unification de la société rwandaise.

Accompagner la croissance économique

D’autre part, l’émergence du leadership de Kagamé a donné de la visibilité et a rassuré les investisseurs. Cela a surtout permis de faire avancer les réformes sans trop de blocages ou résistances au changement.

Si le paramètre post-génocide unique du Rwanda peut justifier un État développementaliste sur le court terme, serait-il raisonnable de légitimer un système autoritaire au nom de la croissance économique ?

Si l’État développementaliste peut se targuer d’une croissance vigoureuse à court terme, au demeurant nécessaire, elle n’est pas synonyme pour autant de développement. Celui-ci ne se réduit pas uniquement à la croissance du PIB, mais signifie l’ensemble des progrès au niveau de la gouvernance, des meilleures conditions du bien-être social comme l’éducation, la santé, la réduction des inégalités sociales, les droits et libertés, etc.

Une croissance encore loin d’être équilibrée

Ainsi, selon le classement de l’Indice de Développement Humain (IDH), le Rwanda se classe à la 159ème place. De même, 60% de la population rwandaise vit encore en-dessous du seuil de pauvreté et 13,2% est au chômage. Autant dire que la croissance tant vantée est loin d’être inclusive et équilibrée.

Certes, un leadership fort et autoritaire de l’État développementaliste pourrait faciliter le processus de prise de décision et de réformes, sauf qu’il ne garantira pas forcément qualité et fiabilité de ce processus.

D’un côté, cet autoritarisme pourrait favoriser à terme l’intérêt du despote et de son clan au détriment de l’intérêt général du peuple. D’un autre côté, ce leadership conduira à une centralisation du pouvoir entre les mains d’une seule personne, ce qui pourra représenter un risque énorme lors de la succession ou lors de la passation de pouvoir.

Le problème de la personnalisation du pouvoir

Au Rwanda, avec la personnalisation du pouvoir et sa concentration entre les mains de Kagamé, le risque est d’autant plus vraisemblable que les institutions capables d’assurer la relève et la pérennité sont fébriles. Cela est susceptible de décrédibiliser le modèle en remettant en cause ses acquis de court terme.

C’est ce qui explique d’ailleurs la trajectoire chaotique des pays africains après le décès d’un grand leader. L’hypothèse d’avoir un despote éclairé est une exception et ne devrait pas servir de norme pour un modèle de gouvernance, car ces leaders éclairés n’émergent qu’une fois tous les siècles.

Si les modèles développementalistes sont toujours encensés pour leurs résultats enregistrés à court terme, leur performance et équilibre à long terme sont rarement remis en question.

Équilibre fragile à moyen et long terme

En réalité, cet équilibre reste fragile à moyen et à long terme, car une fois l’effet de rattrapage du retard épuisé et dépassé, l’innovation et la productivité nécessaires pour relancer et booster l’économie feront défaut, en raison du déficit de libertés politique et économique.

Ainsi, le mode de contrôle de l’économie par l’État crée avec le temps des situations de rente qui nuiront aux bons résultats enregistrés à court terme. Cela engendrera des effets pervers, notamment la fuite des capitaux, mais aussi le détournement des investissements vers les projets improductifs et non rentables afin de faire plaisir aux tierces parties, comme les alliés, lobbyistes, etc. Il en ressort un recul de la croissance à long terme.

Enfin, il est important de noter qu’un État développementaliste qui restreint les libertés, va forcément créer des inégalités sociales et spatiales susceptibles de créer des tensions internes et de remettre en cause la stabilité sociale et politique du pays, ce qui in fine compromettra le développement à long terme. Ainsi, au Rwanda, l’indice de Gini dépasse les 50, signe de fortes inégalités.

Un Rwanda plutôt libre

En matière de liberté économique, selon l’indice de Freedom House, le Rwanda est classé « plutôt libre » (51ème rang). Toutefois, le Rwanda a mauvaise réputation en matière de libertés politiques et droits civiques. Le faible niveau de liberté politique est illustré par le mauvais classement du Rwanda par la Banque mondiale (169 sur 204 pays en 2015).

La croissance sans liberté politique et civique réduit la résilience de la société face aux chocs exogènes, notamment en cas de crise. Cette situation ne menacera pas seulement son équilibre en empêchant le développement au long terme, mais créera aussi une certaine forme de rigidité, comme dans le cas chinois, où le pays cherche à trouver un modèle de développement pour promouvoir son marché interne, mais s’est trouvé face à de nombreuses complexités, en raison du déficit de liberté.

Si la dynamique économique développementaliste a certes pu sauver plus d’un million de Rwandais de la pauvreté, il est temps aujourd’hui qu’elle garde son dynamisme. Pour ce faire, Kagamé devrait renoncer à briguer un troisième mandat pour permettre aux siens d’aller vers un modèle de développement plus viable et durable.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Un autocrate ne renonce pas facilement au pouvoir qui lui tend les bras.

  • Bonjour

    Un grand démocrate Kagame, au pouvoir depuis 1994 (vice président de 94 a 2000), élu avec 95% des voix, et veux rester au pouvoir.

    • @ gillib

      C’est évidemment là le problème! Un « despote » (terme utilisé dans l’article) a tendance, en Afrique sub-saharienne, à voir arriver autour de lui d’abord sa famille très élargie puis ses connaissances et sa tribu d’origine, formant une cour de type monarchique de privilégiés recréant, de facto, ce qu’on peut appeler une « lutte des classes ».
      P.Kagame n’est pas le seul président Africain à prétendre voir s’éterniser son pouvoir, en dépit des dispositions constitutionnelles! Le grand risque devenant de voir ce pouvoir fort se « corrompre » et le pays se désorganiser.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Frank Shostak.

La statistique du PIB reflète l'idée que le facteur clé de la croissance économique n'est pas la production de richesses mais plutôt leur consommation. Il s'agit plutôt d'un calcul de la valeur des biens et services finaux produits pendant un intervalle de temps donné, généralement un trimestre ou une année. Comme les dépenses de consommation représentent la plus grande partie de la demande globale, de nombreux commentateurs estiment que les dépenses de consommation sont le principal moteur de la croissance économiqu... Poursuivre la lecture

Par Saul Zimet.

Les chiffres de la croissance économique pour le premier trimestre de cette année sont tombés, et ils sont lamentables. Dans l'économie très réglementée des États-Unis, nous en sommes venus à nous attendre à des taux de croissance faibles. Mais une croissance négative est particulièrement mauvaise, ne se produisant que dans des conditions économiques terribles. Et pourtant, décroître est précisément ce qu'a fait l'économie américaine au cours des trois premiers mois de 2022.

Selon un communiqué du département du ... Poursuivre la lecture

À partir du moment où l’on admet qu’il existe des « limites à la croissance » comme l’a théorisé le rapport Meadows publié par le Club de Rome en 1972, ou lorsqu’on pense comme Jean-Marc Jancovici que « la planète n’acceptera pas d’avoir 10 milliards d’habitants », dans le droit fil des prédictions apocalyptiques sur l’impossibilité d’obtenir une production alimentaire en phase avec la croissance démographique formulées aux alentours de 1800 par l’économiste britannique Thomas Malthus, on en vient assez rapidement à vouloir imposer un mode de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles