La confiance, moteur de l’entrepreneuriat

Businessmen By: reynermedia - CC BY 2.0

La confiance en soi se construit sur des bases réalistes et se développe par la constatation de réussites au quotidien.

Par Alain Goetzmann.

Qu’est-ce que la confiance, en définitive ? Un trait de caractère personnel qui nous rend plus fort ou une attitude émotionnelle innée qui nous pousse à croire en l’autre ? En fait, la confiance est d’abord un atout. Lorsqu’on est en mesure, grâce à sa passion, à son enthousiasme, à son attitude systématiquement positive, de la maintenir à un niveau élevé, elle nous fait souvent accomplir des miracles.

D’abord, dans le déroulé quotidien du management, c’est la capacité de métamorphoser ses peurs en une réflexion sereine. Il est alors possible de les surmonter et de transmettre un message à la fois détendu et concentré : une communication qui se mue en action et qui transformera les risques en opportunités, les obstacles en innovation, les problèmes en avantages et les échecs en rebonds.

La confiance, le carburant de la réussite

La confiance est le carburant quotidien qui permet d’apprendre de tout, de répondre à tout, de s’adapter à tout, de tout réussir.

Chacun a conscience que pour un entrepreneur ou un dirigeant, la confiance est l’ingrédient indispensable qui lui permettra d’avancer. Mais il est également vrai qu’au fur et à mesure que ses affaires se développeront, la confiance devra s’accroître au même rythme.

Comme la confiance en soi fera alors place à la confiance dans les autres puis à la confiance dans l’organisation, la diffusion de plus en plus vaste des responsabilités mettra alors à rude épreuve le capital confiance du chef d’entreprise car, même en pleine réussite, une crise de confiance peut naître s’il se sent progressivement débordé ou submergé.

Eviter les mauvaises évaluations

Contrairement à une opinion répandue, l’obstacle le plus difficile à franchir pour l’expression de la confiance n’est pas constitué de circonstances hostiles. Non ; il est surtout constitué de mauvaises évaluations : une comparaison défavorable avec d’autres ou avec un idéal inatteignable.

Au lieu de travailler avec réalisme sur ses ressources propres, le chef d’entreprise cherche à atteindre un niveau impossible et se décourage. S’il veut pouvoir avoir confiance en soi et faire confiance aux autres, il lui faut accepter de rester réaliste dans l’évaluation des ressources et des moyens. Cela ne l’empêchera pas de se diriger avec détermination vers sa vision mais le temps pour y parvenir sera alors plus ou moins long.

Pour raffermir sa confiance, il existe une technique, relativement simple. Elle consiste à déterminer des objectifs à la fois ambitieux, mais atteignable au prix d’un effort mesuré.

Trouvez vos objectifs

Dans le cadre de vos objectifs à long terme, séquencez-les en objectifs à court terme (1 an, 1 mois) et décidez des 3 actions à faire dès demain, celles qui vous permettront de vous en rapprocher. Faites alors de ces 3 actions, 3 victoires et recommencez le même exercice pour le surlendemain.

La confiance en soi se construit sur des bases réalistes et se développe par la constatation de réussites au quotidien.

En corollaire, la confiance en soi est aussi un grand support de délégation car elle s’accompagne toujours de la confiance en autrui.

Sur le web