Front national : quel risque prenons-nous avec la sortie de l’Euro ?

Avec Marine Le Pen l’énergie des entrepreneurs sera assommée par la sortie de l’Euro et au vacillement des banques. S’y ajoutera le maintien du carcan administratif et des fonctionnaires qui veillent à son application.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Marine Le Pen - Front national - Meeting 1er mai 2012 - Blandine La Cain via Flickr

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Front national : quel risque prenons-nous avec la sortie de l’Euro ?

Publié le 29 mars 2017
- A +

Par Hervé Gourio
Un article d’Emploi 2017

On ne saurait dénier à Marine Le Pen la persévérance de son discours et sa logique verbale.

Nous sommes maintenant tous préparés à un référendum sur le Frexit peu après son élection éventuelle. La France recouvrerait ensuite sa pleine souveraineté et, dans le domaine monétaire, la Banque de France battrait à nouveau des francs français qui remplaceraient les euros.

Initialement, on pourrait espérer qu’il ait une valeur faciale égale, dans tous les contrats de droit français. Qu’il soit ensuite très rapidement décoté par rapport à l’euro, et qu’il commence à flotter est considéré comme un bienfait par Marine. Les ventes à l’étranger, relancées, bénéficieront un moment aux entreprises exportatrices et à leurs salariés.

Érosion du pouvoir d’achat des consommateurs

Le coût des matières premières ou des produits technologiques importés entamera en premier lieu le pouvoir d’achat des consommateurs, puis des industriels. Les Français voyageurs ou expatriés verront leurs revenus fortement réduits et devront adapter leurs comportements. Quant au monde financier il devra très probablement recourir à la garantie de l’État (dont tous ne savent pas qu’elle repose sur notre capacité à payer les impôts).

Cette charge supplémentaire devrait amener obligatoirement un accroissement des impôts, quoi qu’elle en dise. Précédé, plus qu’accompagné, de mesures destinées à stabiliser des banques replongées dans un univers un peu oublié, et disparu il y a une trentaine d’années, lorsqu’elles devaient en priorité participer à l’équilibre financier du Trésor. Sacrée secousse.

Davantage de dépenses publiques, et de fonctionnaires

On ne doit pas négliger l’autre versant de la « libération » souverainiste. Pas question de réduire les dépenses publiques ni le nombre de fonctionnaires. L’État français et ses services publics sont beaux comme des… TGV. Pas question de casser cette magnifique machine, il faut seulement changer le conducteur, a-t-elle répété récemment.

Le nouveau conducteur aura en vue seulement l’intérêt des Français, libérés des contraintes bruxelloises ou francfortoises. À la différence de tous les gouvernements passés, les services publics produiront désormais des bienfaits incomparablement supérieurs, à coût constant, et même à effectifs accrus (?).

Pas question non plus ne serait-ce que d’additionner le coût, même approximatif, de toutes les améliorations promises aux Français. Comme Messieurs Mélenchon, Hamon et consorts, Marine Le Pen semble avoir appris à parler, à lire, et à écrire probablement ; mais pas à compter. Nous sommes face à des programmes de rêve !

Aucune connaissance économique

Redoutable combinaison d’une avocate et de l’énarque Philippot, pas plus que leurs prédécesseurs, le FN est ignorant de ce qui relancera l’emploi. Pour aller vite, l’ambition des entrepreneurs de réussir contre des concurrents, et pas seulement Français, ou l’envie des porteurs de projet de lancer une start-up ne seront pas des domaines à soutenir, car pour cela, il faudrait le connaître et en comprendre l’absolue nécessité. Au fond, nous resterons dans la pensée économique ayant imprégné tous les partis de gauche ou d’extrême gauche depuis 1945.

Avec Marine Le Pen l’énergie des entrepreneurs sera bien émoussée, une première fois par le coup de massue consécutif à la sortie de l’Euro et au vacillement des banques ; puis s’y ajoutera le maintien du carcan administratif et des fonctionnaires qui veillent à son application ; et enfin, l’explosion des promesses. Les jockeys vont chevaucher des boulonnais de plus en plus alourdis.

Qu’en sera-t-il des exportations stimulées par la baisse du franc ? Elles plongeront, et avec elles le franc Le Pen. Les plus anciens ont connu ces dévaluations à répétition sous la IVeme République et après 1968. Différence sémantique de taille : Marine Le Pen ne dévaluera pas. Le franc flottera. Constamment à la baisse. Jusqu’au moment où le gouvernement acceptera de démonter le TGV.

Non les TGV ne flottent pas. Ils coulent…


Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Dans tous les cas il y a de « bonnes » chances que l’euro implose dans les années qui vienne, tant cette monnaie unique est une chimère. Les États qui l’utilisent sont par trop différents, et ne convergent pas vers une stabilité sociale, fiscale ou économique.
    La question qui se pose est donc de savoir si, foutu pour foutu, il est préférable d’anticiper et de provoquer cette implosion ou s’il vaut mieux fermer les yeux et attendre mollement que le château de cartes s’effondre.
    Dans tous les cas, nous sommes fichus…

  • Pour moi la solution est de redresser la France ! Un seul candidat semble s’en soucier et ce n’est pas le chouchou des médias … Pour l’Europe il faudrait revoir son fonctionnement de fond en comble, mais surtout pas la quitter. Je partage complètement les idées de l’auteur sur ce sujet, nous serions ruinés…

  • l’europe , l’euro …ne sont pas aimés parce que cela n’a pas apporté ce qui avait été promis aux peuples ; dés lors , il ne faut pas s’étonner que ceux à qui tout ça n’a pas profitté veulent sortir de ce qu’ils estiment être un carcan au lieu d’une chance ;

  • En tout cas on sait ce que l’on a gagné avec l’Euro,en sortir ne peut pas être pire !

  • Pour sortir de l’€ dans de bonnes conditions, il faudra d’abord équilibrer tous les comptes publics, y compris traitement de la dette et protection sociale.
    Ce n’est pas gagné.

  • Que l’on en sorte ou pas, nous et les générations futures en paieront les conséquences…

  • C’est toujours de la faute à quelquechose d’externe, jamais de la nôtre. Nous sommes bien entendu gouvernés de façon parfaite, mais l’Europe et l’Euro nous infligent une pression insoutenable!
    Je voterai pour quelqu’un qui propose une meilleure gouvernance au lieu d’accuser les voisins. Si l’Euro nous fait du tort, c’est uniquement parceque nous sommes les plus nuls.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Caramba encore raté » peuvent se dire les trois candidats à la présidence des LR.

En votant la motion de censure présentée par la NUPES lors du premier 49-3 de la législature en cours, les députés RN avaient mis en difficulté les députés LR en se présentant comme les premiers opposants au macronisme. Dans un deuxième temps, le RN a réussi une passation de pouvoir sans mélodrame à la tête du parti entre Jordan Bardella et Marine Le Pen (type Fillon-Copé en 2012) tout en évitant les coups bas déshonorants pour la démocratie interne d’u... Poursuivre la lecture

extrême droite
1
Sauvegarder cet article

Un sondage IFOP pour le Journal du Dimanche a interrogé des Français six mois après la réélection d'Emmanuel Macron, sur leur choix s'ils votaient aujourd'hui.

 

"On refait le match" : l'extrême droite illibérale progresse

Même si Emmanuel Macron améliore modérément son score comparé aux résultats officiels de la présidentielle d'avril (29 % d’intentions de vote contre 27,8 %), et garde toujours la préférence des seniors, il ressort que Marine Le Pen enregistre d’une forte percée (30 % des voix contre 21,3 % des suffrages e... Poursuivre la lecture

En annonçant à la surprise générale qu'elle voterait la motion de censure de la Nupes – qui a finalement été rejetée lundi à l'Assemblée –, Marine Le Pen piège le gouvernement, et les oppositions.

 

Le coup d'éclat

Aucun commentateur de la vie politique ne l’a vu venir. Lundi 24 octobre, Marine Le Pen a en effet annoncé que son groupe voterait pour la motion endossée par les députés de la Nupes, revenant sur de précédentes déclarations. Certes, le nombre cumulé d'élus des groupes d'opposition n'a pas suffi pour renverser le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles