Le cinéma français condamne Netflix : Papy fait de la résistance !

À l’heure du crowdfunding et de la Vidéo à la Demande, le modèle du cinéma français, que l’on veut visiblement étendre à l’Europe, est déjà obsolète. Il n’est ni « vertueux », ni efficace. C’est ce qui explique son hostilité à Netflix.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
muppet show credits Andy Moore (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le cinéma français condamne Netflix : Papy fait de la résistance !

Publié le 30 mai 2017
- A +

Par Emmanuel Martin.
Un article de l’Iref-Europe

La Croisette était sous le choc. Netflix présentait au festival de Cannes deux films, qui, de par le fonctionnement du « géant » américain, ne seront pas diffusés dans les salles obscures. La Fédération nationale des cinémas français avait d’ailleurs réagi, brandissant l’exception culturelle dès le mois dernier et faisant enfler la polémique.

Cannes ne fera donc exception à l’exception que cette année : dès 2018 les choses rentreront dans l’ordre et tout film présenté au Festival devra avoir un engagement de distribution en salles.

Netflix, qui a énormément investi dans le cinéma… « à la demande » est venu, comme d’autres, faire bouger les lignes d’un secteur quelque peu ankylosé et sans doute, surtout en France, un peu trop bureaucratisé.

Le secteur organise sa « résistance »

Il n’est donc pas étonnant que le secteur organise sa « résistance ». Mais plutôt que de tenter d’innover, il en revient manifestement aux vieilles tactiques protectionnistes, enrobées de bien-pensance culturelle.

Un appel a en effet déjà été lancé par 87 cinéastes le 22 mai dans Le Monde pour une « véritable politique culturelle en Europe ». Et cela passe inévitablement par « l’intégration des géants de l’Internet dans l’économie de la création européenne ». Comprenez : les GAFA (Google Apple, FaceBook, Amazon…) doivent financer le secteur. Sans doute une nouvelle petite taxe ?

Le vocabulaire de la résistance ressortit à la rhétorique habituelle de ceux qui veulent perpétuer leur droit à l’argent des autres. C’est donc traditionnellement le choix entre « libéralisme et vertu », dans le but de « moderniser », « redynamiser », et écrire ainsi un « nouveau chapitre de l’exception culturelle ».

Loué soit le génie français

On loue le « génie français… d’avoir su trouver un équilibre entre le soutien au développement d’un marché et l’accompagnement de la création dans toute sa diversité ».

Et même si c’est pour produire essentiellement des bides, car il s’agit avant tout d’engager « une politique culturelle exigeante et ambitieuse ». Derrière les poncifs et les clichés autour du « vertueux » se cache en réalité un secteur qui a du mal à se remettre en question dans une planète en constante évolution technologique.

En avril 2015, un appel avait été également lancé, de Rome par 27 cinéastes : il s’agissait d’instaurer une « taxe sur la bande passante » pour forcer les géants du web du Far West américain « sans foi ni lois » à financer le cinéma indépendant européen.

Le petit système du CNC

En France, ce petit monde parvient évidemment à faire perdurer le système du CNC depuis des décennies. Vous avez dit vertueux ? Déjà en 2012 et 2014 la Cour des comptes s’interrogeait sur le CNC dans deux rapports assez critiques à son égard et sur les soutiens à la production cinématographique et audiovisuelle.

Alors évidemment, la culture ne doit pas se réduire à des chiffres arides de comptables tristes et aigris…

C’est sans doute pour cela que le CNC peut s’offrir des cocktails à près de 100 000 euros pour les vœux à la profession, que la masse salariale du CNC à effectif quasi constant avait crû deux fois plus vite que les aides distribuées sur 2001-2011, ou que les commissions d’attribution d’aides sur dossier à des professionnels auditionnaient des… membres de commissions similaires, dans un copinage apparemment assumé.

La taxe youtube

Enfin, le lobbying du CNC a permis de faire voter en décembre la Taxe Youtube, afin de faire financer le Cinéma par les recettes publicitaires des plateformes vidéo. Nous avions critiqué le bien-fondé de cette mesure avant qu’elle soit décidée (Taxe YouTube : ou comment asphyxier les plateformes de vidéos en ligne, La taxe YouTube ou comment justifier l’État bureaucratique).

Notons d’ailleurs que la partie s’était jouée grâce à quelques parlementaires socialistes, et contre l’avis du gouvernement, Christian Eckert rappelant que ce serait plutôt une « taxe Dailymotion » qui rapporterait beaucoup moins que ce que ses partisans ne le prétendaient. Le CNC dépend pourtant du ministère.

On peut évidemment s’interroger sur cette capacité d’une bureaucratie à s’exonérer de son pouvoir de tutelle. Ce type de structure s’autonomise en effet en termes de décision, et visiblement de lobbying, mais évidemment pas en termes de financement.

Le contribuable réglera la facture

Il revient donc aux contribuables de régler la facture « ambitieuse ». Voilà qui pose un problème très sérieux de démocratie. Mais de démocratie il n’est en réalité pas vraiment question ici : les camarades du CNC sont des experts au-dessus de la plèbe, qui n’ont pas à se préoccuper de vils motifs économiques quand ils dépensent l’argent des autres.

Le CNC avait d’ailleurs refusé la proposition de France Domaines de déménager de son luxueux 16ème arrondissement pour aller se mélanger au peuple de Saint Denis à la Cité du Cinéma…

À l’heure du crowdfunding et de la Vidéo à la Demande, le modèle français, que l’on veut visiblement étendre à l’Europe, est déjà obsolète. Il n’est ni « vertueux », ni efficace.

Les cinéastes devraient plutôt appeler à libérer la fiscalité afin de permettre la création de davantage de fondations cinéphiles par exemple, qui à leur tour pourraient financer leurs projets. Mais il est toujours plus simple de demander de taxer les autres, tout en parlant d’« équité fiscale »…

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais toute cette pompe, ces « stars »s’affichant sur le même escalier avec le même tapis rouge depuis 60 ans c’est d’un ringard,,,

  • Je suis comme vous. Pire même. Je n’ai pas suivi une minute de ce défilé de staaaaars. Désintérêt total pour les vedettes de cinémas, la vie des princesses, et surtout leurs opinions sur la politique ou l’économie …

  • « L’exception culturelle française » ? … Un niveau scolaire de plus en plus catastrophique, une ex ministre de la culture incapable de citer un seul titre de notre prix nobel de litterature Patrick Modiano et un Président qui nie la culture française… mais un budget du ministère de la culture en hausse en 2017 à 1,1% du budget de l’Etat… pour nous gratifier d’horribles oeuvres d’art, soutenir des navets et des artistes … de gauche pour la grande majorité, ceci expliquant en grande partie cela … Sans parler du ruineux système des intermittents du spectacle pour notre système de chômage… Mais les contribuables sont là pour payer cette gabegie inutile qui ne laissera pas grand chose à la postérité si ce n’est aggraver encore notre dette !…
    Quant au festival de Cannes , j’ai compris depuis quelques années déjà que son but n’était pas de mettre à l’honneur le meilleur film, mais plutôt de récompenser celui qui exprime le mieux les « valeurs » de la société nouvelle et la bien pensance selon nos bobos et autres « intellectuels (?) »

  • Le cinéma n’ayant aucun avenir ils feraient mieux de commencer à reconvertir les cinémas en superettes…que c’est fatiguant de regarder un écran géant bloqué pendant 2 h sur un fauteuil ,elle est où notre liberté ?

  • Dans l’affaire Netflix vs Festival de Cannes on peut rappeler que les distributeurs et exploitants de salles de cinéma sont au conseil d’administration de la société du festival. Ceci expliquant cela…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Stranger Things
0
Sauvegarder cet article

Par Rachel Lu.

Nous vivons une époque de réformateurs zélés, ce qui signifie qu'il est souvent nécessaire de se battre bec et ongles pour les choses normales. Chaque tasse de café est un témoignage sur les normes de travail et l'environnement. Chaque pronom ou achat occasionnel doit être mentalement vérifié. Une amie cherche sur Facebook des recommandations pour un livre de plage décontracté pour ses prochaines vacances. "Mais", précise-t-elle, "je préfère de loin les livres écrits par des femmes, des personnes appartenant à une minori... Poursuivre la lecture

Alors que dans les médias le courant woke semble avoir le vent en poupe, sur les marchés il en va autrement. Récemment Disney et Netflix ont subi des pertes financières importantes dues à leurs orientations. À Wall street résonne un nouveau slogan : get woke go broke (devenir woke vous ruine).

Les investisseurs doivent se poser alors la question : to woke or not to woke ?

 

Arrivée de la police de la pensée

Au début, il y a eu le politiquement correct, cette posture qui consiste à policer excessivement son langage po... Poursuivre la lecture

En 2003, Julien Sanchez écrivait :

"Les partisans du libre-échange sont piégés dans une version de politique publique du Jour de la marmotte, obligés de réfuter les mêmes arguments fallacieux encore et encore, décennie après décennie."

Une autre décennie s'est écoulée depuis, et le point de vue de Sanchez est tout aussi pertinent.

Blake Masters, un homme d'affaires soutenu par Trump qui se présente maintenant au Sénat américain en Arizona, a récemment tenu une séance de questions-réponses sur sa page Instagram où il a ann... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles