La dévaluation selon Mélenchon et Le Pen pénalisera les salariés et les retraités

Le projet qu’on trouve à l’extrême droite et à l’extrême gauche n’est qu’un gigantesque transfert de richesses qui échapperait, si la Banque de France passe sous contrôle de l’exécutif, à tout contrôle parlementaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La dévaluation selon Mélenchon et Le Pen pénalisera les salariés et les retraités

Publié le 25 février 2017
- A +

Par Guillaume Nicoulaud.

Je réalise un peu tard que les partisans d’une dévaluation avec retour en franc (le FN) ou sans (le FdG), usent et abusent d’un sophisme destiné à minorer les effets inflationnistes d’une dévaluation (du franc ou de l’euro).

L’argument, en substance, consiste à nous expliquer que la hausse des prix sera circonscrite aux produits importés et donc, que ceux qui, comme moi, s’opposent à ce type de politique surestiment l’effet inflationniste de la dévaluation.

C’est une mauvaise farce.

Ce que les partisans de la planche à billets omettent de dire (ou de comprendre), c’est qu’une dévaluation et une dépréciation sont deux phénomènes tout à fait différents. Dans les deux cas, le coût réel des importations augmente mécaniquement et on peut s’attendre, dans une situation de pleine utilisation des capacités de production, à une inflation par les coûts — typiquement, en situation de plein emploi (on en est loin), le surcroît d’exportations crée une hausse des salaires.

Dont acte. C’est effectivement ce qu’on observe au Royaume Uni : la livre a beaucoup baissé suite au Brexit et, de fait, l’inflation a augmenté mais de façon relativement modérée.

Sauf que ça, c’est une dépréciation. Pas une dévaluation.

Dévaluation et dépréciation

Une dévaluation, comme je l’expliquais ici, c’est par nature une politique inflationniste. Ça n’a rien à voir avec une variation « naturelle » de la parité d’une devise par rapport aux autres : c’est une politique intentionnelle qui passe, à un moment ou un autre, par la planche à billets.

Concrètement, pour dévaluer un éventuel nouveau franc, il va falloir que la Banque de France en « imprime » des milliards et se serve de cette création monétaire ex nihilo pour acheter des devises.

Or, dans ce processus, les francs ainsi créés reviendront fatalement en France : il ne s’agit donc pas seulement d’un renchérissement des importations mais bel et bien d’une dégradation de la valeur du franc.

C’est-à-dire que ce projet n’est en rien différent des errements monétaires de la IVème République et des imbécillités de François Mitterrand en 1981-83 : ce n’est qu’un gigantesque transfert de richesses qui échapperait, si la Banque de France passe sous contrôle de l’exécutif, à tout contrôle parlementaire.

Il y aura des gagnants (les actionnaires d’entreprises exportatrices et ceux qui sont endettés, à commencer par l’État et ceux qui en vivent) et des perdants (ceux qui ont un épargne monétaire et qui touchent des revenus fixes, salariés modestes et retraités en première ligne).

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Jean-Marc Daniel libéralisme
5
Sauvegarder cet article

Écouter ou lire Jean-Marc Daniel est toujours un plaisir.

Sur un ton constamment paisible et empreint de clarté, non dénué de petites touches d’humour et de bonne humeur, il parvient à nous captiver et à nous expliquer avec un grand sens de la pédagogie de nombreux mécanismes et faits d’actualité touchant à l’économie.

Que l’on soit d’accord ou non avec lui, on l’écoute, on apprend, il suscite le respect de ses interlocuteurs, ce qui permet la tenue de débats de qualité.

 

Des analyses intemporelles

Lire des c... Poursuivre la lecture

Déjà en 1978, le prix Nobel d’économie Milton Friedman alertait sur les causes de l’inflation : due aux politiques monétaires des banques centrales, celle-ci est principalement liée aux excès de création monétaire et de dépenses publiques.

Concrètement, les banques centrales créent de la monnaie ex nihilo pour financer ou racheter la dette publique des États surendettés, ou encore accorder des crédits aux banques. L’injection d’une nouvelle masse monétaire dans l’économie induit, à terme, une baisse de la rareté de la monnaie, et donc ... Poursuivre la lecture

Le responsable de la supervision bancaire de la Banque centrale, Andra Enria, est monté au créneau lundi 19 septembre avec un discours inquiétant :

« La Banque centrale européenne (BCE) tient à ce que les établissements de crédit vérifient leurs prévisions en matière de fonds propres avant un hiver sans doute difficile […] Nous incitons les banques à mettre vraiment l’accent sur la concentration d’expositions aux secteurs qui sont particulièrement dépendants de l’énergie et vulnérables aux chocs énergétiques. »

Aïe … Il ne s’agi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles