Ordonnances travail : jusqu’où En Marche proposait-il d’aller ?

Ordonnances : Le gouvernement Macron a-t-il réellement l’intention de gouverner par ordonnances, comme son leader devenu président le prétendait pendant la campagne présidentielle ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ordonnances travail : jusqu’où En Marche proposait-il d’aller ?

Publié le 7 juin 2017
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Le gouvernement a démenti préparer 8 ordonnances comme Le Parisien l’indiquait. Officiellement, il s’agirait de documents de travail préparés durant la campagne, mais que le gouvernement ne reprend pas à son compte. L’affaire donne l’occasion de s’interroger sur l’écart entre les discours et la réalité des projets macroniens.

Vrai raté ou grosse manip ?

Les esprits perfides se demanderont bien entendu si la publication de ces « documents de travail » est un vrai raté ou une manipulation discrète organisée par En Marche pour tester l’opinion publique. Il est en fait très vraisemblable qu’un marcheur mal inspiré ait communiqué des documents de campagne à la presse, en pensant éclairer utilement le débat.

On voit en effet assez mal pourquoi le gouvernement aurait démenti aussi vite s’il avait voulu laisser prospérer le soupçon, le temps de « sentir la température » du public. En revanche, il est attesté que très peu des documents de campagne préparés au printemps ont été publiés. L’erreur de document est donc très plausible.

Un éclairage sur le degré de préparation d’En Marche

Au vu des flous maintenus sur son programme et ses propositions par Emmanuel Macron, on pouvait penser que les équipes d’En Marche avaient insuffisamment travaillé pendant la campagne. On découvre aujourd’hui qu’une multitude de scénarios ont été poussés et que le candidat Macron a préféré ne pas tout reprendre à son compte.

Politiquement, les raisons de cette discrétion apparaissent clairement. Certaines des propositions échafaudées par les technocrates en coulisse auraient pu coûter cher dès le premier tour.

Selon nos informations, Le Parisien n’a d’ailleurs pas publié le pire. Dans les cartons se trouvent par exemple des projets de baisse des allocations chômage… ce qui est un peu plus violent qu’une simple réforme de l’organisation du régime. Rien n’exclut qu’ils ne sortent dans les prochaines semaines pour devenir des dispositions légales.

Le rôle de Jean Pisani-Ferry

Au passage, plusieurs rumeurs avaient circulé sur le rôle exact de Jean Pisani-Ferry, le commissaire de France Stratégie devenu responsable de la coordination du programme macronien en début d’année.

En contrepartie de sa participation au projet, l’intéressé avait imaginé qu’il deviendrait à 60 ans ministre du Budget. Finalement, le poste est revenu à la droite. Et Pisani n’a plus eu que ses yeux pour pleurer, son poste de commissaire étant revenu à Michel Yahiel, ancien conseiller social de Hollande.

Au vu des documents sortis, on ne reprochera pas à Pisani son manque d’engagement dans les projets.

Des projets d’ordonnance plutôt intelligents

Au demeurant, Pisani-Ferry n’a pas à rougir du travail effectué. Ce que Le Parisien a publié permettait d’accorder du « grain à moudre » aux organisations syndicales en échange de concessions importantes.

Un peu de chèque syndical et quelques autres babioles, en contrepartie de dégradations notables des protections accordées aux salariés, permettaient aux syndicats de souscrire sans trop de honte à des textes qui risquent de poser quelques problèmes de fond.

L’ensemble reposait sur des perspectives avec du sens.

Des mesures plus rigides en préparation ?

Reste à savoir si, une fois les élections législatives passées (probablement dans des conditions très positives), le gouvernement continuera sur sa lancée en proposant des réformes plus raides que ce qu’il a annoncé jusqu’ici.

Il lui suffirait de déterrer quelques cartons remplis par Pisani-Ferry et ses affidés, pour retrouver des projets qui couperaient l’herbe sous le pied des organisations syndicales.

Politiquement, c’est un risque gérable. Face à la débandade de la droite et à l’anéantissement du Parti Socialiste, En Marche devrait rafler une confortable majorité à l’Assemblée. Cette avance pourrait dissuader les organisations syndicales de réagir, et priver les salariés de toute illusion sur les chances qu’un conflit aboutisse.

Rien n’exclut, donc, de nouvelles surprises dans les semaines à venir.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Macron n’est qu’un politocard moyen : promesses par camion durant la campagne, plus personne après…

  • On va avoir droit aux grèves habituelles, les entreprises vont pouvoir se faire concurrence entre elles en jouant sur le traitement de leurs salariés (accords d’entreprise), ça va créer encore + de complexité.
    Et après ? Des pays où les salariés sont mieux payés s’en sortent bien mieux. Ce qui est à revoir, c’est la complexité de la réglementation, des régimes sociaux, des niches, de la fiscalité pour concentrer les forces sur l’essentiel : plutôt que de concentrer les moyens sur des cadres en relations sociales et des fiscalistes, investissons en recherche&développement, bien trop faible en France, que ce soit dans le public ou dans le privé, sans parlé du lien entre les 2.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
législatives Macron
3
Sauvegarder cet article

Par Franck Arnaud Ndorukwigira.

 

La réalité est là, l’Afrique est la terre convoitée par les grandes puissances. La récente visite sur le continent de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, et celle prochaine en août 2022 d’Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine, en témoignent. Une convoitise d’ailleurs qui vient de conduire Emmanuel Macron en Afrique, pour combler le vide des relations entre la France et l’Afrique.

Sauf que la France y va par un chemin sinueux. En critiquant la soi-disant... Poursuivre la lecture

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

Conformément à la loi du 6 novembre 1962 modifiée par l’article 2 de la loi organique du 5 avril 2006 relative à l’élection du Président de la république, sont publiés au JO du 19 juillet 2022 les comptes des 12 candidats à l’élection présidentielle du 24 avril 2022.

Comme en 2017, Emmanuel Macron a été le plus dépensier lors de la campagne qui a mené à sa réélection le 24 avril dernier (16,7 millions). Et comme il y a cinq ans, la finaliste Marine Le Pen (11,5 millions) s'est montrée plus économe que certains candidats qui n'ont pas r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles