Le piège Mitterrand dans la campagne présidentielle 2017

Jusqu’en 1981 et l’élection de François Mitterrand, grâce en partie à la défection de Jacques Chirac, la France votait à droite régulièrement à 53%. La division de la gauche entre les communistes et les socialistes aidait à la victoire de la droite.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le piège Mitterrand dans la campagne présidentielle 2017

Publié le 16 mars 2017
- A +

Par Bernard Zimmern.
Un article d’emploi 2017

Cela a été l’un des plus remarquables succès d’un politicien qui n’avait pas d’appartenance politique sauf la sienne, François Mitterrand, de réussir la fusion de ces deux partis.

Rappelons que François Mitterrand avait été avec René Pleven et mon oncle Claude Berneide-Raynal, le fondateur, après la Libération, du grand parti de droite UDSR.

Ce n’est pas ici la place de rappeler tous les détournements d’argent public ou d’influence qui ont marqué les années Mitterrand.

Le piège Front national

Mais il a su monter un piège, inverse de celui qui divisait la gauche, en créant littéralement le Front National qui n’existait pas trop, par le passage du système électoral du scrutin uninominal à deux tours institué par le général De Gaulle à la proportionnelle. Ceci a permis à Jean-Marie Le Pen de faire élire une soixantaine de députés et d’installer durablement le Front National dans l’univers politique.

Depuis Mitterrand, il n’y a plus vraiment de gouvernement de droite qui se soit installé au pouvoir et ait eu le courage ou la force de refermer le piège. Malgré sa popularité, le gouvernement de Jacques Chirac a été au mieux un gouvernement social-démocrate.

Nicolas Sarkozy avait peut-être une occasion de refermer ce piège lorsqu’il a été élu président en 2007, mais il a préféré se rapprocher des socialistes en en faisant entrer plusieurs représentants dans son gouvernement.

Passer entre la gauche et le FN

C’est l’énorme pari que représente la candidature de François Fillon, celle de s’insérer dans le piège en essayant de passer entre la gauche et le Front National.

Cela va se jouer dans le premier tour de l’élection présidentielle, où un candidat qui veut incarner la France de droite va tenter de battre la coalition hétéroclite qui se rassemble autour de l’héritage socialiste avec l’aide, en sous-main, de tous ceux qui profitent du système et ne veulent pas de changement.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Le scrutin uninominal à deux tours est devenu un scrutin uninominal à un tour, le deuxième, ou le FN ne compte pas. Jusqu’au jour ou….

  • Mitterrand a fabriqué le piège et « la droite la plus bête du monde » s’y est enferrée et continue de jouer le jeu pervers de la gauche qui sait, elle, s’unir du plus centriste au plus extrême, pour garder le pouvoir à tous les niveaux (politique, médias, justice…sans parler des associations en tous genres qui gravitent autour). Malheureusement la scission droite, « extrême » droite a atteint un tel point de non retour que ce n’est plus qu’une machine à perdre !…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce que les Français appellent « agir pour le pouvoir d’achat » se traduit en pratique par une augmentation des salaires ou une diminution de certains prix par des subventions ou des blocages.

Un homme politique une fois élu peut effectivement signer un texte le décidant. Bien d’autres l’ont fait, mais le pouvoir d’achat ne s’est pas amélioré pour autant, par exemple parce que les prix ont monté.

Car maintenir le pouvoir d’achat au sens concret du terme, c’est pouvoir acheter autant. L’améliorer, c’est pouvoir acheter davantage.<... Poursuivre la lecture

Poser la question c’est y répondre : il n'en reste rien ou presque après 40 ans !

Mais quelles étaient ces grandes réformes structurelles du premier Président de gauche de la Ve République élu en 1981 ? Quatre réformes nous semblent emblématiques :

Les nationalisations des entreprises et des banques La retraite à 60 ans La réduction du temps de travail L’impôt sur les grandes fortunes (IGF)

 

Nous passons volontairement sur les réformes économiques conjoncturelles comme l’augmentation du SMIC de 10 %, le premier bl... Poursuivre la lecture

Par Pascal Salin.

La préparation des élections régionales et de l’élection présidentielle 2022 créent beaucoup d’incertitudes sur la nature et le rôle de la droite et de plusieurs partis politiques.

Comme on le sait bien, certains candidats essaient d’appartenir à la fois au parti LREM d’Emmanuel Macron et, par exemple, au parti Les Républicains ou de constituer un parti politique réunissant tous les politiciens considérés comme appartenant à la droite. Ces préoccupations actuelles prouvent bien qu’il n’y a pas une définition pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles