Présidentielle : les marchés s’inquiètent du risque Le Pen – Mélenchon

L’écart entre les taux allemands et français flirte désormais avec les 1% à cause du risque politique Le Pen – Mélenchon.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présidentielle : les marchés s’inquiètent du risque Le Pen – Mélenchon

Publié le 14 avril 2017
- A +

Par Simone Wapler.

Les investisseurs étrangers sont à nouveau pris de doutes quant à la capacité de la France à financer ses folies et les taux sur la dette française remontent, s’émeuvent Les Échos du jour.

Récapitulons : l’État-providence français se finance surtout avec « l’argent des autres » et non avec les impôts, même si vous trouvez que vous en payez beaucoup.

L’argent des autres, c’est la dette de l’État français, ses obligations souveraines. Il a deux provenances :

  • Les Français eux-mêmes, ceux qui épargnent au sein de leur assurance-vie sur des supports dits en euro ou sur leurs livrets
  • Les étrangers qui achètent aussi la dette en euro de la France. Ils préféreraient acheter de la dette allemande mais il y en a beaucoup moins sur le marché. La dette française est abondante et le contribuable français (qui est son garant final) réputé docile, ce qui limite leurs risques, jusqu’à présent…

Toutefois, nos étrangers doutent à nouveau. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont des programmes économiques très similaires qui visent à transformer la France en Venezuela (le pétrole en moins) et avec eux, le remboursement de la dette en euro n’aura pas lieu.

Le sympathique Mélenchon prévoit de dépenser 273 Mds€ car, pour cette variété d’animal politique, plus on dépense d’argent public (l’argent des autres) plus les pauvres sont riches. Son modèle, c’est Hugo Chavez.

Du coup, les taux d’emprunt allemand et français sont repartis en grand écart. Là où on prête pour 0,211% sur 10 ans à l’Allemagne, on demande 0,929% à la France.

Moins de 1%, ça vous paraît peut-être très raisonnable ; si, vous avez un crédit sur le dos, il vous coûte probablement beaucoup plus cher. Pour 1% d’intérêt, allons-y pour le « revenu universel » à crédit et autres joyeusetés…

En fait, en creusant les chiffres, c’est en réalité fou. La France est surendettée. Notre pitoyable croissance (et par conséquent nos nombreux chômeurs) vient du fait qu’au lieu d’investir, nous payons les intérêts d’un énorme fardeau de dette qui est devenu le deuxième poste de dépenses de l’État.

Si on nous demande 1%, puis 2%, puis X% d’intérêts, tout s’écroule car toutes les recettes fiscales de l’État y passeront. C’est comme si un ménage surendetté, dont les intérêts absorbaient plus de la moitié de ses revenus, voyait ses taux d’emprunt augmenter plus vite que ses revenus.

Les électeurs de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon s’imaginent que tout cela se résoudra puisque nous sortirons de l’euro et que la France leur distribuera de l’argent gratuit…

On change la monnaie, mais l’arnaque va rester la même. Il faudra toujours « l’argent des autres » pour financer les folies de ces deux candidats.

Avec une petite différence toutefois : les « autres » étrangers ne paieront plus. Il ne restera que les « autres » nationaux pour assumer le tout. Nationalisation de l’épargne, tranches marginales à 100%… Vous constaterez vite que l’argent des autres, c’est en réalité le vôtre. N’oubliez pas : le signe sur la monnaie peut changer mais l’arnaque reste la même.


Pour plus d’informations de ce genre, c’est ici.

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Simone Wapler ne commet pas l’erreur mais souvent on entend dire que la dette n’est pas si grave car c’est en bonne partie les « Français qui se doivent de l’argent à eux-mêmes ». Dieu que ça m’énerve!
    NON, c’est l’État français qui doit de l’argent aux Français, ça n’a rien avoir. Si vous vous faites lessiver votre épargne, votre livret, votre assurance vie ou votre plan retraite, vous n’allez pas dire « ce n’est pas grave car c’est l’État qui me l’a piqué ».

    Ceux qui pensent comme cela considère de facto le citoyen comme le total esclave de l’État, à qui l’État peut tout prendre sans que ça leur pose le moindre problème étique. Ce sont littéralement des totalitaristes.

    • c’est une des nombreuses conneries qu’on doit au grand maître des économistes : Keynes

    • Ce sont littéralement des totalitaristes, c’est vrai. Vous pouvez même utiliser le mot qui « fasce », vous savez … comme dans fâchiste.

  • Cette peur de la hausse des taux d’intérêt est extraordinaire, au contraire , vivement que les taux remontent et que les états fassent le ménage dans leurs dépenses !

    • Ah, ah. Avec la France, on peut en douter. Les polytocards inciteront à ce que le sang soit versé.

    • c’est en effet mal connaitre les politiciens: un ministre ne doit sa (bonne) notoriété, qu’à de nouvelles mesures qui « plaisent » et qui ont toutes forcément un coût pour lequel on « prévoit » un budget, systématiquement dépassé. Une simple amélioration de la dette, vue lors de la chute des taux d’intérêt, et donc du déficit budgétaire, et, pour un ministre, un appel irrésistible à dépenser ce faux « bénéfice », avant ses collègues!
      Un ministre a, au mieux, 5 ans pour « sortir du lot » et laisser une loi à son nom!

      C’est vraiment trop tentant!

  • Et si Méluche passe au second tour 🙂 🙂 🙂 Les taux vont exploser 🙂 🙂 🙂
    la, ce n’est que l’entrée. Il y aura le plat de résistance, le fromage qui pue, le dessert, la café ainsi que le pousse-café ❗

    • Ce n’est pas certain!

      Dès qu’il sera au pouvoir, J.L.Mélenchon, aussi, se cognera à ce qu’on nomme maintenant: « le mur de l’argent » qui ramène systématiquement les projets utopiques de campagne à la portion congrue, quasi symbolique, grâce aux conditions d’application introduites par le décret du même nom, afin de respecter le prétexte habituel de « concerner les plus faibles »! (voir le « salaire universel » de B.Hamon)

      Et cela grâce à la complication d’un texte règlementaire abscons, nécessitant quelques « CERFA », de plus, du travail « spécialisé » de fonctionnaire pour traiter les demandes, constituer les dossiers et pratiquer les contrôles nécessaires et insuffisants.

      Cela constitue un coût supplémentaire négligé, mais qui alourdit la charge administrative et « organise » le travail avec chef, sous-chef …

      Un cas de plus de « l’alliance de fait politico-administrative », l’administration étant bénéficiaire en emplois et en pouvoir plus ou moins arbitraire, à tous les coups.

      Pour J.L.Mélenchon, ça ne change pas grand chose, son but prioritaire étant bien sûr « d’occuper le poste »!

      Fr.Hollande, « éclaireur éclairé », lui a bien montré le chemin!

      • En attendant, les taux skyrocketteront ❗

        • C’est évidemment le risque: A.Merkel a converti ses emprunts arrivés à terme, en nouveaux emprunts à taux très faible mais sur 30 ans! Les pigeons seront probablement les souscripteurs qui ne pourront s’en prendre qu’à eux-mêmes!

  • si il faut que tout se casse la bobine pour repartir sur d’autres bases , il vaut mieux que cela arrive dans les plus brefs délai plutot que dans un futur plus ou moins proche ; l’état de notre pays s’apparente à un grand malade , et si on ne prend pas à bras le corps une maladie , elle ne peut qu’empirer et soigner devient à chaque étape un peu plus cher ;

    • @ véra
      Pourquoi parlez-vous au futur?

      Le prochain qui me parle du « couple franco-allemand », menant l’Union Européenne, j’aurai du mal à ne pas pouffer!

      La comparaison des taux sous l’unité cache mal le coût des intérêts de la dette: ce coût est bien, d’après le chiffres cités, 4, 403 X plus élevé en France qu’en Allemagne !!!!!!!!!!

      Dette France: en gros 2 100 milliards
      Dette Allemagne: en gros 1 127 milliards

      Balance commerciale France: déficit: – 48,1 milliards
      Balance commerciale Allemagne: excédent + 252,9 milliards

      Budget 2016 France: déficit: – 69 milliards
      Budget 2016 Allemagne: bonus: 24 milliards

      À votre avis, qui décide dans le « couple »?

  • et oui nous ne sommes plus dociles
    nous avons été trop bernés et spoliés…
    c tout simple et mantenant rien à perdre…
    travail ya pas…
    argent confisquée..
    atmosphère délétère…
    alors rie à perdre au vrai changement…
    c simple
    et peut être que la France regardée différemment…..

    • @ Marilyn
      Attendez peut-être les résultats! Ce matin sur France2: 33% des électeurs seraient encore indécis: à 8 jours, c’est énorme!
      Sans compter le 1/2 million de citoyens munis de 2 cartes d’électeurs, ou les « fonctionnaires » qui n’ont aucun intérêt à voter Fr.Fillon.
      Reste l’inconnue météorologique et le taux de votes pris en considération!
      Il serait fou de parier!

  • C’est le résultat de 50 ans de propagande antilibérale, ça commence à l’école, ça continu avec les médias, au cinéma, dans la littérature, partout, personne ne peut y échapper.

  • oui
    maintenat il faut:
    un état régalien
    une véritable citoyenneté
    qu ‘on nous a volé
    dernier exemple : l ‘europe…
    les citoyens qui ont
    beaucoup de bon sens on dit NON
    et ben nos politiques sensés nous représenter on dit on fera quand même parceque quoi: c ‘était des postes alléchants…
    mais nous nous sommes sur le carreau…
    plus de cotisations…savez vous qu’en 50 ans nous sommes passés de 3% A 25% voir 27% sur nos fiches de paies!
    et bien moi je veux qu’on me redonne mes sous, et j ‘ en ferais ce que je veux…
    une société libérale est nécessaire..
    et que chaque citoyens puissent par référendum choisir…
    l’état est trop présent dans nos vies
    il y a trop de politiciens, commissaires à je ne sais quoi, technocrates…
    Stop

  • « Les électeurs de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon s’imaginent que tout cela se résoudra puisque nous sortirons de l’euro »
    Eh bien s’ils croient ça, les électeurs n’ont pas bien compris les intentions et le programme de leur favori(te) ! En effet, Mme Le Pen et Mr Mélenchon n’ont aucune intention de sortir de l’UE puisque ce qu’ils disent c’est qu’ils vont négocier une réforme des traités européens, mais pas qu’ils vont sortir de l’Europe. Leur négociation n’aboutira à strictement rien puisqu’ils n’obtiendront jamais l’unanimité parmi les autre membres dont ils auraient besoin pour obtenir du changement ! S’ils s’imaginent que les Allemands vont leur accorder leurs revendications ….

  • C’est cool, l’or a pris de la valeur 🙂
    Allez, vas-y Méluche, gagne 🙂

    • @ MichelC

      L’or a prix de la valeur? Ou c’est la fausse monnaie qui en a perdue? (Monnaie que vous pouvez de moins en moins « palper »! Comme votre or ne vous rapportera quelque chose que si vous l’échangiez contre cette fausse monnaie ou équivalent plus concret!

  • faisons une assemblée constituante, une démocratie
    vraiment exercée
    il y a trop de confiscations démocratiques
    et ce qui m ‘énerve vraiment c de maltraiter le peuple en le pensant Populiste, version négative et dégradante d’un avis Différent à ce que l’on vit
    l’antidémocratie depuis 40ans
    ça suffit vraiment.

  • les traités doivent être revus ou on sort
    nous devons revoir la distribution des richesses
    nous recentrer quelques temps sur nos frontières
    régler 1à 1 les problèmes posés chaque jour
    annuler les dettes de tous les pays
    revoir la fonction des banques qui ne travaillent que sur nos argents déposés qui spéculent sur un fil!
    ce système est virtuel fragile incertain injuste
    repose sur l idée de ferré un client et de le faire tenir juste hors de l eau
    à mon sens le capitalisme c onfiscateur doit laisser place à un capitalisme Partageur équilibrer juste et non virtuel
    mais basé sur une économie Réelle…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
liberté
10
Sauvegarder cet article

Il est communément dit qu’en France, le libéralisme n’aurait aucun ancrage populaire, aucune existence politique, aucun passé et donc par voie de conséquence, aucun avenir.

On est en droit de se poser la question de savoir si c'est une réalité ou un mythe savamment entretenu à la fois par les libéraux désespérés du niveau de collectivisme du pays et par les collectivistes habitués à prendre leurs vues pour des réalités.

Si cela était vrai, pourquoi entendons-nous parler tout le temps de libéralisme ?

Certes, c’est princip... Poursuivre la lecture

Allons-nous vers une Europe fédérale resserrée autour de l’Allemagne ? Dans un article pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung, le chancelier social-démocrate allemand Olaf Scholz vient de décrire sa vision de l’Europe. Il y défend une approche centralisatrice de l’Union européenne et appelle à la fin des veto nationaux afin d’assurer un plus grand poids sur la scène internationale. Mais les politiques écologiques et de défense allemandes passées et présentes montrent que la méfiance doit être de mise.

 

Fin des veto nationaux ... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

To be, or not to be, that is the question : en quelques mots, Shakespeare a fait dire à son prince Hamlet la question existentielle d’être, quitte à souffrir, ou de ne plus être en se rebellant et en risquant la mort. Les Allemands vivent ces jours-ci ce refrain universel du doute : vivre avec le gaz russe ou mourir économiquement sans le gaz russe, telle est la question.

 

Les centrales électriques ne peuvent pas grand-chose

Un vent de panique semble désormais souffler sur l’Allemagne. Alors q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles