Législatives : quelle opposition face à Macron ?

Sans vrai programme, la droite n’a aucun espoir de remporter une majorité pour une véritable opposition à Emmanuel Macron.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Législatives : quelle opposition face à Macron ?

Publié le 15 mai 2017
- A +

Par Jacques Garello.

Un article de l’Aleps.

Ca y est, Emmanuel Macron est le nouveau président de la République. Mais qu’importe ? De toute façon l’avenir de notre pays est mal engagé. Un quart seulement du corps électoral a gagné ces élections, encore faut-il préciser que ce sera avec amertume. À ce niveau, jamais la légitimité démocratique d’un élu n’aura été aussi faible.

Les autres trois quarts marqueront leur indifférence, ou spéculeront sur une majorité parlementaire d’opposition capable de neutraliser ou d’amoindrir les inévitables dérives élyséennes. Quelle sera la répartition entre indifférents résignés ou revanchards mobilisés ? Dur de le savoir.

Vers une majorité pour Macron…

Évidemment on ne peut écarter les scénarios Mitterrand en 1981 et 1988, et Chirac en 2002. Dans ces trois cas, la dynamique de la présidentielle s’est prolongée par la constitution d’une union pour la majorité présidentielle (appelée la gauche, le PS ou l’UMP). Mais c’était l’époque du septennat, avec la possibilité de corriger en cours de route une erreur d’aiguillage au départ. C’est ce qui s’est passé au détriment de Mitterrand en 1993 et de Chirac en 1997 : l’opposition a entraîné la cohabitation 1986-1988 (gouvernement Chirac), 1993-1995 (gouvernement Balladur) et 1997-2002 (gouvernement Jospin). Le quinquennat a changé la donne puisque présidentielle et législatives sont simultanées. Le bon sens voudrait que celles-ci prolongent celles-là, mais les choses se compliquent pour l’électeur dans la mesure où, du côté Macron au moins, les candidatures sont déjà de toutes origines, de tous partis, de toutes opinions. Les socialistes traîtres au PS s’auto-proclament déjà « avec Macron » sur leurs affiches. Mais il faudra faire place aussi aux amis de Bayrou, de Borloo, sans parler des cohortes de gens « issus de la société civile ». Il est vrai que quelques Républicains insoumis sont investis par Marine Le Pen. Ainsi rien n’est-il joué pour les législatives à cette heure.

… ou vers un troisième tour de la présidentielle ?

Les anciens compétiteurs de Macron et Le Pen jouent donc désormais la carte d’un troisième tour : ils reviendront majoritaires à l’Assemblée et le gouvernement sera le leur ou, au minimum, un gouvernement de coalition.

Mais les candidats étiquetés LR et UDI peuvent-ils récupérer sans problème l’électorat qui leur a permis de conquérir les régions en 2015 ? L’argument anti-présidentiel sera-t-il suffisant ? À les entendre, beaucoup de leaders actuels de la potentielle opposition en sont sûrs : les Français voudront effacer l’erreur du 7 mai et se précipiteront pour porter leurs suffrages sur les candidats de la droite et du centre.

Pour l’instant, rien ne justifie cet optimisme pour la droite. Qu’on le veuille ou non, à tort ou à raison, la classe politique dans son ensemble a été discréditée, et ce discrédit global menace les candidats les mieux implantés et qui n’ont rien à se reprocher. Dans la plupart des circonscriptions, se présenter avec pour argument essentiel l’appartenance à l’opposition future sera s’exposer à l’échec. Beaucoup d’électeurs ne se mobiliseront que s’ils savent quelle sera cette opposition. Opposition purement destructrice, ou opposition constructive et crédible ? Qu’est-ce qui dominera : la peur du chaos (le fameux « retour à la Quatrième République) ou l’attrait d’un vrai programme de gouvernement ?

S’ils veulent constituer une opposition crédible aux yeux des électeurs de juin, les battus du premier tour de la présidentielle ont d’ores et déjà l’obligation de songer à un programme fondé sur une offre politique nouvelle. En ont-ils les moyens, en ont-ils l’intention ? Les moyens sont réduits par leur division. Si l’UDI a obtenu 92 investitures, le programme de ce parti sera-t-il le même que celui de LR ? Cohabitation ou coopération ? Certes on prévoit un programme commun, confié à Éric Woerth ; mais ne s’annonce-t-il pas d’ores et déjà comme la reprise des funestes mesures du quinquennat sarkozien ? Ou bien va-t-on présenter un programme copié-collé sur celui de Macron – ce qui laisse présager non pas une cohabitation mais une coopération ?

La seule issue possible est celle d’un vrai programme de rupture, avec des réformes de structure inspirées par un vrai choix de société, c’est-à-dire d’un programme de liberté, doté d’une cohérence aussi bien éthique que fonctionnelle. En avril et mai, le vote libéral n’aura pu s’exprimer. Est-ce possible en juin ? Espérons que quelques candidats manifestent leur indépendance et leur lucidité en s’engageant sur une authentique opposition, et sur les seules valeurs d’une société harmonieuse et prospère : liberté, responsabilité, propriété et dignité de l’être humain. Efforçons-nous au cours des prochaines semaines de les repérer, de les stimuler et de les accompagner.


Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Un quart seulement du corps électoral a gagné ces élections,

    C’est inexact. C’est seulement moins d’un sixième parce que parmi les voix de Macron au premier tour il y avait celles « préventives » des anti-Fillon,, des anti-Le Pen, des anti-Mélenchon et des anti-Hamon pour faire bonne mesure.

    Et encore faudrait-il évaluer l’audience ou l’adhésion par rapport aux Français de plus ou moins fraîche date en âge de vote.

    Oh combien ont raison et sont sages ces femmes et ces hommes, plutôt cultivés économico-politiquement , voire mieux encore environnementalement, qui ne sont pas ou plus inscrits sur les listes électorales, alors qu’elles/ils se dévouent quotidiennement d’une façon ou d’une autre altruistement dans l’environnement sociétal où elles/ils vivent ! Pour eux tout çà n’est que tragi-comédie nuisible aux plus défavorisés de France déjà et d’ailleurs.

  • Encore un peu tôt pour décider d’être pour ou contre,d’ailleurs l’ex opposition est encore dans le flou comme l’ex majorité. Il est pour l’instant dans le programme subliminal suivra l’action…et notre reaction…mais vu comment sont passées ses déclarations precedentes et inacceptables….cela se présente bien pour lui , il va écraser tout ses adversaires.
    La passation de pouvoir fut un modèle du genre..véhicule militaire, les Français aime les chefs de guerre, et une couche supplémentaire avec la tenue militaire de sa femme ,bleue pour ne pas être trop évidente…..l’opposition…quelle opposition ?

  • Le programme existe et a déjà été largement approuvé par la droite lors des primaires, c’est celui de Fillon. Il ne faut surtout pas le changer, même si on peut le souhaiter plus libéral.

    • Le seul programme possible….est de ne pas en avoir ou alors un tout petit du genre: moins d’état plus de droit.

  • La droite la plus bête du monde a encore frappé en édulcorant au point de rendre méconnaissable le programme de Fillon qui fut pourtant plébiscité par les électeurs de la droite et du centre. Déjà que le programme initial de Fillon était encore passablement étatiste, celui proposé actuellement par les LR donnerait plutôt envie de voter pour les candidats de Macron. Ce pauvre (pour rester poli) Baroin va encore échouer, lui qui s’est déjà vu deux fois à Matignon.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Guillaume Nicoulaud.

Je voudrais revenir ici sur quelques-unes des inepties qui émaillent le programme économique et les discours de Madame Le Pen (mais aussi ceux de l'extrême gauche).

Avant l’euro, la France était libre de faire ce qu’elle voulait du franc

Ça n’est que très partiellement exact. Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, la parité du franc face aux autres devises a toujours été encadrée par des accords internationaux. Au début, c’était ceux de Bretton Woods, du 26 décembre 1945 au 19 mars 1973, puis le se... Poursuivre la lecture

Par Eddie Willers.

Cet article a été publié une première fois en 2017, il est malheureusement toujours d'actualité.

Alors que Jean-Luc Mélenchon profite d’une belle hausse de sa popularité dans les sondages (certainement due à sa superbe chaîne YouTube), parlons d’une de ses mesures phare : la hausse du SMIC.

Le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance est actuellement de 1466,62 euros bruts mensuels. Jean-Luc Mélenchon propose de le faire passer à 1700 euros  bruts dans un premier temps puis nets d’ici la fin de ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jacques Garello.

La CSG serait relevée de 1,7 point : c’est une des mesures phares du programme En Marche. Le prétexte est triple : accroître le pouvoir d’achat des salariés en diminuant les retenues maladie et retraite sur leur salaire, accroître la compétitivité des entreprises en diminuant le coût du travail, et finalement compenser cette baisse des cotisations (donc des recettes de l’URSSAF) par un prélèvement sous forme de relèvement de la CSG.

Le dispositif était le même que celui du programme Fillon, à un détail près,... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles