Réchauffement climatique : pourquoi c’est facile d’y croire

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réchauffement climatique : pourquoi c’est facile d’y croire

Publié le 4 juin 2017
- A +

Par Michel de Rougemont.

Plus je me démène contre l’hystérie climatique plus je constate que l’opinion publiée est devenue totalement insensible à toute critique. Je n’ai aucun moyen de savoir où en est l’opinion publique. Des interlocuteurs privés me disent bien qu’ils ne croient pas trop à ces histoires mais aussi, paresseux et escapistes, ils ne désirent pas en comprendre davantage et acceptent la décarbonation de la même manière qu’il est nécessaire de se purger avant une opération. Il faut bien convenir qu’y comprendre quelque chose et se faire sa propre opinion n’est pas tâche facile.

Les climato-sceptiques qui arrangent tout le monde

Les plus raisonnables ne croient pas au dogme climato-anthropique1. Ils sont en général solitaires car aucun groupe ne fédère cette hérésie. Mais parmi eux, certains, plutôt agnostiques, se réjouissent des interventions décarbonisantes car cela apporte de l’eau à leur moulin à vent.

Les pro-nucléaires utilisent sans restriction l’argument de zéro émission de matières fissiles. Je suis moi aussi pro-nucléaire, mais pour d’autres raisons, économiques, technologiques, et de pondération des risques. Je reste persuadé que l’usage d’arguments fallacieux dessert la cause que l’on prétend défendre.

La grande cause du réchauffement climatique

D’autres sont occupés dans des affaires où un positionnement vert-frais leur donne bonne figure ; ils publient allègrement leur footprint, s’abreuvent aux subventions de toutes sortes et finissent par se croire écolo-responsables.

D’autres encore instrumentalisent la causa climatica comme plateforme politique, le Conseil fédéral helvétique par exemple. C’est désolant de malhonnêteté intellectuelle et de manque de courage, au point même qu’ils se mentent à eux-mêmes. La climato-crédulité les arrange et ils s’en arrangent.

Mais attention, jusqu’ici je n’ai cité que les plus raisonnables ! C’est dire que les autres le sont moins ou pas du tout.

Les adeptes extrémistes du réchauffement climatique

Il y a les soucieux de Gaïa qui y croient vraiment et veulent à tout prix que l’humanité se positionne au dernier rang de la Nature.

Il y a les effrayés de l’apocalypse qui s’inventent un djihad climatique : retarder le moment de la destruction ultime et se gagner des billets d’accès au paradis sous forme de certificats carbone ou autres brevets de bonne conduite. Et tuer les hérétiques, bien sûr.

Il y a les scientifiques dont la carrière dépend de la continuation des programmes pour ou contre le climat. Ceux-ci occupent le terrain en se posant comme experts et en excluant toute recherche n’allant pas dans le sens désiré ; ils pratiquent l’advocacy research, celle qui se met au service du résultat escompté.

Il y a les collectivistes universalistes qui voient dans la causa climatica la meilleure opportunité, le meilleur pied dans la porte, le meilleur cheval de Troie pour enfin instaurer une gouvernance mondiale. C’est par un droit écolo-climatique contraignant que les États-nations vont être réduits au rang de vassal, et les peuples au silence.

Il y a les médias, qui jouent les vierges effrayées mais sans opinion, qui sont objectivement les idiots utiles de la causa climatica, au point même de refuser aux sceptiques et hérétiques toute possibilité de se faire entendre.

Cela fait bien du monde n’ayant aucun intérêt à ce que ce cirque s’arrête. Pour chacun d’entre eux la croyance dans le réchauffement climatique est leur meilleure stratégie. Et on en arrive au facho-climatisme.

Article initialement publié le 20 novembre 2016.

  1. Théorie considérant que c’est l’homme qui est à l’origine des modifications climatique.
Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • jacques lemiere
    4 juin 2017 at 8 h 06 min

    Oui…ceci dit la définition que vous donner du réchauffement climatique n’est sans doute pas bonne.. » Théorie considérant que c’est l’homme qui est à l’origine des modifications climatiques » Il convient d’ailleurs de préciser pour le profane ce qu’on entend par climat.
    Ce n’est pas un hasard si tous les concepts verts sont vagues

    • l’idée derrière le RCA est plus riche que simple réchauffement , que même athropique.

      c’est que c’est de la faut des humain, que ca se réchauffe avec comme effet principal des changements dans tout les sens (fourre tout quoi).
      mais surtout c’est que c’est certain, c’est grave et que ca justifie de faire des sacrifices, pour empêcher le phénomène.

      Il y a plein de formes de scepticisme qui attaque divers points de cette fusée à étage.

      Bjorn Lomborg attaque sur la gravité, pas sur la réalité. Judith Curry attaque sur le coté prouvé, sur les incertudes, l’amplitude, la gravité, mais aussi sur les modes de résolution (no regret solution, adaptation).
      certains comme Bill Gates attaquent le coté sacrificiel.
      d’autres attaquent le coté lutter contre le phénomène, pour pousser l’adaptation.
      d’autres avancent même sur le coté bénéfique…

      moi pour le coté sacrificiel je me souvien de cet épisode de Twilight Zone

      https://en.wikipedia.org/wiki/I_Shot_an_Arrow_into_the_Air

      si la vi humaine est sacrée, même quand on a des calculs qui justifient de tuer des innocents pour sauver plein d’innocents, ya une raison.

      la raison c’est que les calculs ca foire souvent.

      d’ailleurs même si comme je l’étais on croie sincèrement au RCA, tout croyant qui refuse le nucléaire est simplement un faux dévot.
      que ces escrocs exploitent l’image scientifique, et en même temps attaquent comme Rivasi les vaccins, ou comme Foucard le glyphosate, le nuke, et défendent le soja, le bio, le solaire, l’éolien, c’est aussi cohérent que les salafistes saoudiens exploitant la morale coranique pour leurs délires.

      mêm s’il ont raison, les pratiques de ces idéologues sont si malsaine que ca active le bullshit detector de tout les sceptique un peu honnête…
      il faut lire les premiers articles de Judith Curry quand cette croyante scientifique explique sa conversion quand elle a découvert dans le ClimateGate ses propres turpitudes généralisées dans la communauté.

      • jacques lemiere
        4 juin 2017 at 19 h 03 min

        oui , je dis juste que le premier angle pour critiquer les lubies écologiques est de demander de les définir ..en général , on s’attaque à un fantôme.

  • Bien sur que l’homme contribue a réchauffé la planète…
    si ce n’est pas forcément par les rejet, le nucléaire réchauffe les rivières , les voiture le chauffage ext… dégage de la chaleur la preuve en ville il fait souvent 1 a 2° de plus que dans les campagne les entourant.

    le décarboné c’est pas un mal ça veux dire moins de pollution donc on « Respire » mieux.

    et certain vous diront qu’on rentre de toute façon dans une période chaude, je sais pas mais même si c’est vrais 1° en moins sera déjà çà

    • Supadit,
      Vous confondez tout. le fait qu’il fasse plus chaud dans les villes que dans les campagnes s’explique par les constructions, les routes, les immeubles qui emmagasinent de la chaleur. et cela n’a aucunement pour effet de bouleverser le climat de la planète. ensuite vous parlez de respirer mieux. encore une fois vous confondez tout. la pollution et le changement climatique sont deux choses distinctes. ça n’est pas parce que certaines activités humaines sont polluantes que ça a un effet sur le climat.

  • Petit revue chiffrée.
    Le CO2 représente 0.035% de l’atmosphère (source : http://eduscol.education.fr/obter/appliped/circula/theme/atmos22.htm)
    La totalité des émissions nettes de CO2 représentent environ 0.00019% de l’atmosphère par an. (http://cycleducarbone.ipsl.jussieu.fr/images/cyclecarbone/visiteurs/derniersfaits/monteeco2.gif)
    Sur la totalité des émissions annuelles de CO2, 4.6% viennent de l’homme (source : https://www.facebook.com/ClimatoRealistes/posts/609107919295279) soit 0.000087% de l’atmosphère.
    Sur ces 4,6%, admettons que la moitié soit liée au simple fait d’exister (respiration notamment) en dehors de notre mode de vie. Il resterait donc 2.3% de marge de manœuvre annuelle sauf à arrêter de vivre. Soit 0.000044% de l’atmosphère.
    En admettant que l’homme soit en mesure de réduire de 30% ses émissions on aurait donc un impact sur l’atmosphère de 0.000013%.
    En résumé, ce serait donc une absence de variation de l’atmosphère de 0.000013% qui nous empêcherait de griller en enfer.
    Et pour cette variation de 0.000013% de l’atmosphère, on nous concocte un plan à 90 000 milliards de $. (https://www.contrepoints.org/2017/06/02/268206-cop21-coutera-90-000-milliards-de-dollars)
    Et vous, vous y croyez ?

    • Rappelons que l’augmentation du CO2 qui fait augmenter l’effet de serre qui augmente la température de 5 degrés est la version pour les enfants (le grand public) de la théorie du RCA. La vrai théorie c’est : le climat est un système tellement instable, qu’une faible augmentation du gaz le moins efficace pour l’effet de serre, va augmenter légèrement la température, et, par une rétroaction positive augmenter légèrement l’évaporation de l’eau. L’eau étant le principal gaz à effet de serre, la température augmente de nouveau etc…
      Ca parait moins vendable tout de suite, parce que ca implique que le climat est un système profondément instable, mais qu’en plusieurs milliards d’années sans l’homme, il n’y a jamais eu de petit grain de sel faisant emballer la machine.

    • @Made in France
      Je plussoie.
      Si le (méchant) CO2 augmente dans l’air (qui n’est jamais pur, puisque rempli de plusieurs gaz), il n’y a qu’à planter des arbres. Pour 90.000 milliards d’euro, on doit pouvoir en planter quelques uns non ? Des pays côtiers replantent leur mangrove ; d’autres qui subissent des innondations parce qu’ils ont déboisé les flancs de montagnes, replantent des arbres pour reformer leur forêt. En plus d’être bénéfiques pour eux, le CO2 que ces arbres absorberont sera bénéfique pour la planète.
      Je me souviens que pendant mes années de collège on nous disait que la Terre avait deux poumons – tout comme nous – l’Amazonie, et la jungle/forêt d’Afrique équatoriale.
      Des changements climatiques, la Terre en a connus plusieurs, dont une glaciation totale, en 4.5 milliards d’années. Chaque réchauffement a été suivi d’une période froide, voire glacière. D’après la théorie dont je me souviens, le Jet Stream deviendrait plus chaud, irait plus au Nord, ferait fondre la banquise de Pôle Nord, laquelle refroidirait l’Océan Atlantique, créerait une banquise plus conséquente, le Jet Stream ne dépasserait plus le Tropique du Cancer, refroidissant encore plus l’Océan jusqu’à l’établissement d’une ère glaciaire, comme celle d’il y a 10000 ans. L’engrenage serait déjà pris et la machine déjà lancée, et qu’il serait impossible de stopper quoi que ce soit. Le seul facteur sur lequel jouer serait le temps, à savoir si la période de froid commencerait en 2030, 2040, ou 2050.

      • Edit :
        On nous parle beaucoup du « réchauffement », très peu, voire pas du tout, du refroidissement qui le suivra.

  • « …aucun groupe ne fédère cette hérésie. »
    Il existe des associations. Par exemple l’association des climato-réalistes.

  • Pourquoi être allergique à Trump? Qu’est ce qu’il vous a fait? Et qu’est ce que cela change? Vous combattez d’une part des idées reçues pour en adopter une encore plus stupide?

  • Mort de rire , comme si ce blog avait quelque chose de scientifiquement remarquable , hormis le nombre de fausses théories et de données erronées

  • C’est bizarre personne dans les commentaires ne discute votre question.

    • Bah ,cela fait longtemps que l’on ne discute plus du sexe des anges…on s’en fout l’important est est-ce que les anges existent , là y a de quoi causer….pour ne rien dire.

  • Une religion qu’elle soit monothéiste ou pas permet de reunir les hommes..l’écologie n’est rien de moins qu’une religion basée sur des idoles reliées à la nature….pas d’inquiétude elle disparaîtra vaincue par une autre religion.
    il est plus facile d’être d’accord avec un groupe que d’être contre le groupe surtout lorsque vous n’avez rien à offrir en échange .contre le RCA , à part des arguments non vérifiables ( comment argumenter sur un sujet encore incompréhensible pour l’homme), vous proposez quoi ?

  • Admettons que le changement climatique n’existe pas ou ne soit pas d’origine anthropique. Les énergies renouvelables ne resteraient-elles pas souhaitables étant donné que :

    1) les énergies fossiles ne sont pas infinies et la pollution de l’air causée que leur consommation entraîne cause des problèmes de santé publique (cf. nombre de mort ou du moins de problèmes respiratoires liées aux particules fines). Par ailleurs, leur exploitation cause elle-même des problèmes environnementaux (cf. sable bitumineux, forages) .

    2) Les centrales nucléaires sont jusqu’à présent dépendantes d’un carburant qui n’est pas infini lui non plus, l’uranium. Ka gestion des déchets radioactifs est également problématique (cf. notamment le problème de la transmission de l’information sur les sites radio-actifs aux générations futures).

    3) On parle souvent d’incapacité des ENR à fournir toute l’énergie que l’on consomme, mais quand on voit que la tendance est à l’augmentation de l’efficacité énergétique des bâtiments (rénovation énergétique, meilleurs isolants, système de valorisation énergétique des eaux grises par récupéraiton de chaleur ou phytoépuration etc), des véhicules et de l’électroménager, et qu’une part importante de notre consommation est le résultat d’un gaspillage conséquent (appareils en veille etc), on peut espérer une demande décroissante à l’avenir susceptible d’être comblée par les ENR..

    Sur tout ces points, je suis totalement preneurs de sources défendant le point de vue inverse.

    • Admettons……cela commence mal , il n’y a rien à admettre sans preuves , donc , c’est un non sujet pour encore au moins 100 ans pour les pessimistes et pour les optimistes..l’énergie n’est pas un problème on sait en produire une quantité infinie, la pollution n’est pas un problème et a toujours été traité par les societes modernes, enfin l’Antiquité a inventé la sanisette avant Decaux !

  • Bonjour, du point de vue de météo France – mesuré à Blagnac, Francazal et dans le Lauragais sur 3 stations météo, la température moyenne annuelle s’est élevée de 1,5 degrés depuis les années 1940.
    Je pense que plutôt que de disserter ou pas sur la réalité du réchauffement, il faut tendre vers le dev. durable, cad, dépenser ce que la terre fabrique. On ne peut pas puiser indéfiniment dans les ressources naturelles si elles ne se ré génèrent pas.
    Et cela crée des emplois – 17.000 dans l’éolien Français qui exporte d’ailleurs plus que prévu (source AMORCE de juin 2017).
    Nous allons avoir un transfert des activités fossiles vers des activités renouvelables sans retourner à la bougie.
    Ce qu’en pensent les gens : beaucoup s’en foutent, occupés à régler leurs problèmes de tous les jours. Beaucoup s’en préoccupent et penvent (toi aussi lecteur) se poser la question : comment dans ma vie de tous les jours, puis je dépenser moins de pétrole, moins d’electricité et consommer des produits régionaux.
    Les doutes sur le réchauffement sont un moyen clivant face à la communauté scientifique, mais qui ne fait absolumement pas diminuer les risques encourrus.

    je suis un petit élu de midi pyrénées, engagé dans la transition energétique à force d’avoir observé l’immobilisme des politiques (c’était il y a 4 ans déjà…, mais depuis, le dev durable a fait consensus parmi beaucoup d’hommes et de femmes politiques).

    Donc, on est bien loin déjà du « j’y crois » opposé au « j’y crois pas », parce que des solution durable remplacent des solutions fossiles qui génèrent d’ailleurs une dette extérieure colossale (achat de petrole, gaz : combien de milliards d’euro par an ? 5 environ).

    • Bah, les moulins à vents sont aussi fabriqués en Chine pour l’essentiel.
      Les vrais emplois durables ne sont pas décrétés par l’état ❗

      • Pardon, c’est 18.000 Equivalent Temps Plein en 2015 – source : ADEME – page 7 du Mag no 105 de juin 2017. Les vrais emplois durables sont crés par l’industrie, et les services, mais aussi l’agriculture.

  • Laissons les dogmatiques anti et pro climat de côté… le meilleur argument pour se passer du carboné, c’est de 1) que les stocks sont finis, 2) être dépendant à 80% d’une seule source d’énergie pose un sérieux problème de dépendance, 3) ces monopoles de matière première ça finance des états, mafias et politique tout ce qu’il y a de plus douteux. 4) la meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas. Alors certe c’est très à la mode d’être anti-ecolo chez les réactionnaires qui font des bonds dès qu’on parle du Quatar et des saoudiens, mais c’est quoi le rapport avec le libéralisme ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
5
Sauvegarder cet article

L'étau hygiéniste semble progressivement se desserrer dans le monde : aux États-Unis, les obligations vaccinales tentées par l'administration Biden ont été salement retoquées, un nombre croissant de pays laissent tomber les restrictions sanitaires dont l'aspect inopérant voire néfaste commence à apparaître à la vue de tous...

Eh oui : en témoigne le changement notable d'attitude de la plupart des laquais de l'information sur les plateaux télé ainsi que le retour de certaines personnalités raisonnables sur les ondes, le monde commence à... Poursuivre la lecture

Par Benjamin Faucher. 

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

... Poursuivre la lecture

Par Damien Conzelmann.

Sur les ondes de France Inter, Olivier Blanchard, ex-chef économiste du FMI, déclarait qu'il n’y a pas à sacrifier la croissance pour éviter le réchauffement climatique :

https://twitter.com/franceinter/status/1407950272060694529

 

Il n’en fallait pas plus pour réveiller et indigner tous les partisans de l’idée de décroissance économique. Les insultes ont fusé. Gilles Raveaud a même parlé de « naufrage intellectuel ». Récemment, la publication d’un brouillon du GIEC a également relancé ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles