La Guyane, laboratoire du socialisme à la française

Avec son étatisation galopante, ses subventions tous azimuts, son chômage et sa misère, la Guyane est un laboratoire du socialisme à la française.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Guyane, laboratoire du socialisme à la française

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 mars 2017
- A +

Tiens, les mouvements sociaux en Guyane finissent par intéresser la métropole : on dirait que les syndicalistes locaux, ayant habilement repéré qu’une campagne électorale avait lieu et qu’ils pouvaient en tirer parti, se sont décidés à bloquer durablement toute la région tant qu’un ministre ne se serait pas déplacé pour écouter leurs nombreuses doléances.

Et ce lundi, c’est donc la grève générale en Guyane qui nous rappelle les heures les plus frétillantes de notre Histoire, avec de gros morceaux de Front populaire, de mai 68 et de Juppé droit dans ses bottes dedans. Quant au terme même de grève générale, il n’est pas galvaudé puisque ce ne sont pas moins de 37 syndicats (je ne savais pas la France, et a fortiori la Guyane, si riche en gisement syndical) qui se sont réunis au sein de l’Union des Travailleurs Guyanais. Et voilà toute la région complètement paralysée au point que même Ariane, la fusée européenne, ne peut plus décoller.

Cette grève s’accompagne bien évidemment de revendications aussi larges que légitimes puisqu’elle cherche à interpeller les autorités sur les problèmes d’insécurité, d’insuffisance d’offre de soins, de retards structurels en matière de santé ou d’infrastructures diverses et variées.

Diable diable, voilà qu’en France, des individus se plaignent parce qu’apparemment, les services de base auxquels ils estiment avoir droit ne sont pas rendus ! Fichtre diantre ! Comment cela est-il possible, dans le pays du lait et du miel, alors que le vivrensemble pulse comme jamais dans les veines de nos compatriotes, ultramarins et métropolitains ?

Pourtant, rien de tout cela ne devrait arriver !

En effet, la Guyane n’est pas exactement une région comme les autres. Outre son éloignement évident avec la métropole, elle bénéficie de tout ce qui fait, normalement, des atouts indispensables pour une franche réussite : un climat tropical très favorable à l’agriculture, une pêche abondante, des ressources forestières et minières reconnues, et une industrie secondaire et tertiaire d’importance, bref, tout concourt normalement à faire de cette région une véritable force économique pour la Nation. Et c’est sans compter sur une position géographique idoine, proche de l’équateur, qui facilite les départs d’engins spatiaux ; or, avec ces engins viennent les équipements et les fournisseurs, les sous-traitants et les gros contrats civils et militaires, bref, là encore, de grosses opportunités économiques pour la région.

Malgré tout, voilà sa population mécontente au point de décréter une grève générale comme on n’en a plus vue en métropole depuis des décennies.

Quelque chose s’est passé, mais quoi ?

Voyons voyons, quels sont donc les ingrédients sur place qui pourraient expliquer ces petits prurits gréviculteurs ?

D’abord, force est de noter un taux de chômage supérieur à 20%, ce qui n’aide certainement pas. Apparemment, la perfusion massive d’aides sociales n’aide pas trop la population. Au contraire, même, puisque cette perfusion a tendance à attirer les populations des pays limitrophes du Surinam et du Brésil que le marché local a toutes les peines du monde à absorber, d’autant que les infrastructures (énergie, eau courante, routes) ne suivent pas, loin s’en faut. À ceci s’ajoute une insécurité locale galopante qui oblige la population à développer sa propre milice et demander l’éradication de squats, le maintien d’un escadron de gendarmes mobiles ou encore le renvoi dans leurs pays des détenus étrangers, qui représentent plus de la moitié des détenus en Guyane, pour purger leur peine dans leur pays d’origine.

Sapristi, pour une région qui a longtemps été et qui est toujours sous la responsabilité d’élus socialistes, qui ont sans nul doute appliqué un vrai programme socialiste, qui bénéficie des mêmes aides, subventions et générosités socialistes que la métropole, plus tout un lot d’avantages et de subsides (là encore socialistes) spécifiques aux difficultés particulières qu’elle peut avoir, et qui, pompon de l’affaire, parvient à avoir plus de 30% de sa population dans les trois fonctions publiques (régalienne, territoriale et hospitalière), voilà un résultat qui ne cesse d’étonner !

Saperlipopette, la patrie de la mère Taubira n’est pas le paradis collectiviste qu’elle espérait et nous contait dans des tweets rocambolesques ! Sapristi, la population semble demander plus de fermeté et les beaux principes humanistes dégoulinant de moraline et de vivrensemble gluant ne permettent pas une amélioration notable de la situation !

Flûte et zut, à la fin, tout se déroule comme si les beaux principes de la redistribution et de l’interventionnisme tous azimuts de l’État aboutissaient encore et encore à un résultat connu : le délitement complet de la société !

Pourtant, les beaux principes socialistes, collectivistes ou carrément communistes, appliqués méticuleusement dans la proche Cuba ou au Venezuela encore plus proche ont abouti aux mêmes catastrophes feutrées, pudiquement décrites par une presse soudainement discrète à l’idée de revenir sur les politiques qui fondent systématiquement ces échecs cuisants…

Comment, en effet, ne pas faire le parallèle entre les problèmes d’insécurité en Guyane et ceux observés dans chaque enclave de paradis socialiste que la Terre héberge ? Comment ne pas voir les similarités entre ces pays riches en ressources et en potentialités, et leur population à la fois jeune, pauvre et désœuvrée ? Comment ne pas voir les ressemblances troublantes entre les modes de raisonnements tenus ici et ceux tenus là-bas ?

En fait, tout se passe comme si notre Guyane nationale était un véritable petit laboratoire grandeur nature d’une application consciencieuse de l’étatisme total, avec son corollaire d’échec complet et retentissant lié à l’assistanat maximum de toute la population : éducation, soins, infrastructures, immobilier, sécurité, emploi, tout part en vrille, Ariane y compris.

Quelle belle vitrine de ce qui attend les Français qui, tant en métropole qu’en Guyane, réclament toujours plus d’État !


—-
Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • En France, on a pas de pétrole. Mais on a des syndicats 😮
    Tout va très bien madame la Marquise♪♬♩, tout va très bien …♪♬♩

  • le problème de la Guyanne c’est son insularité !!! dixit Macron

  • L’illustration de l’article à propos de St Martin et de ses deux moitiés si différentes me fait penser à l’exemple pris par Robinson & Acemoglu dans « Prospérité, puissance et pauvreté » avec les deux Nogales, la moitié aux US et la moitié au Mexique.
    Ici, à St Martin, le Mexique c’est la France !

  • cette manie aussi de la part des socialistes de toujours laissé pourrir les situations ;ils ne retiennent donc jamais les leçons ?

  • Les Guyanais développe leur propre milice, demandent des gendarmes mobiles, se plaignent de l’insécurité. Comment osent-ils se plaindre !? Il faut bien que jeunesse se passe, comme dirait C. Taubira.
    Les guyanais ont-ils mieux cerné la gravité de la situation vénézuelienne du fait de leur proximité ? Peut-être se manifestent- ils pour ne pas la vivre au plus près.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si l’on devait résumer l’École autrichienne d’économie à un point, ce serait que les agents économiques réagissent face aux incitatifs qui leur sont présentés. Décourager un comportement aboutira à sa diminution et, espère-t-on, à de meilleurs résultats.

C’est exactement ce qui est arrivé avec la réforme, controversée à l’époque, du système d’aide sociale aux États-Unis sous Bill Clinton en 1996. De 28 % (19,4 millions d’enfants), le taux de pauvreté a chuté à 11 % (8,4 millions d’enfants) en 2019.

Et selon les plus récentes sta... Poursuivre la lecture

Par Pascal Salin. Un article de l'Iref-Europe

Les difficultés économiques actuelles suscitent évidemment des suggestions pour essayer de surmonter ces difficultés. Mais elles sont aussi l’occasion pour certains de profiter de cette situation pour essayer de faire admettre des propositions de politique économique auxquelles ils tenaient bien avant la crise économique actuelle.

Tel est le cas de ceux qui se déclarent en faveur de la création d’un revenu universel, c’est-à-dire un montant de ressources auquel tous les citoyens aura... Poursuivre la lecture

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles