Les réactions syndicales aux ordonnances n’augurent rien de bon

Edouard Philippe par Jonathan Blanc (CC BY-SA 3.0)

Les ordonnances ont suscité peu d’enthousiasme au sein des organisations syndicales. On peut s’attendre à une montée progressive en température, surtout dans l’hypothèse où le gouvernement durcirait son projet après les législatives.

Par Éric Verhaeghe.

Les premières réactions syndicales aux ordonnances sont intervenues. Pour l’instant, la température est tiède. Mais FO devrait chercher à tirer son épingle du jeu dans un contexte où la CFDT cache mal ses réticences.

Les ordonnances ont suscité peu d’enthousiasme au sein des organisations syndicales. On peut s’attendre à une montée progressive en température, surtout dans l’hypothèse où le gouvernement durcirait son projet après les législatives. Cette hypothèse n’est pas étayée à ce stade, mais elle prend forme et elle laisse penser que, après une légitimation électorale quasi-plébiscitaire, le gouvernement pourrait pousser loin son vision de la réforme.

La CGT exprime déjà ses réticences

Selon toute vraisemblance, la CGT devrait rapidement entrer dans un processus d’opposition au gouvernement. Philippe Martinez a déclaré sur LCI

Il y aura des mobilisations parce que sans mobilisations, tout gouvernement, comme beaucoup de dirigeants de grandes entreprises, ont les oreilles beaucoup plus bouchées que quand il y a des mobilisations.

La CFDT vigilante

Pour sa part, la CFDT aborde l’exercice à reculons. Véronique Descacq, d’ordinaire encline à soutenir le pouvoir en place, a commencé à poser quelques billes sur les sujets qui fâchent, ce qui n’augure rien de bon quant à la suite.


Véronique Descacq : « La CFDT n’est pas très… par publicsenat

La CGC sur une ligne prudente

De son côté, François Hommeril, président de la CGC, a également montré sa tiédeur. Sur France Culture, il a expliqué que des lignes rouges ne devaient pas être franchies par le gouvernement.

FO en passe de devenir allié du gouvernement ?

Seul FO a manifesté plus d’enthousiasme pour les projets gouvernementaux. Jean-Claude Mailly n’a d’ailleurs pas caché son intention de profiter de l’alternance pour s’imposer comme l’interlocuteur privilégié du pouvoir exécutif.

Ses propos sont donc sans équivoque :

L’une des craintes que nous avions après la loi travail, c’est qu’il y ait une remise en cause généralisée de la branche. Ce n’est pas le cas. Mais il va falloir voir comment cela s’ajuste et c’est une autre paire de manches.

Édouard Philippe compte donc au moins un allié.

Sur le web