Les réactions syndicales aux ordonnances n’augurent rien de bon

Les ordonnances ont suscité peu d’enthousiasme au sein des organisations syndicales. On peut s’attendre à une montée progressive en température, surtout dans l’hypothèse où le gouvernement durcirait son projet après les législatives.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Edouard Philippe par Jonathan Blanc (CC BY-SA 3.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les réactions syndicales aux ordonnances n’augurent rien de bon

Publié le 8 juin 2017
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Les premières réactions syndicales aux ordonnances sont intervenues. Pour l’instant, la température est tiède. Mais FO devrait chercher à tirer son épingle du jeu dans un contexte où la CFDT cache mal ses réticences.

Les ordonnances ont suscité peu d’enthousiasme au sein des organisations syndicales. On peut s’attendre à une montée progressive en température, surtout dans l’hypothèse où le gouvernement durcirait son projet après les législatives. Cette hypothèse n’est pas étayée à ce stade, mais elle prend forme et elle laisse penser que, après une légitimation électorale quasi-plébiscitaire, le gouvernement pourrait pousser loin son vision de la réforme.

La CGT exprime déjà ses réticences

Selon toute vraisemblance, la CGT devrait rapidement entrer dans un processus d’opposition au gouvernement. Philippe Martinez a déclaré sur LCI

Il y aura des mobilisations parce que sans mobilisations, tout gouvernement, comme beaucoup de dirigeants de grandes entreprises, ont les oreilles beaucoup plus bouchées que quand il y a des mobilisations.

La CFDT vigilante

Pour sa part, la CFDT aborde l’exercice à reculons. Véronique Descacq, d’ordinaire encline à soutenir le pouvoir en place, a commencé à poser quelques billes sur les sujets qui fâchent, ce qui n’augure rien de bon quant à la suite.


Véronique Descacq : « La CFDT n’est pas très… par publicsenat

La CGC sur une ligne prudente

De son côté, François Hommeril, président de la CGC, a également montré sa tiédeur. Sur France Culture, il a expliqué que des lignes rouges ne devaient pas être franchies par le gouvernement.

FO en passe de devenir allié du gouvernement ?

Seul FO a manifesté plus d’enthousiasme pour les projets gouvernementaux. Jean-Claude Mailly n’a d’ailleurs pas caché son intention de profiter de l’alternance pour s’imposer comme l’interlocuteur privilégié du pouvoir exécutif.

Ses propos sont donc sans équivoque :

L’une des craintes que nous avions après la loi travail, c’est qu’il y ait une remise en cause généralisée de la branche. Ce n’est pas le cas. Mais il va falloir voir comment cela s’ajuste et c’est une autre paire de manches.

Édouard Philippe compte donc au moins un allié.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles